Visages de la Silicon Valley

De la Silicon Valley, que connaît-on ?

Des infrastructures rivalisant de magnificence (la cathédrale de verre et d’acier de Apple en est une illustration emblématique) ; des ordinateurs portables et des téléphones mobiles high-tech que l’on s’arrache pour être in et avoir le sentiment de participer à la marche du monde ; des grands noms, icônes de la réussite à l’américaine et de la domination par la technologie (Steve Jobs, Mark Zukerberg, pour ne citer qu’eux) ; des industries tout autant louées que craintes pour leur puissance tant financière qu’idéologique (GoogleFacebookApple…)…

La terre promise technologique qu’est la Silicon Valley est pourtant, lorsqu’on prend la peine de gratter les mythes, une terre bien réelle, caractérisée par des paysages variés… mais aussi par un sous-sol abritant des produits chimiques hautement toxiques, utilisés pour la fabrication du matériel informatique. Cette terre est habitée. Habitée. C’est-à-dire foulée, retournée, touchée, façonnée, bref : vécue. 

Et ce sont justement ces Vies de la Silicon Valley que la photographe Mary Beth Meehan nous raconte, en photos et en mots, dans cet ouvrage inédit Visages de la Silicon Valley. Des vies qui, loin de la luxuriance et du capital risque du mythe d’innovation technologique, sont marquées par la pauvreté et la peine, mais aussi le combat pour un monde meilleur, altruiste et non basé sur des profits qui n’inondent qu’une part restreinte.

Au-delà de la légende, des récits de vies ordinaires

Mary Beth Meehan nous conduit à la rencontre de Cristobal, vétéran de l’armée américaine qui pose dans l’intérieur coloré de l’abri qu’il habite au fond d’une cour. Cristobal, qui agit avec d’autres pour une augmentation des salaires et l’assurance d’une couverture maladie. Nous faisons aussi la connaissance de Imelda, entourée de fleurs dans sa petite caravane, vivant en partie des cadeaux que lui font les gens dont elle nettoie les maisons.

Ces deux exemples, parmi tant d’autres, de portraits d’habitants de la Silicon Valley captés par Mary Beth Meehan, pourraient laisser penser à un étalage voire à une complaisance misérabiliste. Il n’en est rien ! Chacun, chacune, est un-e combattant-e, ne rechignant guère au labeur, illuminant son existence et celle des autres de petites étincelles de joie, développant une conception politique de la Cité dans laquelle il-elle vit, et loin d’adopter une attitude passive face aux injustices vécues prend les armes, les plus belles  : celles de la parole, de l’action concertée et résolument humaniste, tournée vers le bien commun.

Justyna, docteure en sciences de l’ingénieur venue de Pologne, alerte : « Il me semble que nous sommes en train de nous perdre. Si nous aspirons à l’excellence technologique, pourquoi n’avons-nous pas la même exigence en étant bons les uns envers les autres ? ». Son propos nous semble passer symboliquement le relais à Jolea, 14 ans, qui vient de suivre un stage informatique à Stanford, et dont on espère qu’elle verra cette alerte de son aînée muée en une prise de conscience collective. On souhaite de tout cœur que Jolea porte et fasse advenir, avec d’autres, un changement sociétal urgent.

Un projet photographique mais aussi socio-anthropologique 

Visages de la Silicon Valley est un projet qui nous semble relever à la fois de l’entreprise photographique mais aussi du projet sociologique et anthropologique.

Le choix d’une entrée par la capture photographique d’un portrait et/ou d’un instant de vie pour révéler des parcours biographiques et les ancrer dans une problématique élargie de ce qui fait un rapport au monde et aux autres mais aussi de ce qu’un mythe dissimule, est d’une force incroyable. Les portraits qui nous sont offerts ici sont empreints d’humanité, celle que la photographe porte sur ses modèles, tout autant que celle que ces habitant-es dégagent… et nous amènent à penser et à chérir.

Les quelques pages introductives, de la plume de Fred Turner, plantent le décor. Les photographies de Mary Beth Meehan, auxquelles sont adossés de courts récits, comprenant des extraits d’entretiens avec les modèles photographiés, font le reste. L’ensemble livre le résultat d’un travail de recherche à la portée anthropologique mais aussi politique infiniment précieuse. L’artiste a en effet véritablement travaillé en immersion, pendant plusieurs semaines, sur le terrain, pour – selon ses propres termes, issus de l’épilogue de l’ouvrage – « transmettre quelque chose des êtres humains qui vivent là ».

Vous l’aurez compris, Visages de la Silicon Valley n’est pas (uniquement) un « beau livre ». C’est un récit photo-socio-anthropologique (que l’on me pardonne ce néologisme !) puissant, qui invite à la réflexion tout autant qu’à l’évasion.

À l’heure des fêtes de fin d’année où les cadeaux peu inspirés risquent fort de se bousculer encore au pied du sapin, on ne peut que remercier C & F Éditions de nous donner l’occasion d’offrir un cocktail savoureux d’esthétique, d’histoires ordinaires, et de réflexion sociopolitique.

Pour aller plus loin…

Visages de la Silicon Valley, Photographies et Récits par Mary Beth Meehan, C & F Éditions, 2018, 111p. =) https://cfeditions.com/visages/

Découvrir le travail de Mary Beth Meehan =) http://www.marybethmeehan.com/

Aux sources de l’utopie numérique : De la contre-culture à la cyberculture, Steward Brand, un homme d’influence, par Fred Turner, C & F Éditions, 2012, avec une préface de Dominique Cardon, 430p. =) https://cfeditions.com/utopieNumerique/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.