EMILIE est née !

La naissance d’un nouveau projet collectif de recherche est toujours une très grande émotion. Cela signifie qu’un collectif s’est mobilisé, avec enthousiasme et application, pour construire un projet digne d’intérêt, porteur de sens, et qui lui tient particulièrement à coeur. Cela signifie aussi que ces intentions qui ont accompagné toute l’énergie mobilisée pour la construction d’un projet ont trouvé un écho favorable lors du dépôt de candidature.

Voici donc venu le temps d’ouvrir grand les bras au Projet GTnum EMILIE, financé par la Direction du Numérique en Education, porté par Anne Cordier, UR 3476 CREM, et co-animé par André Tricot, EA 4556 EPSYLON !

Logo du Projet GTnum EMILIE – Créé par un enseignant-partenaire

Alors que le public adolescent, dans son rapport à l’information, cristallise toutes les attentions tant sociétales que médiatiques et scientifiques, le public enfantin – les enfants de cycles 2 et 3 – constitue un point-aveugle des connaissances, mais aussi des prises en charge éducatives globales en matière de littératies et cultures informationnelles. Pourtant, l’éducation aux médias et à l’information (EMI) est instaurée depuis la Loi de 2013 dès le cycle 2 à l’école, les initiatives institutionnelles en la matière ne manquent pas, tel le récent programme de sciences et technologie du cycle 3 qui prévoit la formation de l’esprit critique et notamment l’identification de sources fiables (BO 25 – 22/06/2023). Pourtant encore, les parents de ces enfants eux-mêmes sont demandeurs d’une éducation à l’information de leurs enfants, considérant que la première priorité éducative de l’école en matière numérique est d’enseigner à leurs enfants la recherche d’information et l’évaluation de l’information (Source : Enquête quantitative réalisée dans le cadre du projet GTNum ELN – Enfances et Littératies Numériques – à destination de 1800 parents d’enfants scolarisés en cycles 2 et 3). Pourtant enfin, les savoirs expérientiels des enfants ne sont pas négligeables et constituent des ressources (obstacles et/ou leviers) pour l’action éducative et pédagogique, et le projet GTNum ELN a mis en lumière à quel point l’enfant est un « acteur social », capable de déployer des « arts de faire », et de porter un regard réflexif sur ses usages et pratiques.

Les productions concernant la prise en compte des cultures enfantines dans la construction EMI porteuse de sens social et d’efficacité cognitive et pédagogique apparaissent peu nombreuses. Or, il nous semble impossible d’envisager une école qui ignore la culture-même de ses enfants ; en ce sens, l’EMI doit s’inspirer de la didactique des sciences qui depuis de nombreuses années prend résolument au sérieux la culture enfantine.

Comment renouveler l’EMI en nous fondant sur les cultures numériques et informationnelles enfantines, dans le domaine tant de l’évaluation que de la conception et de la mise en œuvre d’actions éducatives ?

C’est autour du grand triptyque organisateur des apprentissages des langages “Dire, Lire, Ecrire” que notre équipe inscrit son propre travail. Il s’agit de répondre aux priorités du système éducatif – soucieux de doter tous les élèves du pouvoir d’agir par l’outillage linguistique nécessaire, la compréhension et l’appropriation des langages – et de soutenir, par l’adoption de cette colonne vertébrale structurante pour les progressions pédagogiques en cycles 2 et 3, le déploiement d’une EMI ancrée dans les réalités éducatives et sociales.

“Lire” (et écouter) l’information

L’équipe du projet EMILIE se donne pour objectif de contribuer avec force aux travaux scientifiques et pédagogiques autour de la recherche et de l’évaluation de la qualité de l’information. Elle veut de cette manière répondre aux préoccupations des parents et de l’institution, quant à l’exercice d’un regard critique sur l’information. Face aux paniques morales ambiantes sur la crédulité des enfants, le besoin de renouveler l’EMI autour de cette question nous paraît impérieux, ce de surcroît toujours avec le souci de nous appuyer sur les savoirs enfantins et de penser les transferts entre la sphère scolaire et non scolaire.  

“Écrire” l’information

Pour exercer sa citoyenneté (en ligne ou non), et sortir des jugements à l’emporte-pièce, des réactions parfois mues par les conditionnements des plateformes et plus largement de la tendance à la prime à l’opinion, l’apprentissage de l’argumentation par la prise de position de façon documentée apparait nécessaire. Se sentir responsable de ce qu’on publie et de l’espace de publication constitue une clé de voûte de l’éducation à la citoyenneté (numérique ou non). Il s’agit d’incarner pleinement la notion d’auteur-rice, et à ce titre d’assumer son autorité, dans le sens d’une responsabilisation de soi. Comment soutenir cet apprentissage, toujours en s’appuyant sur les cultures enfantines déjà-là et en favorisant le transfert de compétences et de connaissances ?

“Dire” l’information

Dans le cadre du GTNum ELN (2020-2023), nous avons mis en lumière l’existence d’une « culture numérique enfantine », prolongement de la définition donnée à la « culture enfantine ». Nous avons élaboré des méthodes pour recueillir la façon dont les enfants parlent de leurs pratiques numériques. Nous souhaiterions investiguer plus avant la culture informationnelle enfantine, qui constitue une ressource – obstacle ou levier – pour une action pédagogique efficiente.

L’apprentissage du débat apparaît véritablement un levier pour décrypter ensemble l’information et favoriser au plus tôt une réflexivité individuelle et une réflexion collective sur les problématiques informationnelles et les questions vives dans le domaine de l’information médiatique comme la désinformation/mésinformation ou encore l’identité numérique. Comment outiller les enseignant-es dans la mise en œuvre de la formation à l’oral des élèves ?

Quelle équipe !

Carte synthétique des territoires académiques et membres de l’équipe GTnum EMILIE

Suivez nos aventures !

Pour suivre nos aventures, interventions et cogitations, il existe ce carnet bien sûr ! Ainsi que le Carnet des GTnum.

Et les réseaux sociaux… @annecordier @andre_tricot @DRANEHDF @ClemiLille @LeCLEMI @SebastienRochat @Canope_76_LH @DANEMontpellier @DaneTlse @Clemi_Lorraine

#GTnum #EMILIE

Références

Cordier, A (2023). Grandir informés : Les pratiques informationnelles des enfants, adolescents et jeunes adultes. C & F Editions.

Danic, I, Delalande, J, Rayou, P (2006). Enquêter auprès d’enfants et de jeunes : Objets, méthodes et terrains de recherche en sciences sociales. Presses Universitaires de Rennes.

Sahut, G, Cordier, A (2023). Les jeunes sont crédules face aux écrans. In Cordier, A, Erhel, S (dir.). Les enfants et les écrans. Retz.

Tartas, V (2009). La construction du temps social par l’enfant. Peter Lang.

Tricot, A, Sahut, G, Lemarié, J (2017). Le document : communication et mémoire. De Boeck.



Citer ce billet
Anne Cordier (2024, 15 janvier). EMILIE est née ! Cultures de l'Information. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w2xe

Ce contenu a été publié dans GTNum EMILIE par Anne Cordier. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos Anne Cordier

Professeure des Universités en Sciences de l'Information et de la Communication Université de Lorraine UR 3476 CREM - Centre de Recherche sur les Médiations - Equipe PIXEL Thèmes de recherche : pratiques informationnelles ; imaginaires ; approche sociale de l'information ; apprentissages formels et non formels ; enseignement de l'information-documentation ; numérique en éducation. https://twitter.com/AnneCordier

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.