Des Figures en Commun(s) : Une aventure libre et partagée !

Par Anne CORDIER et Sophie BOCQUET-TOURNEUR (respectivement enseignante-chercheuse en SIC et professeure documentaliste en collège)

Et si les communs devenaient pour les enseignantes et enseignants, médiateurs et médiatrices, éducateurs et éducatrices, une ligne directrice de l’ensemble de leurs actions à destination de leurs publics, afin que ceux-ci deviennent des citoyen·nes véritablement doté·es d’un libre-arbitre, d’un souci du vivre ensemble, et d’une culture de la participation démocratique ?

Voilà notre conviction, portée ici au sein d’une aventure libre et partagée, à deux… et avec vous. Parce qu’accompagner les pratiques informationnelles au prisme de la théorie des communs, c’est cerner les enclosures et les bulles informationnelles qui configurent notre écosystème informationnel personnel. Parce que faire face à la multiplicité des sources d’information dans l’esprit des communs, c’est construire une autorité collective, appuyée sur la controverse, expression d’une confiance dans le collectif et dans le débat. Parce que répandre les biens communs dans la société, c’est libérer l’acte de copie pour mettre en partage les connaissances et en favoriser l’accès de manière effective et égalitaire. Parce qu’inscrire son rapport au monde dans la philosophie des communs, c’est développer un rapport à soi et aux autres fondamentalement placé sous l’aune de l’intérêt partagé, et reposant sur la capacité à collaborer par la négociation et la décentration. Parce qu’habiter un monde régi par les communs, c’est évoluer dans un environnement qui favorise l’encapacitation, en amenant les un·es et les autres à investir des espaces d’action qui deviennent des lieux de co-construction de sens et des savoirs.

« L’information, c’est le pouvoir »

« L’information c’est le pouvoir. Mais comme tout pouvoir, il y a ceux qui veulent le garder pour eux-mêmes. Il est temps de sortir de l’ombre et, dans la grande tradition de la désobéissance civile, de déclarer notre opposition à ce vol privé de la culture publique. (…) En étant suffisamment, dans le monde entier, nous n’enverrons pas simplement un message puissant d’opposition à la privatisation de la connaissance, nous en ferons une chose du passé. Serez-vous des nôtres ? ».

Aaron Swartz – Guerilla Open Access Manifesto

 

En ce temps où l’information et les médias sont constamment l’objet de critiques fortes, parfois entières et injustes, il est une double certitude : si la détention de l’information est source de pouvoir, savoir chercher et trouver l’information valide, fiable et pertinente, l’est tout autant. Morgan, 18 ans, l’exprime parfaitement avec ses mots : « On dit que ceux qui informent, ils ont le pouvoir, c’est vrai. Mais moi je pense aussi que ceux qui savent s’informer, ils ont aussi le pouvoir ».

Aujourd’hui la confusion est importante entre données, informations et connaissances1.  Non, le savoir n’est pas à portée de clic, il est construit socialement. Plus encore, il ne se laisse pas saisir aussi facilement, ce en raison d’une double conjonction, à savoir les déterminations sclérosantes des plateformes et dispositifs techniques d’accès à l’information mais aussi la capacité des individus à identifier la donnée présentée comme une information susceptible d’enrichir ses connaissances… sans oublier la capacité cognitive et intellectuelle à traiter cette information, à la comprendre et à l’intégrer à son système de référence. Tout cela ne se fait pas en un clic, ni même en un claquement de doigts ! De la proposition d’un « équipement de survie de l’internaute en matière de pratiques informationnelles »2 à la revendication d’une « culture de la traçabilité »3, en passant par un plaidoyer pour une prise en compte non légitimante de pratiques d’information et de communication juvéniles4, il s’agit de conjuguer nos efforts et nos énergies, ainsi que nos convictions, pour soutenir l’émancipation de tou-tes. Cela passe, bien sûr, par une éducation à l’information, aux médias, au numérique, digne de ce nom. Digne de ce nom. C’est-à-dire une éducation qui ne soit pas enfermée dans des visions dogmatiques des disciplines scolaires, ni considérée comme un « supplément d’âme » au sein du cursus académique, que l’on ne retrouve pas cantonnée à des négociations honteuses d’heures… voire de quarts d’heure au sein d’une séance pédagogique.

