Aaron Swartz. Un héritage à transmettre : pour une éducation citoyenne et engagée du net

Par Anne CORDIER et Sophie BOCQUET-TOURNEUR

Aaron Swartz – Manifestation contre le SOPA, 2012 (Source Wikipédia)

Aaron Swartz est un personnage atypique dans l’histoire d’Internet par sa jeunesse tout d’abord mais aussi par ses prises de position et ses combats. Après sa mort, les hommages en ligne se sont multipliés. Parmi eux, citons deux propos forts de son avocat David Winberg1 :

Il n’était pas un hacker, mais un bâtisseur

“ (Aaron Swartz symbolise) une vision démocratique, égalitaire et transparente du Web, outil d’émancipation à défendre comme un trésor commun, à protéger contre les tentations et tentatives de privatisation.

Cette vision, ce « trésor commun », il faut les défendre, les préserver, les transmettre. En tant qu’éducateurs·rices, enseignant·es, médiateurs·rices de l’information, nous avons un rôle primordial à jouer en ce sens. Car aborder dans le cadre d’un projet éducatif ou pédagogique la personnalité et l’oeuvre de Aaron Swartz, c’est profondément faire écho à des problématiques qui nous touchent tou-tes, interrogent notre rapport individuel et collectif au web et plus largement au monde. C’est nous rendre chacun-e dépositaire d’un héritage impressionnant et responsable du monde informationnel qui est le nôtre.

Un individu, Notre Histoire commune

Il nous semble que faire connaître Aaron Swartz à nos élèves, étudiant·es et autres publics, c’est véritablement montrer l’importance de cette personnalité dans un ouvrage collectif. Situer le rôle d’Aaron Swartz dans l’histoire du Net et du web, c’est aussi tirer le fil de l’évolution, des usages et des dispositifs qui constituent notre pratique numérique au quotidien. Nous utilisons encore tous les jours, des outils, des logiciels, des sites qui portent l’empreinte de Aaron Swartz : Creative commons, RSS, open data, Wikipédia…

« La vraie question n’est pas de savoir quel effet a eu le travail que l’on a accompli, mais à quoi ressemblerait le monde si on ne l’avait jamais accompli. »2

Du sens politique et social

Il s’agit de dépasser cette vision utilitariste du web, et du numérique en général, qui semble prévaloir dans notre société, résumant très souvent le web et les usages numériques à de l’outillage. Ce que Aaron Swartz tout au long de sa courte vie a porté, c’est précisément une vision politique du numérique, mettant en lien systématiquement les choix opérés et les intentions, les valeurs ainsi que les droits sous-tendus par ces choix. La culture numérique n’est rien sans la connaissance de l’histoire du web, des batailles et débats foncièrement politiques qui ont rythmé, et rythment encore, sa naissance tout comme son évolution. Si Internet est tel qu’il est aujourd’hui , c’est parce que des hommes comme Aaron Swartz ont créé le RSS, les Creative Commons, ont défendu la liberté d’expression et d’information. L’ombre d’Aaron Swartz est partout sur le web, montrons-la ! L’histoire d’Internet ne se cantonne pas à la création et à l’expansion de grandes sociétés du Net. L’histoire d’Internet, ce sont aussi les chemins empruntés par Aaron Swartz et ses innombrables travaux dont on trouve encore (en cherchant bien) les marques : les fichiers qu’il a laissés sur GitHub, ses réflexions et ses prises de position sur son blog, ses messages au RDF Core Working3

Contre la résignation, un pouvoir d’agir effectif !

