Enseignant·es face à « L’éthique du numérique »

Les 27 et 28 septembre 2018 se tient la Conférence Document Numérique & Société, à Grenoble. La thématique de cette 6ème édition, « Questions d’éthique en contexte numérique », a retenu l’attention des chercheurs du groupe Prémices et du projet E-Risk : il s’agit « d’approfondir les questions concernant l’éthique de l’information et de la communication sous l’angle des logiques d’acteurs, des stratégies et des pratiques informationnelles et communicationnelles » (extrait de l’appel à communication de la Conférence).

Le 28 Septembre 2018 c’est donc une communication à 3 voix qui est proposée, par Anne Cordier, Camille Capelle et Anne Lehmans, au nom des projets Prémices et E-Risk. Un évènement donc, tout particulièrement pour le groupe Prémices, qui réalise ici sa première communication officielle au sein d’une manifestation scientifique d’importance !

« L’éthique du numérique » au sein de l’éducation à l’information : Regards et pratiques d’enseignant·es en début de carrière

À partir des données recueillies dans ces deux projets de recherche collectifs, nous nous demandons quelles conceptions de l’éthique dans l’éducation au numérique sont portées par les enseignant·es en début de carrière, et quelle place ils·elles accordent à cette dimension dans les formations qu’ils mettent en place.

Cadrage conceptuel

L’éthique peut se définir comme le cadre d’action à travers un ensemble de valeurs que les individus se fixent en dehors de normes juridiques ou morales extérieures. Dans une société démocratique où chacun est renvoyé à sa responsabilité de sujet libre et où la technique a ouvert un champ de possibilité immense, elle revêt une importance considérable dans une perspective humaniste. Si l’éducation s’est toujours située, dans la tradition de Condorcet, en dehors de choix religieux et moraux propres aux familles, elle ne peut faire l’économie de la question de l’éthique, tant du côté des enseignant·es soumis·es à des principes déontologiques qu’ils·elles intègrent dans leur formation, que du côté des élèves qui sont sensibilisés à leurs responsabilités individuelles vis-à-vis des autres et du collectif.

L’introduction du numérique à l’école, qui correspond aussi à une intrusion du monde extérieur dans un espace relativement clos, pose de nouvelles et importantes questions, souvent perturbantes, parce qu’à travers le numérique dans ses potentialités informationnelles, l’intégrité, la santé, la liberté, l’autonomie individuelles sont susceptibles d’être menacées. Cette question touche et inquiète particulièrement les enseignant·es. En effet, « l’éthique du numérique »  est une dimension systématiquement mentionnée dans les textes institutionnels de cadrage pour l’éducation aux médias et à l’information (EMI), mise en place à la rentrée 2015 dans les premier et second degrés d’enseignement : il s’agit de favoriser une « citoyenneté numérique », par une compréhension des phénomènes informationnels dans toutes leurs dimensions (MEN, 2015).

Si les discours sociaux mais aussi scientifiques ne manquent pas sur les enjeux liés à une certaine « culture de la traçabilité » (Merzeau, 2016), ou encore la capacité d’agir face aux algorithmes (Cardon, 2015), sans oublier le conditionnement des pratiques de navigation et d’information par les « industries de l’influence » (Le Crosnier, 2015), qu’en est-il de la prise en compte de cette dimension par les enseignant·es quand ils·elles mettent en place des dispositifs d’éducation au numérique ? Quelles perspectives éducatives et pédagogiques offre un espace de questionnement susceptible de développer chez chacun·e un « humanisme numérique » (Doueihi, 2011) basé sur un substrat éthique solide ? Existe-t-il un système de valeurs propre à l’enseignant en régime numérique ?

Méthodologie de recherche

Les chercheur·es et les praticien·nes engagé·es dans les projets de recherche servant d’appui à notre propos se sont attelé·es à saisir les représentations et les pratiques enseignantes en éducation aux médias et à l’information. Le premier projet, Prémices, centré sur les pratiques et représentations de l’EMI chez les enseignant·es stagiaires et leurs formateurs·rices, a permis d’interroger, dans une approche quantitative, 243 enseignant·es stagiaires (PE, PLC, PLP, CPE[1]) et 54 formateurs·rices d’une même ESPÉ, puis, par des entretiens, de recueillir représentations et pratiques pédagogiques de 12 enseignant·es stagiaires. Le second projet, E-Risk, centré sur la perception des risques numériques par les jeunes enseignant·es (stagiaires et jusque 2 ans après l’obtention du concours), a permis de questionner 3132 enseignant·es exerçant dans deux académies, et de faire réagir 12 d’entre eux·elles par le biais d’entretiens semi-directifs.

