Les pratiques informationnelles ont aussi un héritage…

A l’occasion du colloque international Une approche sociocritique du numérique en éducation, organisé à Sherbrooke les lundi 15 et mardi 16 mai 2017, des chercheurs, en Sciences de l’Information et de la Communication mais aussi en Sciences de l’éducation et Sociologie, vont être amenés à faire « un effort de contextualisation du numérique en éducation » (extrait de l‘argumentaire du colloque), afin de dépasser les approches par trop idéologiques ou « méta » sur cette problématique.

Les héritages informationnels familiaux : un impensé à conscientiser pour une approche sociocritique du numérique en éducation

Pour ma part, j’ai fait le choix d’une communication basée sur une recherche toute récente et en cours, visant à appréhender dans toute leur complexité et leur épaisseur les processus de développement des pratiques informationnelles des acteurs. La porosité des contextes engendrés par les usages numériques conduit en effet à considérer l’apprentissage au-delà des frontières des institutions éducatives académiques. Pourtant si la socialisation primaire – issue de la sphère familiale – est largement pensée lorsqu’on considère les parcours scolaires des jeunes ou encore leurs pratiques culturelles (Darmon, 2010), elle me semble constituer un impensé quand il est question de discuter des pratiques numériques juvéniles (sauf pour affirmer, dans la lignée des travaux de Eszter Hargittai, l’existence d’une « fracture de deuxième niveau » entre les milieux sociaux)..

Quels sont les héritages informationnels familiaux des jeunes, et comment ceux-ci « font-ils avec » ces héritages pour élaborer leur propre écosystème informationnel en lien également avec les propositions/prescriptions du monde scolaire quant aux usages et pratiques numériques ?

Cadre conceptuel

Je m’appuie sur la théorie de l’acteur pluriel (Lahire, 2007), saisissant l’évolution de l’acteur dans une pluralité de contextes sociaux engendrant une grande hétérogénéité d’expériences socialisatrices.

Si la socialisation primaire est incontestablement structurante pour les usages et pratiques numériques, il n’en demeure pas moins que l’individu détient une capacité d’action vis-à-vis des déterminations sociales et culturelles. La socialisation est un processus interactif par lequel les individus construisent des dispositions, acquièrent des connaissances et des gestes.

Dans ce cadre, Je m’intéresse précisément à l’écosystème informationnel des acteurs. Cet écosystème, constitué de ressources matérielles, humaines et symboliques que l’acteur va convoquer dans une situation donnée, n’est pas un état, mais un processus, sans cesse en train de s’enrichir et se ré-agencer, qui de surcroit est multiple : il peut être hérité, projeté, prescrit, imposé, souhaité, etc., par l’acteur.

Méthodologie

Pour cette communication, je vais mettre en perspective des données recueillies au long de recherches portant sur les pratiques informationnelles des adolescents (Cordier, 2015). Dans une démarche longitudinale, je suis désormais 12 de ces jeunes qui aujourd’hui sont étudiants, salariés ou en recherche d’emploi. J’ai adopté un dispositif méthodologique qualitatif comprenant notamment des entretiens semi-directifs basés sur le récit d’expériences autour d’objets informationnels apportés par les enquêtés, et captation de traces du parcours informationnel ainsi que d’espaces informationnels désignés par les enquêtés également.

Aperçu des résultats

Mon enquête de type ethnographique – en cours –  menée auprès de ces jeunes met en lumière la familiarisation primaire au numérique. Elle permet de saisir et expliciter les points d’inscription dans une lignée familiale socialisatrice, mais aussi les hybridations entre héritage familial numérique et usage académique de l’outil numérique, ainsi que les points de rupture/d’émancipation vis-à-vis de l’héritage familial.

Lien avec une approche sociocritique du numérique en éducation

En incarnant finalement le concept de learning lives (Erstad, 2013) par un éclairage le plus fin possible des pratiques numériques juvéniles mises en tension entre héritage informationnel familial et statut académique/social actuel, ce texte s’inscrit dans l’axe 1 de l’appel à propositions « Contextualisation du numérique dans le quotidien des acteurs… ». La compréhension du rôle joué par les héritages informationnels familiaux constitue, à l’aune des données actuellement recueillies dans le cadre de cette recherche, une impérieuse nécessité pour qui s’attache à réduire les lignes de rupture trop souvent constatées entre les apprentissages académiques liés au numérique et les pratiques sociales numériques, et génératrices aussi d’inégalités (Cordier, 2016).

Références

Cordier, A. (2015). Grandir Connectés : Les adolescents et la recherche d’information. Caen : C & F Éditions.

Cordier, A. (2016). Agir contre la (re)production de distinctions. Diversité, 185, 33-37.

Darmon, M. (2010). La socialisation. Paris : Armand Colin.

Erstad, O., Aarnseth, H-C. (2013). Learning Lives Connected : Digital Youth Across School and Community Spaces. Communicar, 40(20), 89-98.

Lahire, B. (2007). L’homme pluriel : Les ressorts de l’action. Paris : Hachette.

 

*** Le programme complet du colloque est disponible en ligne.