A propos annecordier

Chercheuse en Sciences de l’Information et de la Communication. Responsable du Master MEEF-PRODOC, Université-ESPE de Rouen.
Associée UMR ESO 6590.
Membre ANR TRANSLIT et GRCDI.
Thèmes de recherche : pratiques informationnelles ; imaginaires ; approche sociale de l’information ; apprentissages formels et non formels ; enseignement de l’information-documentation ; numérique en éducation.

SociaNum Saison 2, c’est parti !

Devant le succès rencontré par le séminaire « Sociabilités Numériques : des objets, des terrains, des méthodologies » (SociaNum) l’an dernier, et le plaisir que nous avons à l’organiser, nous n’avons pas hésité longtemps : Nous déclarons donc ouverte la Saison 2 de SociaNum !

La prochaine séance du séminaire se tiendra le Jeudi 21 décembre 2017, à l’Université Rennes 2 (Campus Villejean).

Quelques petites nouveautés sur le fonctionnement du séminaire cette année : des sessions thématiques, de façon à structurer encore davantage la réflexion collective, et un temps plus important précisément de cogitation collective organisé en fin de journée (selon des modalités que vous connaîtrez… en venant au séminaire !).

Voici le programme de la séance SociaNum du 21 décembre prochain dont la thématique est : Sociabilités numériques, représentations et usages des dispositifs socio-techniques

9h45 : Accueil autour d’un café

10h15 : Véronique Le Chêne, Doctorante en Sciences de l’Éducation, CREAD, Rennes 2

Les représentations sociales, intentions d’usage et processus d’appropriation des technologies numériques en contexte d’établissements médico-sociaux

Depuis la loi du 11 février 2005 concernant l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, il est admis que la société doit faire des efforts d’adaptation à l’égard de ces personnes et non uniquement l’inverse. Le handicap est donc devenu un enjeu social qui pose des problèmes d’éthique et fait l’objet de politiques publiques. Si la société offre des solutions de compensation, de nombreuses inégalités subsistent et notamment en terme d’accessibilité et d’usage des technologies numériques. Celles-ci se sont banalisées dans notre quotidien et dans notre vie professionnelle sans tenir compte de ces publics fragilisés. Ils sont aujourd’hui confrontés à des inégalités numériques. Selon Fabien Granjon, ces inégalités numériques sont le prolongement d’inégalités sociales (Granjon, 2009). Lors d’une enquête réalisée auprès de 750 personnes accueillies en Établissement et service d’aide par le travail (ESAT), nous avons recueilli des données sur ces inégalités sociales : faible revenu, faible niveau d’étude, rôles sociaux peu valorisants et manque de reconnaissance sociale. De plus, isolées dans des établissements spécialisés cette population est victime de représentations sociales stigmatisantes. L’intégration de ces représentations créée du réel : un déficit d’estime de soi et a une incidence sur les intentions d’usage des technologies numériques ainsi que sur les pratiques lorsqu’elles existent. Dans cette communication nous verrons dans quelle mesure les représentations sociales influencent les intentions d’usage et le processus d’appropriation des technologies numériques en contexte d’établissements médico-sociaux ; les méthodes d’accompagnement favorisent la prise de conscience des apprenants de leurs capacités, renforcent leur estime de soi et contribuent à transformer les représentations négatives qu’ils ont d’eux-mêmes ; et enfin, le développement des pratiques numériques favorise la participation sociale de ces personnes.

14h00 : Yann Guéguen, Doctorant en Sciences de l’Éducation Musicale, CREAD, Rennes 2

Ségrégation socioscolaire vs pratiques audionumériques capacitantes: regard
ethnographique

Notre ethnographie multi-située révèle des pratiques audionumériques musicales de la part d’élèves en situation de ségrégation socioscolaire (Merle, 2012). Or si ces pratiques induisent le développement de compétences multiples liées à ces usages numériques spécifiques (Labarthe, 2012), l’acquisition de ces mêmes compétences ne semble pas influer le parcours scolaire de ces élèves. Ainsi, non reconnues par la forme scripturale scolaire (Lahire, 1993), ces pratiques audionumériques semblent néanmoins dévoiler des indices d’une capacitation dont les indicateurs seront définis en dehors des critères habituels de mélioration scolaire.

15h00 : Discussion collective / Mise en perspective des réflexions issues des communications de la journée

16h00 : Conclusion et Café

Nous espérons vous rencontrer ou vous retrouver à l’occasion de cette séance, qui s’annonce passionnante !

Anne CORDIER (UMR ESO) – Barbara FONTAR (EA CREAD) – Mickaël LE MENTEC (EA CAREF)

PS : Pour venir au séminaire, c’est gratuit ! Mais inscrivez-vous auprès de l’un de nous ! =) anne.cordier@univ-rouen.fr / barbara.fontar@univ-renne2.fr / mickael.le.mentec@u-picardie.fr

 

Un bilan collectif à mi-parcours

Depuis son lancement le 18 janvier 2017, le projet PRÉMICES s’est développé avec force, enthousiasme… et ambition ! En à peine 6 mois, les données recueillies sont nombreuses : un questionnaire à destination des fonctionnaires stagiaires – tous statuts, tous niveaux d’enseignement et toutes disciplines confondus -, un questionnaire à destination des formateurs – tous statuts, tous niveaux d’enseignement et toutes disciplines confondus également – intervenant dans les Parcours MEEF, et enfin des entretiens semi-directifs à caractère compréhensif auprès de fonctionnaires stagiaires volontaires (et là encore, tous statuts, tous niveaux d’enseignement et toutes disciplines confondus). Bref, un projet de recherche mené sur les chapeaux de roues, dans la joie, la bonne humeur, et la rigueur scientifique !

Avant de partir en vacances et de commencer le traitement et l’analyse détaillés de toutes ces données recueillies, nous avons décidé de dresser un petit bilan collectif à mi-parcours de ce projet Prémices. Les Prémicien-ne-s ont donc pris leur plus belle souris pour partager avec vous leurs ressentis vis-à-vis de ce groupe et projet de recherche !

