Pour un plan national pour la culture ouverte, l’éducation ouverte et la santé ouverte

La tribune ci-dessous est diffusée à partir de Framasoft qui a offert l’espace de publication aux trois co-auteurs, qui enjoignent à re-diffuser au maximum ce texte sur tous les moyens de publication possibles. Engagée pour la science ouverte, le dialogue sciences-société, et la libération de l’information, je ne peux qu’apporter ma modeste contribution à cette diffusion, et vous encourager à faire de même. Anne Cordier

La crise sanitaire du coronavirus nous oblige à réévaluer ce qui est fondamental pour nos sociétés. Les personnes essentielles sont bien souvent celles qui sont invisibilisées et même peu valorisées socialement en temps normal. Tous les modes de production sont réorganisés, ainsi que nos formes d’interaction sociale, bouleversées par le confinement.

Dans ce moment de crise, nous redécouvrons de manière aigüe l’importance de l’accès au savoir et à la culture. Et nous constatons, avec encore plus d’évidence, les grandes inégalités qui existent parmi la population dans l’accès à la connaissance. Internet, qui semble parfois ne plus être qu’un outil de distraction et de surveillance de masse, retrouve une fonction de source de connaissance active et vivante. Une mediathèque universelle, où le partage et la création collective du savoir se font dans un même mouvement.

Face à cette situation exceptionnelle des institutions culturelles ou de recherche, rejointes parfois par des entreprises privées, font le choix d’ouvrir plus largement leurs contenus. On a pu ainsi voir des éditeurs donner un accès direct en ligne à une partie des livres de leur catalogue. En France, plusieurs associations de bibliothèques et d’institutions de recherche ont demandé aux éditeurs scientifiques de libérer l’intégralité des revues qu’ils diffusent pour favoriser au maximum la circulation des savoirs et la recherche. Aux États-Unis, l’ONG Internet Archive a annoncé le lancement d’une National Emergency Library libérée de toutes les limitations habituelles, qui met à disposition pour du prêt numérique 1,4 millions d’ouvrages numérisés.

« Personne ne doit être privé d’accès au savoir en ces temps de crise », entend-on. « Abaissons les barrières au maximum ». L’accès libre et ouvert au savoir, en continu, la collaboration scientifique et sociale qu’il favorise, ne sont plus seulement un enjeu abstrait mais une ardente nécessité et une évidence immédiate, avec des conséquences vitales à la clé.

Il aura fallu attendre cette crise historique pour que cette prise de conscience s’opère de manière aussi large.

Cet épisode aura aussi, hélas, révélé certaines aberrations criantes du système actuel.

Ainsi, le portail FUN a décidé de réouvrir l’accès aux nombreux MOOC (Massive Online Open Courses) qui avaient été fermés après leur période d’activité. Ces MOOC « à la française » n’avaient donc, dès le départ, qu’une simple étiquette d’ouverture et vivent selon le bon vouloir de leurs propriétaires.

Pire encore, le Centre National d’Enseignement à Distance (CNED) s’est opposé à la diffusion de ses contenus en dehors de son propre site au nom de la « propriété intellectuelle ». L’institution nationale a envoyé des courriers de menaces à ceux qui donnaient accès à ses contenus, alors que ses serveurs étaient inaccessibles faute de soutenir l’affluence des visiteurs. Voici donc mise en lumière l’absurdité de ne pas diffuser sous licence libres ces contenus pourtant produit avec de l’argent public.

Quelques semaines avant le développement de cette crise, le syndicat CGT-Culture publiait une tribune… contre la libre diffusion des œuvres numérisées par la Réunion des Musées Nationaux. On voit au contraire à la lumière de cette crise toute l’importance de l’accès libre au patrimoine culturel ! Il faut que notre patrimoine et nos savoirs circulent et ne soient pas sous la dépendance d’un acteur ou d’un autre !

Ces exemples montrent, qu’au minimum, une équation simple devrait être inscrite en dur dans notre droit sans possibilité de dérogation :

Ce qui est financé par l’argent public doit être diffusé en accès libre, immédiat, irréversible, sans barrière technique ou tarifaire et avec une liberté complète de réutilisation.

