Les pratiques informationnelles ont aussi un héritage…

A l’occasion du colloque international Une approche sociocritique du numérique en éducation, organisé à Sherbrooke les lundi 15 et mardi 16 mai 2017, des chercheurs, en Sciences de l’Information et de la Communication mais aussi en Sciences de l’éducation et Sociologie, vont être amenés à faire « un effort de contextualisation du numérique en éducation » (extrait de l‘argumentaire du colloque), afin de dépasser les approches par trop idéologiques ou « méta » sur cette problématique.

Les héritages informationnels familiaux : un impensé à conscientiser pour une approche sociocritique du numérique en éducation

Pour ma part, j’ai fait le choix d’une communication basée sur une recherche toute récente et en cours, visant à appréhender dans toute leur complexité et leur épaisseur les processus de développement des pratiques informationnelles des acteurs. La porosité des contextes engendrés par les usages numériques conduit en effet à considérer l’apprentissage au-delà des frontières des institutions éducatives académiques. Pourtant si la socialisation primaire – issue de la sphère familiale – est largement pensée lorsqu’on considère les parcours scolaires des jeunes ou encore leurs pratiques culturelles (Darmon, 2010), elle me semble constituer un impensé quand il est question de discuter des pratiques numériques juvéniles (sauf pour affirmer, dans la lignée des travaux de Eszter Hargittai, l’existence d’une « fracture de deuxième niveau » entre les milieux sociaux)..

Quels sont les héritages informationnels familiaux des jeunes, et comment ceux-ci « font-ils avec » ces héritages pour élaborer leur propre écosystème informationnel en lien également avec les propositions/prescriptions du monde scolaire quant aux usages et pratiques numériques ?

Cadre conceptuel

Je m’appuie sur la théorie de l’acteur pluriel (Lahire, 2007), saisissant l’évolution de l’acteur dans une pluralité de contextes sociaux engendrant une grande hétérogénéité d’expériences socialisatrices.

Si la socialisation primaire est incontestablement structurante pour les usages et pratiques numériques, il n’en demeure pas moins que l’individu détient une capacité d’action vis-à-vis des déterminations sociales et culturelles. La socialisation est un processus interactif par lequel les individus construisent des dispositions, acquièrent des connaissances et des gestes.

Dans ce cadre, Je m’intéresse précisément à l’écosystème informationnel des acteurs. Cet écosystème, constitué de ressources matérielles, humaines et symboliques que l’acteur va convoquer dans une situation donnée, n’est pas un état, mais un processus, sans cesse en train de s’enrichir et se ré-agencer, qui de surcroit est multiple : il peut être hérité, projeté, prescrit, imposé, souhaité, etc., par l’acteur.

Méthodologie

Pour cette communication, je vais mettre en perspective des données recueillies au long de recherches portant sur les pratiques informationnelles des adolescents (Cordier, 2015). Dans une démarche longitudinale, je suis désormais 12 de ces jeunes qui aujourd’hui sont étudiants, salariés ou en recherche d’emploi. J’ai adopté un dispositif méthodologique qualitatif comprenant notamment des entretiens semi-directifs basés sur le récit d’expériences autour d’objets informationnels apportés par les enquêtés, et captation de traces du parcours informationnel ainsi que d’espaces informationnels désignés par les enquêtés également.

Aperçu des résultats

Mon enquête de type ethnographique – en cours –  menée auprès de ces jeunes met en lumière la familiarisation primaire au numérique. Elle permet de saisir et expliciter les points d’inscription dans une lignée familiale socialisatrice, mais aussi les hybridations entre héritage familial numérique et usage académique de l’outil numérique, ainsi que les points de rupture/d’émancipation vis-à-vis de l’héritage familial.