Laurence Ermel, professeure documentaliste :

« Et pour commencer, merci Anne de nous offrir la possibilité de cette expérience forte et constructive, de cette association avec le monde de la recherche.

Si l’on regarde le projet, je dirais que c’est un projet de recherche enthousiasmant mais également efficace car le cadrage temporel et les objectifs sont SMART, efficients car les différentes étapes sont indiquées en temps utile, apprenant grâce à la composition des membres participant(e)s.

La construction du questionnaire à envoyer fut à lui tout seul une aventure extraordinaire. Normalement, je m’entoure de silence pour écrire un document professionnel. Là, ce fut différent. Il s’est construit en couleurs, en direct, dans l’interaction constructive. Ponctuée de tant de rires. Dans la découverte. Puis la discussion collective et immédiate a permis en peu de temps de donner corps au projet.

Quant aux entretiens, là  aussi c’est toute une aventure humaine. Et le fait d’être un groupe de travail permet d’obtenir un matériau de réflexion assez rapidement. »

Perrine Manoury, professeure documentaliste :

« Le projet Prémices est un vrai bonheur, celui de se retrouver le mercredi, avec un groupe de travail ouvert d’esprit, dans une ambiance conviviale mais néanmoins studieuse et efficace ! Chacun apporte sa pierre à l’édifice et le projet semble avancer tout seul, moins lourd à porter que ce que l’on pouvait craindre avant de commencer.

Ce projet apporte un nouvel horizon, et permet de sortir du périmètre parfois étroit de l’établissement scolaire. Les échanges sont très fructueux et le travail en équipe tellement motivant ! On est loin du stéréotype du « rat de bibliothèque » qui travaille à son projet de recherche plongé dans les livres, la poussière et la solitude. L’enthousiasme d’Anne et de chaque participant est communicatif et le groupe fonctionne bien ! »

Karina Gouello, professeure documentaliste :

« Début novembre 2016. Je reçois un mail m’enjoignant de répondre à « une proposition tout à fait malhonnête » 😉 : un projet de recherche en éducation qui interroge les représentations et pratiques pédagogiques de fonctionnaires stagiaires sur l’éducation aux médias et à l’information, l’éducation au et par le numérique.

Tout un programme, bien alléchant. Mais comment, le premier réflexe d’excitation passé, se persuader que l’on peut être à la hauteur, surtout lorsque l’on ne s’est jamais frotté à une telle mission ? C’est sans compter sur le pouvoir de persuasion d’une chercheuse convaincue et passionnée : j’ai nommé Anne Cordier, qui a eu raison de mes doutes !

Et comme j’adore les histoires de rencontre, je me suis laissée convaincre de tenter l’aventure. Oui, une histoire de rencontre : entre des personnalités professionnelles ; entre le « terrain », oú le temps de la réflexion doit faire sa place et le monde de la recherche, où l’on réfléchit comme on respire.

Dans mon imaginaire, ce monde est réservé à une élite, à un cercle de sages que l’on admire en secret. Je ne me suis pas trompée sur le trésor intellectuel que l’on y trouve, à travers les échanges et les confrontations de points de vue entre les différents membres de cette communauté cosmopolite. Je pressentais ce que c’est expérience pouvait offrir à ma soif d’horizons nouveaux et mon besoin de recul professionnel, sans me douter que la rigueur et le sérieux d’un projet de recherche pouvait rimer avec enthousiasme et entrain, dans un joyeux bouillonnement d’idées autour d’un intérêt commun. Que la réalisation d’un questionnaire gagne à s’enrichir d’une réflexion plurielle et croisée. Que l’ère du numérique est une époque  formidable pour la récolte de données. Que le partage et l’échange se prolongeraient au détour d’entretiens (un en particulier !) tellement savoureux professionnellement.

Alors un grand merci à Anne pour les prémices de cette odyssée initiatique et pour l’accès à cette terre inexplorée luxuriante. »

Béatrice Pelletier, professeure documentaliste :

« Cette expérience de recherche me plaît énormément car l’unique projet de recherche vécu pour l’instant est celui mené lors du mémoire de master, or….nous y sommes “seul-e-s”. Ici cette émulation des différents membres est salutaire et propice aux échanges fructueux. La coordination faite par Anne et Ghislain est efficace et se fait dans la bonne humeur, ce qui n’est pas étranger à l’envie de rejoindre tout le monde le mercredi après-midi !! Les petits gâteaux non plus !!…..

Le (seul) entretien fait avec Laurence m’a ramenée aussi aux souvenirs de mémoire et de la connivence qui peut se nouer avec l’enquêté-e ; humainement parlant, c’est fort !!

Donc, tout “bénef” tant sur le plan professionnel que personnel !!

Vive Prémices !! »

Sandrine Metterie, Formatrice ESPE en Éducation Musicale :

« Mon bilan PRÉMICES (ou pourquoi j’ai dit oui à Anne Cordier pour cette folle aventure ?)

Un sujet de recherche passionnant et une équipe motivée…

Anne a su trouver les mots pour me convaincre et surtout me montrer la rigueur nécessaire à l’élaboration d’un tel projet.

C’est donc avec l’envie d’apprendre, de comprendre, de tester, non sans une certaine part d’inquiétude « trouverai-je ma place au milieu de tous ces professeurs documentalistes ? » que je me suis lancée !

L’échange avec les collègues de terrain, les formateurs et les étudiants est vraiment très intéressant car nous n’avons pas tous le même regard sur l’EMI et la confrontation de nos perceptions aussi diverses soient-elles a vraiment enrichi le projet.

