A propos Anne Cordier

Professeure des Universités en Sciences de l'Information et de la Communication Université de Lorraine UR 3476 CREM - Centre de Recherche sur les Médiations - Equipe PIXEL Thèmes de recherche : pratiques informationnelles ; imaginaires ; approche sociale de l'information ; apprentissages formels et non formels ; enseignement de l'information-documentation ; numérique en éducation. https://twitter.com/AnneCordier

Pour que la chance et la joie de s’informer n’aient d’égales que celles d’éduquer aux médias et à l’information

L’heure est grave.

« Vous êtes terrifiés par vos propres enfants, parce qu’ils sont natifs dans un monde où vous serez toujours des immigrants ». Ce propos, qui résonne de façon si actuelle, date de 1996. Il est adressé aux parents, par le militant libertarien John Perry Barlow, dans un texte fondateur de l’histoire du web, la Déclaration d’indépendance du cyberespace.

Par ce discours, débute, concernant le numérique, la stigmatisation de la jeunesse, encline à adopter des techniques, et plus largement toute innovation culturelle, dont les pratiques échappent à la compréhension des plus âgés. Le mythe d’une rupture générationnelle, voire anthropologique, majeure, en raison de l’arrivée d’internet dans nos vies, est né. Ces enfants, ces adolescents, qui manient avec dextérité un téléphone portable, écrivent des messages à la vitesse de la lumière, sont alors catégorisés comme « digital natives », « génération Google », « Petite Poucette », avant que, sous l’effet de l’arrivée de nouveaux dispositifs, on les affuble du qualificatif de « Génération TikTok ».

En 2001, après le discours de Barlow qui avait ouvert le sillon de l’idée d’un fossé générationnel, Mark Prensky, consultant en TICE, enfonce le clou : il désigne par le néologisme « digital natives » cette cyberjeunesse qui n’a pas connu le monde sans Internet, et serait, par là-même, radicalement, voire biologiquement, différente des autres générations. Ce discours infuse de façon puissante dans la société. Il imprègne les imaginaires collectifs, entretenant le sentiment d’une incapacité à « faire reliance » entre les générations, entre les parents, les enseignants, les adultes en général, et les enfants et adolescents. Cette peur d’une telle rupture conduit souvent à rejeter les usages et pratiques juvéniles, jugés comme problématiques à l’aune de pratiques installées selon un ordre établi.

Depuis quelques temps, pour dénoncer la pensée de la rupture anthropologique, et avec elle les peurs qu’elle draine, le concept de « panique morale » est brandi. On doit ce concept à Stanley Cohen qui, en 1972, raconte comment une véritable panique est née à partir de bagarres entre jeunes dans la station balnéaire de Clacton, opposant des groupes rivaux, les « Mods » et les « Rockers ». Se faisant l’écho de ce phénomène, la médias de masse se sont alors interrogés sur la perte de repères d’une jeunesse britannique portant des tenues farfelues, adoptant des pratiques culturelles signes d’une baisse de niveau intellectuel, et transgressant les codes établis témoignant d’une dissolution des valeurs sociétales. Suite à cet évènement, un renforcement du contrôle social a été mis en place, dont un durcissement des contrôles policiers, l’adoption de nouvelles lois… Cela ne vous rappelle-t-il pas quelque chose ?

Oui, la panique morale participe d’un mouvement anthropologique connu dans nos sociétés, de longue date, et qui toujours stigmatise, particulièrement dans le cas des objets technologiques, deux publics considérés comme particulièrement fragiles car peu capables de faire face à l’innovation sans se départir d’instincts : les enfants…et les femmes. Le phénomène des paniques morales autour des usages juvéniles desdits écrans exprime une crainte de déstabilisation des valeurs sociétales, et à ce titre il nous revient de prendre au sérieux ces paniques morales, et de ne pas mépriser celles et ceux, au premier rang desquels les parents, qui font part de leurs inquiétudes. Les paniques morales sur « les écrans » nous disent quelque chose de notre société et de la conception qu’elle développe à la fois sur les objets techniques et sur les pratiques juvéniles. Elles nous disent aussi beaucoup des imaginaires, voire des fantasmes, d’une société, et de la façon dont on se positionne dans le monde quant à la technologie.

En tant que chercheuse et chercheurs, ne nous défaussons pas. Il nous revient de balayer aussi devant notre porte. Il nous revient de dénoncer sans relâche la désinformation scientifique à laquelle s’adonnent, en conscience, certains de nos pairs. Ceux-ci effectuent une causalité, absolument pas prouvée scientifiquement – et même impossible – entre utilisation des objets connectés et développement de troubles neurodéveloppementaux. Ceux-ci déplorent la dépravation intellectuelle et morale d’une jeunesse qui ne lirait plus, n’écrirait plus, comparant des données qui ne peuvent l’être, et faisant preuve de ce mépris du social et de cette imposition de légitimité culturelle dénoncés dans un texte lumineux de Bourdieu, alertant sur les rapports de domination alors exercés sur une jeunesse que l’on met « hors-jeu socialement ». Ceux-ci se parent de tous les oripeaux de la scientificité : des statistiques – à la fabrication tantôt obscure, tantôt douteuse –, et de foisonnantes bibliographies – dessinant une revue de littérature… à charge.