Cela devrait, déjà, s’appliquer aux données publiques : l’ouverture par défaut est une obligation en France, depuis 2016 et la Loi République Numérique. Cette obligation est hélas largement ignorée par les administrations, qui privent ainsi des moyens nécessaires ceux qui doivent la mettre en œuvre dans les institutions publique.

Mais toutes les productions sont concernées : les logiciels, les contenus, les créations, les ressources pédagogiques, les résultats, données et publications issues de la recherches et plus généralement tout ce que les agents publics produisent dans le cadre de l’accomplissement de leurs missions de service public.

Le domaine de la santé pourrait lui aussi grandement bénéficier de cette démarche d’ouverture. Le manque actuel de respirateurs aurait pu être amoindri si les techniques de fabrications professionnelles et des plans librement réutilisables avaient été diffusés depuis longtemps, et non pas en plein milieu de la crise, par un seul fabricant pour le moment, pour un seul modèle.

Novel Coronavirus SARS-CoV-2
Image colorisée d’une cellule infectée (en vert) par le SARS-COV-2 (en violet) – CC BY NIAID Integrated Research Facility (IRF), Fort Detrick, Maryland

Ceci n’est pas un fantasme, et nous en avons un exemple immédiat : en 2006, le docteur suisse Didier Pittet est catastrophé par le coût des gels hydro-alcooliques aux formules propriétaires, qui limite leurs diffusions dans les milieux hospitaliers qui en ont le plus besoin. Il développe pour l’Organisation Mondiale de la Santé une formule de gel hydro-alcoolique libre de tout brevet, qui a été associée à un guide de production locale complet pour favoriser sa libre diffusion. Le résultat est qu’aujourd’hui, des dizaines de lieux de production de gel hydro-alcoolique ont pu démarrer en quelques semaines, sans autorisations préalables et sans longues négociations.

Beaucoup des barrières encore imposées à la libre diffusion des contenus publics ont pour origine des modèles économiques aberrants et inefficaces imposés à des institutions publiques, forcées de s’auto-financer en commercialisant des informations et des connaissances qui devraient être librement diffusées.

Beaucoup d’obstacles viennent aussi d’une interprétation maximaliste de la propriété intellectuelle, qui fait l’impasse sur sa raison d’être : favoriser le bien social en offrant un monopole temporaire. Se focaliser sur le moyen – le monopole – en oubliant l’objectif – le bien social – paralyse trop souvent les initiatives pour des motifs purement idéologiques.

La défense des monopoles et le propriétarisme paraissent aujourd’hui bien dérisoires à la lumière de cette crise. Mais il y a un grand risque de retour aux vieilles habitudes de fermeture une fois que nous serons sortis de la phase la plus aigüe et que le confinement sera levé.

Quand l’apogée de cette crise sera passée en France, devrons-nous revenir en arrière et oublier l’importance de l’accès libre et ouvert au savoir ? Aux données de la recherche ? Aux enseignements et aux manuels ? Aux collections numérisées des musées et des bibliothèques ?

Il y a toujours une crise quelque part, toujours une jeune chercheuse au Kazakhstan qui ne peut pas payer pour accéder aux articles nécessaires pour sa thèse, un médecin qui n’a pas accès aux revues sous abonnement, un pays touché par une catastrophe où l’accès aux lieux physiques de diffusion du savoir s’interrompt brusquement.

Si l’accès au savoir sans restriction est essentiel, ici et maintenant, il le sera encore plus demain, quand il nous faudra réactiver l’apprentissage, le soutien aux autres, l’activité humaine et les échanges de biens et services. Il ne s’agit pas seulement de réagir dans l’urgence, mais aussi de préparer l’avenir, car cette crise ne sera pas la dernière qui secouera le monde et nous entrons dans un temps de grandes menaces qui nécessite de pouvoir anticiper au maximum, en mobilisant constamment toutes les connaissances disponibles.

Accepterons-nous alors le rétablissement des paywalls qui sont tombés ? Ou exigerons nous que ce qui a été ouvert ne soit jamais refermé et que l’on systématise la démarche d’ouverture aujourd’hui initiée ?

