Design de la transparence et pratiques informationnelles de jeunes : quelle(s) alliance(s) ?

En novembre 2017 s’est tenue la Conférence internationale H2PTM, sur le thème « Le design à l’ère du numérique : de l’hypertexte à l’hyper-expérience ». Ce colloque, passionnant, a été l’occasion pour des chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication, en Ergonomie, mais aussi en Psychologie, d’interroger le rôle du design dans les expériences des usagers avec des dispositifs techniques. Varié, le programme du colloque a permis d’aborder ce questionnement sous des angles extrêmement différents : les jeux et univers virtuels ; le web sémantique ; les médias sociaux et pratiques numériques ; l’écriture, les oeuvres et la littérature numériques ; les pratiques collaboratives en ligne ; la visualisation et le traitement de l’information ; ou encore la médiation culturelle et les expériences patrimoniales hyper-médiatiques.*

Du design de la transparence à l’agir informationnel

Pour ma part, j’ai participé à ce colloque en proposant une communication tentant de saisir et expliciter les liens entre le design des artefacts numériques et les pratiques informationnelles développées par les adolescents et jeunes adultes que j’ai pu rencontrés lors de mes investigations de terrain.

Objectivité, transparence, fonctionnalisme : les designs concourent à l’alimentation de ces mythes, qui ne sont évidemment pas sans conséquence sur les pratiques informationnelles des individus (Cordier, Liquète, à paraître). Une approche sociale de l’information, s’intéressant finement à ce que les acteurs font avec/par/de l’information aux prises avec des dispositifs sociotechniques, particulièrement des dispositifs d’accès à l’information en ligne (Simonnot, 2012), me semble tout à fait opportune pour saisir ce que le design de la transparence fait à l’agir informationnel, au rapport de l’individu à l’information – et plus largement au monde. Je cherche plus précisément à atteindre la compréhension des logiques d’action des acteurs, inscrits dans un champ social identifié. Mon approche, combinant pratiques et imaginaires de l’information (Cordier, 2011), accorde également une part non négligeable à l’émotion dans l’activité informationnelle, considérant ce ressenti émotionnel comme facteur, si ce n’est déclencheur parfois, au moins déterminant et fondamental du processus d’appréhension pragmatique et conceptuelle du monde, d’autrui, de l’environnement, et de l’outil/objet informationnel. La dimension des interactions et de la construction de soi par/avec le numérique est fondamentale (Denouël, Granjon, 2011). Or les designs (contenu, interactions, environnements, services,…) établissent avec le chercheur d’information en ligne une littéracie affective, sensible, s’adressant directement à l’émotion de l’usager, à son ressenti affectif alors même qu’il est engagé dans une activité faisant appel à des processus cognitifs et intellectuels rigoureux et complexes (Tricot, 2007).

Pour cette communication, j’ai fait ainsi le choix de mettre en lumière non les stratégies qui président au travail des designers, mais les tactiques et stratégies des acteurs récepteurs de ces designs, qui sont à nos yeux plus précisément engagés dans une co-construction de sens.

  • Comment ce design, fortement pris en compte par les enquêtés dans leurs pratiques informationnelles, apparaît-il au service d’une littéracie affective, entretenant un imaginaire de la désintermédiation et de la transparence ?
  • En quoi le design est-il au cœur d’une dialectique orientation/exploration informationnelle, les pratiques et navigations informationnelles étant certes orientées par les hypermédias – notamment en raison de la « traçabilité automatique » (Merzeau, 2016) à l’œuvre – mais aussi enrichies par les potentialités d’exploration informationnelle que ceux-ci favorisent à travers un système de recommandation que les enquêtés considèrent souvent comme un levier ?
  • Enfin, dans quelles mesures les jeunes chercheurs d’information peuvent-ils à leur tour « faire design », en agissant sur et par le système pour configurer interfaces et image de soi en ligne ?

Méthodologie de recherche

Pour développer et soutenir mon propos, je me suis appuyée sur une enquête qualitative menée auprès de 12 jeunes, âgés en 2017 entre 19 et 22 ans (déjà suivis dans des enquêtes précédentes lors de la scolarité au lycée) dont je m’attache à mettre en perspective le parcours biographique informationnel, en lien notamment avec les dispositifs sociotechniques et les espaces informationnels. Le protocole de recherche engagé, favorisant la prise de parole incarnée (Vermersch, 1996) conduit les enquêtés à manipuler l’ensemble des objets informationnels et dispositifs techniques en leur possession, et à expliciter en situation leurs choix, d’applications, de configuration et de navigation. Les designs prennent une grande place dans les discours des chercheurs d’information, ainsi que les relations aux traces et aux données à caractère personnel. J’ai aussi par instants mis en regard ces données très fraîches (investigation menée entre juin 2016 et juin 2017) avec des données un peu plus anciennes recueillies lors d’autres investigations de type qualitatif auprès de jeunes âgés entre 11 et 17 ans (Cordier, 2015).

Lisez le texte complet de cette communication en ligne !

* Les actes du colloque, dirigés par Sylvie Leleu-Merviel, Yves Jeanneret, Imad Saleh et Nasreddine Bouhaï, sont disponibles chez Iste Éditions : ici


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.