Face à cela, contribuons activement au dialogue sciences-société par la mise à disposition de connaissances et le refus de la récupération lucrative des paniques morales médiatiques que certains font au nom d’une prétendue expertise scientifique. C’est d’ailleurs ce qu’un collectif de chercheuses et chercheurs, issus de champs disciplinaires aussi divers que les sciences de l’information et de la communication, la psychologie, la sociologie ou encore les neurosciences, s’est attaché à faire à travers un ouvrage à vocation didactique sur le sujet, Les enfants et les écrans. Un ouvrage dont la totalité des droits d’auteurs est reversée à deux associations : « Les p’tits doudous l», réseau de professionnels de santé qui recourt au numérique pour améliorer le vécu des enfants, parents et soignants à l’hôpital, et « la Quadrature du Net », association qui défend et promeut les droits et libertés, luttant pour qu’internet demeure / soit un outil d’émancipation.

L’heure est grave.

Entre panique morale – évidemment jamais appelée ainsi par ses entrepreneurs qui s’érigent en lanceurs d’alerte – et déconstruction des fantasmes, une polarisation se fait jour. Or, de la déconstruction à la négation des problématiques, il n’y a qu’un pas, d’équilibriste. De vraies problématiques, et avec elles de grandes responsabilités, sont à pointer. Sans exhaustivité, j’en partagerai trois avec vous rapidement ici. D’abord, la captation de l’attention, dont les enfants et les adolescents rencontrés sur le terrain sont d’ailleurs les premiers à s’inquiéter pour eux-mêmes, et – ironie de la situation – pour leurs parents. Ensuite, les stratégies mises en place par les concepteurs des dispositifs en général, qui participent au modèle de l’économie de l’attention et aux processus de captologie. Face aux designs prédateurs et aux dark patterns, il convient de cesser de renvoyer systématiquement à l’utilisateur la seule responsabilité de ce qui se passe lors de ses navigations et activités en ligne. Les pouvoirs publics ont ici à agir et à faire appliquer strictement les lois mises en place, comme le DSA (Digital Services Act), et le DMA (Digital Markets Act). Enfin, c’est un modèle de société que nous dessinons à travers l’espace social du web, et une problématique essentielle est celle des libertés individuelles et collectives, de la protection des données personnelles et de l’expression, journalistique comme citoyenne.

Vous l’aurez compris : je ne proposerai pas ici de « pasteuriser l’environnement numérique » – pour reprendre cette formule employée par Olivier Houdé qui en 2019 insistait sur la nécessité d’intégrer les problématiques sanitaires et sociales au paradigme éducatif général. Les discours visant à culpabiliser les individus – enfants, adolescents, parents – produisent un effet gravissime : la démission des acteurs, décrits comme soumis à l’objet technique et à des puissances quasi maléfiques relevant de la sorcellerie. Or il s’agit bien d’objets conçus, produits et diffusés par des êtres humains (cessons de dire « les plateformes » comme s’il s’agissait d’entités métaphysiques !), tout comme ce sont des acteurs sociaux qui, pour des raisons multiples, entretiennent des paniques morales.

L’heure est grave.

            Pendant ce temps, que faisons-nous ?

L’heure est grave pour Rémy, 10 ans. Depuis la crise sanitaire et la dégradation de la situation économique à la maison, le jeune garçon compense l’impossibilité d’aller aux matchs de football de son équipe préférée, en regardant, chaque week-end, tous les commentaires sur les prestations, recherchant les informations sur les comptes du club et des joueurs pour connaître avec précision les faits de jeu. Il partage ces moments avec ses frères et son père, et confie, sourire timide aux lèvres : « Quand on en parle à l’école le lundi, c’est comme si j’étais allé à Bollaert ! ».

L’heure est grave pour Saskia, 13 ans, qui raconte sa difficulté à gérer la réception de publications violentes en circulation sur les réseaux sociaux numériques. Une gestion émotionnelle marquée par la solitude adolescente, et pour cause : « On peut pas dire aux parents qu’on a vu ça, sinon c’est ‘Qu’est-ce que tu faisais encore sur ton téléphone ?!’, alors on dit rien, on s’échange des messages entre nous en mode ‘T’as vu ça sur Tiktok ?’, ça fait du bien de se le partager comme ça, on se sent un peu moins seuls, mais bon c’est pas marrant ».

L’heure est grave pour Nina, qui à 8 ans vit un grand moment : sa maman a enfin accepté de lui acheter une tortue d’eau ! Sauf que la petite fille porte désormais une grande responsabilité : comment s’assurer que l’information qu’elle trouve sur Youtube pour nourrir sa tortue est fiable et juste ? C’est une question de vie ou de mort, littéralement : la vie de la tortue de Nina est entre ses mains.

L’heure est grave pour Jonathan, 17 ans, qui cherche à se détacher de son smarpthone mais constate : « Le truc, c’est que avec mon téléphone je me détends en écoutant de la musique, je lis tous mes mangas, je m’informe sur Google news, et puis je discute avec mes copains, on parle de films tout ça, alors c’est difficile de s’en passer hein, parce que c’est se priver de vivre en fait ! ».

Entendons-nous bien : je ne vous parle pas de ces enfants et ces adolescents pour ‘‘mettre du jeune dans mon propos’’. Je ne vous parle pas d’eux pour vous ‘‘rassurer’’ ou vous ‘‘attendrir’’. Absolument pas.  Il n’est pas question ici de les instrumentaliser. Et par pitié, ne dites pas que je suis ‘‘rafraichissante’’ (sic…) ou ‘‘optimiste’’. Non, je ne suis pas ‘‘rafraichissante’’. Non, je ne suis pas ‘‘optimiste’’. Je fais de la recherche. Je déploie, comme tant d’autres chercheuses et chercheurs, un protocole d’enquête, le plus rigoureux possible, appuyé sur des concepts scientifiques et des hypothèses de recherche. Ce faisant, je suis aussi consciente des biais qui m’animent – la foi, farouche, inébranlable, en l’éducation, en l’école, mais aussi en l’intelligence des acteurs, tous âges et tous statuts confondus.

Je vous en prie : n’écoutez pas, ou ne lisez pas, les propos de ces enfants et adolescents en les considérant ‘‘rafraichissants’’. Inconsciemment, il y a dans cette forme d’appréhension une condescendance envers eux. Ils ne sont pas ‘‘touchants’’, non. Ils et elles sont des personnes, avec des personnalités, des pensées, des opinions, des joies, des craintes, des personnes qui font des choix, en conscience ou non. Comme vous, comme moi. Comme nous toutes et tous.

L’heure est grave.

Les paniques morales, les affirmations péremptoires à teneur idéologique sans fondement scientifique, ont aussi une conséquence : l’invisibilisation du travail acharné et quotidien de Sophie, Régis, Justine, Anthony, Lisa, et tous ces enseignantes et enseignants du premier et du second degrés, qui œuvrent, depuis de longues années, pour une éducation aux médias et à l’information au plus près des besoins et des réalités sociales de leurs élèves. Cessons de dire qu’il y a « urgence », en faisant croire que rien n’est fait, que tout est à faire. Ce n’est pas du tout le cas. Mais cessons aussi de piétiner, de faire du sur-place épuisant pour les acteurs de terrain, qu’ils soient enseignants, personnels d’éducation, professionnels de l’information, travailleurs sociaux, médiateurs numériques, acteurs de l’éducation populaire, tous balançant entre des injonctions contradictoires. Mes pensées à ces enseignants qui luttent pour parvenir à exploiter le numérique dans la classe, soit parce que l’école n’est pas tout à fait entrée dans « l’ère du numérique » (comme le proclamait la Loi d’Orientation de 2013) avec une disparité d’équipements criante selon les établissements scolaires, soit parce que, imprégnés des paniques morales ambiantes, les parents d’élèves s’inquiètent, voire s’opposent, aux usages numériques dans la classe, convaincus que l’école est complice de l’appauvrissement langagier, social, culturel, de leur enfant. Car oui, nous en sommes là. C’est une réalité de terrain, implacable, et sidérante.

Une autre réalité de terrain, conjointe, c’est le bonheur avec lequel les enfants et les adolescents s’engagent dans l’activité informationnelle, mesurant leur chance de pouvoir s’informer dans un espace à la richesse incomparable, prenant plaisir à assouvir leur curiosité, à comprendre le monde qui les entoure. Reconnaissons ce plaisir au quotidien, et faisons-le fructifier, dans les salles de classe, les médiathèques, les ateliers de médiation, les centres sociaux, et dans les familles. Pour que la chance et la joie de s’informer n’aient d’égales que celles d’éduquer aux médias et à l’information.

Anne Cordier – Mars 2024

“L’heure des ados informés” – Un projet de recherche-action adossé à un projet pédagogique

Être chercheuse de terrain sur les pratiques informationnelles des enfants et des adolescents, et les pratiques pédagogiques en éducation aux médias et à l’information, c’est accompagner aussi au plus près les enseignant-es et les élèves dans des moments partagés de formation autour de l’information, des médias et du numérique. Car la recherche se nourrit du terrain, mais elle doit aussi nourrir elle-même le terrain. Et quelle incroyable Chance lorsque la chercheuse voit des enseignant-es s’emparer de ses questionnements, et s’attacher à donner corps à ses propositions !

J’ai ainsi eu la chance immense depuis le mois de septembre de travailler avec deux classes de Terminale, HGGSP (Tale Générale Spécialité Histoire-Géo, Géopolitique et Sciences Politiques) et ST2S (Sciences et Technologies de la Santé et du Social), et leurs enseignant-es documentaliste, de Spécialité HGGSP, et de Santé Social.

Retour aux sources !

« L’heure des ados informés », c’est d’abord un projet pédagogique en éducation aux médias et à l’information (EMI) destiné à travailler la notion de source, la traçabilité de l’information et l’identification de ressources et de figures d’autorité informationnelles.

Les élèves des deux classes ont choisi des sujets, relatifs à leur spécialité, en lien avec le Grand Oral, et effectué, le plus souvent en groupe, des recherches pour présenter le résultat de leurs réflexions menées à partir de documents variés, dont il a fallu évaluer la fiabilité, la validité et la pertinence. Tout un programme !

Le podcast pour restituer l’information

Pour restituer leur travail de recherche d’information, les élèves ont eu à réaliser un podcast. Un support loin d’être choisi au hasard par les enseignants : « Le podcast permet de travailler la mise en récit, la prise de parole appuyée sur des codes bien spécifiques (…). C’est d’abord un travail écrit, pour structurer son propos à partir de ressources diverses. Le fait de raconter une histoire permet aussi de s’approprier l’information » (Pr-Doc).

Retrouvez les podcasts réalisés par les élèves en cliquant sur l’image-lien ci-dessous !

Enrichir son écosystème informationnel

Chacun-e d’entre nous dispose d’un « écosystème informationnel », c’est-à-dire un ensemble de ressources qu’il-elle sait mobiliser pour répondre à ses besoins d’information, quels qu’ils soient. Cet écosystème informationnel évolue dans le temps, en fonction aussi de nos centres d’intérêt et des projets personnels, de vie, d’orientation, professionnels, etc.

Le projet pédagogique « A l’heure des ados informés » a pour objectif d’accompagner les élèves de Terminale dans leurs pratiques d’information et de les amener à enrichir leur écosystème informationnel, en découvrant de nouvelles ressources, notamment spécialisées pour s’informer toujours plus et toujours mieux !

Un projet de recherche

« L’heure des ados informés », c’est aussi un projet de recherche, mené tout au long de cette année 2023-2024. Je suis donc venue dans les classes de Tale HGGSP1 et ST2S 1, enquêter (observations, entretiens) et travailler avec les enseignant-es et les élèves. Une très belle rencontre pour de passionnants résultats !

Résultats, reposant notamment sur une recherche-action et la création d’un outil didactique original, que nous vous communiquerons prochainement…. #Suspense 🙂

Une exposition par la chercheuse !

Le projet de recherche-action a été conçu véritablement dans l’objectif d’accompagner les enseignant-es et les élèves, mais aussi les parents, dans un dialogue confiant et apaisé autour des questions liées aux pratiques informationnelles, médiatiques, mais aussi au numérique (les fameux “écrans” qui font couler tellement d’encre !).

C’est ainsi que j’ai eu à cœur de partager les résultats du projet de recherche à travers l’élaboration d’une exposition qui met en lumière les pratiques informationnelles des élèves de HGGSP et de ST2S, leur rapport à l’évaluation de l’information, à la presse écrite, aux créateurs de contenu, à certaines émissions comme TPMP, ou encore à la fatigue informationnelle. Chaque thématique est abordée avec des définitions et explications – les plus claires possibles ! -, des résultats illustrés par des verbatims des élèves mais aussi des enseignant-es engagé-es dans le projet, et se conclut par des conseils donnés par moi-même pour optimiser ses pratiques informationnelles.

L’exposition, d’abord présentée au sein de l’établissement en ce mois de mars-avril 2024, sera prochainement mise à disposition en version numérique en accès libre !

Affiche de l’exposition “L’heure des ados informés : Retour à la source”, réalisée par Anne Cordier, Mars 2024.

Des temps forts pour tou-tes !

Le lundi 18 mars 2024, jour de lancement de la semaine de la presse et des médias dans l’école, nous avons rencontré Xavier de La Porte, producteur du podcast Le Code a Changé et journaliste à L’Obs, et Séverin Graveleau, journaliste au Monde service Campus. Les deux professionnels sont revenus sur les podcasts réalisés par les élèves, en les félicitant pour leur grande qualité, et ont échangé longuement avec eux sur des sujets aussi variés que le travail d’enquête journalistique, la vérification des sources ou encore les contraintes liées aux formats médiatiques (JT, info en continu, article de presse, podcast…). Les deux journalistes ont également accepté de se prêter généreusement à l’exercice de l’interview dont vous découvrirez le résultat prochainement…

Séverin Graveleau, Anne Cordier et Xavier de La Porte – Lycée Carnot, Bruay-la-Buissière, 18 mars 2024.

Le 21 mars, j’ai eu l’honneur de clôturer ce magnifique projet pédagogique et de recherche-action en donnant au lycée une conférence Bilan du Projet, en présence de très nombreux parents, élèves mais aussi frères et sœurs de ces derniers ! L’occasion d’en apprendre tous ensemble davantage sur comment les adolescents s’informent et de répondre aux questions que se posent les parents. Un beau moment de partage pour terminer en beauté la Semaine de la presse et des médias dans l’école !

Anne Cordier – Conférence Lycée Carnot, Bruay-la-Buissière, 21 mars 2024.

Et bientôt….

Le projet pédagogique est achevé, la recherche-action en lien également… Mais des publications et restitutions sous diverses formes (exposition, capsules vidéo pour expliciter notamment l’outil didactique réalisé, articles sur ce blog, articles scientifiques, communications multiples) sont en cours de conception. A suivre, donc !

Pour une éducation aux médias et à l’information (de) tous les jours

Ce 18 mars 2024 s’ouvre la 35ème édition de la semaine de la presse et des médias dans l’école. Chaque année, la SPME est un rendez-vous dans bon nombre d’établissements scolaires, de la maternelle au lycée. Il s’agit, durant cette semaine, de « développer le goût pour l’actualité », tout en abordant avec les élèves des notions-clés du travail journalistique, du décryptage de l’information, à travers la mise en visibilité du paysage éditorial médiatique. Si cette manifestation a son importance, elle est naturellement insuffisante pour mener à bien les objectifs éducatifs et pédagogiques énoncés, mais aussi pour couvrir l’empan des besoins et enjeux liés à l’activité informationnelle juvénile. L’observation en contexte des pratiques informationnelles enfantines et adolescentes, tout comme l’analyse des situations d’enseignement-apprentissage vécues dans le monde scolaire mais aussi en famille et dans d’autres espaces de socialisation comme les médiathèques ou les communautés associatives, plaident incontestablement pour une banalisation de l’éducation aux médias et à l’information (EMI), vue comme une pierre angulaire du développement d’une culture générale.

Des pratiques informationnelles quotidiennes

Dès l’enfance, les pratiques informationnelles existent, et participent du développement de ses loisirs et activités : ainsi, Emeline, 10 ans, passionnée de botanique, effectue des recherches en ligne sur les plantes, pendant que Aiden, 7 ans, utilise Youtube pour regarder « des vidéos de dessins pour avoir des techniques et des idées », et ensuite dessiner à son tour. Dès l’enfance aussi, les pratiques informationnelles témoignent d’un enjeu d’intégration sociale fort. Ainsi, Rémy, scolarisé en CM2, raconte l’importance de ses recherches d’information, partagées avec ses frères et son père, sur les faits de jeu du match de son équipe d football préférée, car à la maison on n’a plus les moyens financiers de se rendre au stade : « Quand on en parle à l’école le lundi, c’est comme si j’étais allé à Bollaert ! ».

Cette intrication des pratiques informationnelles avec le développement de sa personnalité et de ses goûts comme avec sa volonté de prendre sa place dans le monde monte en puissance ave l’âge. Les collégiens et les lycéens rencontrés sur le terrain racontent le plaisir de s’informer en sociabilités, de partager leurs découvertes entre pairs, de s’interroger ensemble sur les informations auxquelles ils accèdent. Dans toute leur diversité : non seulement sont évoquées les pratiques informationnelles médiatiques, dites d’actualité, mais aussi les pratiques informationnelles documentaires, extrêmement prégnantes dans la vie enfantine et adolescente. Car concrètement à une vulgate répandue, et affirmée par des études quantitatives aux contours flous et purement déclaratives, les enfants et les adolescents s’informent.

Ils et elles s’informent sur leurs centres d’intérêt, leurs loisirs, mais aussi des sujets de société qui leur tiennent à cœur, à la manière de ces lycéennes qui peuvent discuter longuement autour des violences sexistes et sexuelles sur lesquelles elles effectuent une veille informationnelle rigoureuse par le moyen des réseaux sociaux numériques. Ils et elles s’informent avec un plaisir réel, lors de rituels informationnels qu’ils mettent en place, seuls, avec des pairs ou en famille. Vasco, lycéen de 17 ans, explique combien il aime « confronter « (ses) » informations avec celles de (sa) mère avec la télé. On n’est pas souvent d’accord, mais c’est ça qui est bien, on se parle ! ». Ils et elles s’informent en tirant partie de ressources informationnelles qui échappent souvent au regard des adultes, à l’instar de Hugo Décrypte, fortement plébiscité par les lycéens, ou encore des titres de presse régionale ou nationale, dont ils suivent les publications via les réseaux sociaux numériques. N’oublions pas non plus les créateurs et créatrices de contenu, qui tiennent une place importante dans l’écosystème informationnel des publics juvéniles, notamment pour nourrir leur curiosité envers l’information documentaire (sur la santé, la sexualité, ou encore la physique ou le cinéma). Une grande diversité de pratiques et de ressources, donc, qui rythment le quotidien des enfants et des adolescents.

Des apprentissages dans le parcours biographique

Ces pratiques informationnelles ont besoin de soutien, et les enfants comme les adolescents apparaissent très demandeurs d’accompagnement dans le domaine, conscients notamment de la difficulté à évaluer l’information dans un contexte généralisé de défiance, ou encore à gérer la réception des images violentes en ligne, mais aussi désireux de développer plus encore leurs connaissances informationnelles « pour réussir dans la vie, parce que l’information c’est un tremplin » (Romane, 17 ans).

Les adolescents et les jeunes adultes rencontrés en enquête font part de rituels de familiarisation à l’information et à l’activité informationnelle qu’ils considèrent fondateurs dans leur parcours. C’est le cas de Morgan, qui à 24 ans tire le fil entre une expérience quotidienne de la lecture et de la discussion autour de la presse d’actualité à l’école primaire et son appétence actuelle, à l’âge adulte, pour la presse écrite : « Tu titres « De Mon Quotidien à Mad Movies » (rires). Sérieusement, je suis certain, ça me vient de là, le plaisir de la presse, tu vois, de prendre de l’info dedans, de savoir que je peux la partager, comme on faisait en primaire, quoi ».

D’autres évoquent des apprentissages structurants, lesquels ont pu être observés lors d’un suivi longitudinal de lycéens dans leur entrée dans les études supérieures et dans la vie professionnelle. A 19 ans, Julie « ne remerciera jamais assez (son professeur documentaliste) qui lui a donné les bonnes cartes pour après ! », notamment en la sensibilisant au référencement bibliographique et au travail de sourçage de l’information.

Malheureusement l’étude des parcours biographiques informationnels des élèves sur le long terme, et l’enquête de terrain en milieu scolaire, montrent la difficulté à mettre en place une progression des apprentissages en éducation aux médias et à l’information, et trop ponctuels sont les temps consacrés à l’information dans la classe, à son analyse comme à sa discussion. Or, intégrer des apprentissages informationnels au sein d’un environnement médiatique et documentaire pour le moins complexe, comprendre des concepts essentiels comme l’autorité informationnelle, la source ou encore la ligne éditoriale, développer une culture des sources à même d’enrichir le répertoire de pratiques informationnelles, tout cela demande du temps.

Sortir du traitement évènementiel de l’EMI

Le traitement évènementiel de l’information, auquel se trouvent souvent contraints les acteurs de l’éducation aux médias et à l’information, ne permet absolument pas de relever le défi. Tout d’abord, parce que, nous l’avons vu, ce traitement évènementiel n’est pas à la mesure de la quotidienneté – joyeuse – de la pratique informationnelle dans la vie sociale des enfants et des adolescents, et de tous les enjeux qu’ils ont à affronter chaque jour pour appréhender le flux d’informations et traiter l’information, quel que soit son statut. Ensuite, la prise en charge des problématiques informationnelles et médiatiques ne saurait se limiter à la gestion d’un évènement en général émotionnellement tellement chargé (attentats, guerres) que la prise de distance et la réflexivité critiques nécessaires à la structuration de connaissances n’est pas possible. Enfin, l’étude des trajectoires informationnelles biographiques des acteurs suivis sur le long terme, et les interrelations tissées avec des formations en EMI dont ils ont bénéficié durant leur scolarité, primaire et secondaire, montre à quel point la dimension temporelle est cruciale, favorisant l’intégration de compétences et de connaissances abordées de façon répétée de manière à ce que des transferts soient envisagés et envisageables pour les acteurs, et à ce qu’en situation, dans un nouveau contexte, ils soient en mesure de reconvoquer des ressources, des types d’usages ou de pratiques.

Pour l’ensemble de ces raisons, c’est d’une éducation aux médias et à l’information du quotidien et au quotidien dont nos enfants et adolescents ont besoin, une éducation à la hauteur de la place qu’a l’activité informationnelle dans la vie des enfants et des adolescents, c’est-à-dire une place quotidienne, profondément incarnée, sensible, joyeuse, et essentielle dans les sociabilités qu’ils mettent en œuvre, que ce soit avec la famille ou avec les pairs.

EMILIE est née !

La naissance d’un nouveau projet collectif de recherche est toujours une très grande émotion. Cela signifie qu’un collectif s’est mobilisé, avec enthousiasme et application, pour construire un projet digne d’intérêt, porteur de sens, et qui lui tient particulièrement à coeur. Cela signifie aussi que ces intentions qui ont accompagné toute l’énergie mobilisée pour la construction d’un projet ont trouvé un écho favorable lors du dépôt de candidature.

Voici donc venu le temps d’ouvrir grand les bras au Projet GTnum EMILIE, financé par la Direction du Numérique en Education, porté par Anne Cordier, UR 3476 CREM, et co-animé par André Tricot, EA 4556 EPSYLON !

Logo du Projet GTnum EMILIE – Créé par un enseignant-partenaire

Alors que le public adolescent, dans son rapport à l’information, cristallise toutes les attentions tant sociétales que médiatiques et scientifiques, le public enfantin – les enfants de cycles 2 et 3 – constitue un point-aveugle des connaissances, mais aussi des prises en charge éducatives globales en matière de littératies et cultures informationnelles. Pourtant, l’éducation aux médias et à l’information (EMI) est instaurée depuis la Loi de 2013 dès le cycle 2 à l’école, les initiatives institutionnelles en la matière ne manquent pas, tel le récent programme de sciences et technologie du cycle 3 qui prévoit la formation de l’esprit critique et notamment l’identification de sources fiables (BO 25 – 22/06/2023). Pourtant encore, les parents de ces enfants eux-mêmes sont demandeurs d’une éducation à l’information de leurs enfants, considérant que la première priorité éducative de l’école en matière numérique est d’enseigner à leurs enfants la recherche d’information et l’évaluation de l’information (Source : Enquête quantitative réalisée dans le cadre du projet GTNum ELN – Enfances et Littératies Numériques – à destination de 1800 parents d’enfants scolarisés en cycles 2 et 3). Pourtant enfin, les savoirs expérientiels des enfants ne sont pas négligeables et constituent des ressources (obstacles et/ou leviers) pour l’action éducative et pédagogique, et le projet GTNum ELN a mis en lumière à quel point l’enfant est un « acteur social », capable de déployer des « arts de faire », et de porter un regard réflexif sur ses usages et pratiques.

Les productions concernant la prise en compte des cultures enfantines dans la construction EMI porteuse de sens social et d’efficacité cognitive et pédagogique apparaissent peu nombreuses. Or, il nous semble impossible d’envisager une école qui ignore la culture-même de ses enfants ; en ce sens, l’EMI doit s’inspirer de la didactique des sciences qui depuis de nombreuses années prend résolument au sérieux la culture enfantine.

Comment renouveler l’EMI en nous fondant sur les cultures numériques et informationnelles enfantines, dans le domaine tant de l’évaluation que de la conception et de la mise en œuvre d’actions éducatives ?

C’est autour du grand triptyque organisateur des apprentissages des langages “Dire, Lire, Ecrire” que notre équipe inscrit son propre travail. Il s’agit de répondre aux priorités du système éducatif – soucieux de doter tous les élèves du pouvoir d’agir par l’outillage linguistique nécessaire, la compréhension et l’appropriation des langages – et de soutenir, par l’adoption de cette colonne vertébrale structurante pour les progressions pédagogiques en cycles 2 et 3, le déploiement d’une EMI ancrée dans les réalités éducatives et sociales.

“Lire” (et écouter) l’information

L’équipe du projet EMILIE se donne pour objectif de contribuer avec force aux travaux scientifiques et pédagogiques autour de la recherche et de l’évaluation de la qualité de l’information. Elle veut de cette manière répondre aux préoccupations des parents et de l’institution, quant à l’exercice d’un regard critique sur l’information. Face aux paniques morales ambiantes sur la crédulité des enfants, le besoin de renouveler l’EMI autour de cette question nous paraît impérieux, ce de surcroît toujours avec le souci de nous appuyer sur les savoirs enfantins et de penser les transferts entre la sphère scolaire et non scolaire.  

“Écrire” l’information

Pour exercer sa citoyenneté (en ligne ou non), et sortir des jugements à l’emporte-pièce, des réactions parfois mues par les conditionnements des plateformes et plus largement de la tendance à la prime à l’opinion, l’apprentissage de l’argumentation par la prise de position de façon documentée apparait nécessaire. Se sentir responsable de ce qu’on publie et de l’espace de publication constitue une clé de voûte de l’éducation à la citoyenneté (numérique ou non). Il s’agit d’incarner pleinement la notion d’auteur-rice, et à ce titre d’assumer son autorité, dans le sens d’une responsabilisation de soi. Comment soutenir cet apprentissage, toujours en s’appuyant sur les cultures enfantines déjà-là et en favorisant le transfert de compétences et de connaissances ?

“Dire” l’information

Dans le cadre du GTNum ELN (2020-2023), nous avons mis en lumière l’existence d’une « culture numérique enfantine », prolongement de la définition donnée à la « culture enfantine ». Nous avons élaboré des méthodes pour recueillir la façon dont les enfants parlent de leurs pratiques numériques. Nous souhaiterions investiguer plus avant la culture informationnelle enfantine, qui constitue une ressource – obstacle ou levier – pour une action pédagogique efficiente.

L’apprentissage du débat apparaît véritablement un levier pour décrypter ensemble l’information et favoriser au plus tôt une réflexivité individuelle et une réflexion collective sur les problématiques informationnelles et les questions vives dans le domaine de l’information médiatique comme la désinformation/mésinformation ou encore l’identité numérique. Comment outiller les enseignant-es dans la mise en œuvre de la formation à l’oral des élèves ?

Quelle équipe !

Carte synthétique des territoires académiques et membres de l’équipe GTnum EMILIE

Suivez nos aventures !

Pour suivre nos aventures, interventions et cogitations, il existe ce carnet bien sûr ! Ainsi que le Carnet des GTnum.

Et les réseaux sociaux… @annecordier @andre_tricot @DRANEHDF @ClemiLille @LeCLEMI @SebastienRochat @Canope_76_LH @DANEMontpellier @DaneTlse @Clemi_Lorraine

#GTnum #EMILIE

Références

Cordier, A (2023). Grandir informés : Les pratiques informationnelles des enfants, adolescents et jeunes adultes. C & F Editions.

Danic, I, Delalande, J, Rayou, P (2006). Enquêter auprès d’enfants et de jeunes : Objets, méthodes et terrains de recherche en sciences sociales. Presses Universitaires de Rennes.