Photographie Nick Youngson – CC BY SA Alpha Stock Images

Pour avancer concrètement vers une société de l’accès libre au savoir, nous faisons la proposition suivante :

Dans le champ académique, l’État a mis en place depuis 2018 un Plan National Pour la Science Ouverte, qui a déjà commencé à produire des effets concrets pour favoriser le libre accès aux résultats de la recherche.

Nous proposons que la même démarche soit engagée par l’État dans d’autres champs, avec un Plan National pour la Culture Ouverte, un Plan National pour l’Éducation Ouverte, un Plan National pour la Santé Ouverte, portés par le ministère de la Culture, le ministère de l’Education Nationale et le ministère de la Santé.

N’attendons pas de nouvelles crises pour faire de la connaissance un bien commun.

Ce texte a été initié par :

  • Lionel Maurel, Directeur Adjoint Scientifique, InSHS-CNRS ;
  • Silvère Mercier, engagé pour la transformation de l’action publique et les communs de capabilités ;
  • Julien Dorra, Cofondateur de Museomix.

Avis de Soutenance

J’ai le grand plaisir de vous inviter à la soutenance de mon Habilitation à Diriger des Recherches en Sciences de l’Information et de la Communication qui se tiendra le vendredi 06 décembre 2019 à 14h à Pessac (Université Bordeaux Montaigne – Maison de la Recherche – Salle des Thèses – Esplanade des Antilles).

Titre du Volume – Recherche Originale : « Vers une poëtique de l’être-au-monde-informationnel »
Titre du Volume – Parcours de Recherche : « Pour une anthropologie de l’information ».

La soutenance, publique, se déroulera devant un jury composé de :
M. Vincent Liquète, PU en SIC, Université de Bordeaux (Garant)
Mme Joëlle Le Marec, PU en SIC, Université Paris 4 Sorbonne (Rapportrice)
M. Stéphane Chaudiron, PU en SIC, Université de Lille (Rapporteur)
Mme Brigitte Juanals, PU en SIC, Université Aix Marseille (Examinatrice)
Mme Sylvie Grosjean, Professeure en Communication Sociale, Université d’Ottawa (Examinatrice)
M. Olivier Le Deuff, Maître de Conférences HDR en SIC, Université de Bordeaux (Examinateur)
M. Francis Jauréguiberry, PU en Sociologie, Université de Pau et des Pays de l’Adour (Examinateur).

Je serais très honorée et ravie de vous compter parmi nous pour cette soutenance et le pot qui suivra !

Bien amicalement,
Anne Cordier

Parler aux plus jeunes du « numérique » avec exigence et intelligence, c’est possible !

Aujourd’hui, j’ai envie de partager avec vous un coup de cœur qui a résonné avec force pour moi en cette semaine particulière. Particulière car on a fêté dans toute la France la Science. Et pour cette édition 2019 de la Fête de la Science, j’ai été invitée en Lozère pour parler et échanger, à diverses occasions, avec des collégien·nes, des enseignant·es, mais aussi ledit grand public, autour de la thématique suivante : « Le smartphone : une fenêtre (trop ?) ouverte sur le monde ! ». Avant l’échange avec les publics, une pièce de théâtre, découverte sur l’instant. Et c’est là que réside le coup de cœur dont je souhaite vous parler.

Logo Compagnie – Blog Midi Moins Cinq

Une lumière dans les méandres des poncifs

Alors que les organisateurs de manifestations dédiées aux « écrans », objets connectés et audit numérique en général, rivalisent de titres racoleurs et légitimants, stigmatisant souvent les pratiques juvéniles liées, les auteurs et comédiens de la compagnie Midi Moins Cinq ont sobrement, mais significativement, intitulé leur pièce « Mille 300 Minutes par Cemaine »*.