Par-dessus tout, en ces temps où grande est la tentation constatée dans le milieu éducatif et dans la société en général de se soumettre à une culture de la défiance (mises en garde contre les fake news, discours d’alerte sur le travail journalistique, diabolisation à outrance des algorithmes, etc.), nous pensons qu’il est nécessaire de favoriser un engagement serein dans l’activité informationnelle. Car oui s’informer est un plaisir, et ce plaisir n’est pas cantonné à la sphère personnelle des recherches sur son loisir ou son équipe de sport préférée. L’expérience informationnelle procure du plaisir, et nous avons envers les plus jeunes aussi la responsabilité de cultiver ce plaisir, pour leur donner envie de toujours en savoir plus et développer l’appétence pour la connaissance. Les prescriptions d’outils, de méthodes et de comportements ont peu de sens. C’est une éducation aux choix que nous devons à tous les enfants et adolescent·es, dans et hors la classe, afin d’exploiter les objets numériques, et plus largement informationnels et communicationnels, en faisant des choix, en conscience.

« Vous nourrir au banquet de la connaissance et le partager avec le monde »

Ainsi, chacune engagée dans des réflexions propres à propos de l’information, de l’éducation à l’information et au numérique, mais aussi des médiations des savoirs, nous avons éprouvé le désir de nous engager ensemble dans un projet commun. Une aventure libre, à la fois parce qu’elle ne souffre d’aucune contrainte éditoriale ni temporelle et parce qu’elle est placée sous le sceau de l’accès ouvert, et partagée, à la fois à deux… et avec vous, nous l’espérons.

Très concrètement, ce projet est né de deux constats complémentaires : 

  • Le premier, exposé précédemment, est que l’éducation à l’information et au numérique est une éducation aux choix, et non un programme modélisant, favorisant par la réflexivité, la conscientisation, et la connaissance, un pouvoir d’agir, individuel mais aussi collectif ;
  • Le second constat est lié à notre expérience personnelle d’enseignantes, dans le second degré et dans le monde universitaire. À chaque début d’année, l’on demande aux étudiant-es en formation initiale pour devenir enseignant-es quels objets et quelles figures selon eux caractérisent le web. Et chaque année, ce sont les noms des propriétaires des grandes industries, les fameuses GAFAM, qui sont cités spontanément par les étudiant·es. Jamais un·e représentant·e des communs et/ou du libre n’a été cité. Au mieux, Wikipédia, après moultes relances, est citée, mais ses créateurs restent inconnus. 

Chaque année, lorsque nous évoquons, face aux figures emblématiques du web connues par les étudiant·es, des personnalités comme celles de Aaron Swartz, Richard Stallman ou encore le collectif de la Quadrature du Net, nous percevons l’intérêt de nos étudiant·es. L’intérêt pour ces personnalités, ces collectifs constitués, leurs actions… mais aussi pour les valeurs portées et représentées. S’il ne s’agit pas de dresser un panthéon des figures des communs, de considérer ces personnalités comme des héros mythiques des temps modernes, pour autant il nous semble que nourrir la conception du web développée par nos étudiant-es, et futur-es enseignant-es et personnels d’éducation, de la diversité des engagements et de la richesse des acteurs·rices qui l’ont fait et le font encore, est essentiel. Nous savons aussi, tou-tes, combien les adolescent·es sont à la recherche de figures d’autorité et d’identification. Et si, à notre tour, et sans nier l’attractivité bien compréhensible qu’opèrent sur eux certaines figures des grandes plateformes du web, on leur proposait de faire connaissance avec d’autres figures de référence ? Des figures qui oeuvrent, par des actions individuelles et collectives, pour une autre vision du monde, de l’information et de la connaissance. 