Lien avec une approche sociocritique du numérique en éducation

En incarnant finalement le concept de learning lives (Erstad, 2013) par un éclairage le plus fin possible des pratiques numériques juvéniles mises en tension entre héritage informationnel familial et statut académique/social actuel, ce texte s’inscrit dans l’axe 1 de l’appel à propositions « Contextualisation du numérique dans le quotidien des acteurs… ». La compréhension du rôle joué par les héritages informationnels familiaux constitue, à l’aune des données actuellement recueillies dans le cadre de cette recherche, une impérieuse nécessité pour qui s’attache à réduire les lignes de rupture trop souvent constatées entre les apprentissages académiques liés au numérique et les pratiques sociales numériques, et génératrices aussi d’inégalités (Cordier, 2016).

Références

Cordier, A. (2015). Grandir Connectés : Les adolescents et la recherche d’information. Caen : C & F Éditions.

Cordier, A. (2016). Agir contre la (re)production de distinctions. Diversité, 185, 33-37.

Darmon, M. (2010). La socialisation. Paris : Armand Colin.

Erstad, O., Aarnseth, H-C. (2013). Learning Lives Connected : Digital Youth Across School and Community Spaces. Communicar, 40(20), 89-98.

Lahire, B. (2007). L’homme pluriel : Les ressorts de l’action. Paris : Hachette.

 

*** Le programme complet du colloque est disponible en ligne.

« Grandir Connectés » : En finir avec les idées reçues sur les adolescents et internet

Ils s’appellent Zoé, Mathys, Julie ou encore Loïc. Ce sont des adolescents qui n’ont pas connu « le monde sans Internet ». Pour cette raison, on dit souvent d’eux qu’ils sont des « digital natives » dotés de capacités innées, inscrites même dans leur développement biologique [PDF]. On voit en eux aussi souvent des consommateurs passifs du numérique, aliénés aux logiques économiques déployées sur les réseaux. On va même jusqu’à les considérer comme des « mutants » , étranges êtres d’une sphère lointaine… et pourtant si proche.

Bref, de Zoé, Mathys, Julie et les autres, on dit beaucoup de choses. Mais eux, que disent-ils de leur rapport au numérique, et plus largement à l’information ? Mais eux, que font-ils concrètement avec ces outils d’information et de communication qui sont constitutifs de leur environnement quotidien ? Mais eux, que pensent-ils de cette société de l’information et de la communication dans laquelle ils évoluent ? Mais eux, quels besoins, quelles envies, quelles valeurs expriment-ils, en discours et en actes, à travers leurs pratiques informationnelles et communicationnelles ?

La parole aux adolescents

Pour le savoir, c’est à eux qu’il faut s’adresser, c’est eux qu’il faut observer, c’est avec eux qu’il faut échanger. Plusieurs années d’enquête ont ainsi été consacrées à ces adolescents, compris comme des êtres sociaux, inscrits dans une histoire personnelle, familiale, scolaire, et dans des réseaux de sociabilités.

Ces jeunes de 11 à 17 ans ont laissé voir leurs pratiques informationnelles dans des situations de recherche vécues, individuellement ou collectivement. Ils ont donné de leur temps pour faire entendre leurs voix, leurs histoires spécifiques, leurs relations à l’information, au numérique et à ces réseaux techniques et sociaux qu’ils éprouvent chaque jour. « Grandir connectés » leur donne la parole, et permet de dépasser ces portraits médiatiques d’« adolescents connectés » effectués à l’emporte-pièce, et biaisés par des regards d’adultes légitimants.

Les parcours de chacun de ces adolescents sont faits de rencontres, de points d’achoppement, de moments déclencheurs, de prises de conscience, de retournements de situations… Ils prouvent que les pratiques informationnelles et communicationnelles sont évolutives, profondément dépendantes d’un contexte, à la fois social, culturel et académique. Ils prouvent aussi que ces pratiques sont empreintes d’imaginaires, de l’information, des outils de recherche, des réseaux, et que ces imaginaires doivent être saisis et pris en compte pour un dépassement des visions mythiques du numérique ou des peurs liées à l’activité informationnelle.

