A propos annecordier

Maîtresse de Conférences HDR Qualifiée en Sciences de l'Information et de la Communication Mission Transformations Pédagogiques et Usages du Numérique - INSPÉ UMR ESO 6590 Espaces et Sociétés INSPÉ - Université de Rouen Normandie Thèmes de recherche : pratiques informationnelles ; imaginaires ; approche sociale de l'information ; apprentissages formels et non formels ; enseignement de l'information-documentation ; numérique en éducation. https://twitter.com/AnneCordier

Médias en Seine – 12 Octobre 2021

“Habiter un monde commun”. Voilà la thématique du “festival international des médias de demain”, organisé sous l’égide de France Info et Les Echos.

Un programme riche et diversifié pour réfléchir collectivement sur les conditions du vivre-ensemble dans un monde où algorithmes, puissances médiatiques et pouvoirs politiques, s’entrechoquent souvent.
Programme et inscriptions ici : https://event.mediasenseine.com/

Une table ronde sur “Les bons usages du numérique”

Invitée à cette édition du festival “Médias en Seine”, je participerai au siège de la Maison de la Radio (Radio France) à une table-ronde intitulée, par les organisateur-rices (il est bon de le préciser ;-)) , “Addiction, perte d’attention, contenus toxiques… comment inventer un bon usage du numérique”.

Cette table-ronde, animée de 9h 20 à 9h50 par François Saltiel, journaliste-producteur à France Culture (“Le meilleur des mondes”), sera composée de Michael Stora, psychanalyste, Fabienne Dulac, Orange, Serge Barbet, directeur du CLEMI, et moi-même donc.
Le festival se déroule sur plusieurs sites en présentiel, et l’ensemble des interventions est également accessible, en direct, en ligne.

Au plaisir de s’y retrouver !

Enquête à destination des parents

Dans le cadre du projet GTNum ELN portant sur les pratiques et compétences numériques des enfants, nous cherchons à diffuser au maximum un questionnaire, destiné aux parents d’enfants scolarisés en CP, CE1, CE2, CM1, CM2 ou 6ème. Si tel est votre cas, ou si vous connaissez des parents concernés, cette enquête est faite pour vous !

https://lemirail.eu.qualtrics.com/jfe/form/SV_1ZYMkfkSzIr5RKR

N’hésitez pas à la relayer auprès de vos connaissances et réseaux !

Webinaire GTNum ELN

Vendredi 21 mai 2021, 14h-17h

Nous avons le plaisir de vous convier au webinaire organisé par l’équipe du #GTNum #ELN – Enfances et Littératies Numériques – qui se tiendra le vendredi 21 mai de 14 à 17h.

“Enquêter auprès d’un public enfantin : Regards pluridisciplinaires”

La thématique du webinaire “Enquêter auprès d’un public enfantin : Regards disciplinaires” est directement liée bien sûr aux préoccupations de l’équipe-projet du GTNum ELN. Il s’agira, à partir d’éclaircissements et de retours d’expériences apportés par des membres du projet, d’échanger ensemble autour des choix théoriques et méthodologiques à disposition pour enquêter auprès d’un public-cible singulier : les enfants.

Demandez le programme !

14h Introduction par Anne Cordier et André Tricot
14h15 “Un regard en Sociologie” – par Soizic Le Bervet, UMR ESO
14h45 “Un regard en Socio-Anthropologie” – par Alexandra Clavé-Mercier, UMR ESO
15h15 Pause
15h30 “Un regard en Sciences de l’Information et de la Communication” – par Valentine Mazurier, UMR IMS-Rudii
16h00 “Un regard en Psychologie du développement” – Par Valérie Tartas, UMR CLLE
16h30 Échanges collectifs sur l’ensemble du webinaire et Conclusion

Rejoignez-nous !

Le Webinaire est ouvert à toutes les personnes intéressées par le sujet, quel que soit leur statut, désireuses de s’informer sur les avancées du groupe-projet, de participer à des échanges autour des méthodologies d’enquête, de partager des retours d’expériences. Sentez-vous à l’aise pour nous rejoindre, nous nous ferons un plaisir de vous compter parmi nous !

Lien pour accéder au webinaire : https://webconf.univ-rouen.fr/greenlight/cor-4pf-n5b-dok

ELN – Bienvenue dans le monde des cultures numériques enfantines !

Financé par la Direction du Numérique en Education, dans le cadre de l’appel à projets Groupes Thématiques Numériques, le projet ELN – Enfances et Littératies Numériques – est un projet porté par Anne Cordier, UMR 6590 ESO, et André Tricot, EA 4556 EPSYLON. Un projet s’étalant sur la période 2020-2022 qui consiste à explorer les cultures numériques enfantines à travers un croisement de regards disciplinaires et un protocole méthodologique multidimensionnel, le tout appuyé sur une équipe pluricatégorielle. Bref, de la recherche comme on l’aime !

Au-delà des chiffres : comprendre et agir

Comment accompagner les élèves de cycles 2 et 3 dans les premiers apprentissages littéraciques numériques, en travaillant le lien école/domicile et favorisant la transformation pédagogique au service de l’égalité des chances ?