Très heureuse d’avoir intégré l’équipe, tant sur le plan humain que professionnel ! »

Isabelle Flutre, professeure documentaliste :

« C’est avec beaucoup de plaisir mais aussi un peu d’appréhension que j’ai accepté d’intégrer ce groupe de recherche sur l’éducation aux médias et à l’information. Ce projet de recherche était une première pour moi. Anne, toujours aussi convaincante et vecteur d’énergie, a su dissiper mes craintes, je l’en remercie.

La réalisation de l’enquête, le brainstorming et la confrontation des idées, furent des instants très riches. Le questionnement collectif oblige à se positionner et à se remettre en question, ce que j’ai trouvé fort utile intellectuellement. Les visions de l’EMI et les analyses des médias et du numérique des enseignants stagiaires, confiées lors d’entretiens avec des membres de l’équipe PRÉMICES, m’ont données l’envie d’aller encore plus loin, d’en savoir plus. Quelle chance de participer à cette belle aventure collective ! »

Hélène Romeuf, Formatrice ESPÉ en Documentation :

« Quand PRÉMICES a commencé, c’était pour moi une bouffée d’air en parallèle des cours de préparation concours à faire et de la préparation d’un concours d’encadrement. Les trois se sont nourris et m’ont beaucoup apporté, tant d’une point de vue intellectuel que d’un point de vue concret.

Ce projet a permis surtout de confronter nos points de vue, nos approches convergentes mais nuancées entre les profs docs de terrain, les CPE, les musiciens. Cette richesse chorale a engendré une enquête de qualité et une dynamique positive bénéfique à tous.

Cette expérience pourra être un point de départ dans des perspectives d’actions concrètes avec des enseignants du premier degré »

Hélène Brière, professeure documentaliste :

« Alors au départ PRÉMICES je me suis dit que c’était un projet de recherche qui donnait envie. Et même très très envie. D’ailleurs, six mois de labeur collectif plus tard, c’est toujours le cas, voire encore un peu plus. Mais je me suis dit aussi que c’était un projet pour plus tard. Pour le jour où j’aurai besoin de redynamiser mes neurones professionnels qui n’ont, pour le moment, en tant que jeune enseignante, déjà pas le temps de traiter toutes les curiosités, appétences, nouveautés, questions, notions inexplorées… Bon, oui, mais PRÉMICES c’est… MAINTENANT. Alors ? Alors c’est parti ! Et c’est parti parce que PRÉMICES c’est aussi une chance UNIQUE (merci merci merci Anne!) de pouvoir expérimenter une démarche fascinante, faire ce qui est habituellement réservé à d’autres : ceux qui font de la recherche leur oxygène, en passant par l’étape incontournable de la thèse, et qu’il m’a toujours captivé de lire ou d’écouter parler de leurs « terrains ». Et puis sans doute aussi parce que dans tout ça, finalement, il y aura peut-être des réponses aux questions, aux doutes, etc. Et surtout un éclairage sur les représentations, envies et craintes de nos collègues en établissement, afin de mieux pouvoir se positionner en tant que personne ressource pour former à l’EMI. Donc PRÉMICES, au final, c’est un peu comme un cheminement en détour, et ce qui est sympa, c’est justement ne pas trop savoir où on atterrira.

Dans les faits, PRÉMICES, c’est d’abord un sacré groupe. Avec des professionnels de l’éducation d’horizons différents, de personnalités et expériences complémentaires, réunis par le même intérêt et la même énergie. Et ça, même sans se connaître beaucoup, c’est quand même un énorme plus ! L’élaboration collective, en live sur Google doc, des questionnaires à destination des fonctionnaires stagiaires et des formateurs, m’a fait la sensation d’une énorme jeu de puzzle, aussi ludique qu’efficace. On teste, on croise, on assemble, on a la même idée mais dite différemment, on pèse le pour le contre, on démonte, on reformule, on reconstruit… et à la fin, c’est là. Waouh !

Et en même temps, ce groupe, c’est un peu déroutant aussi : comment va-t-on réussir à analyser, à 12, et en grande partie à distance, tout le matériau récolté ?????!!! Comment croiser les analyses, les regards, les intuitions, les compréhensions, tout en structurant l’ensemble d’une même voix ? Comment, aussi, s’approprier des entretiens que l’on n’a pas conduits, pas vécus soi-même… ?

J’ai vécu deux expériences d’initiation à la recherche, avec un premier mémoire de Master 2 en sociolinguistique, puis un deuxième en Master MEEF. J’ai toujours choisi des sujets qui ne laissaient aucun doute sur le choix des outils d’enquête : pas de données quantitatives, spontanément c’est le qualitatif, les réalités subjectives mises en mots qui m’interpellent. Pour PRÉMICES il a fallu me frotter à une autre démarche pour récolter des données, en commençant par l’élaboration d’outils quantitatifs. Et ça demande une certaine acculturation. Difficile pour moi de cerner ce que l’on peut attendre et retirer d’un questionnaire fermé. Les chiffrent me parlent peu, et encore moins lorsqu’il s’agit de cerner des représentations. Les premiers résultats de ce côté ne me convainquent pour l’instant encore qu’à moitié, et en même temps je reste curieuse de savoir ce que nous allons en retirer.

Côté entretiens, c’est la première fois que je les mène avec un autre membre du projet. Et c’est aussi une expérience singulière. A la fois rassurante (cette fois la qualité de notre travail n’engage pas que nous, mais le groupe), confortable (plus facile de rebondir et de ne rien laisser passer d’essentiel), drôle (que de fous rires dans le débriefing !!!!), instructive (comment ça j’ai l’air « impassible » alors que j’ai eu l’impression de sourire tout le temps???!!), et difficile : à chercher l’équilibre pour ne pas être trop suggestif et en même temps ne pas laisser non plus l’interlocuteur s’embourber dans le néant de notions qui ne lui évoquent rien, on finit complètement lessivé après! Enfin, les entretiens ce sont aussi des moments où l’on a confirmation de l’importance de la thématique de recherche choisie (OUF), parce qu’on sent chez les fonctionnaires stagiaires à la fois toutes les lacunes (« l’E.M quoi?! ») et aussi tout le potentiel avec ces futurs collègues au top sur tellement de choses!

