Aaron Swartz – 9 ans déjà

Par Anne Cordier et Sophie Bocquet-Tourneur

Aaron Swartz lors d’une rencontre Wikipedia à Boston en 2009 (Sage Ross – Wikimédia)

11 janvier 2022. Cela fait 9 ans que Aaron Swartz s’est suicidé. Cela fait un an que le projet “Des Figures en commun(s)” existe. Cet anniversaire commun n’est pas un hasard puisque c’est grâce à cette personnalité que ce projet est né. Toutes deux sensibles aux problématiques de la libre circulation de l’information et des savoirs, et aux communs de la connaissance, nous avons mûri notre réflexion depuis de nombreuses années grâce aux travaux de Aaron Swartz, et aux nombreux collectifs qui poursuivent son oeuvre. Une réflexion à la fois citoyenne et professionnelle puisque, de fait, les deux faces sont profondément imbriquées, et nous avons comme préoccupation commune de penser et mettre en oeuvre avec nos publics respectifs une éducation critique à l’information et au numérique.

La mémoire d’Aaron Swartz continue a être diffusée que ce soit par les personnes qui l’ont connu comme ci-dessous Lawrence Lessig ou par l’internaute lambda qui au détour d’un réseau social découvre le personnage.

Depuis 2013, le Aaron Swartz Day Police Surveillance Project (ASDPSP) fédère les acteur-rices soucieux-ses d’honorer les initiatives en matière de libre et de communs, dans la lignée des projets initiés par Aaron Swartz ; prolonge la réflexion sur la surveillance à l’échelle de la société et les enjeux d’une citoyenneté exercée avec sens du collectif et intransigeance face aux menaces sur les libertés tant individuelles que collectives ; et, bien sûr, s’attache à entretenir la mémoire de Aaron Swartz et à préserver aussi l’intégrité de son engagement.

Lisa Rein, co-fondatrice du Aaron Swartz Day et de Creative Commons, outre de nombreuses conférences, rend chaque année un vibrant hommage à Aaron Swartz, rappelant inlassablement l’absurdité des chefs d’inculpation et des procédures qui ont pesé sur le jeune militant du libre, mais aussi la force de son combat. Nous ne pouvons que vous enjoindre à lire l’hommage rendu le 13 novembre 2021, date anniversaire de la naissance de Aaron Swartz.

Lisa Rein, Aaron Swartz Memorial, 2013.

Il rêvait d’un autre monde… pas vous ?

Figure incontournable du web, dont la saisie du nom sur n’importe quel moteur de recherche génère des millions de résultats, comprenant des hommages sous de multiples formes, Aaron Swartz est toutefois encore une figure peu connue du grand public. Ce paradoxe interroge sur la culture de l’information et la culture numérique détenues par les individus en général, et les choix de contenus transmis lors des temps de médiations consacrés, dans et hors cadre académique, audit numérique. La dénonciation systématique des GAFAM, de leurs systèmes algorithmiques et de leur emprise sur nos vies, numérisées ou non, ne semble pas donner lieu à la proposition d’un autre monde, à l’espérance d’un autre vivre-ensemble. Espérance pourtant portée par les Figures des Communs, au premier rang desquelles Aaron Swartz.

Rappelons-le, car cela nous a été opposé parfois : il ne s’agit en aucun cas de verser dans un culte aveugle de la personnalité à travers ce projet, et tout particulièrement à travers nos nombreuses références à Aaron Swartz. Il s’agit de reconnaître la place de sa pensée et de son combat dans l’histoire du web et des savoirs et la co-construction d’une politique de la Cité numérique.

C’est pourquoi, en ce 11 janvier 2022, nous souhaitons réitérer notre volonté de faire connaître cette figure majeure qu’est Aaron Swartz à travers nos publications modestes mais dont nous espérons qu’elles contribueront comme autant de gouttes d’eau à grossir le fleuve de la culture de l’information et de la culture numérique, qui est aussi, profondément, une culture de l’action et du pouvoir d’agir dans le monde.

Aaron Swartz : sa vie, ses combats

Aaron Swartz. Un héritage à transmettre : pour une éducation citoyenne et engagée du web



Citer ce billet
Anne Cordier (2022, 11 janvier). Aaron Swartz – 9 ans déjà. Cultures de l'Information. Consulté le 22 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nfas

Ce contenu a été publié dans Aaron Swartz par Anne Cordier. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Anne Cordier

Professeure des Universités en Sciences de l'Information et de la Communication Université de Lorraine UR 3476 CREM - Centre de Recherche sur les Médiations - Equipe PIXEL Thèmes de recherche : pratiques informationnelles ; imaginaires ; approche sociale de l'information ; apprentissages formels et non formels ; enseignement de l'information-documentation ; numérique en éducation. https://twitter.com/AnneCordier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.