Le projet ELN – Enfances et Littératies Numériques – entend à la fois documenter, par une recherche participative et une recherche-action, les usages et pratiques numériques dans et hors la classe déployés par/pour les jeunes élèves, inscrites et inscrits dans des contextes sociaux et territoriaux différenciés, et être force de propositions concrètes pour une meilleure prise en compte des disparités sociales et territoriales qui constituent un frein pour l’égalité des chances dans et hors la classe.

Cette proposition est née d’un triple constat :

  1. Une mesure encore trop superficielle des disparités sociales et territoriales qui impactent les acquisitions et apprentissages dès l’enfance dans le domaine de l’éducation par le / au numérique. Disparités dont la conscientisation a été effectuée de manière nous semble-t-il prégnante lors de la période dite de confinement / continuité pédagogique.
  2. Des injonctions paradoxales dans lesquelles sont prises les médiateurs, parents comme enseignants et décideurs du monde de l’éducation, entre nécessité d’une éducation par le / au numérique (inscrite notamment dans les objectifs de l’éducation aux médias et à l’information [EMI] et du cadre de référence des compétences numériques [CRCN]) qui vienne pleinement accompagner/constituer les premiers apprentissages, et dans le même temps la puissance de paniques morales fortement médiatisées liées aux usages enfantins des écrans, interrogeant particulièrement les liens entre école et famille.
  3. Un regard déficitaire en connaissances comme en complexité disciplinaire porté sur les pratiques numériques enfantines, lesquelles constituent un point aveugle encore à ce jour pour la recherche et le monde de l’éducation, alors que des problématiques spécifiques taraudent les acteurs, comme le temps d’écran, la captation de l’attention ou encore les problématiques de conditionnement des usages par les plateformes en ligne.

Ainsi il est urgent de combler ces lacunes de savoirs et de développer des modèles pédagogiques tenant compte des pratiques réelles des jeunes enfants. Les investigations s’intéressant au public enfantin supposent une attention particulière aux territoires, les politiques jeunesse étant très diverses d’une collectivité territoriale à l’autre. Ce projet s’inscrit donc dans une préoccupation majeure pour les politiques publiques qui est celle de lutter contre les inégalités territoriales et sociales, notamment par le biais d’une continuité éducative et d’un environnement d’expérience qui soient favorables à l’égalité des chances.

Une équipe de recherche pluridisciplinaire et pluricatégorielle

Pour mener à bien ce projet au sein du #GTnum #ELN, le groupe-projet est composé de chercheuses et chercheurs relevant de plusieurs disciplines scientifiques en sciences sociales, à savoir les Sciences de l’Information et de la Communication, la Psychologie du développement et l’ergonomie, la Géographie sociale, et la Socio-Anthropologie de l’enfance et de l’éducation. La mobilisation de cette équipe pluridisciplinaire constitue un atout pour déployer un protocole multidimensionnel. En outre, les chercheuses et chercheurs engagés dans ce projet ont une connaissance fine des problématiques éducatives et d’apprentissage, ainsi que des terrains éducatifs et scolaires, et sont complémentaires du fait de leurs spécialisations et de leur convergence interdisciplinaire.

L’équipe est également composée des collègues évoluant au sein des directions académiques du numériques, et de Réseau Canopé. Des partenariats avec des associations d’éducation populaire sont également tissés.

La couverture territoriale du projet est importante puisque ce sont en tout 5 territoires régionaux (Bretagne, Hauts-de-France, Normandie, Nouvelle Aquitaine, Pays de la Loire, Occitanie) qui sont couverts par les enquêtes qualitatives mises en place.

À vos marques, prêts… Enquêtez !

 Le travail de délimitation à la fois conceptuelle et empirique du projet #GTnum #ELN a mobilisé l’équipe durant les premiers mois du projet. Une équipe qui a appris à travailler collectivement, en distanciel, dans la joie et la bonne humeur, mais aussi la rigueur ! Un rythme soutenu d’échanges, à la fois lors de réunions synchrones et sur un espace collaboratif, a permis d’avancer de façon très importante les revues de la littérature sur six thématiques essentielles à la bonne conduite du projet :

  1. Littératie / Littératies numériques
  2. Méthodologies d’enquête
  3. Enfance(s) et Socialisations / Culture numérique enfantine
  4. Famille, parentalité et numérique
  5. Apprendre au quotidien : dans et hors la classe
  6. Le numérique en cycles 2 et 3

                Le groupe-projet a ensuite élaboré une enquête quantitative à destination des parents d’enfants scolarisés en cycles 2 et 3. Trois grandes questions ont guidé la construction du questionnaire :

  1. Quelle identification des compétences littéraciques de leur enfant ?
  2. Quelles attentes parentales quant aux compétences littéraciques qui, selon eux, doivent être développées par l’école chez leur enfant ?
  3. Quel sentiment de compétence, d’auto-efficacité, pour accompagner le développement de la littératie numérique de leur enfant ?

