Aaron Swartz : sa vie, ses combats

Par Anne CORDIER et Sophie BOCQUET-TOURNEUR

Aaron Swartz, en 2009, au Boston Wikipédia Meetup (Source Wikipédia)

“Il nous a trouvés, il nous a touchés et il nous a montré le chemin qu’il pensait, et nous avec lui, très probablement, être le meilleur. Nous lui devons énormément encore aujourd’hui. Il reste une somme infinie de travail à accomplir. Pour cet écrivain, ce penseur, cet activiste, ce hacker, ce précieux ami, nous le ferons” Lawrence Lessig1

« Aaron est mort. Vagabonds dans ce monde de fous, nous avons perdu un mentor, un aîné plein de sagesse. Hackers défendant le droit, nous sommes un de moins, nous avons perdu l’un des nôtres. Tous ceux qui élèvent, qui soignent, qui sont à l’écoute, qui nourrissent, parents, tous, nous avons perdu un enfant. Pleurons. » Tim Berners-Lee 20132

Un engagé précoce

Eh bien, à vrai dire, j’essaie moi-même de répondre à cette question (comment pourrais-tu te présenter ?) Disons que je suis un adolescent qui aspire à rendre ce monde meilleur (notamment grâce à la loi, à la politique et aux technologies).3


Aaron Swartz est né le 8 novembre 1986. Enfant précoce, il s’intéresse très tôt à l’informatique, et à Internet. Durant son adolescence, il crée une encyclopédie éditée par les internautes (The Info Network), trois ans avant la naissance de Wikipédia. À partir de cette création, Aaron Swartz va travailler sur de multiples projets à sensibilité open source et collaboratifs. En 2000, à 14 ans, Il participe à l’élaboration de la spécification 1.0 du format RSS, format de données utilisé pour la syndication de contenu Web. 

Un an plus tard, il  contribue au développement informatique de la licence Creative Commons créée par Lawrence Lessig. Ce dernier le nomme chercheur au Safra Center for Ethics, où il travaille sur la corruption institutionnelle. Lessig dit de lui4:

Aaron a appris plus de choses que la plupart d’entre nous n’en apprendront jamais et il a élaboré plus de choses que la plupart d’entre nous n’en élaboreront jamais. […] Peu d’entre nous auront jamais une influence, ne serait-ce que vaguement comparable, à celle qu’a eue ce garçon” 

De Wikipédia à Reddit, des convictions mises en oeuvre

Aaron Swartz est un wikipédien actif 5 (son compte totalisait 5000 contributions à sa mort),  il se présente même à l’élection du conseil d’administration de la fondation Wikimédia (sans succès). Sur son blog, Il étudie le fonctionnement de l’encyclopédie collaborative et publie une étude sur ses modes de contribution. Pour lui, Internet est un formidable catalyseur pour la collaboration de masse que nécessite l’encyclopédie collaborative : 

Wikipédia a été créé non par des spécialistes dévoués, mais par des amateurs venus par hasard, et même si nous pouvons déplorer ses défauts, tout le monde s’accorde à dire que ce projet encyclopédique en ligne est une source d’information très utile. Internet est donc le premier média à rendre possible de tels projets collaboratifs de masse.”6

Il est persuadé que ce sont bien les rédacteurs, la communauté constituée, qui constituent le socle fondamental de ce dispositif, et non ses concepteurs :

En réalité, si Wikipédia fonctionne, c’est grâce à sa communauté ; un groupe de personnes qui ont fait de ce projet le leur et qui se sont appliquées à contribuer à sa réussite7

Ces rédacteurs, pour qui Wikipédia est si important, portent ce projet gratuit et collaboratif sur leur temps libre ; ils le protègent. Ils surveillent aussi les actes de malveillance sur les articles, Aaron Swartz avait d’ailleurs écrit à ce propos :

Pourquoi s’acquittent-ils de cette tâche ? Ce n’est pas particulièrement fascinant, ils ne sont pas payés pour le faire, et aucun responsable ne leur donne de directives. S’ils effectuent ce travail, c’est parce que le site a une si grande valeur à leurs yeux qu’ils s’en sentent responsables.8