Mettre en lumière les combats de Aaron Swartz, c’est lutter contre la résignation ambiante, et le défaitisme face au pouvoir des plateformes dominatrices, des enclosures multiples, et doter chacun-e de clés de compréhension pour agir. Les luttes prises en charge par Aaron Swartz sont loin d’être achevée et l’actualité nous montre constamment combien vouloir un internet libre, un partage des savoirs plus égalitaire, a un prix : celui de l’action, individuelle et collective. Quelques mois après sa victoire contre SOPA, Aaron Swartz déclarait : 

«Bien sûr, ils reviendront sous un autre nom, sous un autre prétexte, et peut-être pour causer d’autres genres de dégâts. Ne vous y trompez pas: l’ennemi de la libre connexion est encore là. Le feu qui brûle dans les yeux de ces hommes politiques n’a pas été éteint. Beaucoup de gens, beaucoup de puissants, en veulent à Internet. Et pour être honnête, bien peu ont intérêt à le protéger de tout ça. Même certaines des plus grandes entreprises du Web, à vrai dire, auraient à gagner dans un monde où leurs petits concurrents seraient censurés. On ne peut pas laisser faire ça.»4

Considérant que chaque citoyen·ne devrait se sentir concerné·e par ces luttes, nous avons à coeur d’y sensibiliser nos élèves, nos étudiant·es, nos publics. Parce que le message premier de cet Aaron Swartz qu’on imagine si bien déambuler sur son vélo, c’était celui-là : ne baissons jamais les bras quand on veut emprisonner notre liberté.5

Nous sommes là face à un enjeu collectif, sociétal. Prenons l’exemple de la désinformation, qui fait la Une quasi-quotidienne de nos actualités. À ce sujet encore, le propos de Aaron Swartz nous semble résonner avec force :

Lutter contre le courant de la désinformation est une tâche difficile, mais en travaillant ensemble, des citoyens engagés peuvent faire des progrès incroyables, même lorsqu’ils se dressent contre les intérêts les plus puissants. Notre société possède un niveau de liberté et d’ouverture extraordinaire. C’est à nous qu’il revient de décider si nous voulons utiliser cette liberté pour chercher la vérité, ou si nous préférons continuer à nous satisfaire des platitudes conventionnelles que l’on nous sert. 6

Un héros moderne

Enfin, dans l’entreprise qui est la nôtre de sensibiliser aux communs à travers des personnalités, individuelles et collectives, nous défendons la considération de Aaron Swartz comme héros moderne. De même que dans le domaine de l’informatique, plusieurs chercheuses prônent la nécessaire connaissance de ce que l’on appelle des « rôles modèles » afin de convaincre les femmes à rejoindre ce milieu, nous sommes convaincues que la figure d’Aaron Swartz, sans être pour autant portée aux nues dans une forme de mysticisme déplacé, revêt pleinement les caractères du « rôle modèle » tel que défini par le sociologue Robert King Merton, dans le sens où cette figure nous parait tout à fait inspirante, poussant à réfléchir sur nos pratiques et notre rapport au monde.

Qu’est-ce qu’un héros en 2013 ? en 2021 ? C’est peut-être quelqu’un comme Aaron Swartz. Quelqu’un qui n’a pour arme que son ordinateur portable, sa maîtrise du code informatique et son obstination. Quelqu’un qui ne cherche pas la notoriété, qui n’est pas intéressé par le profit, “quelqu’un dont la lutte est une passion individuelle qui rejoint un souci collectif et contemporain, par exemple le souci de l’accès libre à l’information (contre le contrôle politique des régimes autoritaires, mais aussi contre les barrières commerciales dans nos démocraties). En tout cas, l’écran, les câbles et l’anonymat n’abolissent pas le courage. »7