Aucune vénération à travers ce projet, même s’il ne nous semble pas problématique de ressentir de l’admiration et/ou de la reconnaissance pour les engagements d’autrui, bien au contraire. À travers ce projet, nous avons le désir de donner à voir ce que le parcours et les combats de certaines figures contemporaines du web, individuelles ou collectives, font à nos propres conceptions, usages et pratiques numériques, mais aussi ce qu’elles recèlent de potentialités de choix pour agir dans la société de l’information et du numérique. Nous assumons pleinement la totale subjectivité qui conduit ce projet, et notamment le choix des figures mises en avant. Nous avons choisi des figures, individuelles et collectives, qui, à nos yeux, sont inspirantes, ce qui en rien n’enlève la complexité voire le caractère problématique de certains parcours ou de certaines actions. Nous ne dressons pas un panthéon fantasmatique de dieux et déesses, non. Nous souhaitons donner de la visibilité à des hommes et des femmes, fait·es de forces et de faiblesses, dont les discours et les actes nous touchent et nous portent pour réfléchir à nos actions pédagogiques, et plus largement nos actions quotidiennes liées à l’exploitation des objets informationnels et numériques. 

Cette démarche s’inscrit dans la volonté de proposer des ancrages pour une éducation à l’information, aux médias et au numérique, qui soit incarnée, porteuse d’espérances et non sous le joug d’un fatalisme dévastateur car déresponsabilisant (“on ne peut rien faire à notre niveau”). 

Lorsque nous échangeons avec des adolescent·es comme avec de futur·es enseignant·es et personnels d’éducation, nous mesurons combien la vision du monde portée par les acteurs·rices du libre et des communs les touche, les concerne… voire les inspire. Cette force d’inspiration est une force pour l’action collective. L’on ne peut déplorer constamment que les individus sont soumis à des plateformes et à leurs politiques coercitives (de navigation, de traçage, de conditionnement informationnel…) sans chercher à soutenir le développement d’une culture de l’information faite de connaissances sur l’histoire socio-politique du web comme sur des notions-phares fondamentales pour la compréhension du monde et son appréhension. Les concepts étudiés dans le cadre de l’éducation à l’information comme au numérique (et par le numérique) sont porteurs d’une philosophie et d’une vision politique du numérique dans la société, et plus largement encore d’un rapport au savoir et au monde. Les réflexions autour du libre en éducation, mais aussi plus largement au sein de toutes les activités quotidiennes liées au numérique en sont le reflet. La résistance aux industries du numérique constitue à plusieurs égards un programme d’émancipation des individus auquel les acteurs de l’éducation ne peuvent être insensibles :

« Parce que l’école a une mission sociale – depuis la maternelle jusqu’à l’université et dans la formation continue – de former des citoyens d’une société forte, capable, indépendante, solidaire et libre »

Richard Stallman – « Le libre comme alternative pour l’école contemporaine ? », Hermès, n°78, 2018, p.106

 

Ainsi, nous vous proposons, au fil de nos envies, de nos échanges… et de certaines dates symboliques (#Teasing #VousNenSaurezPasPlus)*, de (re-)découvrir des figures, individuelles et collectives, qui nous paraissent pouvoir constituer des points d’entrée pour aborder, dans le cadre des programmes et référentiels en vigueur dans l’enseignement primaire et secondaire, des notions, des objets, des évènements. Nous ne visons aucune exhaustivité, tant dans les figures abordées au fil du temps qu’au sein des parcours biographiques reconstitués. Nous avons fait le choix de focaliser sur certains axes en fonction des figures abordées, de manière aussi à témoigner de la diversité des engagements et des modes d’action en faveur d’une conscientisation de notre responsabilité individuelle et collective face à des dérives liberticides.

« Serez-vous des nôtres ? »

Comme le formulait Aaron Swartz, c’est la force d’une union collective qui favorisera véritablement le passage de l’information à la connaissance en action, des idéaux aux pratiques. Une communauté composée d’actrices et d’acteurs qui au quotidien oeuvre pour la libération de l’information et le partage des connaissances, bref pour ce monde en communs.

