La théorie du document de Robert Escarpit ou Des héritages en Information-Documentation :

Les 20 et 21 septembre 2018 se tient à Bordeaux un colloque international, qui a pour but de penser les héritages de la pensée de Robert Escarpit pour les Sciences de l’information et de la communication. Les organisateur de ce colloque supposent que « l’audace et la curiosité de Robert Escarpit,qui lui ont permis de participer à l’institutionnalisation de nouvelles approches de la culture de masse et du document peuvent trouver un écho avec les préoccupations scientifiques actuelles » (Extrait de l’appel à communication du colloque).

De fait, l’organisation de cette manifestation nous a interpelés, et c’est ainsi qu’avec Vincent Liquète et Anne Lehmans, nous avons proposé une communication inscrite spécifiquement dans le champ des cultures de l’information, particulièrement de l’information-documentation et de l’éducation à l’information.

La théorie du document de Robert Escarpit : Filiations et Affiliations pour penser les cultures de l’information

Si l’apport de la théorie générale du document pour le champ des cultures de l’information est incontestable (Le Deuff, 2010), la reconnaissance de sa filiation est peu explicitée dans les discours sur l’éducation à / par l’information telle que mise en œuvre sur le terrain scolaire.

Nos investigations croisées portant sur ce champ des cultures de l’information témoignent toutefois de filiations entre la théorie générale du document élaborée en 1976 par Robert Escarpit, et l’appréhension conceptuelle et pragmatique du document et de l’information en contexte scolaire. Elles mettent en évidence, à travers l’analyse des pratiques professionnelles, l’héritage de la pensée de Robert Escarpit, qui contribue à nourrir le champ des sciences de l’information, selon trois axes identifiables :

  • l’approche communicationnelle du document

En définissant le document comme un anti-évènement, dans sa relation à l’espace et au temps de l’information, Escarpit a fait de la communication la condition même d’existence du document ; l’acte communicationnel sous-tendu par la production d’un document est au coeur de l’Éducation aux Médias et à l’Information rendue obligatoire par la Loi de Refondation de l’école de 2013, qui insiste sur la publication de contenus documentaires par les élèves.

  • le document comme moyen et objet d’apprentissage

Robert Escarpit a milité pour une reconnaissance du document, et notamment de la presse ; cette éducation par le document est centrale dans la formation info-documentaire des élèves, sensibilisés à une « culture de la presse » qu’Escarpit (2002) qualifie de “présence au monde.”

  • les médiations au cœur de l’activité info-documentaire

La médiation est, pour Escarpit, centrale dans les Sciences de l’information ; elle est essentiellement pensée en information-documentation comme un acte d’accompagnement documentaire, s’illustrant essentiellement à travers la gestion d’un espace.

Aujourd’hui, à l’heure où la culture dite numérique tend, dans les discours, à remplacer la culture de l’information (Baltz, 1998), il est essentiel d’éclairer par la pensée de Robert Escarpit les enjeux d’affiliation à cette théorie générale du document pour le champ des cultures de l’information. Nous mettrons à jour trois points successifs :

  • tout d’abord les enjeux de l’éducation au document à l’ère numérique (éditorialisation, notamment) ;
  • ensuite des enjeux pour la conception des médiations des savoirs à l’œuvre, à travers les dispositifs sociotechniques notamment, appelant à lutter contre les fantasmes d’une désintermédiation(Jeanneret, Souchier, 2005) ;
  • enfin affilier les professionnels de l’information en milieu scolaire à la théorie générale du document constitue à nos yeux un enjeu pour l’affirmation d’une professionnalité en inscrivant les savoirs de référence dans une perspective épistémologique explicite (Couzinet, 2008).

Bibliographie

BALTZ, Claude (1998). Une culture pour la société de l’information ? Position théorique, définition, enjeux. Documentaliste-Sciences de l’information, n°35, 2, 1998, p.75-82.

CORDIER, Anne (2019) (dir.). Quand le document fait société. Communication & Langages. Dossier à paraître.

COUZINET, Viviane (2008). De l’usager à l’initié : vers une culture informationnelle partagée. In Éducation à l’information et éducation aux sciences : quelles formes scolaires ?. Actes des Rencontres Toulouse ÉducAgro’08. Toulouse : Cépaduès Éditions, p.169-189.

ESCARPIT, Robert (2012/1976). Théorie générale de l’information et de la communication. Paris : Hachette Université.

ESCARPIT, Robert (2002). La parole est, enfin, donnée à Robert Escarpit, Communication et organisation, HS N°2, mis en ligne le 27 mars 2012, URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/3028

JEANNERET, Yves (2011/2000). Y a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ? Nouvelle édition revue et augmentée. Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, 198p. (Savoirs mieux).

JEANNERET, Yves, SOUCHIER, Emmanuël (2005). L’énonciation éditoriale dans les écrits d’écran. Communication & Langages, vol. 145, p.03-15.

LE DEUFF, Olivier (2010). La culture de l’information et l’héritage documentaire. Documentaliste-Sciences de l’information, n°3, vol.47, p.04-11.

LIQUÈTE, Vincent (dir.) (2010). Médiations. Paris : CNRS Éditions (Les Essentiels d’Hermès).

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.