Pour une éducation aux médias et à l’information (de) tous les jours

Ce 18 mars 2024 s’ouvre la 35ème édition de la semaine de la presse et des médias dans l’école. Chaque année, la SPME est un rendez-vous dans bon nombre d’établissements scolaires, de la maternelle au lycée. Il s’agit, durant cette semaine, de « développer le goût pour l’actualité », tout en abordant avec les élèves des notions-clés du travail journalistique, du décryptage de l’information, à travers la mise en visibilité du paysage éditorial médiatique. Si cette manifestation a son importance, elle est naturellement insuffisante pour mener à bien les objectifs éducatifs et pédagogiques énoncés, mais aussi pour couvrir l’empan des besoins et enjeux liés à l’activité informationnelle juvénile. L’observation en contexte des pratiques informationnelles enfantines et adolescentes, tout comme l’analyse des situations d’enseignement-apprentissage vécues dans le monde scolaire mais aussi en famille et dans d’autres espaces de socialisation comme les médiathèques ou les communautés associatives, plaident incontestablement pour une banalisation de l’éducation aux médias et à l’information (EMI), vue comme une pierre angulaire du développement d’une culture générale.

Des pratiques informationnelles quotidiennes

Dès l’enfance, les pratiques informationnelles existent, et participent du développement de ses loisirs et activités : ainsi, Emeline, 10 ans, passionnée de botanique, effectue des recherches en ligne sur les plantes, pendant que Aiden, 7 ans, utilise Youtube pour regarder « des vidéos de dessins pour avoir des techniques et des idées », et ensuite dessiner à son tour. Dès l’enfance aussi, les pratiques informationnelles témoignent d’un enjeu d’intégration sociale fort. Ainsi, Rémy, scolarisé en CM2, raconte l’importance de ses recherches d’information, partagées avec ses frères et son père, sur les faits de jeu du match de son équipe d football préférée, car à la maison on n’a plus les moyens financiers de se rendre au stade : « Quand on en parle à l’école le lundi, c’est comme si j’étais allé à Bollaert ! ».

Cette intrication des pratiques informationnelles avec le développement de sa personnalité et de ses goûts comme avec sa volonté de prendre sa place dans le monde monte en puissance ave l’âge. Les collégiens et les lycéens rencontrés sur le terrain racontent le plaisir de s’informer en sociabilités, de partager leurs découvertes entre pairs, de s’interroger ensemble sur les informations auxquelles ils accèdent. Dans toute leur diversité : non seulement sont évoquées les pratiques informationnelles médiatiques, dites d’actualité, mais aussi les pratiques informationnelles documentaires, extrêmement prégnantes dans la vie enfantine et adolescente. Car concrètement à une vulgate répandue, et affirmée par des études quantitatives aux contours flous et purement déclaratives, les enfants et les adolescents s’informent.

Ils et elles s’informent sur leurs centres d’intérêt, leurs loisirs, mais aussi des sujets de société qui leur tiennent à cœur, à la manière de ces lycéennes qui peuvent discuter longuement autour des violences sexistes et sexuelles sur lesquelles elles effectuent une veille informationnelle rigoureuse par le moyen des réseaux sociaux numériques. Ils et elles s’informent avec un plaisir réel, lors de rituels informationnels qu’ils mettent en place, seuls, avec des pairs ou en famille. Vasco, lycéen de 17 ans, explique combien il aime « confronter « (ses) » informations avec celles de (sa) mère avec la télé. On n’est pas souvent d’accord, mais c’est ça qui est bien, on se parle ! ». Ils et elles s’informent en tirant partie de ressources informationnelles qui échappent souvent au regard des adultes, à l’instar de Hugo Décrypte, fortement plébiscité par les lycéens, ou encore des titres de presse régionale ou nationale, dont ils suivent les publications via les réseaux sociaux numériques. N’oublions pas non plus les créateurs et créatrices de contenu, qui tiennent une place importante dans l’écosystème informationnel des publics juvéniles, notamment pour nourrir leur curiosité envers l’information documentaire (sur la santé, la sexualité, ou encore la physique ou le cinéma). Une grande diversité de pratiques et de ressources, donc, qui rythment le quotidien des enfants et des adolescents.

Des apprentissages dans le parcours biographique

Ces pratiques informationnelles ont besoin de soutien, et les enfants comme les adolescents apparaissent très demandeurs d’accompagnement dans le domaine, conscients notamment de la difficulté à évaluer l’information dans un contexte généralisé de défiance, ou encore à gérer la réception des images violentes en ligne, mais aussi désireux de développer plus encore leurs connaissances informationnelles « pour réussir dans la vie, parce que l’information c’est un tremplin » (Romane, 17 ans).