Aperçu des résultats

Nous considérons l’éducation au numérique dans la perspective plus large d’une culture de l’information, comprenant conjointement un volet de connaissances, une vision du monde mais aussi une façon d’agir pour soi, avec les autres et dans l’organisation (Baltz, 1998, 2015). Cette importance de la culture de l’information paraît d’autant plus actuelle à l’heure où les acteurs ne sont plus seulement confrontés à des systèmes d’information mais bien à des dispositifs d’accès à l’information (DAI) et à une diversité d’usages possibles (Simonnot, 2012).

Parmi les principales préoccupations soulevées par les enseignant·es enquêté·es, on trouve la maîtrise des traces personnelles sur les réseaux socio-numériques, la relation entretenue, dès le plus jeune âge, aux données à caractère personnel, les rapports entre pouvoirs et algorithmes ; ainsi que la conscience des logiques sociales et économiques de la circulation des documents et de l’information. L’exercice de « l’esprit critique » face à l’information, la responsabilité individuelle de vérifier l’information avant de la diffuser, est une priorité également mentionnée. On note pourtant un paradoxe fort entre ces questionnements développés par les adultes sur les comportements juvéniles en ligne, et l’absence de prise en charge effective de ces questionnements dans les pratiques pédagogiques.

Nous avons rencontré, au cours de ces projets, des enseignant·es en début de carrière qui ont des difficultés à définir et situer la question de l’éthique dans leur identité professionnelle, et qui formulent notamment des besoins de formation relatifs à l’application d’une éthique dans leur propre gestion de l’information dans les documents réalisés pour la classe avec les élèves. Les entretiens menés avec ces enseignant·es en début de carrière révèlent également des manques dans les connaissances informationnelles qu’il nous semble impérieux de combler dès la formation initiale, et dans une perspective continuée face à l’évolution constante des environnements informationnels.

Bibliographie

BAHU-LEYSER (D.), Une éthique à construire, dans Hermès, La Revue, 1, n° 53, 2009, pp. 161-166.

BALTZ (C.), Une culture pour la société de l’information ? Position théorique, définition, enjeux, dans Documentaliste-Sciences de l’information, n°35, 2, 1998, pp.75-82.

BALTZ (C.), De l’« info-doc » à la « 2ème Cyberculture », dans IHADJADENE (M.), SAEMMER (A.), BALTZ (C.), Culture informationnelle : Vers une propédeutique du numérique. Paris, Hermann, 2015.

BEAUVAIS (M.), Des principes éthiques pour une philosophie de l’accompagnement, dans Savoirs, 3, n° 6, 2004, pp. 99-113.

CAPELLE (C.), CORDIER (A.), LEHMANS (A.), Usages numériques en éducation : L’influence de la perception des risques chez les enseignants, dans Colloque international Usages du numérique en éducation : regards critiques, Lyon (France), 21-23 mars 2018.

CARDON (D.), À quoi rêvent les algorithmes ? Nos vies à l’heure du big data, Paris, Le Seuil, 2015.

CORDIER (A.), Et si on enseignait l’incertitude pour construire une culture de l’information ?, dans Communication & Organisation, n°42, 2012, pp.49-60. Disponible sur : https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00803091/document 

CORDIER (A.), Grandir Connectés : Les adolescents et la recherche d’information. Caen, C & F Éditions, 2015.

CORDIER (A.), LEHMANS (A.), Affiliations numériques et postures enseignantes : vers une redéfinition de la communauté d’apprentissage ?, dans LIQUÈTE (V.), SOUMAGNAC (K.), Les affiliations par et avec le numérique, Paris, Hermann, 2017.

DEWEY (J.), Trois facteurs indépendants en matière de morale (C. Cestre Trad.). dans Bulletin de la société française de philosophie, 30(4), 1930, pp. 118-127.

