SociaNum – Saison 3, Top Départ !

Nous avons le plaisir de vous informer du lancement de la Saison 3 du séminaire SociaNum, séminaire interlaboratoire (EA CREAD, UMR ESO, EA CAREF) qui explore les sociabilités numériques à travers des objets, des méthodologies et des terrains multiples !

Lundi 10 Décembre 2018 : Demandez le programme !

La Première séance du séminaire SociaNum se tiendra le Lundi 10 Décembre 2018, à Rennes 2 (Campus Villejean). Voici le programme de cette journée :

9h45 – Accueil autour d’un café

10h15 – Introduction de la Saison 3 de SociaNum par Anne Cordier, Barbara Fontar et Mickaël Le Mentec

10h30 – Virginie Lethiais, MCF en Économie, LEGO, GIS Marsouin, IMT Atlantique – Brest

Impact des réseaux sociaux sur la sociabilité : Le cas de Facebook

Nombre de chercheurs se sont interrogés depuis au moins une trentaine d’années, sur l’impact de la diffusion des technologies sur la sociabilité des individus. Facebook, en raison de sa popularité et des pratiques qu’il engendre, est un cas d’étude particulièrement intéressant. Pour cette communication, nous utilisons les données issues d’une enquête déclarative menée auprès d’un échantillon représentatif de 2000 internautes français utilisateurs de Facebook, afin de mieux comprendre le lien entre l’utilisation du réseau social et la sociabilité. S’il existe un lien positif entre l’intensité d’utilisation de Facebook et la sociabilité, le réseau social est rarement vu comme un moyen de renforcer cette sociabilité. Plus précisément, nous montrons que Facebook contribue plus à augmenter les liens faibles que les liens forts, et que son influence perçue sur la sociabilité est fortement dépendante du contexte social et générationnel : les classes moins dotées culturellement et financièrement perçoivent en effet un impact plus fort du service en ligne sur leur sociabilité.

Pause déjeuner 12h15-14h

14h : Irène Bastard, MCF associée à Telecom Paris Tech

Quand le développement du réseau social confirme une place sociale : L’usage de Facebook par les adolescents de milieu populaire

« Faut-il connaître tous ses amis sur Facebook ? ». Cette question abrupte servait à lancer les entretiens collectifs pour une enquête réalisée auprès d’adolescents sur leurs usages du web et des réseaux sociaux pour s’informer. Le terrain se déroulait en 2013, au lycée Pasteur, lycée professionnel et technique de la banlieue parisienne considéré comme un établissement de zone populaire, avec une population majoritairement issue de l’immigration et souvent en échec scolaire. La méthode de recherche déployait un questionnaire individuel remplit en classe en même temps qu’une discussion collective et une dizaine d’entretiens individuels. La réponse à la question sur les amis est très symptomatique de la tension affective propre à l’adolescence : oui pour « ne pas se faire afficher », non « si ça permet de rencontrer des gens comme moi ». L’analyse de cette enquête montre que l’enchevêtrement de relations hétérogènes, de la famille aux « ex », et la publicisation des interactions associées sur le mur conduisent à un équilibre tenu et incite les adolescents à activer les liens forts plus que les rencontres marginales. De même, les contenus partagés sur Facebook s’homogénéisent pour signifier ses liens aux pairs, la curiosité ne pouvant se déployer qu’adosser à une passion. La plate-forme referme donc les possibilités d’explorations et d’expérimentations nécessaires à l’adolescence pour confirmer une place sociale, à travers les affinités et la convergence des goûts.

15h00 – Discussion collective / Mise en perspective de l’ensemble des réflexions (épistémologiques, méthodologiques et empiriques) issues des contributions de la journée

16h – Conclusion et café

Rejoignez-nous pour des échanges stimulants !

Le séminaire est véritablement conçu comme un espace de discussions, qui prend le temps de travailler un objet scientifique et de réfléchir à la recherche en train de se faire ! Alors, à SociaNum, on accorde du temps ! Du  temps aux intervenants, qui peuvent exposer avec précisions leur réflexion, leurs choix théoriques et méthodologiques, leurs résultats, et leurs questionnements. Du temps aux participants venus écouter, qui peuvent échanger avec les intervenants, poser des questions, évoquer leurs propres travaux et réflexions en lien avec le propos des intervenants. Du temps pour chacun-e au sein de la journée, permettant la constitution d’une communauté, dans une ambiance conviviale et constructive.