Une jeunesse idéaliste et combattive

Bien sûr, la jeunesse de Aaron Swartz constitue également une particularité qui ne peut être passée sous silence. Nous nous rendons bien compte lorsqu’on évoque sa vie avec nos étudiant·es combien l’âge de l’individu les frappe. Parce que parler de Aaron Swartz, ce n’est pas seulement évoquer le pouvoir de l’engagement citoyen, c’est réhabiliter la jeunesse comme force active de proposition et d’action pour changer le monde, en croyant à ses rêves. Sans nul doute, la jeunesse de Aaron Swartz est une force d’identification forte pour nos élèves, étudiant·es et publics, qui y sont tout à fait sensibles. Il ne s’agit pas de jouer sur l’émotion (bien qu’il nous semble qu’il faut aussi cesser de vouloir nier la force affective et émotionnelle de l’apprentissage !), mais bien d’inscrire cette figure parmi toutes celles que nos élèves peuvent convoiter comme des modèles d’engagement, voire de vie. À l’heure où la jeunesse subit toujours de nombreux assauts qui la soupçonnent d’être « manipulée » lorsqu’elle prend la parole et défend des positions, dire à nos élèves l’admiration que suscite une figure comme celle de Aaron Swartz, et notamment en raison de son jeune âge, c’est réhabiliter la jeunesse, c’est lui reconnaître son autonomie, de pensée comme d’action, c’est lui dire notre confiance. C’est aussi lui permettre de saisir de façon prégnante les potentialités que recèle l’espace numérique pour exercer une prise de parole responsable et un pouvoir d’agir au service du collectif. En 2004, Aaron Swartz expliquait bien comment Internet avait été un catalyseur pour l’expression de ses idées malgré son jeune âge :

Mais l’une des grandes réussites d’Internet est la manière dont il m’a aidé à dépasser un grand nombre de ces obstacles, d’abord parce que notre âge n’est pas immédiatement identifiable à chaque fois que nous prenons la parole (ce qui l’est en revanche lorsque quelqu’un vous regarde en train de parler), et aussi parce que les geeks semblent juger les gens en fonction de ce qu’ils font plus que pour ce qu’ils sont.
Ce n’est pas uniquement l’apanage des jeunes, naturellement. Internet a un pouvoir extraordinairement libérateur pour tout le monde, des personnes issues de la communauté noire aux malvoyants.
8

L’expérience confiée par Aaron Swartz sur ses sociabilités en ligne peut tout à fait faire écho à celle de nos publics : «J’ai développé mes relations les plus importantes en ligne», écrivait le jeune hacktiviste à 14 ans, en avril 2001: 

«Aucune d’entre elles n’habite dans la région. Aucune n’a mon âge. Même parmi ceux que je ne compte pas parmi mes “amis”, j’ai rencontré plein de gens en ligne qui ont simplement commenté mon travail ou sont intéressés par ce que je fais. Par le biais d’Internet, j’ai mis au point un réseau social solide—ce que je ne pourrais jamais faire si je devais cantonner le choix de mes amitiés au domaine de l’école.»9

Pour faire découvrir Aaron Swartz à nos publics

Nous ne souhaitons en aucun cas faire œuvre de prescription pédagogique ! Toutefois, nous avons, vous l’aurez compris, à cœur de vous convaincre d’aborder la figure d’Aaron Swartz au gré de projets éducatifs et/ou pédagogiques.

Pour ce faire, des ressources sont à votre disposition (cf. article Aaron Swartz. Bibliographie) et bien sûr peuvent intégrées le fonds du centre de documentation.

  • L’ouvrage The Internet’s Own Boy : The story of Aaron Swartz peut être catalogué et mis à disposition sur le SIGB, comme ici
  • L’ouvrage Celui Qui Pourrait Changer Le Monde : Aaron Swartz: écrits (Swartz, Aaron, Lessig, Lawrence Lessig) publié en 2017 aux Éditions B42, est accessible à des élèves de lycée. Reprenant une partie des textes de Aaron Swartz, il constitue un précieux support pour travailler dans le texte sélectionné la pensée de cette personnalité.
  • Un documentaire court (5 minutes) comme support pédagogique : « Aaron Swartz : hacktiviste des savoirs » – Culture Prime / France Culture

Nous ne pouvons que vous inciter à vous emparer de cette figure pour l’intégrer à vos projets d’éducation au numérique, à l’information et aux médias !