Aaron Swartz a aussi réfléchi à des solutions pour mettre en place un système de traçabilité des doléances pour les articles, sur le modèle des pages de discussion, suite à des erreurs dans un article. Par la suite, c’est lui qui propose de mettre en place cet encart de précaution adressé au lecteur qui aujourd’hui nous parait à la fois si évident et si crucial pour l’éducation à l’information : “ (En cas de controverse sur un article) un avertissement indiquant que la neutralité de l’article est sujette à controverse pourrait par exemple être placé en haut de la page concernée jusqu’à ce que la plainte soit définitivement classée9. Il était fasciné par  l’auto-construction de la communauté Wikipédia reposant sur une collaboration totale, énonçant par-là l’utopie (incarnée) du web collaborative : « Au lieu d’attribuer des tâches spécifiques à chacun, Wikipédia a laissé aux individus la liberté de travailler sur ce qu’ils voulaient, dès qu’ils en ressentent l’envie. Au lieu de placer un responsable, Wikipédia a laissé les gens régler les problèmes par eux-mêmes10

A 16 ans, Aaron Swartz entre à l’Université de Stanford. Par la suite, il participe à la fondation du site d’actualités Reddit, crée le site Jottit, permettant de créer une page web très simplement. Il sera membre du W3C et du RDF Core Working Group , élabore le langage Markdown, crée Tor2web, projet logiciel qui permet d’accéder aux services cachés de TOR à partir d’un navigateur standard. 

Multimillionnaire à 19 ans, il n’aspire ni à l’argent, ni à la célébrité. Il veut un monde meilleur. Sur son blog, il exprime son idéalisme et son combat pour un internet libre.  

Un combattant de l’internet libre et du partage du savoir

L’œuvre de Aaron Swartz ne doit pas être limitée à une énumération d’outils ayant permis de libérer le savoir et internet. Ce serait une vision bien restrictive d’une telle personnalité ! Aaron Swartz n’a pas seulement contribué à outiller l’internet libre, il a milité par des actes de résistance pour un internet libre, plaçant l’internaute-citoyen au cœur du système :

Les usagers devraient payer les logiciels dans la mesure de leurs moyens et donner de l’argent aux auteurs d’œuvres qu’ils apprécient même lorsqu’on ne leur demande pas de contribution11

C’est ainsi qu’en 2003, alors qu’il a tout juste 16 ans, il imagine une licence globale, système de partage de fichiers au moyen de la cryptographie, bénéfique aux auteurs comme aux internautes12.
Il défend le téléchargement qu’il considère comme un symbole de la libération de l’information : « Voler est un acte répréhensible. Mais le téléchargement n’est pas du vol. Si je vole à l’étalage un album chez le disquaire du coin, personne d’autre ne peut l’acheter. Mais si je télécharge une chanson, personne n’en est privé, et une autre peut en profiter. À mes yeux, cela ne pose pas de problème éthique13.

Pour asseoir son propos, il prend appui sur des hommes fondateurs comme Jefferson :

« Voici les propos de Jefferson, extraits d’une lettre adressée à Isaac Mc Pherson : “Personne ne peut contester la légitimité du concept de propriété mais il est tout à fait étrange d’insinuer que les idées devraient relever de la propriété […] On peut garder une idée pour soi, mais à partir du moment où on la partage, n’importe qui peut se l’approprier” »14

En utilisant une partie de ses économies, il acquiert “les droits des collections numériques de la Library of Congress, la bibliothèque du Congrès américain, puis organise la publication sur le Web de ces superbes archives. Grâce à lui, des millions de documents sur l’histoire et la culture américaine sont désormais disponibles en ligne, gratuitement”.15


En 2007, lors des rencontres de Sébastopol, Aaron Swartz pose avec Tim O’Reilly et Lawrence Lessig les principes de l’open data : exiger la “publication des données dès leur production et dans leur forme “primaire”, c’est-à-dire telles que les administrations les collectent, sans avoir été modifiées ou agrégées.16
Le terme « Open Government Data » émerge alors.

Aaron Swartz participe aussi  à la création de l’Open Library, projet d’Internet Archive, qui vise à cataloguer tous les livres publiés dans une base de données librement accessible sur Internet.
En juillet 2008, il écrit « Manifeste pour une guérilla en faveur du libre accès ». Ce texte, en libre accès sur internet, capital pour comprendre les espoirs politiques et culturels d’un monde meilleur par un internet libéré, a été traduit par des internautes et décrit sa pensée. Aaron Swartz y prône la libre circulation des savoirs culturels et scientifiques et y dénonce la marchandisation des publications scientifiques, appelant à un mouvement collectif de grande ampleur. En voici quelques extraits : 

« L’information, c’est le pouvoir. Mais comme pour tout pouvoir, il y a ceux qui veulent le garder pour eux. Le patrimoine culturel et scientifique mondial, publié depuis plusieurs siècles dans les livres et les revues, est de plus en plus souvent numérisé puis verrouillé par une poignée d’entreprises privées.” 

Fournir des articles scientifiques aux chercheurs des plus grandes universités des pays riches, mais pas aux enfants des pays du Sud  ? C’est scandaleux et inacceptable.”

« Mais le partage n’est pas immoral, c’est un impératif moral. Seuls ceux qu’aveugle la cupidité refusent une copie à leurs amis. »

À la fin du texte, il lance un mouvement dans la tradition de la désobéissance civile : 

« La justice ne consiste pas à se soumettre à des lois injustes. Il est temps de sortir de l’ombre et, dans la grande tradition de la désobéissance civile, d’affirmer notre opposition à la confiscation criminelle de la culture publique.

Nous avons besoin de récolter l’information où qu’elle soit stockée, d’en faire des copies et de la partager avec le monde. Nous devons nous emparer du domaine public et l’ajouter aux archives. Nous devons acheter des bases de données secrètes et les mettre sur le Web. Nous devons télécharger des revues scientifiques et les poster sur des réseaux de partage de fichiers. Nous devons mener le combat de la guérilla pour le libre accès.

Lorsque nous serons assez nombreux de par le monde, nous n’enverrons pas seulement un puissant message d’opposition à la privatisation de la connaissance  : nous ferons en sorte que cette privatisation appartienne au passé. Serez-vous des nôtres  ?


En cohérence avec cet engagement ainsi clamé, en 2008 Aaron Swartz télécharge 2.7 millions de documents de PACER (système gouvernemental qui vend des documents judiciaires du domaine public) et les offre à l’organisation à but non lucratif “Public.Resource.Org”.  Le projet RECAP débute alors, avec la mise en ligne gratuite des documents du domaine public de PACER récupérés par Aaron Swartz. Le logiciel RECAP continue d’alimenter Archive.org, « la mémoire d’Internet ». Les 2,7 millions de pages téléchargées à l’origine par Aaron Swartz ne correspondent qu’à 1% de l’ensemble des documents contenus dans PACER17. Suite à cette action, le ministère proposera la gratuité d’accès.

De l’internet libre au désir d’un monde politique libéré de ses enclosures

Mais l’engagement d’Aaron Swartz ne se cantonne pas au monde numérique. Aaron Swartz a aussi investi, dans la lignée de ses combats pour un internet libre, la politique, affrontant notamment le pouvoir corrupteur de l’argent dans les institutions y compris à buts non lucratifs, les médias, la politique et l’opinion publique.

En 2008, il crée Watchdog.net, une organisation visant à renforcer la transparence gouvernementale en diffusant plus largement les données officielles18. Le site rassemble les données sur les documents électoraux et les financements de campagne et donne à ses utilisateurs des outils pour manipuler et présenter ces données eux-mêmes. Ses propos font écho à des débats tout à fait actuels… :

La transparence peut être une arme puissante mais certainement pas dans un contexte où les individus travaillent en solitaire. Arrêtons de nous lancer la balle en prétendant que notre mission consiste seulement à recueillir des données et que c’est aux citoyens de savoir quel usage en faire. Prenons solennellement la décision de travailler à lutter pour améliorer l’état du monde. J’adorerais voir tous ces êtres humains aux capacités extraordinaires s’atteler à cette tâche.19

À partir de 2009, il s’intéresse aussi à WikiLeaks et aux informations militaires rendues publiques par ce mouvement, “et prend dans les médias la défense de Bradley Manning, cette analyste de l’armée américaine accusé d’avoir transmis des documents secrets à l’équipe de Julian Assange.20

En 2010, Aaron Swartz fonde le collectif “Demand Progress”, une organisation qui fait pression sur le monde politique notamment au moyen de pétitions. Ainsi, il encourage les citoyens à contacter massivement les membres du Congrès pour défendre différentes causes. Le collectif s’implique dans plusieurs campagnes comme le refus de la mise hors-la-loi de WikiLeaks, ou encore le soutien de l’action des lanceurs d’alerte notamment et contre le projet de loi SOPA (Stop online piracy act).

Ce projet de loi SOPA (qui s’intitulait auparavant COICA) vise à lutter contre la violation du droit d’auteur et le piratage des œuvres en mettant en place des dispositifs de blocage pour les contrevenants par les Fournisseurs d’Accès Internet.

Son dernier projet, Deaddrop qui deviendra SecureDrop, permet aux lanceurs d’alerte d’envoyer des documents aux médias sans mettre en péril leur sécurité en utilisant TOR. Cette plateforme est encore utilisée par des médias comme le New Yorker, le Washington Post ou encore le Guardian.