Nous vous en dirons prochainement davantage sur les questionnements et choix qui ont traversé les réflexions de l’équipe à ce sujet.

Pour l’heure, l’enquête quantitative, validée également par la déléguée à la protection des données (DPO) pour une mise en conformité au règlement général sur la protection des données (RGPD) est prête, sachant que la fermeture des écoles et collèges en avril nous a conduit à repousser sa diffusion. Le lancement de l’enquête quantitative est planifié, en ligne, le 10 mai. Nous compterons sur vous pour la diffuser (et la renseigner le cas échéant) !

                Le projet #GTnum #ELN comprend aussi un très important volet de recherche à dimension qualitative.

Pour ce faire, les chercheuses et chercheurs investissent des établissements scolaires afin de déployer une recherche à la fois distanciée, participative et action, en fonction des phases du protocole. Bien sûr, si le protocole d’enquête qualitative comprend des éléments « de base » communs à tous les terrains d’enquêtes, une déclinaison au fur et à mesure des enquêtes et en fonction des singularités terrain/recherche est prévue.

Le protocole commun comprend cinq entrées :

  1. Entretien avec la direction de l’établissement et l’équipe pédagogique de l’école / de la classe ;
  2. Entretien semi-directif avec l’enseignante ou enseignant de la classe ciblée ;
  3. Observation distanciée de séances pédagogiques engageant le numérique comme outil ou comme objet ;
  4. Séance (recherche participative) avec une enseignant ou un enseignant dans la classe sur le thème « Toi et le numérique » ;
  5. Focus groupe avec des parents d’élèves scolarisés en cycles 2 et 3.

Les conditions particulièrement complexes cette année pour les écoles et collèges ont retardé l’entrée sur le terrain des chercheuses et chercheurs de l’équipe-projet. Toutefois, grâce à l’engagement des équipes pédagogiques sollicitées, et au soutien de nos collègues des DANE, l’enquête qualitative démarre en ce mois de mai. Nous avons hâte de vous en dire plus.

Identification sur les réseaux sociaux

Pour suivre le projet sur les réseaux : #GTnum #ELN : @annecordier  @andre_tricot  @DraneNormandie

Logo du Projet ELN

Référence(s)

BROUGÈRE, Gilles, ULMANN, Anne-Lise (dir.) (2019). Apprendre de la vie quotidienne. Paris : PUF.

CLAVÉ-MERCIER, Alexandra, COSSÉE, Claire (2019). «  Scolarisation des enfants « du voyage » : des politiques aux pratiques » – Dossier Thématique, Études tsiganes, n° 65-66, mai.

COMBES, C., VOLCKAERT-LEGRIER, Olga et PERRET, C. (2018). Écrire des SMS, quels effets sur les modules cognitifs de production ? L’Année Psychologique, 118, 173-202.

DANIC, Isabelle, DAVID, Olivier, DEPEAU, Sandrine (2010). Enfants et jeunes dans les espaces du quotidien. Rennes : Presses Universitaires de Rennes.

FURLONG, J., & DAVIES, C. (2012). Young people, new technologies and learning at home: taking context seriously. Oxford Review of Education38(1).

LIVINGTONE, Sonia, SEFTON-GREEN, Julian (2016). The class: Living and learning in the digital age. New York : NYU Press.

RAYOU, Patrick (dir.) (2019). L’origine sociale des élèves : Mythes et réalités. Paris : Retz.

SIROTA, Régine (1995). Nouvelles sociabilités enfantines. Informations sociales, n°65.

Richard Stallman. Bibliographie.

Richard Stallman à la conférence Libreplanet en 2012 (source Wikimédia)

Vous trouverez ci-dessous les différentes ressources que nous avons consultées pour rédiger ces deux articles sur Richard Stallman. En dernière partie des ressources pour aller plus loin.

Ouvrages

DOUEIHI, Milad (2011/2008). La grande conversion numérique. Suivi de Rêveries d’un promeneur numérique. 2ème édition. Paris : Seuil, 320p.

LEVY, Steven. Hackers : Heroes of the Computer Revolution. New York : Garden C 1984 – Traduit en Français en 2013 sous le titre L’éthique des hackers, chez Globe

SIMONDON, Gilbert (2001/1958). Du mode d’existence des objets techniques. 4ème édition. Paris : Aubier, 333p

STALLMAN Richard M., WILLIAMS, Sam, MASUTTI, Christophe (2010). Richard Stallman et la révolution du logiciel libre. Une biographie autorisée. Paris : Eyrolles et Framabook. Disponible sur : https://framabook.org/docs/stallman/framabook6_stallman_v1_gnu-fdl.pdf

WILLIAMS, Sam (2002). Free as in Freedom: Richard Stallman’s Crusade for Free Software. O’Reilly, First Edition, 240p.