Sahut, G, Cordier, A (2023). Les jeunes sont crédules face aux écrans. In Cordier, A, Erhel, S (dir.). Les enfants et les écrans. Retz.

Tartas, V (2009). La construction du temps social par l’enfant. Peter Lang.

Tricot, A, Sahut, G, Lemarié, J (2017). Le document : communication et mémoire. De Boeck.

Grandir Informés : Les pratiques informationnelles des enfants, adolescents et jeunes adultes

À l’occasion de la publication de l’ouvrage Grandir Connectés (C& F éditions, 2015), de nombreuses invitations m’ont conduite à rencontrer un public extrêmement varié : enseignant-es, médiateur-rices du livre, professionnel-les de l’information, mais aussi journalistes, parents et même grands-parents… Une grande diversité qu’une seule préoccupation, pourtant, constamment rassemblait : qu’allaient donc devenir, concrètement, tous ces jeunes, décrits dans cet ouvrage, dont les comportements et les propos tendaient à nuancer les fantasmes sur une désintégration de la curiosité et du lien social tout autant que de la nécessaire médiation entre générations ?

On les annonçait « perdu-es » il y a 15 ans, ces « digital natives », voyons ensemble ce qu’ils et elles sont devenu-es et promettent encore de devenir ! Enrichissons leurs propos et leurs expériences de ceux d’actuels enfants et adolescents (enquêtés entre 2018 et 2023, en école élémentaire, collège et lycée) qui grandissent avec le numérique, dans un monde informationnel particulièrement riche, des enfants et adolescents qui apparaissent bien loin de ce qualificatif honteux et déshonorant – pour ceux qui l’emploient – de « crétins digitaux » dont certains osent encore les affubler.

Voilà ce que je vous propose dans Grandir informés, publié en 2023 chez C & F Editions.

Couverture de Grandir Informés, C & F Editions, 2023.

Puisse ce cheminement vous être agréable, rendre justice à toutes celles et tous ceux qui ont consacré et consacrent encore temps et énergie à partager leurs expériences et leur vision du monde, et vous convaincre que nous avons, toutes et tous, humblement mais fermement, un rôle à jouer, impérieux, pour que le vivre-ensemble ne soit pas un mot vide.

Retrouvez le sommaire et le chapitre-introduction de l’ouvrage :

Pour vous procurer Grandir Informés, rien de plus simple, cliquer ici !

Au plaisir d’en discuter avec vous !

Un créathon clé-en-main

Lors de la journée Idéation du GTNum ELN, le 8 juin 2023, nous avons organisé un Créathon. Ce dernier, suite à la présentation des résultats du GTNum ELN, demandait aux participant-e-s d’apporter des réponses aux disparités sociales et territoriales liées au numérique. L’objectif était de rendre les individus, issus de toutes professions de l’éducation (enseignant-e, médiateur-rice, élu-e, étudiant-e, etc.),  acteur-ricess d’une réflexion collective. 

Dans cette même logique d’utilité, nous souhaitons mettre à votre disposition tous les documents nécessaires à ce Créathon afin que vous puissiez le reproduire ou l’adapter selon vos besoins. À vous de jouer !

N’hésitez pas à partager avec nous vos retours d’expérimentation 🙂

Les usages numériques enfantins – Une synthèse

Dans le cadre du projet GTNum ELN, nous avons investigué les compétences et pratiques numériques des enfants scolarisés en cycles 2 et 3. Afin d’enrichir le recueil de données, et de ne pas se limiter aux techniques relativement classiques de recueil – entretiens et observations de situation –, l’équipe-projet a conçu une séance de recherche-intervention consistant à demander aux enfants, lors d’une séance collective en classe en présence de l’enseignant-e, de faire part des activités réalisées durant le week-end précédent la séance avec des objets, connectés ou non. Les enfants ont disposé d’éléments graphiques soumis par les chercheur-ses (photos et dessins d’objets, logos de marques et plateformes, mais aussi emojis et émoticônes).

A la suite de ce que nous avons appelé « les collages », les enfants ont échangé, lors d’entretiens dits focus group, par petits groupes de 3 à 5 maximum, avec le chercheur ou la chercheuse, de manière à entrer dans le détail des collages réalisés, et de ce qu’ils disaient des usages, pratiques et compétences numériques de chacun-e. Ces entretiens ont donné lieu à l’émergence de récits d’expériences, de vécus émotionnels liés aux activités numériques, mais aussi à la prise d’informations quant à l’inscription des objets connectés dans le quotidien familial.

La synthèse qui vous est présentée ci-après a été réalisée exclusivement sur la base des collages réalisés par les enfants, suite à un codage très fin permettant de systématiser les items d’analyse. Elle s’inscrit dans un ensemble de livrables à votre disposition, dont les monographies de terrain ainsi que les résultats de l’enquête menée auprès des parents. Tout cela va ensemble, car nous nous trouvons face à un sujet particulièrement complexe, qui ne souffre aucun réductionnisme. Nous vous souhaitons une bonne lecture, en espérant qu’elle vous apporte autant de stimulation que celle que nous avons vécue avec ces enfants, si généreux dans leurs partages d’expériences !