Ni complices, ni soumis ! L’engagement en politique numérique des « digital natives »

Depuis plusieurs années déjà, les craintes d’une « société du contrôle » dépossédant l’homme de ses libertés (Deleuze, 1990) conjuguées à celles d’une « ère du vide » caractérisée par un individualisme désenchanté (Lipovetsky, 1983) ont été accentuées par l’explosion des usages du numérique, et la prégnance des outils techniques dans notre vie quotidienne. À tel point que d’aucuns plaident pour un droit à l’« autodétermination informationnelle », déjà reconnu par la Cour Constitutionnelle allemande en 1983, et qui permet aux individus de contrôler la manière dont les informations les concernant sont exploitées par des tiers (Mattelart, Vitalis, 2014). L’inquiétude est grandissante dans notre société quant à cette capacité des individus à être des acteurs à proprement parler, agissant sur les données et ne les subissant pas systématiquement. Une inquiétude qui devient même obsessionnelle lorsqu’on pense aux plus jeunes d’entre nous, ceux que l’on a un peu rapidement catégorisés comme « digital natives » (Prensky, 2001), faisant fi d’une hétérogénéité d’acteurs et d’une complexité résolument à l’œuvre dès que les usages et pratiques sont considérés finement (Cordier, 2015).

Ces « digital natives », on les dit assujettis, voire complices satisfaits, d’un « capitalisme informationnel » (Proulx et al., 2014) qui paraît sans limites. Il nous semble pourtant que la réalité sociale est tout autre, plus complexe que les discours médiatiques et sociaux ne le laissent supposer.

hybridPendant plusieurs mois (de septembre 2013 à juin 2014, puis de février 2015 à avril 2015), dans le cadre d’une recherche en Sciences de l’Information et de la Communication adoptant une approche sociale et écologique des pratiques informationnelles[1], nous avons suivi les parcours info-communicationnels de plusieurs adolescents, et plus précisément encore de huit d’entre eux. Ce groupe restreint a été sélectionné au sein d’un groupe-classe (36 élèves de Terminale Littéraire) suivi pendant une année scolaire complète dans le cadre d’un projet de réalisation de carnets de voyage numériques[2]. Les 8 adolescents pris pour étude spécifique ici correspondent à des « idéaux-types » déterminés en fonction des sentiments d’expertise et des usages numériques déclarés par les acteurs eux-mêmes. Ainsi Anastasia, Armelle, Flavien, Guillaume, Morgan, Pierre, Reynald et Zoé[3], issus de classes sociales dites populaires et moyennes, ont pu raconter leur rapport à l’information, au numérique, et à la société de l’information et de la communication, à travers de longs entretiens (1heure à 1heure 30), placés sous le signe du récit, de l’anecdote,  et de l’explicitation de pratiques observées en classe.

Les propos de ces lycéens, devenus jeunes étudiants au moment des entretiens-portraits (Lahire, 2007), témoignent d’une prise de recul vis-à-vis des stratégies économiques déployées par les propriétaires d’outils numériques et autres réseaux, et même d’une forme de résistance, pouvant aller jusqu’à l’expression et la mise en pratique d’un véritable engagement en politique numérique. De leurs discours émanent la sensation de devoir construire une voie alternative d’usage du numérique, et l’expression d’un modèle, voire d’un idéal de société, à laquelle l’on ne peut rester insensible, et qui nous invite à envisager autrement les pratiques numériques et la culture exigible aujourd’hui en matière d’information et de communication sur internet.

Lire l’article complet en ligne !

[1]  L’approche sociale et écologique de l’information permet, en s ‘intéressant précisément par le biais de méthodes d’investigation qualitatives aux « manières de faire » (Certeau, 2004) des acteurs, d’englober, dans un vaste cadre socio-technique et en tenant compte des situations et contextes observés et vécus, les liens entre logiques individuelles et logiques sociales à l’œuvre.

[2] Cette première phase d’investigation s’inscrit dans un projet de recherche collectif ANR-TRANSLIT (Translittératies).

[3]  Les prénoms des enquêté-e-s ont bien sûr été modifiés.

Références bibliographiques

CORDIER, Anne (2015). Grandir connectés : Les adolescents et la recherche d’information. Caen : C & F Editions, 2015.

DELEUZE, Gilles (1990). Pourparlers. Paris : Editions de Minuit, 236p.

LAHIRE, Bernard (2007). L’homme pluriel : Les ressorts de l’action. Paris : Hachette, 392p.

LIPOVETSKY, Gille (1983). L’ère du vide : essai sur l’individualisme contemporain. Paris : Gallimard, 246p.

MATTELART, Armand, VITALIS, André (2014). Le profilage des populations : Du livre ouvrier au cybercontrôle. Paris : La Découverte, 223p.

PRENSKY, Marc (2001). Digital Natives, Digital Immigrants. On the Horizon, 9 (5), p.01-06.

PROULX, Serge, GARCIA José Luis, HEATON, Lorna (dir.) (2014). La contribution en ligne : Pratiques participatives à l’ère du capitalisme informationnel. Québec : Presses Universitaires du Québec, 276p.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *