Richard Stallman. Le libre comme droit humain.

Par Anne CORDIER et Sophie BOCQUET-TOURNEUR

Richard Stallman, en 2014, Fête de l’Humanité. Conférence : « Les logiciels libres : les droits humains dans votre ordinateur » (Source Wikipédia)

rms au pays des hackers

Richard Matthew Stallman, rms pour les intimes1, est né le 16 mars 1953 à Manhattan.

Brillant étudiant en physique et mathématiques à Harvard, Stallman est rapidement recruté par le prestigieux laboratoire d’intelligence artificielle du Massachusetts Institute of Technology, plus connu encore sous le nom de MIT. D’emblée, Stallman apparaît comme une personnalité iconoclaste. Il est immédiatement séduit par l’état d’esprit et la culture libertaire caractéristiques du milieu hacker. Il y déploie ses compétences au service de la programmation et de la fabrication de logiciels.

À la fin des années 1970, l’arrivée du « Personal Computer », autrement dit le micro-ordinateur, modifie en profondeur le marché de l’informatique, et le monde de la recherche informatique : de chercheurs dans un environnement académique, universitaire, où le code informatique est un objet diffusé et partagé le plus librement possible, les informaticiens deviennent des personnes convoitées pour intégrer des logiques d’édition de logiciels et d’entreprises, notamment caractérisées par la mise en place d’enclosures et de mesures de privatisation des découvertes informatiques.

Richard Stallman, révolté, attaché viscéralement à la libre circulation des savoirs et aux échanges favorisés par l’informatique, refuse de participer à cette logique propriétaire. En outre, il raconte qu’un jour, alors qu’il cherche à réparer son imprimante, il réalise qu’il ne peut accéder au code source du logiciel, verrouillé par son fabricant2.

Le GNU, ou la libération du code selon Stallman

« Avec un programme, il n’y a que deux possibilités : ou les utilisateurs ont le contrôle du programme, ou le programme a le contrôle des utilisateurs »3

Fort de cette conviction, il s’agit de créer un système d’exploitation concurrent à Microsoft qui alors connaît une expansion impressionnante avec Unix. En 1983, Richard Stallman crée un nouveau système d’exploitation, le GNU, acronyme récursif de GNU is Not Unix.

Ce système d’exploitation a pour objectif d’être composé uniquement de logiciels libres, c’est-à-dire de logiciels qui pourraient librement être exécutés, copiés, modifiés, redistribués, par tous leurs utilisateurs.

D’emblée, Stallman place la défense du GNU sur le terrain de la philosophie et de la politique, comme en témoigne les termes du Manifeste GNU qui voit le jour en 1985 : «Les programmeurs ne méritent-ils pas une récompense pour leur créativité ? »[…]« Si quelque chose mérite une récompense, c’est bien la contribution à la société, écrivait Stallman. La créativité peut être un apport à la société, mais uniquement dans le cas où cette dernière est libre d’en utiliser le produit. Si des programmeurs méritent d’être récompensés pour la création de programmes novateurs, ils méritent tout autant d’être punis s’ils en limitent l’utilisation. »4.

Richard Stallman démissionne du MIT pour pouvoir se consacrer pleinement à ce projet. En 1985, il crée la Free Software Foundation, qui a pour but de promouvoir le logiciel libre et ce que l’on appellera bientôt la licence GPL.

En 1990, GNU devient le système GNU-Linux, né de l’association avec le noyau Linux développé par Linus Torvalds. Un système bien actif encore aujourd’hui, certain-es d’entre vous sont peut-être équipé-es de systèmes libres relevant des distributions GNU-Linux comme Ubuntu, Debian ou encore Fedora. Cette appellation GNU-Linux est très importante pour Stallman, car elle permet de ne pas oublier le but du projet GNU, à savoir « permettre l’utilisation d’un système entièrement libre et garantir les libertés fondamentales de manière générale »5.

La licence GPL, une marche de plus vers l’alternative

Comment garantir l’exploitation libre par la communautés des développeurs des créations issues du système GNU ?

C’est en créant la licence GPL – General Public Licence – que Richard Stallman résout cette question primordiale : « Pour simplifier, en s’adossant à la puissance juridique du copyright, la GPL maintient de manière irrévocable les logiciels en une forme de propriété commune, que les juristes contemporains nomment désormais digital commons (biens communs numériques). Une fois sous GPL, un logiciel ne peut plus être rendu privateur par personne. Dès que, par ce moyen, un auteur fait don d’un code à la communauté, la liberté qu’il confère aux utilisateurs de ce code est inaliénable. De plus, les versions dérivées doivent être couvertes par la même licence si elles comportent une partie substantielle du code source original. C’est pour cette raison que les détracteurs de la GPL l’ont qualifiée de « virale », suggérant à tort qu’elle se propage d’elle-même à tous les logiciels qu’elle touche »6.

Précisément, quatre principes fondamentaux guident la licence GPL :

  1. La liberté d’exécuter un logiciel, quel que soit l’usage souhaité
  2. La liberté d’accéder au code source du programme pour pouvoir étudier son fonctionnement et l’adapter à ses besoins
  3. La liberté de redistribuer à l’envi des copies du programme
  4. L’obligation de partager avec la communauté les modifications effectuées en mettant à disposition les versions modifiées, évidemment sous licence GPL également.

Le logiciel libre en trois mots : Liberté, Égalité, Fraternité

« Un programme non libre soumet son utilisateur au pouvoir de son propriétaire, le privant ainsi de sa liberté. Le logiciel « privateur » ne devrait pas exister. Le mouvement du logiciel libre ambitionne de mettre fin à cette pratique et à ce pouvoir injustes »7

Militant du logiciel libre, Richard Stallman nous invite à concevoir le libre au sein d’une philosophie humaniste, au service de la défense des droits humains. Ainsi, il affirme que le logiciel libre peut se résumer en trois mots : Liberté, Égalité, Fraternité. Une citation d’ailleurs rituelle qu’il utilise à chacune de ses conférences en France, en référence à la devise de la République française. « Liberté, parce que (les programmes libres) respectent la liberté de leurs utilisateurs. Égalité, parce que dans la communauté du logiciel libre, tous les utilisateurs sont égaux, personne n’a du pouvoir sur personne. Fraternité, parce que nous encourageons la coopération entre les utilisateurs »8.

Il décline ensuite les « quatre libertés essentielles » qui définissent selon lui le logiciel libre :

Ces libertés donnent à chaque utilisateur le contrôle du programme. Mais elles ne suffisent pas. Il faut aussi des moyens de contrôle collectif. Il faut donc ajouter :

– « Liberté 0 : la liberté d’exécuter le programme comme l’utilisateur le souhaite, pour n’importe quel objectif. C’est la liberté de base.

– Liberté 1 : la liberté d’étudier le fonctionnement du programme et de l’adapter à ses désirs. La condition préalable est d’accéder au code source.

– Liberté 2 : la liberté de donner ou vendre des copies sans modification.

– Liberté 3 : la liberté d’améliorer le programme et de rendre publiques les améliorations pour que toute la communauté en bénéficie, de donner ou vendre des copies modifiées.

Cela autorise les utilisateurs à travailler ensemble en groupes formels et informels pour adapter les programmes à leurs désirs et à leurs besoins. Tout le monde a le droit de changer les programmes, y compris ceux qui ne savent pas programmer, mais qui peuvent participer aux choix collectifs, en travaillant avec des programmeurs. Si on veut lutter contre des risques majeurs comme l’espionnage, le contrôle collectif est le seul moyen »9. Avec le logiciel libre, c’est une vision alternative, libertaire et décentralisée d’internet qui est proposée à toutes et tous. Au Copyright, Stallman oppose le Copyleft, autrement dit le fait que les versions modifiées d’un logiciel doivent également être libres et à disposition. Stallman s’oppose ainsi aux brevets logiciels et aux dispositifs de verrouillage par DRM.

Un doigt d’honneur aux GAFAM

En 1999, Richard Stallman imagine The Free Universal Encyclopedia and Learning Resource, une encyclopédie universelle, libre, et qui serait actualisée en temps réel par des contributeurs et contributrices du monde entier, lesquel-les s’adonneraient bénévolement à cette tâche à l’inverse de spécialistes rémunérés pour l’accomplir. Lisez donc comment Stallman décrit ce projet : « Pour garantir que le web devienne une encyclopédie libre, ce qui serait sa destinée la plus favorable et la plus naturelle, nous devons faire un effort conscient pour éviter la séquestration délibérée de l’information encyclopédique et pédagogique publiée sur le net. Nous ne pouvons pas empêcher que l’industrie impose des restrictions sur l’information qu’elle rend disponible ; ce que nous pouvons faire, c’est de proposer une alternative »10.

Wikipédia naît en 2001. Si Stallman n’a pas en soi participé à son élaboration, il est incontestablement, tout comme Aaron Swartz, à l’origine de sa pensée : “L’avenir de l’encyclopédie est en grande partie lié à celui du mouvement du libre, et il faut reconnaître à Richard Stallman la paternité réelle ou spirituelle de ce projet.”11

Stallman est de tous les combats pour lutter contre les stratégies propriétaires de captations des savoirs comme des données. Avec les « libristes », il s’est opposé à Hadopi et au TAFTA, mais aussi désormais rejoint le combat pour la protection de la vie privée et des données personnelles.

En septembre 2019, Stallman démissionne du MIT et de la présidence de la FSF après avoir pris la défense de Marvin Minsky, figure marquante du MIT. Ce dernier, décédé en 2016, aurait eu une relation sexuelle avec une jeune femme « alors qu’elle avait 17 ans et M. Minsky 73, à la demande de Ghislaine Maxwell, la proche associée de M. Epstein». Suite à un emballement médiatique, Stallman a été accusé d’avoir « affirmé que les victimes d’Epstein étaient consentantes ». Le 14 septembre 2019, Richard Stallman publie un message d’excuses sur son blog, et sur la liste de diffusion du MIT : « [Les médias] ont totalement déformé mes propos », y écrit-il ; « Ils écrivent que je défends Epstein. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. J’ai écrit qu’il était un violeur en série et que sa place était en prison. […] Je regrette de ne pas avoir pu empêcher cette incompréhension. »12


Richard Stallman, quelle figure, n’est-ce pas ?! Comment aborder cette figure dans le cadre d’une éducation critique au numérique et à l’information ? Cliquez ici pour accéder à l’article !

  1. « Dans les années 1970, l’avènement du bas de casse sur les écrans informatiques représente une vraie conquête et donc à cette époque, les minuscules sont modernes aux yeux des informaticiens » – Source Wikipédia, Richard Stallman. Disponible sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Stallman []
  2. STALLMAN Richard M., WILLIAMS, Sam, MASUTTI, Christophe (2010). Richard Stallman et la révolution du logiciel libre. Une biographie autorisée. Paris : Eyrolles et Framabook. Disponible sur : https://framabook.org/docs/stallman/framabook6_stallman_v1_gnu-fdl.pdf []
  3. STALLMAN, Richard (2012). Logiciels libres et éducation. CRDP Versailles, France. Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=4KDMxzGC2Ag []
  4. STALLMAN Richard M., WILLIAMS, Sam, MASUTTI, Christophe (2010). Richard Stallman et la révolution du logiciel libre. Une biographie autorisée. Paris : Eyrolles et Framabook, p.150. Disponible sur : https://framabook.org/docs/stallman/framabook6_stallman_v1_gnu-fdl.pdf []
  5. Source Wikipédia, Richard Stallman. Disponible sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Stallman []
  6. STALLMAN Richard M., WILLIAMS, Sam, MASUTTI, Christophe (2010). Richard Stallman et la révolution du logiciel libre. Une biographie autorisée. Paris : Eyrolles et Framabook, p.19. Disponible sur : https://framabook.org/docs/stallman/framabook6_stallman_v1_gnu-fdl.pdf []
  7. STALLMAN, Richard (2019). Il faut être prêt à payer le prix de la liberté », entretien avec Richard Stallman. La revue durable, nº 63, automne-hiver 2019, p. 50 []
  8. Écoutez Stallman l’énoncer en français au tout début de cette vidéo savoureuse ! STALLMAN, Richard (2012). Logiciels libres et éducation. CRDP Versailles, France. Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=4KDMxzGC2Ag []
  9. Stallman, R. M., In « Le libre comme alternative pour l’école contemporaine ? » Hermès, La Revue, n°78, p. 104–107. Disponible sur https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2017-2-page-104.htm []
  10. STALLMAN, Richard (…). Encyclopédie universelle et ressources pédagogiques libres. GNU.Org. Disponible sur : https://www.gnu.org/encyclopedia/free-encyclopedia.fr.html []
  11. https://fr.wikiquote.org/wiki/Richard_Stallman []
  12. Richard Stallman, précurseur du logiciel libre, démissionne du MIT et de la Free Software Foundation. Le Monde.fr. Retrieved from https://www.lemonde.fr/pixels/article/2019/09/17/richard-stallman-precurseur-du-logiciel-libre-demissionne-du-mit-et-de-la-free-software-foundation_5511466_4408996.html []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.