DOUEIHI (M.), La grande conversion numérique. Suivi de Rêveries d’un promeneur numérique. 2ème édition, Paris, Seuil, 2011.

France, MEN (2015). « L’EMI et la stratégie du numérique ». Eduscol, sur le site Eduscol. Consulté le 20 avril 2018. Disponible sur : http://eduscol.education.fr/cid72525/l-emi-et-la-strategie-du-numerique.html

FUSULIER (B.), Le concept d’ethos, dans Recherches sociologiques et anthropologiques, n°42, 2011, pp. 97-109.

LE CROSNIER (H.), Une introduction aux communs de la connaissance. Caen, C & F Éditions, 2015.

MERZEAU (L.), Il n’y a pas de mémoire sans une pensée de l’oubli, Archimag, n° 296, 2016, pp.42-43.

MORIN (E.), Introduction à la pensée complexe. Paris, ESF, 1990.

PRAIRAT (E.), De la déontologie enseignante. Paris, PUF, 2009.

SALLABERRY (J.-C.), Dynamique des représentations dans la formation. Paris, L’Harmattan, 1996.

SIMONNOT (B.) (2012). L’accès à l’information en ligne : moteurs, dispositifs et médiations. Paris, Hermès-Lavoisier, 2012.

SUTTER (É.), Pour une écologie de l’information. Dans Documentaliste-Sciences de l’information, vol.35, n°2, 1998, pp.83-86.

[1] PE = Professeurs des Écoles, PLC = Professeurs de Lycées et Collèges ; PLP = Professeurs de Lycées Professionnels ; CPE = Conseillers Principaux d’Éducation.

Prémices remet le couvert en 2018 !

Voilà un petit moment que nous ne vous avons pas donné de nouvelles du projet Prémices ! Ne croyez surtout pas que nous nous sommes endormis sur nos lauriers ! Simplement, la recherche, la recherche avec un grand R, au service du terrain et de la Cité, et non d’un productivisme injonctif, demande du Temps* ! Du temps pour traiter les données et les analyser finement, du temps pour discuter collectivement ces analyses et les confronter à d’autres études et données sur le sujet, du temps pour projeter en sus de clés de compréhension des pistes d’action concrète !

Ce temps, avec le Projet Prémices, nous avons décidé de nous l’accorder, parce que nous ne souhaitons pas à travers ce projet dessiner un simulacre de recherche, mais bien dérouler et aboutir un projet scientifique, avec rigueur, minutie… et enthousiasme !

Car oui, ce temps nous permet aussi de vivre avec enthousiasme et plaisir ce projet de recherche, de manière résolument collective ! Les séances de 3h (+30 minutes avec le préambule de bienvenue, café, thé et petits gâteaux, afin de nourrir le corps pour alimenter l’esprit !), ces séances de 3h sont extrêmement riches pour chacun-e de nous : découpage par objectifs collectivement fixés lors de la séance précédente, répartition des tâches, travail par ateliers, point collaboratif, discussion collective… Lors des séances Prémices, on varie les modalités… et les plaisirs !

À ce jour, toutes les données quantitatives recueillies auprès de Fonctionnaires Stagiaires de notre Espé (PE, PLC, PLP, CPE) ainsi que celles recueillies auprès de formateurs de notre Espé sont traitées, et analysées par nos soins. Quelle discussion animée cet après-midi pour échanger autour des analyses réalisées ! Choix des mots, lien avec des concepts et théories scientifiques, mais aussi avec des études empiriques, négociation sur les modes d’interprétation des données… tout cela a été passé au peigne fin des Prémicien-ne-s !

Parallèlement, nous avons terminé la transcription de tous les entretiens réalisés en juin dernier (2017) avec des Fonctionnaires Stagiaires volontaires (PE, PLC, PLP, CPE). Notre objectif lors des deux prochains séminaires ? Élaborer collectivement la grille d’analyse des entretiens, puis analyser de manière d’abord “à plat” puis “croisée” les données issues des entretiens. Autant vous dire que nous avons du pain sur la planche ! Et hâte de nous y plonger, tant les transcriptions nous ont déjà donné à voir ou entendre des éléments passionnants !

Nous communiquerons ensuite données et résultats de notre recherche, et diffuserons au maximum, par des biais multiples, ce travail réalisé sur 2 années (janv 2017-déc2018), grâce au soutien de l’ESPÉ Académie de Rouen (qui a permis son prolongement pour une année, c’est Notre cadeau de Noël ^_^).

Le Projet Prémices continue donc, sur les chapeaux de roues en 2018, et nous nous en réjouissons ! Nous vous donnerons des nouvelles de nos avancées, promis ! Pour l’heure, nous vous souhaitons une bonne fin d’année 2017… prenez le temps de la sa-vou-rer 🙂

Merry Christmas Micimackã³ GIF - Find & Share on GIPHY

* Pour aller plus loin sur cette réflexion concernant le Temps de et pour la Recherche, nous ne pouvons que vous conseiller, si vous ne l’avez pas encore lu, le stimulant Manifeste pour un ralentissement des sciences, publié par Isabelle Stengers et Thierry Drumm : http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Une_autre_science_est_possible__-9782707197696.html

Un bilan collectif à mi-parcours

Depuis son lancement le 18 janvier 2017, le projet PRÉMICES s’est développé avec force, enthousiasme… et ambition ! En à peine 6 mois, les données recueillies sont nombreuses : un questionnaire à destination des fonctionnaires stagiaires – tous statuts, tous niveaux d’enseignement et toutes disciplines confondus -, un questionnaire à destination des formateurs – tous statuts, tous niveaux d’enseignement et toutes disciplines confondus également – intervenant dans les Parcours MEEF, et enfin des entretiens semi-directifs à caractère compréhensif auprès de fonctionnaires stagiaires volontaires (et là encore, tous statuts, tous niveaux d’enseignement et toutes disciplines confondus). Bref, un projet de recherche mené sur les chapeaux de roues, dans la joie, la bonne humeur, et la rigueur scientifique !

Avant de partir en vacances et de commencer le traitement et l’analyse détaillés de toutes ces données recueillies, nous avons décidé de dresser un petit bilan collectif à mi-parcours de ce projet Prémices. Les Prémicien-ne-s ont donc pris leur plus belle souris pour partager avec vous leurs ressentis vis-à-vis de ce groupe et projet de recherche !

Laurence Ermel, professeure documentaliste :

« Et pour commencer, merci Anne de nous offrir la possibilité de cette expérience forte et constructive, de cette association avec le monde de la recherche.

Si l’on regarde le projet, je dirais que c’est un projet de recherche enthousiasmant mais également efficace car le cadrage temporel et les objectifs sont SMART, efficients car les différentes étapes sont indiquées en temps utile, apprenant grâce à la composition des membres participant(e)s.

La construction du questionnaire à envoyer fut à lui tout seul une aventure extraordinaire. Normalement, je m’entoure de silence pour écrire un document professionnel. Là, ce fut différent. Il s’est construit en couleurs, en direct, dans l’interaction constructive. Ponctuée de tant de rires. Dans la découverte. Puis la discussion collective et immédiate a permis en peu de temps de donner corps au projet.

Quant aux entretiens, là  aussi c’est toute une aventure humaine. Et le fait d’être un groupe de travail permet d’obtenir un matériau de réflexion assez rapidement. »

Perrine Manoury, professeure documentaliste :

« Le projet Prémices est un vrai bonheur, celui de se retrouver le mercredi, avec un groupe de travail ouvert d’esprit, dans une ambiance conviviale mais néanmoins studieuse et efficace ! Chacun apporte sa pierre à l’édifice et le projet semble avancer tout seul, moins lourd à porter que ce que l’on pouvait craindre avant de commencer.

Ce projet apporte un nouvel horizon, et permet de sortir du périmètre parfois étroit de l’établissement scolaire. Les échanges sont très fructueux et le travail en équipe tellement motivant ! On est loin du stéréotype du « rat de bibliothèque » qui travaille à son projet de recherche plongé dans les livres, la poussière et la solitude. L’enthousiasme d’Anne et de chaque participant est communicatif et le groupe fonctionne bien ! »

Karina Gouello, professeure documentaliste :

« Début novembre 2016. Je reçois un mail m’enjoignant de répondre à « une proposition tout à fait malhonnête » 😉 : un projet de recherche en éducation qui interroge les représentations et pratiques pédagogiques de fonctionnaires stagiaires sur l’éducation aux médias et à l’information, l’éducation au et par le numérique.

