Habilitation à Diriger des Recherches

Mon Habilitation à Diriger des Recherches en Sciences de l’Information et de la Communication a été soutenue publiquement le 06 décembre 2019 à l’Université de Bordeaux (école doctorale Montaigne Humanités), devant un jury composé de : Stéphane Chaudiron (PU en SIC, Université de Lille, Rapporteur), Joëlle Le Marec (PU en SIC, Université de Paris 4 Sorbonne, Rapportrice), Brigitte Juanals (PU en SIC, Université d’Aix Marseille, Examinatrice), Olivier Le Deuff (MCH HDR en SIC, Université de Bordeaux, Examinateur), Sylvie Grosjean (Pr. en Communication Sociale, Université d’Ottawa, Examinatrice) et Francis Jauréguiberry (PU en Sociologie, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Examinateur).

« Pour une anthropologie de l’information » – Parcours de Recherche

Le volume intitulé « Pour une anthropologie de l’information », retrace en 212 pages mon parcours de recherchefortement articulé à un parcours d’enseignante dont les objets scientifiques sont aussi pour partie des objets d’enseignement. Ce retour sur un parcours de recherche ancré dans des dynamiques collectives mais porteur de singularités permet de dresser quelques pistes futures d’implications scientifiques, de projets et d’encadrements. Par un regard anthropologique sur l’information, il s’agit de comprendre le monde social, en immersion sur le terrain, questionnant les interactions entre acteurs et entre acteurs et environnements, analysant les contextes, sociaux, collectifs et intimes dans lesquels s’inscrivent usages et pratiques, en embrassant tout un réseau de significations à comprendre non seulement à l’intérieur d’un espace mais aussi d’un temps donné. Quel rapport au monde et à autrui, au savoir et à la culture, les hommes et les dispositifs sociotechniques qu’ils investissent, de manière imaginaire comme pragmatique, construisent-ils ? Quelles réponses éducatives la société, ses institutions, instances et organisations comme ses acteurs, organisés en collectifs ou non, proposent-ils et/ou éprouvent-ils pour faire face aux enjeux liés à une culture de l’information émancipatrice ?

Une première partie permet de prendre la mesure des objets de recherche pris en charge au cours de ce parcours professionnel, au sein du champ des cultures de l’information, champ qui a la particularité ici d’être à la fois pratiqué au quotidien et investigué selon des dimensions multiples. Une seconde partie précise les enjeux de l’affirmation d’une singularité scientifique alliée à l’engagement dans un dialogue interdisciplinaire, au service du renforcement des sciences de l’information et de la communication tant dans le paysage scientifique que dans la Cité. Une troisième partie dresse quelques pistes-perspectives définissant les contours d’un programme de recherche et d’actions suite à ce travail d’Habilitation.

« Vers une poïétique de l’être-au-monde-informationnel » – Recherche Originale

Le volume, titré « Vers une poïétique de l’être-au-monde-informationnel », fait état, en 658 pages, d’une recherche originale, inscrite dans le champ des cultures de l’information et l’analyse des pratiques informationnelles. Par un processus d’investigation longitudinale d’inspiration composite, dans lequel ont été engagé·es douze acteurs·rices (suivi·es depuis 2012-2013), il s’agit de cerner précisément le processus de création de soi en tant qu’acteur informationnel, tout au long d’un parcours biographique (approche temporaliste) articulé à des logiques collectives et sociales, ainsi qu’à un contexte sociopolitique et technologique qui contribuent à la co-configuration de « trajets anthropologiques »1 et de répertoires de pratiques informationnelles en fonction de situations éprouvées et projetées, et d’espaces informationnels traversés voire habités (écosystème informationnel). La recherche permet de fournir des clés de compréhension et des pistes d’action pour l’étude des cultures de l’information dans toute leur complexité ainsi que les modalités d’éducation à l’information et au numérique, et la conception des médiations des savoirs.

Une première partie fait part de mes cheminements théoriques inscrits dans le champ des cultures de l’information mais aussi dans d’autres champs disciplinaires, selon la tradition de la complexité scientifique prônée par Edgar Morin. Des cheminements qui conduisent tout d’abord à circonscrire, conceptuellement, l’être-au-monde-informationnel, entre acception des pratiques informationnelles au prisme du concept de reliance (Morin, 1986, 2004) et compréhension des représentations et imaginaires à l’aune du concept de trajets anthropologiques (Durand, 1992/1960). Le tissage singulier, collectif et social de l’être-au-monde-informationnel retient ensuite l’attention, l’acteur étant aux prises avec des réseaux d’influence dont il convient de distinguer tout au moins dans un premier temps les modes d’influence ; un acteur informationnel dont je défends une « identité fluide » (Singly, 2003) plutôt que « plurielle » (Lahire, 2007). Cet acteur informationnel déploie son action et ses pratiques au sein d’espaces multiples, dont il est dressé une typologie de sens qui nous emmène jusqu’à la notion de milieu informationnel et d’habiter, les deux termes permettant de revisiter la notion de spatialité informationnelle et de différencier un triptyque de l’être-au-monde-informationnel, à savoir milieu-environnement-écosystème informationnels.

Dans une seconde partie, est racontée une Histoire de la Méthode. Il s’agit d’affirmer une conception compréhensive et participative de la recherche, s’illustrant notamment à travers un rapport personnel au terrain, aux enquêtés, mais aussi aux outils méthodologiques. Cette recherche nouvelle menée dans le cadre de ce travail d’Habilitation a été aussi la recherche d’une méthodologie proactive, inspirée par l’approche composite2 et par la volonté de mettre en place une démarche écologique incarnée dépassant l’approche écologique. Le récit de l’investigation au long cours qu’a constitué cette nouvelle recherche met en relief une approche longitudinale des pratiques informationnelles ainsi qu’un protocole multidimensionnel et un regard réflexif sur ce dernier.

Dans une troisième partie, sont partagés des premiers résultats issus de cette recherche encore toute récente, sur l’analyse de pratiques cheminatoires d’acteurs au sein du milieu informationnel. Tout en prenant bien garde de se rappeler que « Le démon de la généralisation (qui s’explique bien sûr par les profits symboliques bien plus grands qu’il procure) constitue un véritable obstacle à la connaissance scientifique du monde social »3.


  1. DURAND, Gilbert (1992/1960). Les structures anthropologiques de l’imaginaire : Introduction à l’archétypologie générale. 11ème édition. Paris : Dunod, 536p. []
  2. LE MAREC, Joëlle (2002a). Ce que le « terrain » fait aux concepts : Vers une théorie des composites. Habilitation à Diriger des Recherches, Université Paris VII, 195p. Disponible sur : http://science.societe.free.fr/documents/pdf/HDR_Le_Marec.pdf []
  3. LAHIRE, Bernard (2007/1998). L’homme pluriel : Les ressorts de l’action. Paris : Hachette Littératures, 392p. []

« Imaginaires, représentations, pratiques formelles et non formelles de la recherche d’information sur internet : Le cas d’élèves de 6ème et de professeurs documentalistes »

Ma thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication a été soutenue publiquement le 23 septembre 2011 au sein du laboratoire GERIICO, Université Lille 3 – Charles de Gaulle, devant un jury composé de : Brigitte Simonnot (PU en SIC, Université Nancy II, Rapportrice), Viviane Couzinet (PU en SIC, Université Toulouse III, Rapportrice), Michèle Gellereau (PU en SIC, Université Lille III, Présidente), Vincent Liquète (MCF en SIC, Université Bordeaux IV, Co-encadrant), Éric Delamotte (PU en SIC, Université Lille III, Directeur).

Descriptif

Le manuscrit de recherche doctorale comporte deux volumes. Un premier volume, de 502 pages, présente la recherche, avec cadre théorique, méthodologie et protocole de recherche, ainsi qu’analyse des données et mise en perspective des résultats. Le second volume, de 685 pages, se compose des annexes. Il comprend la totalité des documents utilisés pour la mise en place du protocole d’investigation, une présentation de tous les indicateurs en lien avec les questions et hypothèses de la recherche, une représentation graphique des données recueillies, et ensuite la mise à disposition des transcriptions complètes des entretiens réalisés au cours de l’enquête, ainsi que des séances d’enseignement-apprentissage observées et les documents pédagogiques recueillis au cours de l’investigation.

Résumé

L’objectif de ce travail est d’apporter une meilleure connaissance des imaginaires, représentations et pratiques non formelles développées par les élèves de 6ème sur la recherche d’information sur Internet, et d’effectuer un parallèle et une confrontation avec les pratiques de formation mises en œuvre par les professeurs documentalistes. Pour ce faire, une étude qualitative a été menée au sein de trois établissements scolaires français (collèges aux profils socioéconomiques différenciés). Cette enquête a combiné des entretiens semi-directifs, menés avec 45 élèves de 6ème et 3 professeurs documentalistes, à raison de 3 entretiens par enquêté sur l’année scolaire, et de nombreuses phases d’observation distanciée (séances d’enseignement-apprentissage info-documentaire en classe de 6ème engageant ou non l’objet numérique ; activités informationnelles réalisées en autonomie par des élèves au sein du CDI – et entretiens d’explicitation liés).  L’adoption d’une éco-posture pour analyser la recherche d’information sur Internet permet de considérer les pratiques de recherche et de formation de manière située, en tenant compte des contraintes opérées par les espaces d’action identifiés. Le sentiment d’expertise personnellement ressenti en matière de recherche sur Internet joue pour les deux types d’acteurs un rôle fondamental à la fois dans l’appropriation de l’outil et dans l’appréhension des séances de formation. L’étude révèle un écart important entre les pratiques de recherche ordinaires des élèves et les pratiques prescrites par les professionnels.

♣  Vous souhaitez accéder au Volume 1 de cette thèse ? C’est ici !