Les adolescents et les jeunes adultes rencontrés en enquête font part de rituels de familiarisation à l’information et à l’activité informationnelle qu’ils considèrent fondateurs dans leur parcours. C’est le cas de Morgan, qui à 24 ans tire le fil entre une expérience quotidienne de la lecture et de la discussion autour de la presse d’actualité à l’école primaire et son appétence actuelle, à l’âge adulte, pour la presse écrite : « Tu titres « De Mon Quotidien à Mad Movies » (rires). Sérieusement, je suis certain, ça me vient de là, le plaisir de la presse, tu vois, de prendre de l’info dedans, de savoir que je peux la partager, comme on faisait en primaire, quoi ».

D’autres évoquent des apprentissages structurants, lesquels ont pu être observés lors d’un suivi longitudinal de lycéens dans leur entrée dans les études supérieures et dans la vie professionnelle. A 19 ans, Julie « ne remerciera jamais assez (son professeur documentaliste) qui lui a donné les bonnes cartes pour après ! », notamment en la sensibilisant au référencement bibliographique et au travail de sourçage de l’information.

Malheureusement l’étude des parcours biographiques informationnels des élèves sur le long terme, et l’enquête de terrain en milieu scolaire, montrent la difficulté à mettre en place une progression des apprentissages en éducation aux médias et à l’information, et trop ponctuels sont les temps consacrés à l’information dans la classe, à son analyse comme à sa discussion. Or, intégrer des apprentissages informationnels au sein d’un environnement médiatique et documentaire pour le moins complexe, comprendre des concepts essentiels comme l’autorité informationnelle, la source ou encore la ligne éditoriale, développer une culture des sources à même d’enrichir le répertoire de pratiques informationnelles, tout cela demande du temps.

Sortir du traitement évènementiel de l’EMI

Le traitement évènementiel de l’information, auquel se trouvent souvent contraints les acteurs de l’éducation aux médias et à l’information, ne permet absolument pas de relever le défi. Tout d’abord, parce que, nous l’avons vu, ce traitement évènementiel n’est pas à la mesure de la quotidienneté – joyeuse – de la pratique informationnelle dans la vie sociale des enfants et des adolescents, et de tous les enjeux qu’ils ont à affronter chaque jour pour appréhender le flux d’informations et traiter l’information, quel que soit son statut. Ensuite, la prise en charge des problématiques informationnelles et médiatiques ne saurait se limiter à la gestion d’un évènement en général émotionnellement tellement chargé (attentats, guerres) que la prise de distance et la réflexivité critiques nécessaires à la structuration de connaissances n’est pas possible. Enfin, l’étude des trajectoires informationnelles biographiques des acteurs suivis sur le long terme, et les interrelations tissées avec des formations en EMI dont ils ont bénéficié durant leur scolarité, primaire et secondaire, montre à quel point la dimension temporelle est cruciale, favorisant l’intégration de compétences et de connaissances abordées de façon répétée de manière à ce que des transferts soient envisagés et envisageables pour les acteurs, et à ce qu’en situation, dans un nouveau contexte, ils soient en mesure de reconvoquer des ressources, des types d’usages ou de pratiques.

Pour l’ensemble de ces raisons, c’est d’une éducation aux médias et à l’information du quotidien et au quotidien dont nos enfants et adolescents ont besoin, une éducation à la hauteur de la place qu’a l’activité informationnelle dans la vie des enfants et des adolescents, c’est-à-dire une place quotidienne, profondément incarnée, sensible, joyeuse, et essentielle dans les sociabilités qu’ils mettent en œuvre, que ce soit avec la famille ou avec les pairs.



Citer ce billet
Anne Cordier (2024, 18 mars). Pour une éducation aux médias et à l’information (de) tous les jours. Cultures de l'Information. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w2hw

Ce contenu a été publié dans Eduquer à l'information, aux médias et au numérique, Veille par Anne Cordier. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Anne Cordier

Professeure des Universités en Sciences de l'Information et de la Communication Université de Lorraine UR 3476 CREM - Centre de Recherche sur les Médiations - Equipe PIXEL Thèmes de recherche : pratiques informationnelles ; imaginaires ; approche sociale de l'information ; apprentissages formels et non formels ; enseignement de l'information-documentation ; numérique en éducation. https://twitter.com/AnneCordier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.