Tout un programme, bien alléchant. Mais comment, le premier réflexe d’excitation passé, se persuader que l’on peut être à la hauteur, surtout lorsque l’on ne s’est jamais frotté à une telle mission ? C’est sans compter sur le pouvoir de persuasion d’une chercheuse convaincue et passionnée : j’ai nommé Anne Cordier, qui a eu raison de mes doutes !

Et comme j’adore les histoires de rencontre, je me suis laissée convaincre de tenter l’aventure. Oui, une histoire de rencontre : entre des personnalités professionnelles ; entre le « terrain », oú le temps de la réflexion doit faire sa place et le monde de la recherche, où l’on réfléchit comme on respire.

Dans mon imaginaire, ce monde est réservé à une élite, à un cercle de sages que l’on admire en secret. Je ne me suis pas trompée sur le trésor intellectuel que l’on y trouve, à travers les échanges et les confrontations de points de vue entre les différents membres de cette communauté cosmopolite. Je pressentais ce que c’est expérience pouvait offrir à ma soif d’horizons nouveaux et mon besoin de recul professionnel, sans me douter que la rigueur et le sérieux d’un projet de recherche pouvait rimer avec enthousiasme et entrain, dans un joyeux bouillonnement d’idées autour d’un intérêt commun. Que la réalisation d’un questionnaire gagne à s’enrichir d’une réflexion plurielle et croisée. Que l’ère du numérique est une époque  formidable pour la récolte de données. Que le partage et l’échange se prolongeraient au détour d’entretiens (un en particulier !) tellement savoureux professionnellement.

Alors un grand merci à Anne pour les prémices de cette odyssée initiatique et pour l’accès à cette terre inexplorée luxuriante. »

Béatrice Pelletier, professeure documentaliste :

« Cette expérience de recherche me plaît énormément car l’unique projet de recherche vécu pour l’instant est celui mené lors du mémoire de master, or….nous y sommes “seul-e-s”. Ici cette émulation des différents membres est salutaire et propice aux échanges fructueux. La coordination faite par Anne et Ghislain est efficace et se fait dans la bonne humeur, ce qui n’est pas étranger à l’envie de rejoindre tout le monde le mercredi après-midi !! Les petits gâteaux non plus !!…..

Le (seul) entretien fait avec Laurence m’a ramenée aussi aux souvenirs de mémoire et de la connivence qui peut se nouer avec l’enquêté-e ; humainement parlant, c’est fort !!

Donc, tout “bénef” tant sur le plan professionnel que personnel !!

Vive Prémices !! »

Sandrine Metterie, Formatrice ESPE en Éducation Musicale :

« Mon bilan PRÉMICES (ou pourquoi j’ai dit oui à Anne Cordier pour cette folle aventure ?)

Un sujet de recherche passionnant et une équipe motivée…

Anne a su trouver les mots pour me convaincre et surtout me montrer la rigueur nécessaire à l’élaboration d’un tel projet.

C’est donc avec l’envie d’apprendre, de comprendre, de tester, non sans une certaine part d’inquiétude « trouverai-je ma place au milieu de tous ces professeurs documentalistes ? » que je me suis lancée !

L’échange avec les collègues de terrain, les formateurs et les étudiants est vraiment très intéressant car nous n’avons pas tous le même regard sur l’EMI et la confrontation de nos perceptions aussi diverses soient-elles a vraiment enrichi le projet.

Très heureuse d’avoir intégré l’équipe, tant sur le plan humain que professionnel ! »

Isabelle Flutre, professeure documentaliste :

« C’est avec beaucoup de plaisir mais aussi un peu d’appréhension que j’ai accepté d’intégrer ce groupe de recherche sur l’éducation aux médias et à l’information. Ce projet de recherche était une première pour moi. Anne, toujours aussi convaincante et vecteur d’énergie, a su dissiper mes craintes, je l’en remercie.

La réalisation de l’enquête, le brainstorming et la confrontation des idées, furent des instants très riches. Le questionnement collectif oblige à se positionner et à se remettre en question, ce que j’ai trouvé fort utile intellectuellement. Les visions de l’EMI et les analyses des médias et du numérique des enseignants stagiaires, confiées lors d’entretiens avec des membres de l’équipe PRÉMICES, m’ont données l’envie d’aller encore plus loin, d’en savoir plus. Quelle chance de participer à cette belle aventure collective ! »

Hélène Romeuf, Formatrice ESPÉ en Documentation :

« Quand PRÉMICES a commencé, c’était pour moi une bouffée d’air en parallèle des cours de préparation concours à faire et de la préparation d’un concours d’encadrement. Les trois se sont nourris et m’ont beaucoup apporté, tant d’une point de vue intellectuel que d’un point de vue concret.

Ce projet a permis surtout de confronter nos points de vue, nos approches convergentes mais nuancées entre les profs docs de terrain, les CPE, les musiciens. Cette richesse chorale a engendré une enquête de qualité et une dynamique positive bénéfique à tous.

Cette expérience pourra être un point de départ dans des perspectives d’actions concrètes avec des enseignants du premier degré »

Hélène Brière, professeure documentaliste :

« Alors au départ PRÉMICES je me suis dit que c’était un projet de recherche qui donnait envie. Et même très très envie. D’ailleurs, six mois de labeur collectif plus tard, c’est toujours le cas, voire encore un peu plus. Mais je me suis dit aussi que c’était un projet pour plus tard. Pour le jour où j’aurai besoin de redynamiser mes neurones professionnels qui n’ont, pour le moment, en tant que jeune enseignante, déjà pas le temps de traiter toutes les curiosités, appétences, nouveautés, questions, notions inexplorées… Bon, oui, mais PRÉMICES c’est… MAINTENANT. Alors ? Alors c’est parti ! Et c’est parti parce que PRÉMICES c’est aussi une chance UNIQUE (merci merci merci Anne!) de pouvoir expérimenter une démarche fascinante, faire ce qui est habituellement réservé à d’autres : ceux qui font de la recherche leur oxygène, en passant par l’étape incontournable de la thèse, et qu’il m’a toujours captivé de lire ou d’écouter parler de leurs « terrains ». Et puis sans doute aussi parce que dans tout ça, finalement, il y aura peut-être des réponses aux questions, aux doutes, etc. Et surtout un éclairage sur les représentations, envies et craintes de nos collègues en établissement, afin de mieux pouvoir se positionner en tant que personne ressource pour former à l’EMI. Donc PRÉMICES, au final, c’est un peu comme un cheminement en détour, et ce qui est sympa, c’est justement ne pas trop savoir où on atterrira.

Dans les faits, PRÉMICES, c’est d’abord un sacré groupe. Avec des professionnels de l’éducation d’horizons différents, de personnalités et expériences complémentaires, réunis par le même intérêt et la même énergie. Et ça, même sans se connaître beaucoup, c’est quand même un énorme plus ! L’élaboration collective, en live sur Google doc, des questionnaires à destination des fonctionnaires stagiaires et des formateurs, m’a fait la sensation d’une énorme jeu de puzzle, aussi ludique qu’efficace. On teste, on croise, on assemble, on a la même idée mais dite différemment, on pèse le pour le contre, on démonte, on reformule, on reconstruit… et à la fin, c’est là. Waouh !

Et en même temps, ce groupe, c’est un peu déroutant aussi : comment va-t-on réussir à analyser, à 12, et en grande partie à distance, tout le matériau récolté ?????!!! Comment croiser les analyses, les regards, les intuitions, les compréhensions, tout en structurant l’ensemble d’une même voix ? Comment, aussi, s’approprier des entretiens que l’on n’a pas conduits, pas vécus soi-même… ?