Alors voilà, au final, PRÉMICES ce sera aussi pour moi, je pense, un élément de réponse à une question toujours renouvelée : quel pouvoir de la recherche pour infléchir la réalité du terrain ? Face aux rouages qui semblent parfois grippés de l’administration, aux enjeux de pouvoir dans lesquels l’immobilité de certaines équipes se complaisent, ce projet de recherche arrivera-t-il aux bonnes personnes qui sauront faire bouger les choses, ou tout du moins en auront envie ? Quel impact peut-on en espérer ?

Encore un peu de patience, et sans doute beaucoup de travail d’ici là… »

Ghislain Chasme, Formateur ESPÉ en Documentation :

« L’objet de notre recherche est de saisir les représentations qu’ont les enseignants stagiaires de l’espe de l’académie de Rouen et leurs formateurs de l’Éducation aux Médias et à l’Information. Au-delà de l’intérêt que je porte à cet objet, Il est particulièrement formateur et enrichissant de mener cette recherche au sein d’une équipe autant pluridisciplinaire que pluricatégorielle, dans la mesure où chaque participant a pu y contribuer en fonction de ses particularités, connaissances et compétences. Il est vrai que nous avons bénéficié du confort procuré par l’encadrement aussi sérieux que bienveillant d’Anne Cordier, ce qui a généré une ambiance de travail productive et détendue : protocole de recherche discuté de vive voix, outils de collecte de données élaborés de concert, tout comme la collecte des données, et réflexion sur le matériau collecté… discussion autour d’un café ou thé et autres victuailles assurées par l’espe que je remercie au passage ! Le doctorant que je suis s’est nourri de ce mode de fonctionnement et a tâché d’y apporter son grain de sel. Les communicants que nous sommes se doivent de rester à l’écoute de l’Autre ; il me semble que ce groupe de recherche prouve que c’est possible…

En attendant les résultats de notre recherche, tout cela ouvre d’ores et déjà des perspectives : les possibilités de recherche entre enseignants praticiens et enseignants de l’ESPE existent et c’est à nous de les matérialiser pour les concrétiser. Nos institutions et nous mêmes ne peuvent qu’en bénéficier. Force est d’avouer que j’ai déjà une idée qui germe en moi ! »

Cyrille Delhaye, professeur documentaliste :

« Musicologue, je suis habitué à chercher seul, à vivre mon sujet d’étude comme un compagnon de route qui chante toujours dans un coin de ma tête (l’image du rat de bibliothèque n’est pas fausse, même si en tant que « vingtièmiste » je rencontre souvent des compositeurs bel et bien vivants!) . Finalement les seuls vrais moments de partage avec les autres chercheurs sont vécus lors des colloques, où les avancées des uns et des autres peuvent enfin être discutées, et où les partenariats et collaborations peuvent naître. Devenu récemment professeur documentaliste, je mesure combien le travail en collaboration constante est enrichissant et efficient au quotidien (tant pour les élèves que pour les collègues). Participer à PRÉMICES est une chance que nous a offert Anne. Ce projet nous permet d’expérimenter la recherche à plusieurs, surtout quand l’équipe est constituée de professionnels aux horizons aussi variés que des professionnels de terrain (professeurs documentalistes en charge de la formation continue à l’ESPE ou bien anciens diplômés du Master PRODOC qui exercent en établissement), mais aussi d’enseignants chercheurs en SIC et Littérature, ou bien encore de formateurs investis dans la formation de personnels enseignants et d’éducation (CPE, éducation musicale). Cette hétérogénéité s’est par exemple exprimée lors des riches discussions autour du choix des questions ou de leurs formulations quand nous construisions le questionnaire destinés aux alternants MEEF. D’un point de vue plus personnel, PRÉMICES me permet de travailler de manière plus approfondie les techniques d’entretien semi-directif : le fait de pouvoir mener les entretiens à deux est rassurant et nettement plus constructif quand il s’agit de débriefer (surtout quand on le fait avec Hélène Brière !). La suite, c’est à dire l’analyse des données collectées par les questionnaires et les entretiens promet d’être tout aussi enrichissante, vivement la suite ! »

Oui, comme dit Cyrille, « vivement la suite ! » ! D’ailleurs, l’équipe, réunie ce mercredi 5 juillet, a déjà fixé son planning de travail pour la rentrée et les futures dates de séminaires ! Bref, du brainstorming à gogo en perspective encore et toujours !

Pour l’heure, toute l’équipe est résolue à partir en vacances… avec toujours un peu d’EMI en tête !

Les pratiques informationnelles ont aussi un héritage…

A l’occasion du colloque international Une approche sociocritique du numérique en éducation, organisé à Sherbrooke les lundi 15 et mardi 16 mai 2017, des chercheurs, en Sciences de l’Information et de la Communication mais aussi en Sciences de l’éducation et Sociologie, vont être amenés à faire « un effort de contextualisation du numérique en éducation » (extrait de l‘argumentaire du colloque), afin de dépasser les approches par trop idéologiques ou « méta » sur cette problématique.

Les héritages informationnels familiaux : un impensé à conscientiser pour une approche sociocritique du numérique en éducation

Pour ma part, j’ai fait le choix d’une communication basée sur une recherche toute récente et en cours, visant à appréhender dans toute leur complexité et leur épaisseur les processus de développement des pratiques informationnelles des acteurs. La porosité des contextes engendrés par les usages numériques conduit en effet à considérer l’apprentissage au-delà des frontières des institutions éducatives académiques. Pourtant si la socialisation primaire – issue de la sphère familiale – est largement pensée lorsqu’on considère les parcours scolaires des jeunes ou encore leurs pratiques culturelles (Darmon, 2010), elle me semble constituer un impensé quand il est question de discuter des pratiques numériques juvéniles (sauf pour affirmer, dans la lignée des travaux de Eszter Hargittai, l’existence d’une « fracture de deuxième niveau » entre les milieux sociaux)..