Ces parcours observés avec un regard scientifique et racontés par les adolescents rencontrés prouvent aussi que ces derniers tentent d’agencer l’environnement informationnel qui est le leur pour trouver une efficacité dans leurs actions, mais aussi tentent de remédier, avec plus ou moins de bonheur, à des lacunes conscientisées. Car les « digital natives » n’existent pas, et ils souhaitent bien nous le faire savoir. « Grandir connectés » leur en donne l’occasion. Écoutons-les.

Vérités et contre-vérités

Écoutons Anastasia, Geoffrey ou encore Marie, nous dire combien ces discours sociaux relayés à grands renforts de formules médiatiques nuisent à la prise en compte de leurs difficultés et de leurs individualités. Il est frappant, à travers les enquêtes menées au plus près d’eux-mêmes, de constater combien ces discours agacent ces jeunes adolescents, qui se sentent bien mal à l’aise avec ce statut – lourd à assumer – de « digital natives ».

L’étude de l’expertise, et plus précisément encore du sentiment d’expertise que les adolescents développent personnellement mais aussi attribuent à autrui, est riche d’enseignements.

Une « vie numérique » (Reynald, 17 ans)

Bien sûr, Internet occupe une place importante dans l’environnement informationnel et social des adolescents. Mais là encore, laissons Reynald, Soumia ou encore William nous raconter combien le réseau familier et familial s’organise pour entourer les apprentissages non formels de l’adolescent, et permettre une autonomisation graduée des pratiques d’information-communication. Loin des discours regrettant une démission parentale, les propos tenus par les adolescents font état d’expériences partagées, qui comportent des pistes d’actions.

Rechercher l’information

De la même manière, loin des discours prophétisant la fin d’une « ère du savoir » , les observations des pratiques de recherche d’information déployées par les adolescents laissent voir de profonds besoins en matière d’analyse et de traitement de l’information. Les imaginaires de l’information et d’Internet sont très forts, et l’activité informationnelle est parfois particulièrement difficile, voire anxiogène, pour ces jeunes chercheurs d’information.

Un clivage important apparaît entre ceux qui se sentent « au bord de la route » (Armelle, 17 ans), et ceux qui développent un pouvoir d’agir sur et par les réseaux, un clivage qu’il nous faut analyser pour trouver nous-mêmes des clés d’action et d’accompagnement. Les discours et pratiques liés à l’activité informationnelle relevés dans nos travaux nous invitent aussi à considérer autrement ces adolescents, et à saisir leur vision du monde et de la société de l’information, qu’ils entendent bien construire, selon des idéaux déclarés.

Une responsabilité collective

De ces enquêtes, qui ont consisté à observer et interroger des adolescents sur le long terme, ressort plus que jamais une responsabilité collective à laquelle nous n’avons tout simplement pas le droit de nous soustraire. Parents, enseignants, professionnels de l’information, médiateurs au sens large, mais aussi décideurs, nous avons le devoir d’accompagner ces jeunes pour qu’ils deviennent tous des acteurs et des citoyens du numérique.

Grandir Connectés : Les adolescents et la recherche d’information. Caen : C & F Éditions. 303 pages.

Ni complices, ni soumis ! L’engagement en politique numérique des « digital natives »

Depuis plusieurs années déjà, les craintes d’une « société du contrôle » dépossédant l’homme de ses libertés (Deleuze, 1990) conjuguées à celles d’une « ère du vide » caractérisée par un individualisme désenchanté (Lipovetsky, 1983) ont été accentuées par l’explosion des usages du numérique, et la prégnance des outils techniques dans notre vie quotidienne. À tel point que d’aucuns plaident pour un droit à l’« autodétermination informationnelle », déjà reconnu par la Cour Constitutionnelle allemande en 1983, et qui permet aux individus de contrôler la manière dont les informations les concernant sont exploitées par des tiers (Mattelart, Vitalis, 2014). L’inquiétude est grandissante dans notre société quant à cette capacité des individus à être des acteurs à proprement parler, agissant sur les données et ne les subissant pas systématiquement. Une inquiétude qui devient même obsessionnelle lorsqu’on pense aux plus jeunes d’entre nous, ceux que l’on a un peu rapidement catégorisés comme « digital natives » (Prensky, 2001), faisant fi d’une hétérogénéité d’acteurs et d’une complexité résolument à l’œuvre dès que les usages et pratiques sont considérés finement (Cordier, 2015).