Articles

Wikipédia, Richard Stallman. Disponible sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Stallman

Wikipédia. L’information veut être libre. Disponible :  https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=L%27information_veut_%C3%AAtre_libre&oldid=167307864

BALTZ Claude (1998). Une culture pour la société de l’information ? Position théorique, définition, enjeux. Documentaliste-Sciences de l’information, vol.5, n°2, p. 75-82

BARDINI, Thierry, PROULX, Serge. La culture du hack en ligne, une rupture avec les normes de la modernité. Les Cahiers du numérique, vol. 3, n°2, 2002, pp. 35-54. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-du-numerique-2002-2-page-35.htm

BROCA, Sébastien, CORIAT, Benjamin (2015). Le logiciel libre et les communs. Deux formes de résistance et d’alternative à l’exclusivisme propriétaire. Revue internationale de droit économique, n°3, 2015, p. 265-284. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-internationale-de-droit-economique-2015-3-page-265.htm

CORDIER, Anne (2018). Les enseignants, des êtres sociaux pris dans des injonctions paradoxales. Hermès-La Revue– Cognition, 178-189. Disponible sur : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01598221/document [

LE DEUFF, Olivier (2009). Penser la conception citoyenne de la culture de l’information. Les Cahiers du Numérique, vol.5, janvier 2009, p.39-49

LESSIG, Lawrence, Introduction à « Free Software, Free Society » – Projet GNU – Free Software Foundation. Disponible sur https://www.gnu.org/philosophy/lessig-fsfs-intro.fr.html

PETERS, Justin. “Aaron Swartz, Les Mystères D’un Idéaliste.” Slate.fr, 4/03/2013, http://www.slate.fr/story/68985/aaron-swartz-suicide

STALLMAN Richard M., (2018). Le libre comme alternative pour l’école contemporaine ? Hermès, La Revue, n°78, p. 108. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2017-2-page-104.htm.

STALLMAN, Richard (2019). Il faut être prêt à payer le prix de la liberté », entretien avec Richard Stallman. La revue durable, nº 63, automne-hiver 2019, p. 50

STALLMAN, Richard. M., In « Le libre comme alternative pour l’école contemporaine ? » Hermès, La Revue, n°78, p. 104–107. Disponible sur https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2017-2-page-104.htm

STALLMAN, Richard (…). Encyclopédie universelle et ressources pédagogiques libres. GNU.Org. Disponible sur : https://www.gnu.org/encyclopedia/free-encyclopedia.fr.html

STALLMAN, Richard (2014). Pourquoi le logiciel libre est plus important que jamais. April. Disponible sur : https://www.april.org/pourquoi-le-logiciel-libre-est-il-plus-important-que-jamais-richard-stallman-2014

Interventions filmées & vidéo

STALLMAN, Richard (2012). Logiciels libres et éducation. CRDP Versailles, France. Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=4KDMxzGC2Ag

STALLMAN, Richard (2014) « Pourquoi le logiciel libre est plus important que jamais » APRIL. Disponible sur https://www.april.org/enregistrement-video-de-la-conference-de-richard-stallman-le-26-janvier-2014-pourquoi-le-logiciel-libre

À l’origine de Wikipédia : le théoricien génial Richard Stallman, Culture Prime, février 2021. Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=nwrWDrX-b4A

Pour aller plus loin

Vous pouvez consulter le site personnel (en anglais) de Richard Stallman : https://stallman.org/ Vous y trouverez ses notes, des fiches sur les logiciels ou applications privateurs….

Sur les projets Wikimédia :

Trois films documentaires :

Le site du projet GNU qui présente des articles sur la philosophie, les licences, l’éducation, les logiciels… https://www.gnu.org/home.fr.html

Le site de la Free Software Foundation (en anglais) https://my.fsf.org/

Des Figures en Commun(s) : Une aventure libre et partagée !

Par Anne CORDIER et Sophie BOCQUET-TOURNEUR (respectivement enseignante-chercheuse en SIC et professeure documentaliste en collège)

Et si les communs devenaient pour les enseignantes et enseignants, médiateurs et médiatrices, éducateurs et éducatrices, une ligne directrice de l’ensemble de leurs actions à destination de leurs publics, afin que ceux-ci deviennent des citoyen·nes véritablement doté·es d’un libre-arbitre, d’un souci du vivre ensemble, et d’une culture de la participation démocratique ?

Voilà notre conviction, portée ici au sein d’une aventure libre et partagée, à deux… et avec vous. Parce qu’accompagner les pratiques informationnelles au prisme de la théorie des communs, c’est cerner les enclosures et les bulles informationnelles qui configurent notre écosystème informationnel personnel. Parce que faire face à la multiplicité des sources d’information dans l’esprit des communs, c’est construire une autorité collective, appuyée sur la controverse, expression d’une confiance dans le collectif et dans le débat. Parce que répandre les biens communs dans la société, c’est libérer l’acte de copie pour mettre en partage les connaissances et en favoriser l’accès de manière effective et égalitaire. Parce qu’inscrire son rapport au monde dans la philosophie des communs, c’est développer un rapport à soi et aux autres fondamentalement placé sous l’aune de l’intérêt partagé, et reposant sur la capacité à collaborer par la négociation et la décentration. Parce qu’habiter un monde régi par les communs, c’est évoluer dans un environnement qui favorise l’encapacitation, en amenant les un·es et les autres à investir des espaces d’action qui deviennent des lieux de co-construction de sens et des savoirs.

“L’information, c’est le pouvoir”

L’information c’est le pouvoir. Mais comme tout pouvoir, il y a ceux qui veulent le garder pour eux-mêmes. Il est temps de sortir de l’ombre et, dans la grande tradition de la désobéissance civile, de déclarer notre opposition à ce vol privé de la culture publique. (…) En étant suffisamment, dans le monde entier, nous n’enverrons pas simplement un message puissant d’opposition à la privatisation de la connaissance, nous en ferons une chose du passé. Serez-vous des nôtres ?”.

Aaron Swartz – Guerilla Open Access Manifesto

 

En ce temps où l’information et les médias sont constamment l’objet de critiques fortes, parfois entières et injustes, il est une double certitude : si la détention de l’information est source de pouvoir, savoir chercher et trouver l’information valide, fiable et pertinente, l’est tout autant. Morgan, 18 ans, l’exprime parfaitement avec ses mots : « On dit que ceux qui informent, ils ont le pouvoir, c’est vrai. Mais moi je pense aussi que ceux qui savent s’informer, ils ont aussi le pouvoir ».

Aujourd’hui la confusion est importante entre données, informations et connaissances1.  Non, le savoir n’est pas à portée de clic, il est construit socialement. Plus encore, il ne se laisse pas saisir aussi facilement, ce en raison d’une double conjonction, à savoir les déterminations sclérosantes des plateformes et dispositifs techniques d’accès à l’information mais aussi la capacité des individus à identifier la donnée présentée comme une information susceptible d’enrichir ses connaissances… sans oublier la capacité cognitive et intellectuelle à traiter cette information, à la comprendre et à l’intégrer à son système de référence. Tout cela ne se fait pas en un clic, ni même en un claquement de doigts ! De la proposition d’un « équipement de survie de l’internaute en matière de pratiques informationnelles »2 à la revendication d’une « culture de la traçabilité »3, en passant par un plaidoyer pour une prise en compte non légitimante de pratiques d’information et de communication juvéniles4, il s’agit de conjuguer nos efforts et nos énergies, ainsi que nos convictions, pour soutenir l’émancipation de tou-tes. Cela passe, bien sûr, par une éducation à l’information, aux médias, au numérique, digne de ce nom. Digne de ce nom. C’est-à-dire une éducation qui ne soit pas enfermée dans des visions dogmatiques des disciplines scolaires, ni considérée comme un « supplément d’âme » au sein du cursus académique, que l’on ne retrouve pas cantonnée à des négociations honteuses d’heures… voire de quarts d’heure au sein d’une séance pédagogique.

Par-dessus tout, en ces temps où grande est la tentation constatée dans le milieu éducatif et dans la société en général de se soumettre à une culture de la défiance (mises en garde contre les fake news, discours d’alerte sur le travail journalistique, diabolisation à outrance des algorithmes, etc.), nous pensons qu’il est nécessaire de favoriser un engagement serein dans l’activité informationnelle. Car oui s’informer est un plaisir, et ce plaisir n’est pas cantonné à la sphère personnelle des recherches sur son loisir ou son équipe de sport préférée. L’expérience informationnelle procure du plaisir, et nous avons envers les plus jeunes aussi la responsabilité de cultiver ce plaisir, pour leur donner envie de toujours en savoir plus et développer l’appétence pour la connaissance. Les prescriptions d’outils, de méthodes et de comportements ont peu de sens. C’est une éducation aux choix que nous devons à tous les enfants et adolescent·es, dans et hors la classe, afin d’exploiter les objets numériques, et plus largement informationnels et communicationnels, en faisant des choix, en conscience.

« Vous nourrir au banquet de la connaissance et le partager avec le monde »

Ainsi, chacune engagée dans des réflexions propres à propos de l’information, de l’éducation à l’information et au numérique, mais aussi des médiations des savoirs, nous avons éprouvé le désir de nous engager ensemble dans un projet commun. Une aventure libre, à la fois parce qu’elle ne souffre d’aucune contrainte éditoriale ni temporelle et parce qu’elle est placée sous le sceau de l’accès ouvert, et partagée, à la fois à deux… et avec vous, nous l’espérons.

Très concrètement, ce projet est né de deux constats complémentaires : 

  • Le premier, exposé précédemment, est que l’éducation à l’information et au numérique est une éducation aux choix, et non un programme modélisant, favorisant par la réflexivité, la conscientisation, et la connaissance, un pouvoir d’agir, individuel mais aussi collectif ;
  • Le second constat est lié à notre expérience personnelle d’enseignantes, dans le second degré et dans le monde universitaire. À chaque début d’année, l’on demande aux étudiant-es en formation initiale pour devenir enseignant-es quels objets et quelles figures selon eux caractérisent le web. Et chaque année, ce sont les noms des propriétaires des grandes industries, les fameuses GAFAM, qui sont cités spontanément par les étudiant·es. Jamais un·e représentant·e des communs et/ou du libre n’a été cité. Au mieux, Wikipédia, après moultes relances, est citée, mais ses créateurs restent inconnus. 

Chaque année, lorsque nous évoquons, face aux figures emblématiques du web connues par les étudiant·es, des personnalités comme celles de Aaron Swartz, Richard Stallman ou encore le collectif de la Quadrature du Net, nous percevons l’intérêt de nos étudiant·es. L’intérêt pour ces personnalités, ces collectifs constitués, leurs actions… mais aussi pour les valeurs portées et représentées. S’il ne s’agit pas de dresser un panthéon des figures des communs, de considérer ces personnalités comme des héros mythiques des temps modernes, pour autant il nous semble que nourrir la conception du web développée par nos étudiant-es, et futur-es enseignant-es et personnels d’éducation, de la diversité des engagements et de la richesse des acteurs·rices qui l’ont fait et le font encore, est essentiel. Nous savons aussi, tou-tes, combien les adolescent·es sont à la recherche de figures d’autorité et d’identification. Et si, à notre tour, et sans nier l’attractivité bien compréhensible qu’opèrent sur eux certaines figures des grandes plateformes du web, on leur proposait de faire connaissance avec d’autres figures de référence ? Des figures qui oeuvrent, par des actions individuelles et collectives, pour une autre vision du monde, de l’information et de la connaissance. 

Aucune vénération à travers ce projet, même s’il ne nous semble pas problématique de ressentir de l’admiration et/ou de la reconnaissance pour les engagements d’autrui, bien au contraire. À travers ce projet, nous avons le désir de donner à voir ce que le parcours et les combats de certaines figures contemporaines du web, individuelles ou collectives, font à nos propres conceptions, usages et pratiques numériques, mais aussi ce qu’elles recèlent de potentialités de choix pour agir dans la société de l’information et du numérique. Nous assumons pleinement la totale subjectivité qui conduit ce projet, et notamment le choix des figures mises en avant. Nous avons choisi des figures, individuelles et collectives, qui, à nos yeux, sont inspirantes, ce qui en rien n’enlève la complexité voire le caractère problématique de certains parcours ou de certaines actions. Nous ne dressons pas un panthéon fantasmatique de dieux et déesses, non. Nous souhaitons donner de la visibilité à des hommes et des femmes, fait·es de forces et de faiblesses, dont les discours et les actes nous touchent et nous portent pour réfléchir à nos actions pédagogiques, et plus largement nos actions quotidiennes liées à l’exploitation des objets informationnels et numériques. 

Cette démarche s’inscrit dans la volonté de proposer des ancrages pour une éducation à l’information, aux médias et au numérique, qui soit incarnée, porteuse d’espérances et non sous le joug d’un fatalisme dévastateur car déresponsabilisant (“on ne peut rien faire à notre niveau”). 

Lorsque nous échangeons avec des adolescent·es comme avec de futur·es enseignant·es et personnels d’éducation, nous mesurons combien la vision du monde portée par les acteurs·rices du libre et des communs les touche, les concerne… voire les inspire. Cette force d’inspiration est une force pour l’action collective. L’on ne peut déplorer constamment que les individus sont soumis à des plateformes et à leurs politiques coercitives (de navigation, de traçage, de conditionnement informationnel…) sans chercher à soutenir le développement d’une culture de l’information faite de connaissances sur l’histoire socio-politique du web comme sur des notions-phares fondamentales pour la compréhension du monde et son appréhension. Les concepts étudiés dans le cadre de l’éducation à l’information comme au numérique (et par le numérique) sont porteurs d’une philosophie et d’une vision politique du numérique dans la société, et plus largement encore d’un rapport au savoir et au monde. Les réflexions autour du libre en éducation, mais aussi plus largement au sein de toutes les activités quotidiennes liées au numérique en sont le reflet. La résistance aux industries du numérique constitue à plusieurs égards un programme d’émancipation des individus auquel les acteurs de l’éducation ne peuvent être insensibles :

« Parce que l’école a une mission sociale – depuis la maternelle jusqu’à l’université et dans la formation continue – de former des citoyens d’une société forte, capable, indépendante, solidaire et libre »

Richard Stallman – « Le libre comme alternative pour l’école contemporaine ? », Hermès, n°78, 2018, p.106

 

Ainsi, nous vous proposons, au fil de nos envies, de nos échanges… et de certaines dates symboliques (#Teasing #VousNenSaurezPasPlus)*, de (re-)découvrir des figures, individuelles et collectives, qui nous paraissent pouvoir constituer des points d’entrée pour aborder, dans le cadre des programmes et référentiels en vigueur dans l’enseignement primaire et secondaire, des notions, des objets, des évènements. Nous ne visons aucune exhaustivité, tant dans les figures abordées au fil du temps qu’au sein des parcours biographiques reconstitués. Nous avons fait le choix de focaliser sur certains axes en fonction des figures abordées, de manière aussi à témoigner de la diversité des engagements et des modes d’action en faveur d’une conscientisation de notre responsabilité individuelle et collective face à des dérives liberticides.