Quels sont les héritages informationnels familiaux des jeunes, et comment ceux-ci « font-ils avec » ces héritages pour élaborer leur propre écosystème informationnel en lien également avec les propositions/prescriptions du monde scolaire quant aux usages et pratiques numériques ?

Cadre conceptuel

Je m’appuie sur la théorie de l’acteur pluriel (Lahire, 2007), saisissant l’évolution de l’acteur dans une pluralité de contextes sociaux engendrant une grande hétérogénéité d’expériences socialisatrices.

Si la socialisation primaire est incontestablement structurante pour les usages et pratiques numériques, il n’en demeure pas moins que l’individu détient une capacité d’action vis-à-vis des déterminations sociales et culturelles. La socialisation est un processus interactif par lequel les individus construisent des dispositions, acquièrent des connaissances et des gestes.

Dans ce cadre, Je m’intéresse précisément à l’écosystème informationnel des acteurs. Cet écosystème, constitué de ressources matérielles, humaines et symboliques que l’acteur va convoquer dans une situation donnée, n’est pas un état, mais un processus, sans cesse en train de s’enrichir et se ré-agencer, qui de surcroit est multiple : il peut être hérité, projeté, prescrit, imposé, souhaité, etc., par l’acteur.

Méthodologie

Pour cette communication, je vais mettre en perspective des données recueillies au long de recherches portant sur les pratiques informationnelles des adolescents (Cordier, 2015). Dans une démarche longitudinale, je suis désormais 12 de ces jeunes qui aujourd’hui sont étudiants, salariés ou en recherche d’emploi. J’ai adopté un dispositif méthodologique qualitatif comprenant notamment des entretiens semi-directifs basés sur le récit d’expériences autour d’objets informationnels apportés par les enquêtés, et captation de traces du parcours informationnel ainsi que d’espaces informationnels désignés par les enquêtés également.

Aperçu des résultats

Mon enquête de type ethnographique – en cours –  menée auprès de ces jeunes met en lumière la familiarisation primaire au numérique. Elle permet de saisir et expliciter les points d’inscription dans une lignée familiale socialisatrice, mais aussi les hybridations entre héritage familial numérique et usage académique de l’outil numérique, ainsi que les points de rupture/d’émancipation vis-à-vis de l’héritage familial.

Lien avec une approche sociocritique du numérique en éducation

En incarnant finalement le concept de learning lives (Erstad, 2013) par un éclairage le plus fin possible des pratiques numériques juvéniles mises en tension entre héritage informationnel familial et statut académique/social actuel, ce texte s’inscrit dans l’axe 1 de l’appel à propositions « Contextualisation du numérique dans le quotidien des acteurs… ». La compréhension du rôle joué par les héritages informationnels familiaux constitue, à l’aune des données actuellement recueillies dans le cadre de cette recherche, une impérieuse nécessité pour qui s’attache à réduire les lignes de rupture trop souvent constatées entre les apprentissages académiques liés au numérique et les pratiques sociales numériques, et génératrices aussi d’inégalités (Cordier, 2016).

Références

Cordier, A. (2015). Grandir Connectés : Les adolescents et la recherche d’information. Caen : C & F Éditions.

Cordier, A. (2016). Agir contre la (re)production de distinctions. Diversité, 185, 33-37.

Darmon, M. (2010). La socialisation. Paris : Armand Colin.

Erstad, O., Aarnseth, H-C. (2013). Learning Lives Connected : Digital Youth Across School and Community Spaces. Communicar, 40(20), 89-98.

Lahire, B. (2007). L’homme pluriel : Les ressorts de l’action. Paris : Hachette.

 

*** Le programme complet du colloque est disponible en ligne.

« Grandir Connectés » : En finir avec les idées reçues sur les adolescents et internet

Ils s’appellent Zoé, Mathys, Julie ou encore Loïc. Ce sont des adolescents qui n’ont pas connu « le monde sans Internet ». Pour cette raison, on dit souvent d’eux qu’ils sont des « digital natives » dotés de capacités innées, inscrites même dans leur développement biologique [PDF]. On voit en eux aussi souvent des consommateurs passifs du numérique, aliénés aux logiques économiques déployées sur les réseaux. On va même jusqu’à les considérer comme des « mutants » , étranges êtres d’une sphère lointaine… et pourtant si proche.

Bref, de Zoé, Mathys, Julie et les autres, on dit beaucoup de choses. Mais eux, que disent-ils de leur rapport au numérique, et plus largement à l’information ? Mais eux, que font-ils concrètement avec ces outils d’information et de communication qui sont constitutifs de leur environnement quotidien ? Mais eux, que pensent-ils de cette société de l’information et de la communication dans laquelle ils évoluent ? Mais eux, quels besoins, quelles envies, quelles valeurs expriment-ils, en discours et en actes, à travers leurs pratiques informationnelles et communicationnelles ?

La parole aux adolescents

Pour le savoir, c’est à eux qu’il faut s’adresser, c’est eux qu’il faut observer, c’est avec eux qu’il faut échanger. Plusieurs années d’enquête ont ainsi été consacrées à ces adolescents, compris comme des êtres sociaux, inscrits dans une histoire personnelle, familiale, scolaire, et dans des réseaux de sociabilités.

Ces jeunes de 11 à 17 ans ont laissé voir leurs pratiques informationnelles dans des situations de recherche vécues, individuellement ou collectivement. Ils ont donné de leur temps pour faire entendre leurs voix, leurs histoires spécifiques, leurs relations à l’information, au numérique et à ces réseaux techniques et sociaux qu’ils éprouvent chaque jour. « Grandir connectés » leur donne la parole, et permet de dépasser ces portraits médiatiques d’« adolescents connectés » effectués à l’emporte-pièce, et biaisés par des regards d’adultes légitimants.