Nous espérons vous rencontrer ou vous retrouver à l’occasion de cette nouvelle Saison de SociaNum !

Pour venir aux séances, rien de plus simple : c’est gratuit ! Il vous suffit de vous inscrire auprès de l’un-e de nous =) anne.cordier@univ-rouen.fr / barbara.fontar@univ-renne2.fr / mickael.le.mentec@u-picardie.fr

Alors, vous êtes des nôtres le 10 décembre ?!

Anne CORDIER (UMR ESO), Barbara FONTAR (EA CREAD), Mickaël LE MENTEC (EA CAREF)

« De l’histoire de l’internet à la culture de l’information »

À l’occasion de la journée d’étude organisée le 09 février par Le GRCDI en partenariat avec les ESPE de Rouen, Caen, et de Bretagne, plusieurs chercheurs aborderont la thématique de l’évaluation de l’information. Une journée un peu particulière puisqu’il s’agit de rendre hommage à Alexandre Serres, chercheur en Sciences de l’Information et de la Communication, à l’URFIST de Rennes, fondateur et animateur du GRCDI, auteur, entre autres publications, de Dans le labyrinthe : Évaluer l’information sur internet chez C&F Éditions.

Voici le programme de cette journée

9h30 Ouverture de la journée

9h45-11h Vincent LIQUÈTE : « Culture(s) de l’information » + échanges avec la salle

11h15-12h30 Jean-Michel SALAÜN : « Redocumentarisation et évaluation de l’information » + échanges avec la salle

14h-15h15 Hervé LE CROSNIER : «  Histoire  de  l’internet  et  information  scientifique  et technique » + échanges avec la salle

15h30-15h50 Élisabeth SCHNEIDER : « Le filtrage de l’information comme objet scolaire : quelles précautions pour une posture propice aux apprentissages ? »

15h50-16h10 Anne CORDIER : « Du dogme à la pratique : Pour une approche culturelle de l’évaluation de l’information »

16h10-16h30 Échanges avec la salle

16h30-17h Clôture de la journée par Alexandre SERRES

Lieu et Inscriptions

Date : Vendredi 09 Février 2018

Lieu : ESPE Académie de Rouen, Mont-Saint-Aignan, Amphi 250

Inscriptions (gratuites mais obligatoires) : ici 

 

 

Design de la transparence et pratiques informationnelles de jeunes : quelle(s) alliance(s) ?

En novembre 2017 s’est tenue la Conférence internationale H2PTM, sur le thème « Le design à l’ère du numérique : de l’hypertexte à l’hyper-expérience ». Ce colloque, passionnant, a été l’occasion pour des chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication, en Ergonomie, mais aussi en Psychologie, d’interroger le rôle du design dans les expériences des usagers avec des dispositifs techniques. Varié, le programme du colloque a permis d’aborder ce questionnement sous des angles extrêmement différents : les jeux et univers virtuels ; le web sémantique ; les médias sociaux et pratiques numériques ; l’écriture, les oeuvres et la littérature numériques ; les pratiques collaboratives en ligne ; la visualisation et le traitement de l’information ; ou encore la médiation culturelle et les expériences patrimoniales hyper-médiatiques.*

Du design de la transparence à l’agir informationnel

Pour ma part, j’ai participé à ce colloque en proposant une communication tentant de saisir et expliciter les liens entre le design des artefacts numériques et les pratiques informationnelles développées par les adolescents et jeunes adultes que j’ai pu rencontrés lors de mes investigations de terrain.

Objectivité, transparence, fonctionnalisme : les designs concourent à l’alimentation de ces mythes, qui ne sont évidemment pas sans conséquence sur les pratiques informationnelles des individus (Cordier, Liquète, à paraître). Une approche sociale de l’information, s’intéressant finement à ce que les acteurs font avec/par/de l’information aux prises avec des dispositifs sociotechniques, particulièrement des dispositifs d’accès à l’information en ligne (Simonnot, 2012), me semble tout à fait opportune pour saisir ce que le design de la transparence fait à l’agir informationnel, au rapport de l’individu à l’information – et plus largement au monde. Je cherche plus précisément à atteindre la compréhension des logiques d’action des acteurs, inscrits dans un champ social identifié. Mon approche, combinant pratiques et imaginaires de l’information (Cordier, 2011), accorde également une part non négligeable à l’émotion dans l’activité informationnelle, considérant ce ressenti émotionnel comme facteur, si ce n’est déclencheur parfois, au moins déterminant et fondamental du processus d’appréhension pragmatique et conceptuelle du monde, d’autrui, de l’environnement, et de l’outil/objet informationnel. La dimension des interactions et de la construction de soi par/avec le numérique est fondamentale (Denouël, Granjon, 2011). Or les designs (contenu, interactions, environnements, services,…) établissent avec le chercheur d’information en ligne une littéracie affective, sensible, s’adressant directement à l’émotion de l’usager, à son ressenti affectif alors même qu’il est engagé dans une activité faisant appel à des processus cognitifs et intellectuels rigoureux et complexes (Tricot, 2007).

