Naissance de SociaNum ! Un séminaire autour des « sociabilités numériques »

Cette année 2017 a vu la naissance de SociaNum, un séminaire sur les « Sociabilités numériques », que j’ai le plaisir de coordonner avec Barbara Fontar (CREAD, Université Rennes 2), et Mickael le Mentec (CAREF, Université de Picardie Jules Verne). Il convient de vous présenter ce séminaire interlaboratoire (UMR ESO, EA CREAD, EA CAREF) sans plus tarder !

Sociabilités numériques : des objets, des terrains, des méthodologies

A l’heure où les débats sont nombreux dans la société sur ce qui favorise ou altère le lien social (Turkle, 2015 ; Jurgenson, 2016), notamment en lien avec les évolutions technologiques, il nous semble pertinent d’interroger la notion de « sociabilités numériques ». Comment ces sociabilités se développent-elles ? Comment s’organisent l’articulation et les (dis)continuités entre les sociabilités primaires (de face à face) et numériques ? En quoi les supports numériques modifient (ou non) les processus de sociabilité ? Dans la mesure où les sociabilités numériques semblent supposer des normes d’usages, de comportements et des valeurs partagées, quel(s) lien(s) entretiennent-elles avec les processus de socialisation ?

Ces premières questions montrent que les sociabilités numériques peuvent être interrogées à travers plusieurs objets, plusieurs terrains, que ce soit à travers les pratiques des individus mais aussi à travers les représentations et imaginaires (plus ou moins critiques ou apologétiques) des technologies qui circulent dans les espaces sociaux et participent des rapports que nous entretenons avec elles dans nos vies et dans l’organisation de nos activités. Ainsi la thématique des « Sociabilités numériques » permet-elle de couvrir un champ assez large de recherche, pouvant être envisagée sous l’angle des temporalités (Domenget, 2014) et âges de la vie (Pasquier, 2005 ; Kredens, Fontar, 2010 ; Barrère, 2011 ; Cordier, 2016), de la dialectique inclusion/exclusion (Havard-Duclos, 2005 ; Le Mentec, 2013), des territoires et espaces de communication (Denouël, Granjon, 2011), du genre (Lignon, 2015), mais aussi, bien sûr, des dispositifs socio-techniques (Denouël, 2010 ; Balleys, 2016 ; Cottier, Burban, 2016). Elle permet aussi de déconstruire des fantasmes liés aux représentations des usages numériques, tout en documentant de manière originale les pratiques effectivement déployées par les individus, en se demandant dans quelle(s) mesure(s) les artefacts numériques modifient ou non les processus de sociabilités selon les acteurs et les contextes étudiés.

Mais qu’entend-on par « sociabilités numériques » ?

Par « sociabilité », on entend l’entretien de liens forts ou faibles, effectuant par la même occasion un lien avec le capital culturel et social de chacun (pas strictement au sens bourdieusien). L’individu compris comme être social appartient à des réseaux d’échanges par lesquels la pratique se nourrit, se ré-agence, s’enrichit. La vie relationnelle des acteurs s’organise ainsi à la faveur et autour des dispositifs info-communicationnels selon des logiques complexes et multiples. On distingue généralement la sociabilité directe ou primaire, qui renvoie aux actes de communication ayant lieu en face à face (Darmon, 2015), et la sociabilité médiatisée, qui désigne les actes de communication ayant lieu par l’intermédiaire d’un dispositif socio-technique. Cette distinction permet de rendre compte de l’existence de formes variées de situations de communication et en facilite leur compréhension, mais son opérationnalité est à discuter lorsque sont prises en considération les pratiques sociales informationnelles et communicationnelles des individus ; ces derniers sont en effet engagés simultanément au gré de l’exploitation de dispositifs info-communicationnels dans des réseaux interpersonnels présentiels ou distanciels.

Objectifs de SociaNum

Dans le cadre de ce séminaire, nous souhaitons questionner les sociabilités numériques sous toutes leurs formes, à partir des travaux issus des recherches en éducation, en sociologie (sociologie des publics, de la culture ou des usages), en sciences de l’information (pratiques info-communicationnelles, analyse des dispositifs socio-techniques, approche sociale de l’information), et de la communication (socio-sémiotique de la communication et des médias), ou à leurs croisées.

Co-porté par trois chercheur-e-s appartenant à des champs disciplinaires différents, le séminaire a pour ambition de fédérer un ensemble de chercheur-e-s intéressé-e-s par la problématique des sociabilités numériques, en lien avec leurs objets de recherche personnels.

Plus précisément, le séminaire SociaNum vise à :

  • dresser un état des lieux des recherches sur le thème, croisées avec des objets multiples, envisagés sur des terrains diversifiés ;
  • favoriser des confrontations épistémologiques et méthodologiques afin d’affiner les approches de cette problématique ;
  • inciter et entretenir un dialogue scientifique pluridisciplinaire autour de cette question.

Organisation du séminaire

Conçu comme un espace de dialogue scientifique, le séminaire SociaNum est destiné aux chercheur-e-s des trois laboratoires qui le portent, mais est également ouvert à d’autres chercheur-e-s et professionnel-le-s. Les formateurs et chercheurs appartenant aux institutions de rattachement et souhaitant se joindre au séminaire seront systématiquement les bienvenus.