Les parcours de chacun de ces adolescents sont faits de rencontres, de points d’achoppement, de moments déclencheurs, de prises de conscience, de retournements de situations… Ils prouvent que les pratiques informationnelles et communicationnelles sont évolutives, profondément dépendantes d’un contexte, à la fois social, culturel et académique. Ils prouvent aussi que ces pratiques sont empreintes d’imaginaires, de l’information, des outils de recherche, des réseaux, et que ces imaginaires doivent être saisis et pris en compte pour un dépassement des visions mythiques du numérique ou des peurs liées à l’activité informationnelle.

Ces parcours observés avec un regard scientifique et racontés par les adolescents rencontrés prouvent aussi que ces derniers tentent d’agencer l’environnement informationnel qui est le leur pour trouver une efficacité dans leurs actions, mais aussi tentent de remédier, avec plus ou moins de bonheur, à des lacunes conscientisées. Car les « digital natives » n’existent pas, et ils souhaitent bien nous le faire savoir. « Grandir connectés » leur en donne l’occasion. Écoutons-les.

Vérités et contre-vérités

Écoutons Anastasia, Geoffrey ou encore Marie, nous dire combien ces discours sociaux relayés à grands renforts de formules médiatiques nuisent à la prise en compte de leurs difficultés et de leurs individualités. Il est frappant, à travers les enquêtes menées au plus près d’eux-mêmes, de constater combien ces discours agacent ces jeunes adolescents, qui se sentent bien mal à l’aise avec ce statut – lourd à assumer – de « digital natives ».

L’étude de l’expertise, et plus précisément encore du sentiment d’expertise que les adolescents développent personnellement mais aussi attribuent à autrui, est riche d’enseignements.

Une « vie numérique » (Reynald, 17 ans)

Bien sûr, Internet occupe une place importante dans l’environnement informationnel et social des adolescents. Mais là encore, laissons Reynald, Soumia ou encore William nous raconter combien le réseau familier et familial s’organise pour entourer les apprentissages non formels de l’adolescent, et permettre une autonomisation graduée des pratiques d’information-communication. Loin des discours regrettant une démission parentale, les propos tenus par les adolescents font état d’expériences partagées, qui comportent des pistes d’actions.

Rechercher l’information

De la même manière, loin des discours prophétisant la fin d’une « ère du savoir » , les observations des pratiques de recherche d’information déployées par les adolescents laissent voir de profonds besoins en matière d’analyse et de traitement de l’information. Les imaginaires de l’information et d’Internet sont très forts, et l’activité informationnelle est parfois particulièrement difficile, voire anxiogène, pour ces jeunes chercheurs d’information.

Un clivage important apparaît entre ceux qui se sentent « au bord de la route » (Armelle, 17 ans), et ceux qui développent un pouvoir d’agir sur et par les réseaux, un clivage qu’il nous faut analyser pour trouver nous-mêmes des clés d’action et d’accompagnement. Les discours et pratiques liés à l’activité informationnelle relevés dans nos travaux nous invitent aussi à considérer autrement ces adolescents, et à saisir leur vision du monde et de la société de l’information, qu’ils entendent bien construire, selon des idéaux déclarés.

Une responsabilité collective

De ces enquêtes, qui ont consisté à observer et interroger des adolescents sur le long terme, ressort plus que jamais une responsabilité collective à laquelle nous n’avons tout simplement pas le droit de nous soustraire. Parents, enseignants, professionnels de l’information, médiateurs au sens large, mais aussi décideurs, nous avons le devoir d’accompagner ces jeunes pour qu’ils deviennent tous des acteurs et des citoyens du numérique.

Grandir Connectés : Les adolescents et la recherche d’information. Caen : C & F Éditions. 303 pages.

SociaNum Séance 2 !

Le Jeudi 23 Mars se tiendra la 2ème séance du Séminaire « Sociabilités Numériques : des objets, des terrains, des méthodologies » !

[Rennes, Campus Villejean, Bâtiment A, 3ème étage, Salle Jacques Léonard]

Voici le programme :

9h45 : Accueil autour d’un café

10h15 – Julie Denouël, MCF en Sciences de l’éducation, CREAD, Rennes 2

Faire, défaire, refaire famille. Rôle des pratiques numériques dans la (dé/re)construction des sociabilités @ home

Cette communication aura pour objectif de s’intéresser à la façon dont les usages sociaux ordinaires des technologies numériques d’information et de communication participent de la transformation des sociabilités au sein des familles. A partir d’une ethnographie des pratiques numériques d’une douzaine de familles bretonnes ayant pour caractéristique de reposer sur des configurations diverses (nucléaire, sans enfant, monoparentale, recomposée, plurigénérationnelle, etc.), nous observerons comment les technologies s’insèrent dans les trajectoires de vie de ces différents foyers, accompagnement l’organisation des liens intra et extrafamilaux, et contribuent à la structuration de leur territoire.

11h15 : Roselyne Le Bourgeois, MCF en Sciences de l’éducation, CAREF, ESPE-Université Picardie Jules Verne, Joël Bisault, PU en Sciences de l’éducation, CAREF, ESPE-Université Picardie Jules Verne, et Maria Buverte, Doctorante en Sciences de l’éducation, CAREF

Enseignants du primaire : étudier un forum pour comprendre les préoccupations des enseignants du premier degré en sciences, histoire et géographie.

À partir d’une analyse de 200 posts déposés sur une plateforme en ligne à destination des enseignants du premier degré, nous proposons de rendre compte des usages du dispositif et de la nature des discussions entre enseignants en sciences et en histoire-géographie.
Une analyse qualitative et didactique de quelques fils de discussion
posera la question des écarts entre prescriptions et pratiques
déclarées.