21 heures par semaine, c’est le temps moyen de consultation du téléphone portable par les Français·es, tous âges confondus. À partir de ce constat chiffré, je craignais les réactions et discussions habituelles, maintes fois entendues et observées à travers des spectacles sur cette thématique : « Quoi ?! Mais voilà, la perte du lien social, elle est là ! Les gens se renferment sur eux-mêmes ! Connectés à des « machins » non identifiés mais incapables de solidarité et de reliance entre eux ! Et alors, évidemment, le pire dans tout ça, c’est la jeune génération ! Addict’ et soumise à ces outils comme si sa vie en dépendait ! »…. Oui, tout cela, on connaît, au café du commerce, dans les médias, parfois les salles de profs aussi, les rencontres avec les parents, bref tout cela on connaît, hélas trop bien…

Et tout cela, les comédiens de la compagnie Midi Moins Cinq nous l’épargnent, désireux de proposer autre chose (je serais tentée de dire simplement : quelque chose !) : une réflexion, philosophique et poélitique (je reprends leur joli terme si évocateur), sur le monde, le temps, la relation à autrui et à soi, à sa mémoire et à celle des autres…

 Photo: A.Cordier -oct.2019

Du gâteau yaourt à Tim Ingold

Tout en préparant un gâteau yaourt (oui, oui, vous avez bien lu), les comédiens citent Tim Ingold, Marguerite Duras, font état de la chronologie des moyens de communication et des enjeux politiques et économiques qui ont sous-tendu et sous-tendent encore leur diffusion dans la société. Le tout est fait avec une profonde intelligence et une documentation scientifique à la base du propos développé qui est particulièrement solide. L’on remonte ainsi le fil du temps de la communication, en lien avec les soubresauts politiques d’une société mondialisée. L’on s’interroge sur les profits économiques vertigineux des GAFAM et l’écart gigantesque avec la pauvreté dans laquelle vivent celles et ceux qui assemblent les pièces de ces objets dans des pays qui semblent si lointains. L’on prend aussi la mesure de cette information, de cet accès à la culture, que les objets connectés favorisent… à certaines conditions, dont chacun·e de nous a la responsabilité.

Dans la salle, une centaine de collégien·es (niveaux 5ème-4ème-3ème) absolument silencieuse, dans la communion d’un souvenir d’enfance évoqué par un membre de la salle… et qui cinq minutes plus tard, s’esclaffe devant les mimiques des comédiens. Les collégien·es passent de l’excitation à la stupéfaction, du rire franc au saisissement incertain. Un tourbillon emporte la salle pendant 1h10 de spectacle, alternant temps de pause, d’écoute…du silence (et du gâteau qui cuit, mais c’est une autre histoire… quoique), et frénésie de la parole tous azimuts, sensation du vertige temporel allié à l’accélération permise par les moyens de communication actuels.

Photo A.Cordier – oct.2019

« C’est pas le portable la question, c’est la main qui le porte »

La pièce « Mille 300 Minutes par Cemaine » s’inscrit véritablement dans une démarche pédagogique constructive d’éducation à l’information et aux médias par l’invitation à une mise en perspective historique et politique des moyens de communication, à une réflexion sur ses propres usages de ces objets et la relation au temps et à autrui que l’on met en place dans un contexte de société de l’accélération (Hartmut Rosa).

Les auteurs et comédiens évitent des écueils/pièges dans lesquels ont coutume de tomber allègrement certains, notamment les spectacles présentés dans les établissements scolaires sur cette thématique (j’en ai vu plusieurs, ai été amenée à débattre à la suite de plusieurs, je peux donc, de l’intérieur du dispositif en quelque sorte, en témoigner).

Avant tout, ils se situent à une égale distance entre une diabolisation excessive et défiante des objets connectés et des usages juvéniles, et une vision béate de notre société et de la façon dont s’emparent les individus – tout particulièrement les enfants et adolescent·es – de ces objets.

Ensuite, dans la même lignée, ils évitent le démagogisme et l’amoncellement de poncifs pour tenir des propos solides et argumentés, appuyés sur des travaux scientifiques reconnus.

Enfin, et de cela je leur suis infiniment reconnaissante : ils n’ont aucune condescendance à l’égard du jeune public. Enfin des adultes qui ne jouent pas aux « d’jeun’s » en parlant un verlan ridicule des années 1990, mâchouillant un chewing-gum en faisant trainer les consonnes… Enfin, des adultes qui restent à leur place… d’adultes ! Et ce, j’insiste, sans condescendance aucune, considérant l’ensemble des êtres humains dans un tout dont ils sont, chacun·e à leur niveau, responsables.