Pour venir au séminaire, merci de vous inscrire auprès de Anne Cordier, Barbara Fontar ou Mickael Le Mentec !

NB : Ce texte a été écrit par Cordier Anne, Fontar Barbara, Le Mentec Mickaël.

Ni complices, ni soumis ! L’engagement en politique numérique des « digital natives »

Depuis plusieurs années déjà, les craintes d’une « société du contrôle » dépossédant l’homme de ses libertés (Deleuze, 1990) conjuguées à celles d’une « ère du vide » caractérisée par un individualisme désenchanté (Lipovetsky, 1983) ont été accentuées par l’explosion des usages du numérique, et la prégnance des outils techniques dans notre vie quotidienne. À tel point que d’aucuns plaident pour un droit à l’« autodétermination informationnelle », déjà reconnu par la Cour Constitutionnelle allemande en 1983, et qui permet aux individus de contrôler la manière dont les informations les concernant sont exploitées par des tiers (Mattelart, Vitalis, 2014). L’inquiétude est grandissante dans notre société quant à cette capacité des individus à être des acteurs à proprement parler, agissant sur les données et ne les subissant pas systématiquement. Une inquiétude qui devient même obsessionnelle lorsqu’on pense aux plus jeunes d’entre nous, ceux que l’on a un peu rapidement catégorisés comme « digital natives » (Prensky, 2001), faisant fi d’une hétérogénéité d’acteurs et d’une complexité résolument à l’œuvre dès que les usages et pratiques sont considérés finement (Cordier, 2015).

Ces « digital natives », on les dit assujettis, voire complices satisfaits, d’un « capitalisme informationnel » (Proulx et al., 2014) qui paraît sans limites. Il nous semble pourtant que la réalité sociale est tout autre, plus complexe que les discours médiatiques et sociaux ne le laissent supposer.

hybridPendant plusieurs mois (de septembre 2013 à juin 2014, puis de février 2015 à avril 2015), dans le cadre d’une recherche en Sciences de l’Information et de la Communication adoptant une approche sociale et écologique des pratiques informationnelles[1], nous avons suivi les parcours info-communicationnels de plusieurs adolescents, et plus précisément encore de huit d’entre eux. Ce groupe restreint a été sélectionné au sein d’un groupe-classe (36 élèves de Terminale Littéraire) suivi pendant une année scolaire complète dans le cadre d’un projet de réalisation de carnets de voyage numériques[2]. Les 8 adolescents pris pour étude spécifique ici correspondent à des « idéaux-types » déterminés en fonction des sentiments d’expertise et des usages numériques déclarés par les acteurs eux-mêmes. Ainsi Anastasia, Armelle, Flavien, Guillaume, Morgan, Pierre, Reynald et Zoé[3], issus de classes sociales dites populaires et moyennes, ont pu raconter leur rapport à l’information, au numérique, et à la société de l’information et de la communication, à travers de longs entretiens (1heure à 1heure 30), placés sous le signe du récit, de l’anecdote,  et de l’explicitation de pratiques observées en classe.

Les propos de ces lycéens, devenus jeunes étudiants au moment des entretiens-portraits (Lahire, 2007), témoignent d’une prise de recul vis-à-vis des stratégies économiques déployées par les propriétaires d’outils numériques et autres réseaux, et même d’une forme de résistance, pouvant aller jusqu’à l’expression et la mise en pratique d’un véritable engagement en politique numérique. De leurs discours émanent la sensation de devoir construire une voie alternative d’usage du numérique, et l’expression d’un modèle, voire d’un idéal de société, à laquelle l’on ne peut rester insensible, et qui nous invite à envisager autrement les pratiques numériques et la culture exigible aujourd’hui en matière d’information et de communication sur internet.

Lire l’article complet en ligne !

[1]  L’approche sociale et écologique de l’information permet, en s ‘intéressant précisément par le biais de méthodes d’investigation qualitatives aux « manières de faire » (Certeau, 2004) des acteurs, d’englober, dans un vaste cadre socio-technique et en tenant compte des situations et contextes observés et vécus, les liens entre logiques individuelles et logiques sociales à l’œuvre.

[2] Cette première phase d’investigation s’inscrit dans un projet de recherche collectif ANR-TRANSLIT (Translittératies).

[3]  Les prénoms des enquêté-e-s ont bien sûr été modifiés.

Références bibliographiques

CORDIER, Anne (2015). Grandir connectés : Les adolescents et la recherche d’information. Caen : C & F Editions, 2015.

DELEUZE, Gilles (1990). Pourparlers. Paris : Editions de Minuit, 236p.

LAHIRE, Bernard (2007). L’homme pluriel : Les ressorts de l’action. Paris : Hachette, 392p.

LIPOVETSKY, Gille (1983). L’ère du vide : essai sur l’individualisme contemporain. Paris : Gallimard, 246p.

MATTELART, Armand, VITALIS, André (2014). Le profilage des populations : Du livre ouvrier au cybercontrôle. Paris : La Découverte, 223p.

PRENSKY, Marc (2001). Digital Natives, Digital Immigrants. On the Horizon, 9 (5), p.01-06.

PROULX, Serge, GARCIA José Luis, HEATON, Lorna (dir.) (2014). La contribution en ligne : Pratiques participatives à l’ère du capitalisme informationnel. Québec : Presses Universitaires du Québec, 276p.