14h00 – Anne-France Kogan, PU en SIC, PREFics, Rennes 2

Lost in transportation : Visibilité du fret, invisibilité sociale

Les TIC embarquées dans les camions accompagnent les évolutions du secteur du transport routier de marchandises en optimisant l’activité du fret. La pression temporelle du flux et les possibilités de contrôle intégrées dans ces dispositifs ont mis à mal les habitudes de sociabilité des conducteurs routiers. Parallèlement, les usages d’internet et du téléphone portable se sont développés. Pour analyser l’évolution de ces pratiques de communication, nous considérons, en référence à la théorie de la reconnaissance d’Axel Honneth, que la visibilité est au cœur des relations sociales. Ainsi, pour faire face à une organisation productive qui conduit à une raréfaction et une réification du social, la possibilité, via l’usage des objets numériques, de jouer sur différentes sphères (privée, amicale ou professionnelle) en les activant alternativement peut se lire comme la nécessité d’élargir le champ de la reconnaissance.

15h00 – Discussion collective / Mise en perspective de l’ensemble des réflexions (épistémologiques, méthodologiques et empiriques) issues des contributions de la journée

16h – Conclusion et café

Nous espérons vous rencontrer ou vous retrouver à l’occasion de cette seconde séance, qui s’annonce passionnante ! D’ores et déjà, vous pouvez noter la date du 13 juin pour la 3ème séance de SociaNum !

Naissance de SociaNum ! Un séminaire autour des « sociabilités numériques »

Cette année 2017 a vu la naissance de SociaNum, un séminaire sur les « Sociabilités numériques », que j’ai le plaisir de coordonner avec Barbara Fontar (CREAD, Université Rennes 2), et Mickael le Mentec (CAREF, Université de Picardie Jules Verne). Il convient de vous présenter ce séminaire interlaboratoire (UMR ESO, EA CREAD, EA CAREF) sans plus tarder !

Sociabilités numériques : des objets, des terrains, des méthodologies

A l’heure où les débats sont nombreux dans la société sur ce qui favorise ou altère le lien social (Turkle, 2015 ; Jurgenson, 2016), notamment en lien avec les évolutions technologiques, il nous semble pertinent d’interroger la notion de « sociabilités numériques ». Comment ces sociabilités se développent-elles ? Comment s’organisent l’articulation et les (dis)continuités entre les sociabilités primaires (de face à face) et numériques ? En quoi les supports numériques modifient (ou non) les processus de sociabilité ? Dans la mesure où les sociabilités numériques semblent supposer des normes d’usages, de comportements et des valeurs partagées, quel(s) lien(s) entretiennent-elles avec les processus de socialisation ?

Ces premières questions montrent que les sociabilités numériques peuvent être interrogées à travers plusieurs objets, plusieurs terrains, que ce soit à travers les pratiques des individus mais aussi à travers les représentations et imaginaires (plus ou moins critiques ou apologétiques) des technologies qui circulent dans les espaces sociaux et participent des rapports que nous entretenons avec elles dans nos vies et dans l’organisation de nos activités. Ainsi la thématique des « Sociabilités numériques » permet-elle de couvrir un champ assez large de recherche, pouvant être envisagée sous l’angle des temporalités (Domenget, 2014) et âges de la vie (Pasquier, 2005 ; Kredens, Fontar, 2010 ; Barrère, 2011 ; Cordier, 2016), de la dialectique inclusion/exclusion (Havard-Duclos, 2005 ; Le Mentec, 2013), des territoires et espaces de communication (Denouël, Granjon, 2011), du genre (Lignon, 2015), mais aussi, bien sûr, des dispositifs socio-techniques (Denouël, 2010 ; Balleys, 2016 ; Cottier, Burban, 2016). Elle permet aussi de déconstruire des fantasmes liés aux représentations des usages numériques, tout en documentant de manière originale les pratiques effectivement déployées par les individus, en se demandant dans quelle(s) mesure(s) les artefacts numériques modifient ou non les processus de sociabilités selon les acteurs et les contextes étudiés.

Mais qu’entend-on par « sociabilités numériques » ?

Par « sociabilité », on entend l’entretien de liens forts ou faibles, effectuant par la même occasion un lien avec le capital culturel et social de chacun (pas strictement au sens bourdieusien). L’individu compris comme être social appartient à des réseaux d’échanges par lesquels la pratique se nourrit, se ré-agence, s’enrichit. La vie relationnelle des acteurs s’organise ainsi à la faveur et autour des dispositifs info-communicationnels selon des logiques complexes et multiples. On distingue généralement la sociabilité directe ou primaire, qui renvoie aux actes de communication ayant lieu en face à face (Darmon, 2015), et la sociabilité médiatisée, qui désigne les actes de communication ayant lieu par l’intermédiaire d’un dispositif socio-technique. Cette distinction permet de rendre compte de l’existence de formes variées de situations de communication et en facilite leur compréhension, mais son opérationnalité est à discuter lorsque sont prises en considération les pratiques sociales informationnelles et communicationnelles des individus ; ces derniers sont en effet engagés simultanément au gré de l’exploitation de dispositifs info-communicationnels dans des réseaux interpersonnels présentiels ou distanciels.

Objectifs de SociaNum

Dans le cadre de ce séminaire, nous souhaitons questionner les sociabilités numériques sous toutes leurs formes, à partir des travaux issus des recherches en éducation, en sociologie (sociologie des publics, de la culture ou des usages), en sciences de l’information (pratiques info-communicationnelles, analyse des dispositifs socio-techniques, approche sociale de l’information), et de la communication (socio-sémiotique de la communication et des médias), ou à leurs croisées.

Co-porté par trois chercheur-e-s appartenant à des champs disciplinaires différents, le séminaire a pour ambition de fédérer un ensemble de chercheur-e-s intéressé-e-s par la problématique des sociabilités numériques, en lien avec leurs objets de recherche personnels.

Plus précisément, le séminaire SociaNum vise à :

  • dresser un état des lieux des recherches sur le thème, croisées avec des objets multiples, envisagés sur des terrains diversifiés ;
  • favoriser des confrontations épistémologiques et méthodologiques afin d’affiner les approches de cette problématique ;
  • inciter et entretenir un dialogue scientifique pluridisciplinaire autour de cette question.