Photo A.Cordier – oct2019

Olivier Bracco et Marc Sollogoub prennent leur public au sérieux, quel que soit son âge, en lui proposant avec humour et conviction une réflexion exigeante et ambitieuse, qu’une mise en scène pleine de trouvailles vient sublimer. Merci, Messieurs, de respecter ainsi celles et ceux qui, comme vous, comme nous, évoluent dans un monde de vitesse où se sentir vivants nécessite de sans cesse (se) poser la question essentielle de votre spectacle : celle du sens.

 

Compagnie Midi Moins Cinq : le blog / la Page Facebook / Contact mail : lemidimoinscinq@gmail.com

Spectacle « Mille 300 Minutes par Çemaine » / Durée 1h10 / À partir de 12 ans. Toutes les prestations/créations de la Compagnie ici.

* Non, non, pas de fôte ici : En écrivant la pièce ainsi, l’on retrouve l’acronyme de Midi Moins Cinq 😉

POSTE ATER Espé Rouen – « Culture numérique et usages pédagogiques »

L’ESPÉ de Rouen – Université de Rouen Normandie recrute pour la rentrée 2019 un-e ATER en 71ème Section (temps complet). L’enseignant-e chercheur-se recruté-e sera rattaché-e à l’UMR IDEES, Équipe 71ème. Le profil complet du poste « Culture numérique et usages pédagogiques » est joint à ce présent message ci-dessous.
Les informations concernant les modalités de candidature (date limite de réception des dossiers : 02 mai 2019) sont disponibles ici : http://communaute-universitaire.univ-rouen.fr/liste-des-postes-d-ater-ouverts-au-recrutement-565826.kjsp?RH=1390160791000#postes

Profil complet du poste : FichePoste-71URN-ATER2019

Visages de la Silicon Valley

De la Silicon Valley, que connaît-on ?

Des infrastructures rivalisant de magnificence (la cathédrale de verre et d’acier de Apple en est une illustration emblématique) ; des ordinateurs portables et des téléphones mobiles high-tech que l’on s’arrache pour être in et avoir le sentiment de participer à la marche du monde ; des grands noms, icônes de la réussite à l’américaine et de la domination par la technologie (Steve Jobs, Mark Zukerberg, pour ne citer qu’eux) ; des industries tout autant louées que craintes pour leur puissance tant financière qu’idéologique (GoogleFacebookApple…)…

La terre promise technologique qu’est la Silicon Valley est pourtant, lorsqu’on prend la peine de gratter les mythes, une terre bien réelle, caractérisée par des paysages variés… mais aussi par un sous-sol abritant des produits chimiques hautement toxiques, utilisés pour la fabrication du matériel informatique. Cette terre est habitée. Habitée. C’est-à-dire foulée, retournée, touchée, façonnée, bref : vécue. 

Et ce sont justement ces Vies de la Silicon Valley que la photographe Mary Beth Meehan nous raconte, en photos et en mots, dans cet ouvrage inédit Visages de la Silicon Valley. Des vies qui, loin de la luxuriance et du capital risque du mythe d’innovation technologique, sont marquées par la pauvreté et la peine, mais aussi le combat pour un monde meilleur, altruiste et non basé sur des profits qui n’inondent qu’une part restreinte.

Au-delà de la légende, des récits de vies ordinaires

Mary Beth Meehan nous conduit à la rencontre de Cristobal, vétéran de l’armée américaine qui pose dans l’intérieur coloré de l’abri qu’il habite au fond d’une cour. Cristobal, qui agit avec d’autres pour une augmentation des salaires et l’assurance d’une couverture maladie. Nous faisons aussi la connaissance de Imelda, entourée de fleurs dans sa petite caravane, vivant en partie des cadeaux que lui font les gens dont elle nettoie les maisons.

Ces deux exemples, parmi tant d’autres, de portraits d’habitants de la Silicon Valley captés par Mary Beth Meehan, pourraient laisser penser à un étalage voire à une complaisance misérabiliste. Il n’en est rien ! Chacun, chacune, est un-e combattant-e, ne rechignant guère au labeur, illuminant son existence et celle des autres de petites étincelles de joie, développant une conception politique de la Cité dans laquelle il-elle vit, et loin d’adopter une attitude passive face aux injustices vécues prend les armes, les plus belles  : celles de la parole, de l’action concertée et résolument humaniste, tournée vers le bien commun.

Justyna, docteure en sciences de l’ingénieur venue de Pologne, alerte : « Il me semble que nous sommes en train de nous perdre. Si nous aspirons à l’excellence technologique, pourquoi n’avons-nous pas la même exigence en étant bons les uns envers les autres ? ». Son propos nous semble passer symboliquement le relais à Jolea, 14 ans, qui vient de suivre un stage informatique à Stanford, et dont on espère qu’elle verra cette alerte de son aînée muée en une prise de conscience collective. On souhaite de tout cœur que Jolea porte et fasse advenir, avec d’autres, un changement sociétal urgent.

Un projet photographique mais aussi socio-anthropologique 

Visages de la Silicon Valley est un projet qui nous semble relever à la fois de l’entreprise photographique mais aussi du projet sociologique et anthropologique.

Le choix d’une entrée par la capture photographique d’un portrait et/ou d’un instant de vie pour révéler des parcours biographiques et les ancrer dans une problématique élargie de ce qui fait un rapport au monde et aux autres mais aussi de ce qu’un mythe dissimule, est d’une force incroyable. Les portraits qui nous sont offerts ici sont empreints d’humanité, celle que la photographe porte sur ses modèles, tout autant que celle que ces habitant-es dégagent… et nous amènent à penser et à chérir.

Les quelques pages introductives, de la plume de Fred Turner, plantent le décor. Les photographies de Mary Beth Meehan, auxquelles sont adossés de courts récits, comprenant des extraits d’entretiens avec les modèles photographiés, font le reste. L’ensemble livre le résultat d’un travail de recherche à la portée anthropologique mais aussi politique infiniment précieuse. L’artiste a en effet véritablement travaillé en immersion, pendant plusieurs semaines, sur le terrain, pour – selon ses propres termes, issus de l’épilogue de l’ouvrage – « transmettre quelque chose des êtres humains qui vivent là ».

Vous l’aurez compris, Visages de la Silicon Valley n’est pas (uniquement) un « beau livre ». C’est un récit photo-socio-anthropologique (que l’on me pardonne ce néologisme !) puissant, qui invite à la réflexion tout autant qu’à l’évasion.

À l’heure des fêtes de fin d’année où les cadeaux peu inspirés risquent fort de se bousculer encore au pied du sapin, on ne peut que remercier C & F Éditions de nous donner l’occasion d’offrir un cocktail savoureux d’esthétique, d’histoires ordinaires, et de réflexion sociopolitique.

Pour aller plus loin…

Visages de la Silicon Valley, Photographies et Récits par Mary Beth Meehan, C & F Éditions, 2018, 111p. =) https://cfeditions.com/visages/

Découvrir le travail de Mary Beth Meehan =) http://www.marybethmeehan.com/

Aux sources de l’utopie numérique : De la contre-culture à la cyberculture, Steward Brand, un homme d’influence, par Fred Turner, C & F Éditions, 2012, avec une préface de Dominique Cardon, 430p. =) https://cfeditions.com/utopieNumerique/

SociaNum – Saison 3, Top Départ !

Nous avons le plaisir de vous informer du lancement de la Saison 3 du séminaire SociaNum, séminaire interlaboratoire (EA CREAD, UMR ESO, EA CAREF) qui explore les sociabilités numériques à travers des objets, des méthodologies et des terrains multiples !

Lundi 10 Décembre 2018 : Demandez le programme !