Pourquoi ne pas, comme cet enseignant documentaliste de lycée et sa collègue de Lettres modernes, au sein d’un projet intitulé « Se faire entendre pour faire changer le monde », glisser parmi les figures (au choix) à traiter par les élèves celles de Aaron Swartz ? Ces deux enseignants l’ont fait. Dans la liste comprenant des héros et héroïnes comme Jean Moulin, Rosa Parks, ou encore le Prix Nobel de la Paix 2018 Dr Denis Mukwege, une élève a choisi Aaron Swartz, un autre a choisi Edward Snowden. Ces élèves de 2nde générale effectuent une recherche documentaire sur ces figures, et sont ensuite chargés de réaliser leur portrait à l’oral, en incarnant ces personnages, et en mettant en exergue les valeurs portées par eux. Nous ne pouvons encore à ce jour partager avec vous les restitutions orales de ces élèves, mais nous ne manqueront pas de le faire (merci aux enseignant·es du projet et à ces deux jeunes d’avoir accepté cela d’ailleurs !).

Nous ne résistons pas à partager avec vous le projet « Presse Investigation » mené en classe de 1ère par un enseignant documentaliste en lycée polyvalent, en partenariat avec une enseignante de Sciences Économiques et Sociales. Un magazine (3 numéros par an, projet EMI hebdomadaire) consacré au monde des médias, au sein duquel un article a été consacré à Aaron Swartz. La lecture de cet article devrait vous intéresser ! Vous y noterez à la fois bien sûr la qualité informationnelle de l’écrit communiqué, mais aussi le manifeste intérêt que Pheeby et Lucie, autrices de cet article, portent désormais à Aaron Swartz, leurs mots témoignent de la force d’identification dont nous avons parlé plus haut mais aussi de la sensibilisation, par ce moyen, aux enjeux politiques et sociaux d’une culture numérique. Pour découvrir le numéro « Presse Investigation », et l’article intitulé « Comment le jeune Aaron Swartz a défendu l’internet libre au risque de sa vie », c’est ici !

Aaron Swartz est un personnage attachant, complexe, incroyable, qui nous inspire tous les jours. Nous sommes très sensibles, toutes les deux, à ses combats, à sa philosophie, à son activisme. Nous souhaitions le mettre en lumière pour lui donner la place qu’il mérite dans l’histoire d’Internet, et plus largement encore la culture numérique, de l’information et des médias, pour que son empreinte apparaisse dans les collèges, les lycées et les universités. Nous espérons que cet article vous aura aidé à le découvrir et peut-être à en parler autour de vous, et surtout à vos élèves ! N’hésitez pas à partager avec nous vos expériences éducatives et/ou pédagogiques autour de la figure de Aaron Swartz et des communs !


Désireux·ses d’approfondir ? La bibliographie comprenant les sources exploitées pour réaliser ce travail autour de Aaron Swartz ainsi que des références pouvant être utilisées comme supports lors de vos projets éducatifs/pédagogiques est ici !

  1. Source : Tellier, Emmanuel. “Aaron Swartz : Sur Les Traces D’une Étoile Filante Du Net.” Télérama, 6/04/2013, www.telerama.fr/medias/aaron-swartz-sur-les-traces-d-une-etoile-filante-du-net,95428.php. []
  2. Swartz, Aaron, blog, “Héritage” 2005 []
  3. Un exemple son message d’introduction à ce groupe : https://lists.w3.org/Archives/Public/w3c-rdfcore-wg/2001Apr/0062.html). Tout ceci est encore consultable, pourquoi ne pas le présenter à nos élèves ? []
  4. Peters, Justin. “Aaron Swartz, Les Mystères D’un Idéaliste.” Slate.fr, 4/03/2013, http://www.slate.fr/story/68985/aaron-swartz-suicide []
  5. Denis, Jean-Philippe. « Introduction – Aaron Swartz, au risque de la liberté », M@n@gement, vol. vol. 18, no. 5, 2015, pp. 373-374. https://www.cairn.info/revue-management-2015-5-page-373.htm []
  6. Aaron Swartz, Celui Qui Pourrait Changer Le Monde : Aaron Swartz: écrits. Editions 42, 2017, p. 250 []
  7. De la Porte, Xavier. « Aaron Swartz : un héros contemporain ». France Culture. 10/12/2013. https://www.franceculture.fr/emissions/ce-qui-nous-arrive-sur-la-toile/aaron-swartz-un-heros-contemporain []
  8. Swartz, 2017, p. 26 []
  9. Peters Justin, op. cit. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.