Organisation du séminaire

Conçu comme un espace de dialogue scientifique, le séminaire SociaNum est destiné aux chercheur-e-s des trois laboratoires qui le portent, mais est également ouvert à d’autres chercheur-e-s et professionnel-le-s. Les formateurs et chercheurs appartenant aux institutions de rattachement et souhaitant se joindre au séminaire seront systématiquement les bienvenus.

Pour venir au séminaire, merci de vous inscrire auprès de Anne Cordier, Barbara Fontar ou Mickael Le Mentec !

NB : Ce texte a été écrit par Cordier Anne, Fontar Barbara, Le Mentec Mickaël.

Ni complices, ni soumis ! L’engagement en politique numérique des « digital natives »

Depuis plusieurs années déjà, les craintes d’une « société du contrôle » dépossédant l’homme de ses libertés (Deleuze, 1990) conjuguées à celles d’une « ère du vide » caractérisée par un individualisme désenchanté (Lipovetsky, 1983) ont été accentuées par l’explosion des usages du numérique, et la prégnance des outils techniques dans notre vie quotidienne. À tel point que d’aucuns plaident pour un droit à l’« autodétermination informationnelle », déjà reconnu par la Cour Constitutionnelle allemande en 1983, et qui permet aux individus de contrôler la manière dont les informations les concernant sont exploitées par des tiers (Mattelart, Vitalis, 2014). L’inquiétude est grandissante dans notre société quant à cette capacité des individus à être des acteurs à proprement parler, agissant sur les données et ne les subissant pas systématiquement. Une inquiétude qui devient même obsessionnelle lorsqu’on pense aux plus jeunes d’entre nous, ceux que l’on a un peu rapidement catégorisés comme « digital natives » (Prensky, 2001), faisant fi d’une hétérogénéité d’acteurs et d’une complexité résolument à l’œuvre dès que les usages et pratiques sont considérés finement (Cordier, 2015).

Ces « digital natives », on les dit assujettis, voire complices satisfaits, d’un « capitalisme informationnel » (Proulx et al., 2014) qui paraît sans limites. Il nous semble pourtant que la réalité sociale est tout autre, plus complexe que les discours médiatiques et sociaux ne le laissent supposer.

hybridPendant plusieurs mois (de septembre 2013 à juin 2014, puis de février 2015 à avril 2015), dans le cadre d’une recherche en Sciences de l’Information et de la Communication adoptant une approche sociale et écologique des pratiques informationnelles[1], nous avons suivi les parcours info-communicationnels de plusieurs adolescents, et plus précisément encore de huit d’entre eux. Ce groupe restreint a été sélectionné au sein d’un groupe-classe (36 élèves de Terminale Littéraire) suivi pendant une année scolaire complète dans le cadre d’un projet de réalisation de carnets de voyage numériques[2]. Les 8 adolescents pris pour étude spécifique ici correspondent à des « idéaux-types » déterminés en fonction des sentiments d’expertise et des usages numériques déclarés par les acteurs eux-mêmes. Ainsi Anastasia, Armelle, Flavien, Guillaume, Morgan, Pierre, Reynald et Zoé[3], issus de classes sociales dites populaires et moyennes, ont pu raconter leur rapport à l’information, au numérique, et à la société de l’information et de la communication, à travers de longs entretiens (1heure à 1heure 30), placés sous le signe du récit, de l’anecdote,  et de l’explicitation de pratiques observées en classe.

Les propos de ces lycéens, devenus jeunes étudiants au moment des entretiens-portraits (Lahire, 2007), témoignent d’une prise de recul vis-à-vis des stratégies économiques déployées par les propriétaires d’outils numériques et autres réseaux, et même d’une forme de résistance, pouvant aller jusqu’à l’expression et la mise en pratique d’un véritable engagement en politique numérique. De leurs discours émanent la sensation de devoir construire une voie alternative d’usage du numérique, et l’expression d’un modèle, voire d’un idéal de société, à laquelle l’on ne peut rester insensible, et qui nous invite à envisager autrement les pratiques numériques et la culture exigible aujourd’hui en matière d’information et de communication sur internet.

Lire l’article complet en ligne !

[1]  L’approche sociale et écologique de l’information permet, en s ‘intéressant précisément par le biais de méthodes d’investigation qualitatives aux « manières de faire » (Certeau, 2004) des acteurs, d’englober, dans un vaste cadre socio-technique et en tenant compte des situations et contextes observés et vécus, les liens entre logiques individuelles et logiques sociales à l’œuvre.

[2] Cette première phase d’investigation s’inscrit dans un projet de recherche collectif ANR-TRANSLIT (Translittératies).

[3]  Les prénoms des enquêté-e-s ont bien sûr été modifiés.

Références bibliographiques

CORDIER, Anne (2015). Grandir connectés : Les adolescents et la recherche d’information. Caen : C & F Editions, 2015.

DELEUZE, Gilles (1990). Pourparlers. Paris : Editions de Minuit, 236p.

LAHIRE, Bernard (2007). L’homme pluriel : Les ressorts de l’action. Paris : Hachette, 392p.

LIPOVETSKY, Gille (1983). L’ère du vide : essai sur l’individualisme contemporain. Paris : Gallimard, 246p.

MATTELART, Armand, VITALIS, André (2014). Le profilage des populations : Du livre ouvrier au cybercontrôle. Paris : La Découverte, 223p.

PRENSKY, Marc (2001). Digital Natives, Digital Immigrants. On the Horizon, 9 (5), p.01-06.

PROULX, Serge, GARCIA José Luis, HEATON, Lorna (dir.) (2014). La contribution en ligne : Pratiques participatives à l’ère du capitalisme informationnel. Québec : Presses Universitaires du Québec, 276p.