Pour cette communication, j’ai fait ainsi le choix de mettre en lumière non les stratégies qui président au travail des designers, mais les tactiques et stratégies des acteurs récepteurs de ces designs, qui sont à nos yeux plus précisément engagés dans une co-construction de sens.

  • Comment ce design, fortement pris en compte par les enquêtés dans leurs pratiques informationnelles, apparaît-il au service d’une littéracie affective, entretenant un imaginaire de la désintermédiation et de la transparence ?
  • En quoi le design est-il au cœur d’une dialectique orientation/exploration informationnelle, les pratiques et navigations informationnelles étant certes orientées par les hypermédias – notamment en raison de la « traçabilité automatique » (Merzeau, 2016) à l’œuvre – mais aussi enrichies par les potentialités d’exploration informationnelle que ceux-ci favorisent à travers un système de recommandation que les enquêtés considèrent souvent comme un levier ?
  • Enfin, dans quelles mesures les jeunes chercheurs d’information peuvent-ils à leur tour « faire design », en agissant sur et par le système pour configurer interfaces et image de soi en ligne ?

Méthodologie de recherche

Pour développer et soutenir mon propos, je me suis appuyée sur une enquête qualitative menée auprès de 12 jeunes, âgés en 2017 entre 19 et 22 ans (déjà suivis dans des enquêtes précédentes lors de la scolarité au lycée) dont je m’attache à mettre en perspective le parcours biographique informationnel, en lien notamment avec les dispositifs sociotechniques et les espaces informationnels. Le protocole de recherche engagé, favorisant la prise de parole incarnée (Vermersch, 1996) conduit les enquêtés à manipuler l’ensemble des objets informationnels et dispositifs techniques en leur possession, et à expliciter en situation leurs choix, d’applications, de configuration et de navigation. Les designs prennent une grande place dans les discours des chercheurs d’information, ainsi que les relations aux traces et aux données à caractère personnel. J’ai aussi par instants mis en regard ces données très fraîches (investigation menée entre juin 2016 et juin 2017) avec des données un peu plus anciennes recueillies lors d’autres investigations de type qualitatif auprès de jeunes âgés entre 11 et 17 ans (Cordier, 2015).

Lisez le texte complet de cette communication en ligne !

* Les actes du colloque, dirigés par Sylvie Leleu-Merviel, Yves Jeanneret, Imad Saleh et Nasreddine Bouhaï, sont disponibles chez Iste Éditions : ici

« Grandir Connectés » : En finir avec les idées reçues sur les adolescents et internet

Ils s’appellent Zoé, Mathys, Julie ou encore Loïc. Ce sont des adolescents qui n’ont pas connu « le monde sans Internet ». Pour cette raison, on dit souvent d’eux qu’ils sont des « digital natives » dotés de capacités innées, inscrites même dans leur développement biologique [PDF]. On voit en eux aussi souvent des consommateurs passifs du numérique, aliénés aux logiques économiques déployées sur les réseaux. On va même jusqu’à les considérer comme des « mutants » , étranges êtres d’une sphère lointaine… et pourtant si proche.

Bref, de Zoé, Mathys, Julie et les autres, on dit beaucoup de choses. Mais eux, que disent-ils de leur rapport au numérique, et plus largement à l’information ? Mais eux, que font-ils concrètement avec ces outils d’information et de communication qui sont constitutifs de leur environnement quotidien ? Mais eux, que pensent-ils de cette société de l’information et de la communication dans laquelle ils évoluent ? Mais eux, quels besoins, quelles envies, quelles valeurs expriment-ils, en discours et en actes, à travers leurs pratiques informationnelles et communicationnelles ?

La parole aux adolescents

Pour le savoir, c’est à eux qu’il faut s’adresser, c’est eux qu’il faut observer, c’est avec eux qu’il faut échanger. Plusieurs années d’enquête ont ainsi été consacrées à ces adolescents, compris comme des êtres sociaux, inscrits dans une histoire personnelle, familiale, scolaire, et dans des réseaux de sociabilités.