Une communauté dont les membres peuvent s’engager dès le plus jeune âge, comme Flavien, 17 ans, qui revendique le recours à des logiciels libres parce que « c’est comme pour l’agriculture biologique, c’est sain pour la société » ; Jean-Baptiste, Wikipédien qui anime des ateliers pour conférer du pouvoir d’agir à tout un chacun sur l’enrichissement informationnel du web ; ou Noémie, médiatrice qui promeut au quotidien une culture pour toutes dans un quartier défavorisé au sein d’un lieu reposant sur l’horizontalité des échanges et la circulation sociale de l’expertise.

Il s’agit tou-tes ensemble de faire vivre une Cité émancipatrice, où l’information est libérée, et la connaissance volontiers partagée, soumise à controverses, profondément vivante. Toutefois, notre propos ne souhaite en aucun cas faire oeuvre de prescription injonctive. Les communs ne sont pas un dogme ! C’est un idéal, politique, économique, culturel… et éducatif. D’aucun·es lèveront les yeux au ciel, soupirant devant tant de naïveté et d’optimisme, repousseront d’un revers de la main avec fatalisme ce qu’ils qualifieront dédaigneusement d’utopie. On ne peut pas forcer à rêver, et encore moins à réaliser les rêves. D’autres rêveront, oui : rêveront, à la réalisation de cet idéal, redresseront la tête en se disant « Et pourquoi pas ? », et dans un second temps chercheront des clés pour comprendre et agir, à leur échelle, pour un monde en partage. Vous êtes de ceux-là, n’est-ce pas ?

 

* Allez, on vous donne juste un petit indice pour deviner la première figure qui sera abordée… Nous vous donnons rendez-vous le 11 janvier !


  1. JEANNERET, Yves (2011/2000). Y a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ? Nouvelle édition revue et augmentée. Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, 198p. []
  2. SIMONNOT, Brigitte (2008). Être usager de l’information en ligne nécessite-t-il de nouvelles compétences documentaires ?. In DINET, Jérôme (dir.). Usages, usagers et compétences informationnelles au 21ème siècle. Paris : Hermès Lavoisier, p.21-39. Disponible en ligne : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00497448/document []
  3. MERZEAU, Louise (2016). « Il n’y a pas de mémoire sans une pensée de l’oubli ». Archimag, n°296, juillet-août 2016, p.42-43. Disponible en ligne : http://merzeau.net/wp-content/uploads/2016/07/Archimag-296-ITW_Merzeau.pdf []
  4. BOUBÉE, Nicole, TRICOT, André (2011). L’activité informationnelle juvénile. Paris : Hermès-Lavoisier, 300p. ; CORDIER, Anne (2015). Grandir Connectés : Les adolescents et la recherche d’information. Caen : C & F Éditions, 303p. []

Ce contenu a été publié dans Présentation par annecordier. Mettez-le en favori avec son permalien.

A propos annecordier

Maîtresse de Conférences HDR Qualifiée en Sciences de l'Information et de la Communication Mission Transformations Pédagogiques et Usages du Numérique - INSPÉ UMR ESO 6590 Espaces et Sociétés INSPÉ - Université de Rouen Normandie Thèmes de recherche : pratiques informationnelles ; imaginaires ; approche sociale de l'information ; apprentissages formels et non formels ; enseignement de l'information-documentation ; numérique en éducation. https://twitter.com/AnneCordier

6 réflexions sur « Des Figures en Commun(s) : Une aventure libre et partagée ! »

  1. Merci Anne pour cette nouvelle direction que tu inities avec Sophie. Pour la part je continue à explorer et à militer, notamment sur les communs, mais sur le terrain local d’une petite ville de Haute-Provence. Il ne s’agit plus de l’école pour moi, mais d’éducation populaire pour tous. Permettre concrètement à chacun de prendre le pouvoir sur son rapport à la connaissance et à l’information, et toujours questionner, c’est à quoi je travaille maintenant. Je suivrai bien sûr vos travaux sur les communs.

  2. D’aucuns ont également exprimé leur mépris pour Wikipédia, il y a à peine une petite quinzaine d’années… donc oui, soyons optimistes, bravo pour cette belle initiative, à très vite !

  3. J’apprécie énormément le ton de votre article et je ne manquerai pas de suivre vos prochaines publications. Vivement le11 janvier ! (je pense avoir deviné quelle personnalité sera abordée… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.