« Serez-vous des nôtres ? »

Comme le formulait Aaron Swartz, c’est la force d’une union collective qui favorisera véritablement le passage de l’information à la connaissance en action, des idéaux aux pratiques. Une communauté composée d’actrices et d’acteurs qui au quotidien oeuvre pour la libération de l’information et le partage des connaissances, bref pour ce monde en communs.

Une communauté dont les membres peuvent s’engager dès le plus jeune âge, comme Flavien, 17 ans, qui revendique le recours à des logiciels libres parce que « c’est comme pour l’agriculture biologique, c’est sain pour la société » ; Jean-Baptiste, Wikipédien qui anime des ateliers pour conférer du pouvoir d’agir à tout un chacun sur l’enrichissement informationnel du web ; ou Noémie, médiatrice qui promeut au quotidien une culture pour toutes dans un quartier défavorisé au sein d’un lieu reposant sur l’horizontalité des échanges et la circulation sociale de l’expertise.

Il s’agit tou-tes ensemble de faire vivre une Cité émancipatrice, où l’information est libérée, et la connaissance volontiers partagée, soumise à controverses, profondément vivante. Toutefois, notre propos ne souhaite en aucun cas faire oeuvre de prescription injonctive. Les communs ne sont pas un dogme ! C’est un idéal, politique, économique, culturel… et éducatif. D’aucun·es lèveront les yeux au ciel, soupirant devant tant de naïveté et d’optimisme, repousseront d’un revers de la main avec fatalisme ce qu’ils qualifieront dédaigneusement d’utopie. On ne peut pas forcer à rêver, et encore moins à réaliser les rêves. D’autres rêveront, oui : rêveront, à la réalisation de cet idéal, redresseront la tête en se disant « Et pourquoi pas ? », et dans un second temps chercheront des clés pour comprendre et agir, à leur échelle, pour un monde en partage. Vous êtes de ceux-là, n’est-ce pas ?

 

* Allez, on vous donne juste un petit indice pour deviner la première figure qui sera abordée… Nous vous donnons rendez-vous le 11 janvier !


  1. JEANNERET, Yves (2011/2000). Y a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ? Nouvelle édition revue et augmentée. Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, 198p. []
  2. SIMONNOT, Brigitte (2008). Être usager de l’information en ligne nécessite-t-il de nouvelles compétences documentaires ?. In DINET, Jérôme (dir.). Usages, usagers et compétences informationnelles au 21ème siècle. Paris : Hermès Lavoisier, p.21-39. Disponible en ligne : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00497448/document []
  3. MERZEAU, Louise (2016). « Il n’y a pas de mémoire sans une pensée de l’oubli ». Archimag, n°296, juillet-août 2016, p.42-43. Disponible en ligne : http://merzeau.net/wp-content/uploads/2016/07/Archimag-296-ITW_Merzeau.pdf []
  4. BOUBÉE, Nicole, TRICOT, André (2011). L’activité informationnelle juvénile. Paris : Hermès-Lavoisier, 300p. ; CORDIER, Anne (2015). Grandir Connectés : Les adolescents et la recherche d’information. Caen : C & F Éditions, 303p. []

Habilitation à Diriger des Recherches

Mon Habilitation à Diriger des Recherches en Sciences de l’Information et de la Communication a été soutenue publiquement le 06 décembre 2019 à l’Université de Bordeaux (école doctorale Montaigne Humanités), devant un jury composé de : Stéphane Chaudiron (PU en SIC, Université de Lille, Rapporteur), Joëlle Le Marec (PU en SIC, Université de Paris 4 Sorbonne, Rapportrice), Brigitte Juanals (PU en SIC, Université d’Aix Marseille, Examinatrice), Olivier Le Deuff (MCH HDR en SIC, Université de Bordeaux, Examinateur), Sylvie Grosjean (Pr. en Communication Sociale, Université d’Ottawa, Examinatrice) et Francis Jauréguiberry (PU en Sociologie, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Examinateur).

“Pour une anthropologie de l’information” – Parcours de Recherche

Le volume intitulé « Pour une anthropologie de l’information », retrace en 212 pages mon parcours de recherchefortement articulé à un parcours d’enseignante dont les objets scientifiques sont aussi pour partie des objets d’enseignement. Ce retour sur un parcours de recherche ancré dans des dynamiques collectives mais porteur de singularités permet de dresser quelques pistes futures d’implications scientifiques, de projets et d’encadrements. Par un regard anthropologique sur l’information, il s’agit de comprendre le monde social, en immersion sur le terrain, questionnant les interactions entre acteurs et entre acteurs et environnements, analysant les contextes, sociaux, collectifs et intimes dans lesquels s’inscrivent usages et pratiques, en embrassant tout un réseau de significations à comprendre non seulement à l’intérieur d’un espace mais aussi d’un temps donné. Quel rapport au monde et à autrui, au savoir et à la culture, les hommes et les dispositifs sociotechniques qu’ils investissent, de manière imaginaire comme pragmatique, construisent-ils ? Quelles réponses éducatives la société, ses institutions, instances et organisations comme ses acteurs, organisés en collectifs ou non, proposent-ils et/ou éprouvent-ils pour faire face aux enjeux liés à une culture de l’information émancipatrice ?