Ces « digital natives », on les dit assujettis, voire complices satisfaits, d’un « capitalisme informationnel » (Proulx et al., 2014) qui paraît sans limites. Il nous semble pourtant que la réalité sociale est tout autre, plus complexe que les discours médiatiques et sociaux ne le laissent supposer.

hybridPendant plusieurs mois (de septembre 2013 à juin 2014, puis de février 2015 à avril 2015), dans le cadre d’une recherche en Sciences de l’Information et de la Communication adoptant une approche sociale et écologique des pratiques informationnelles[1], nous avons suivi les parcours info-communicationnels de plusieurs adolescents, et plus précisément encore de huit d’entre eux. Ce groupe restreint a été sélectionné au sein d’un groupe-classe (36 élèves de Terminale Littéraire) suivi pendant une année scolaire complète dans le cadre d’un projet de réalisation de carnets de voyage numériques[2]. Les 8 adolescents pris pour étude spécifique ici correspondent à des « idéaux-types » déterminés en fonction des sentiments d’expertise et des usages numériques déclarés par les acteurs eux-mêmes. Ainsi Anastasia, Armelle, Flavien, Guillaume, Morgan, Pierre, Reynald et Zoé[3], issus de classes sociales dites populaires et moyennes, ont pu raconter leur rapport à l’information, au numérique, et à la société de l’information et de la communication, à travers de longs entretiens (1heure à 1heure 30), placés sous le signe du récit, de l’anecdote,  et de l’explicitation de pratiques observées en classe.

Les propos de ces lycéens, devenus jeunes étudiants au moment des entretiens-portraits (Lahire, 2007), témoignent d’une prise de recul vis-à-vis des stratégies économiques déployées par les propriétaires d’outils numériques et autres réseaux, et même d’une forme de résistance, pouvant aller jusqu’à l’expression et la mise en pratique d’un véritable engagement en politique numérique. De leurs discours émanent la sensation de devoir construire une voie alternative d’usage du numérique, et l’expression d’un modèle, voire d’un idéal de société, à laquelle l’on ne peut rester insensible, et qui nous invite à envisager autrement les pratiques numériques et la culture exigible aujourd’hui en matière d’information et de communication sur internet.

Lire l’article complet en ligne !

[1]  L’approche sociale et écologique de l’information permet, en s ‘intéressant précisément par le biais de méthodes d’investigation qualitatives aux « manières de faire » (Certeau, 2004) des acteurs, d’englober, dans un vaste cadre socio-technique et en tenant compte des situations et contextes observés et vécus, les liens entre logiques individuelles et logiques sociales à l’œuvre.

[2] Cette première phase d’investigation s’inscrit dans un projet de recherche collectif ANR-TRANSLIT (Translittératies).

[3]  Les prénoms des enquêté-e-s ont bien sûr été modifiés.

Références bibliographiques

CORDIER, Anne (2015). Grandir connectés : Les adolescents et la recherche d’information. Caen : C & F Editions, 2015.

DELEUZE, Gilles (1990). Pourparlers. Paris : Editions de Minuit, 236p.

LAHIRE, Bernard (2007). L’homme pluriel : Les ressorts de l’action. Paris : Hachette, 392p.

LIPOVETSKY, Gille (1983). L’ère du vide : essai sur l’individualisme contemporain. Paris : Gallimard, 246p.

MATTELART, Armand, VITALIS, André (2014). Le profilage des populations : Du livre ouvrier au cybercontrôle. Paris : La Découverte, 223p.

PRENSKY, Marc (2001). Digital Natives, Digital Immigrants. On the Horizon, 9 (5), p.01-06.

PROULX, Serge, GARCIA José Luis, HEATON, Lorna (dir.) (2014). La contribution en ligne : Pratiques participatives à l’ère du capitalisme informationnel. Québec : Presses Universitaires du Québec, 276p.