En 2011, depuis le MIT, Aaron Swartz télécharge 4.7 millions de documents scientifiques sur la base JSTOR (système d’archivage en ligne de publications universitaires et scientifiques et bibliothèque numérique payante), soit la quasi-totalité du catalogue. Il n’en fait rien, ne les partage pas. Il est inculpé de 13 chefs d’accusation (dont le vol, la fraude informatique et l’accès illégal à des informations protégées) et menacé de 35 ans d’emprisonnement et d’un million de dollars d’amende. Alors que l’entreprise JSTOR a retiré sa plainte, l’État américain continue sa poursuite. Le MIT ne fait rien.

Après deux ans de procédure très dure (les proches du militant évoqueront un harcèlement intenable), Aaron Swartz se suicide le 11 janvier 2013. Il avait 26 ans.

« Vous allez me manquer »

En août 2013, Aaron Swartz est admis, à titre posthume, au temple de la renommée d’Internet, dans la catégorie des innovateurs.

En 2002, il avait rédigé un billet « Bien que je ne sois pas encore mort ! » listant ses dernières volontés :


 » J’aimerais reposer dans un endroit qui ne soit pas trop la mort (sic). Je veux dire par là qu’il serait bien que mon corps puisse avoir accès à de l’oxygène (bien qu’un accès direct ne soit pas forcément idéal, j’en conviens), et qu’on m’évite d’avoir deux mètres de terre sur la tête. Je demande surtout à ce que l’ensemble de mes ordinateurs et disques durs soient rendus publics. Que chacun puisse voir et lire ce que j’ai fait et produit. Il n’y aura rien à retirer ou effacer. Pas de secret, et évidemment pas de frais pour accéder à ces contenus. Je souhaite aussi que les sites dont je me suis occupé soient tenus à jour, que ce travail soit poursuivi et amélioré… Ah oui, je voulais aussi vous dire : vous allez me manquer. « 21


Pourquoi et comment aborder la figure d’Aaron Swartz, et son héritage, pour une éducation citoyenne et engagée du net ? Cliquez ici pour accéder à l’article !

 

  1. Swartz, Aaron, and Lawrence Lessig. Celui Qui Pourrait Changer Le Monde: Aaron Swartz: écrits. Éditions B42, p.11 []
  2. Mediapart []
  3. Swartz, 2017, p. 21 []
  4. Blaise Mao & Louise Hermant “Aaron Swartz,  » Celui Qui Pourrait Changer Le Monde ». » « . Usbek & Rica. 25/04/2017. https://usbeketrica.com/fr/article/aaron-swartz-celui-qui-pourrait-changer-le-monde []
  5. Sa page de wikipédien est encore accessible ici : https://en.wikipedia.org/wiki/User:AaronSw []
  6. Swartz, 2017, p. 39 []
  7. Swartz, 2017, p. 54 []
  8. Swartz, 2017, p. 54 []
  9. Swartz, 2017, p. 59 []
  10. Swartz, 2017, p. 61 []
  11. Swartz, 2017, p. 23 []
  12. https://www.digital.sncf.com/actualites/les-insolites-de-la-tech-aaron-swartz-linformation-cest-le-pouvoir []
  13. Swartz, 2017, p. 19 []
  14. Swartz, 2017, p. 32 []
  15. Tellier, Emmanuel. Aaron Swartz : Sur Les Traces D’une Étoile Filante Du Net.” Télérama, 06/04/2013, https://www.telerama.fr/medias/aaron-swartz-sur-les-traces-d-une-etoile-filante-du-net,95428.php []
  16. Goëta Samuel, « Un air de famille : les trajectoires parallèles de l’open data et du big data », Informations sociales, 2015/5 (n° 191), p. 26-34. DOI : 10.3917/inso.191.0026. URL : https://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2015-5-page-26.htm []
  17. https://information.tv5monde.com/info/l-enfant-d-internet-aaron-swartz-mort-d-avoir-voulu-propager-le-savoir-1990 []
  18. Swartz, 2007, p. 16 []
  19. Swartz, 2017, p. 88 []
  20. Tellier, Emmanuel. Aaron Swartz : Sur Les Traces D’une Étoile Filante Du Net.” Télérama, 06/04/2013, https://www.telerama.fr/medias/aaron-swartz-sur-les-traces-d-une-etoile-filante-du-net,95428.php []
  21. Tellier, Emmanuel, op. cit. []

1 réflexion sur « Aaron Swartz : sa vie, ses combats »

  1. Ping : In memoriam Aaron Swartz – Miscellanea numerica

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.