Une première partie permet de prendre la mesure des objets de recherche pris en charge au cours de ce parcours professionnel, au sein du champ des cultures de l’information, champ qui a la particularité ici d’être à la fois pratiqué au quotidien et investigué selon des dimensions multiples. Une seconde partie précise les enjeux de l’affirmation d’une singularité scientifique alliée à l’engagement dans un dialogue interdisciplinaire, au service du renforcement des sciences de l’information et de la communication tant dans le paysage scientifique que dans la Cité. Une troisième partie dresse quelques pistes-perspectives définissant les contours d’un programme de recherche et d’actions suite à ce travail d’Habilitation.

“Vers une poïétique de l’être-au-monde-informationnel” – Recherche Originale

Le volume, titré « Vers une poïétique de l’être-au-monde-informationnel », fait état, en 658 pages, d’une recherche originale, inscrite dans le champ des cultures de l’information et l’analyse des pratiques informationnelles. Par un processus d’investigation longitudinale d’inspiration composite, dans lequel ont été engagé·es douze acteurs·rices (suivi·es depuis 2012-2013), il s’agit de cerner précisément le processus de création de soi en tant qu’acteur informationnel, tout au long d’un parcours biographique (approche temporaliste) articulé à des logiques collectives et sociales, ainsi qu’à un contexte sociopolitique et technologique qui contribuent à la co-configuration de « trajets anthropologiques »1 et de répertoires de pratiques informationnelles en fonction de situations éprouvées et projetées, et d’espaces informationnels traversés voire habités (écosystème informationnel). La recherche permet de fournir des clés de compréhension et des pistes d’action pour l’étude des cultures de l’information dans toute leur complexité ainsi que les modalités d’éducation à l’information et au numérique, et la conception des médiations des savoirs.

Une première partie fait part de mes cheminements théoriques inscrits dans le champ des cultures de l’information mais aussi dans d’autres champs disciplinaires, selon la tradition de la complexité scientifique prônée par Edgar Morin. Des cheminements qui conduisent tout d’abord à circonscrire, conceptuellement, l’être-au-monde-informationnel, entre acception des pratiques informationnelles au prisme du concept de reliance (Morin, 1986, 2004) et compréhension des représentations et imaginaires à l’aune du concept de trajets anthropologiques (Durand, 1992/1960). Le tissage singulier, collectif et social de l’être-au-monde-informationnel retient ensuite l’attention, l’acteur étant aux prises avec des réseaux d’influence dont il convient de distinguer tout au moins dans un premier temps les modes d’influence ; un acteur informationnel dont je défends une « identité fluide » (Singly, 2003) plutôt que « plurielle » (Lahire, 2007). Cet acteur informationnel déploie son action et ses pratiques au sein d’espaces multiples, dont il est dressé une typologie de sens qui nous emmène jusqu’à la notion de milieu informationnel et d’habiter, les deux termes permettant de revisiter la notion de spatialité informationnelle et de différencier un triptyque de l’être-au-monde-informationnel, à savoir milieu-environnement-écosystème informationnels.

Dans une seconde partie, est racontée une Histoire de la Méthode. Il s’agit d’affirmer une conception compréhensive et participative de la recherche, s’illustrant notamment à travers un rapport personnel au terrain, aux enquêtés, mais aussi aux outils méthodologiques. Cette recherche nouvelle menée dans le cadre de ce travail d’Habilitation a été aussi la recherche d’une méthodologie proactive, inspirée par l’approche composite2 et par la volonté de mettre en place une démarche écologique incarnée dépassant l’approche écologique. Le récit de l’investigation au long cours qu’a constitué cette nouvelle recherche met en relief une approche longitudinale des pratiques informationnelles ainsi qu’un protocole multidimensionnel et un regard réflexif sur ce dernier.

Dans une troisième partie, sont partagés des premiers résultats issus de cette recherche encore toute récente, sur l’analyse de pratiques cheminatoires d’acteurs au sein du milieu informationnel. Tout en prenant bien garde de se rappeler que « Le démon de la généralisation (qui s’explique bien sûr par les profits symboliques bien plus grands qu’il procure) constitue un véritable obstacle à la connaissance scientifique du monde social »3.


  1. DURAND, Gilbert (1992/1960). Les structures anthropologiques de l’imaginaire : Introduction à l’archétypologie générale. 11ème édition. Paris : Dunod, 536p. []
  2. LE MAREC, Joëlle (2002a). Ce que le “terrain” fait aux concepts : Vers une théorie des composites. Habilitation à Diriger des Recherches, Université Paris VII, 195p. Disponible sur : http://science.societe.free.fr/documents/pdf/HDR_Le_Marec.pdf []
  3. LAHIRE, Bernard (2007/1998). L’homme pluriel : Les ressorts de l’action. Paris : Hachette Littératures, 392p. []