Ces jeunes de 11 à 17 ans ont laissé voir leurs pratiques informationnelles dans des situations de recherche vécues, individuellement ou collectivement. Ils ont donné de leur temps pour faire entendre leurs voix, leurs histoires spécifiques, leurs relations à l’information, au numérique et à ces réseaux techniques et sociaux qu’ils éprouvent chaque jour. « Grandir connectés » leur donne la parole, et permet de dépasser ces portraits médiatiques d’« adolescents connectés » effectués à l’emporte-pièce, et biaisés par des regards d’adultes légitimants.

Les parcours de chacun de ces adolescents sont faits de rencontres, de points d’achoppement, de moments déclencheurs, de prises de conscience, de retournements de situations… Ils prouvent que les pratiques informationnelles et communicationnelles sont évolutives, profondément dépendantes d’un contexte, à la fois social, culturel et académique. Ils prouvent aussi que ces pratiques sont empreintes d’imaginaires, de l’information, des outils de recherche, des réseaux, et que ces imaginaires doivent être saisis et pris en compte pour un dépassement des visions mythiques du numérique ou des peurs liées à l’activité informationnelle.

Ces parcours observés avec un regard scientifique et racontés par les adolescents rencontrés prouvent aussi que ces derniers tentent d’agencer l’environnement informationnel qui est le leur pour trouver une efficacité dans leurs actions, mais aussi tentent de remédier, avec plus ou moins de bonheur, à des lacunes conscientisées. Car les « digital natives » n’existent pas, et ils souhaitent bien nous le faire savoir. « Grandir connectés » leur en donne l’occasion. Écoutons-les.

Vérités et contre-vérités

Écoutons Anastasia, Geoffrey ou encore Marie, nous dire combien ces discours sociaux relayés à grands renforts de formules médiatiques nuisent à la prise en compte de leurs difficultés et de leurs individualités. Il est frappant, à travers les enquêtes menées au plus près d’eux-mêmes, de constater combien ces discours agacent ces jeunes adolescents, qui se sentent bien mal à l’aise avec ce statut – lourd à assumer – de « digital natives ».

L’étude de l’expertise, et plus précisément encore du sentiment d’expertise que les adolescents développent personnellement mais aussi attribuent à autrui, est riche d’enseignements.

Une « vie numérique » (Reynald, 17 ans)

Bien sûr, Internet occupe une place importante dans l’environnement informationnel et social des adolescents. Mais là encore, laissons Reynald, Soumia ou encore William nous raconter combien le réseau familier et familial s’organise pour entourer les apprentissages non formels de l’adolescent, et permettre une autonomisation graduée des pratiques d’information-communication. Loin des discours regrettant une démission parentale, les propos tenus par les adolescents font état d’expériences partagées, qui comportent des pistes d’actions.

Rechercher l’information

De la même manière, loin des discours prophétisant la fin d’une « ère du savoir » , les observations des pratiques de recherche d’information déployées par les adolescents laissent voir de profonds besoins en matière d’analyse et de traitement de l’information. Les imaginaires de l’information et d’Internet sont très forts, et l’activité informationnelle est parfois particulièrement difficile, voire anxiogène, pour ces jeunes chercheurs d’information.

Un clivage important apparaît entre ceux qui se sentent « au bord de la route » (Armelle, 17 ans), et ceux qui développent un pouvoir d’agir sur et par les réseaux, un clivage qu’il nous faut analyser pour trouver nous-mêmes des clés d’action et d’accompagnement. Les discours et pratiques liés à l’activité informationnelle relevés dans nos travaux nous invitent aussi à considérer autrement ces adolescents, et à saisir leur vision du monde et de la société de l’information, qu’ils entendent bien construire, selon des idéaux déclarés.

Une responsabilité collective

De ces enquêtes, qui ont consisté à observer et interroger des adolescents sur le long terme, ressort plus que jamais une responsabilité collective à laquelle nous n’avons tout simplement pas le droit de nous soustraire. Parents, enseignants, professionnels de l’information, médiateurs au sens large, mais aussi décideurs, nous avons le devoir d’accompagner ces jeunes pour qu’ils deviennent tous des acteurs et des citoyens du numérique.

Grandir Connectés : Les adolescents et la recherche d’information. Caen : C & F Éditions. 303 pages.