La Première séance du séminaire SociaNum se tiendra le Lundi 10 Décembre 2018, à Rennes 2 (Campus Villejean, salle I 11, bâtiment I derrière le bâtiment S et le gymnase).
Voici le programme de cette journée :

9h45 – Accueil autour d’un café

10h15 – Introduction de la Saison 3 de SociaNum par Anne Cordier, Barbara Fontar et Mickaël Le Mentec

10h30 – Virginie Lethiais, MCF en Économie, LEGO, GIS Marsouin, IMT Atlantique – Brest

Impact des réseaux sociaux sur la sociabilité : Le cas de Facebook

Nombre de chercheurs se sont interrogés depuis au moins une trentaine d’années, sur l’impact de la diffusion des technologies sur la sociabilité des individus. Facebook, en raison de sa popularité et des pratiques qu’il engendre, est un cas d’étude particulièrement intéressant. Pour cette communication, nous utilisons les données issues d’une enquête déclarative menée auprès d’un échantillon représentatif de 2000 internautes français utilisateurs de Facebook, afin de mieux comprendre le lien entre l’utilisation du réseau social et la sociabilité. S’il existe un lien positif entre l’intensité d’utilisation de Facebook et la sociabilité, le réseau social est rarement vu comme un moyen de renforcer cette sociabilité. Plus précisément, nous montrons que Facebook contribue plus à augmenter les liens faibles que les liens forts, et que son influence perçue sur la sociabilité est fortement dépendante du contexte social et générationnel : les classes moins dotées culturellement et financièrement perçoivent en effet un impact plus fort du service en ligne sur leur sociabilité.

Pause déjeuner 12h15-14h

14h : Irène Bastard, MCF associée à Telecom Paris Tech

Quand le développement du réseau social confirme une place sociale : L’usage de Facebook par les adolescents de milieu populaire

« Faut-il connaître tous ses amis sur Facebook ? ». Cette question abrupte servait à lancer les entretiens collectifs pour une enquête réalisée auprès d’adolescents sur leurs usages du web et des réseaux sociaux pour s’informer. Le terrain se déroulait en 2013, au lycée Pasteur, lycée professionnel et technique de la banlieue parisienne considéré comme un établissement de zone populaire, avec une population majoritairement issue de l’immigration et souvent en échec scolaire. La méthode de recherche déployait un questionnaire individuel remplit en classe en même temps qu’une discussion collective et une dizaine d’entretiens individuels. La réponse à la question sur les amis est très symptomatique de la tension affective propre à l’adolescence : oui pour « ne pas se faire afficher », non « si ça permet de rencontrer des gens comme moi ». L’analyse de cette enquête montre que l’enchevêtrement de relations hétérogènes, de la famille aux « ex », et la publicisation des interactions associées sur le mur conduisent à un équilibre tenu et incite les adolescents à activer les liens forts plus que les rencontres marginales. De même, les contenus partagés sur Facebook s’homogénéisent pour signifier ses liens aux pairs, la curiosité ne pouvant se déployer qu’adosser à une passion. La plate-forme referme donc les possibilités d’explorations et d’expérimentations nécessaires à l’adolescence pour confirmer une place sociale, à travers les affinités et la convergence des goûts.

15h00 – Discussion collective / Mise en perspective de l’ensemble des réflexions (épistémologiques, méthodologiques et empiriques) issues des contributions de la journée

16h – Conclusion et café

Rejoignez-nous pour des échanges stimulants !

Le séminaire est véritablement conçu comme un espace de discussions, qui prend le temps de travailler un objet scientifique et de réfléchir à la recherche en train de se faire ! Alors, à SociaNum, on accorde du temps ! Du  temps aux intervenants, qui peuvent exposer avec précisions leur réflexion, leurs choix théoriques et méthodologiques, leurs résultats, et leurs questionnements. Du temps aux participants venus écouter, qui peuvent échanger avec les intervenants, poser des questions, évoquer leurs propres travaux et réflexions en lien avec le propos des intervenants. Du temps pour chacun-e au sein de la journée, permettant la constitution d’une communauté, dans une ambiance conviviale et constructive.

Nous espérons vous rencontrer ou vous retrouver à l’occasion de cette nouvelle Saison de SociaNum !

Pour venir aux séances, rien de plus simple : c’est gratuit ! Il vous suffit de vous inscrire auprès de l’un-e de nous =) anne.cordier@univ-rouen.fr / barbara.fontar@univ-renne2.fr / mickael.le.mentec@u-picardie.fr

Alors, vous êtes des nôtres le 10 décembre ?!

Anne CORDIER (UMR ESO), Barbara FONTAR (EA CREAD), Mickaël LE MENTEC (EA CAREF)