J’ai vécu deux expériences d’initiation à la recherche, avec un premier mémoire de Master 2 en sociolinguistique, puis un deuxième en Master MEEF. J’ai toujours choisi des sujets qui ne laissaient aucun doute sur le choix des outils d’enquête : pas de données quantitatives, spontanément c’est le qualitatif, les réalités subjectives mises en mots qui m’interpellent. Pour PRÉMICES il a fallu me frotter à une autre démarche pour récolter des données, en commençant par l’élaboration d’outils quantitatifs. Et ça demande une certaine acculturation. Difficile pour moi de cerner ce que l’on peut attendre et retirer d’un questionnaire fermé. Les chiffrent me parlent peu, et encore moins lorsqu’il s’agit de cerner des représentations. Les premiers résultats de ce côté ne me convainquent pour l’instant encore qu’à moitié, et en même temps je reste curieuse de savoir ce que nous allons en retirer.

Côté entretiens, c’est la première fois que je les mène avec un autre membre du projet. Et c’est aussi une expérience singulière. A la fois rassurante (cette fois la qualité de notre travail n’engage pas que nous, mais le groupe), confortable (plus facile de rebondir et de ne rien laisser passer d’essentiel), drôle (que de fous rires dans le débriefing !!!!), instructive (comment ça j’ai l’air « impassible » alors que j’ai eu l’impression de sourire tout le temps???!!), et difficile : à chercher l’équilibre pour ne pas être trop suggestif et en même temps ne pas laisser non plus l’interlocuteur s’embourber dans le néant de notions qui ne lui évoquent rien, on finit complètement lessivé après! Enfin, les entretiens ce sont aussi des moments où l’on a confirmation de l’importance de la thématique de recherche choisie (OUF), parce qu’on sent chez les fonctionnaires stagiaires à la fois toutes les lacunes (« l’E.M quoi?! ») et aussi tout le potentiel avec ces futurs collègues au top sur tellement de choses!

Alors voilà, au final, PRÉMICES ce sera aussi pour moi, je pense, un élément de réponse à une question toujours renouvelée : quel pouvoir de la recherche pour infléchir la réalité du terrain ? Face aux rouages qui semblent parfois grippés de l’administration, aux enjeux de pouvoir dans lesquels l’immobilité de certaines équipes se complaisent, ce projet de recherche arrivera-t-il aux bonnes personnes qui sauront faire bouger les choses, ou tout du moins en auront envie ? Quel impact peut-on en espérer ?

Encore un peu de patience, et sans doute beaucoup de travail d’ici là… »

Ghislain Chasme, Formateur ESPÉ en Documentation :

« L’objet de notre recherche est de saisir les représentations qu’ont les enseignants stagiaires de l’espe de l’académie de Rouen et leurs formateurs de l’Éducation aux Médias et à l’Information. Au-delà de l’intérêt que je porte à cet objet, Il est particulièrement formateur et enrichissant de mener cette recherche au sein d’une équipe autant pluridisciplinaire que pluricatégorielle, dans la mesure où chaque participant a pu y contribuer en fonction de ses particularités, connaissances et compétences. Il est vrai que nous avons bénéficié du confort procuré par l’encadrement aussi sérieux que bienveillant d’Anne Cordier, ce qui a généré une ambiance de travail productive et détendue : protocole de recherche discuté de vive voix, outils de collecte de données élaborés de concert, tout comme la collecte des données, et réflexion sur le matériau collecté… discussion autour d’un café ou thé et autres victuailles assurées par l’espe que je remercie au passage ! Le doctorant que je suis s’est nourri de ce mode de fonctionnement et a tâché d’y apporter son grain de sel. Les communicants que nous sommes se doivent de rester à l’écoute de l’Autre ; il me semble que ce groupe de recherche prouve que c’est possible…

En attendant les résultats de notre recherche, tout cela ouvre d’ores et déjà des perspectives : les possibilités de recherche entre enseignants praticiens et enseignants de l’ESPE existent et c’est à nous de les matérialiser pour les concrétiser. Nos institutions et nous mêmes ne peuvent qu’en bénéficier. Force est d’avouer que j’ai déjà une idée qui germe en moi ! »

Cyrille Delhaye, professeur documentaliste :

« Musicologue, je suis habitué à chercher seul, à vivre mon sujet d’étude comme un compagnon de route qui chante toujours dans un coin de ma tête (l’image du rat de bibliothèque n’est pas fausse, même si en tant que « vingtièmiste » je rencontre souvent des compositeurs bel et bien vivants!) . Finalement les seuls vrais moments de partage avec les autres chercheurs sont vécus lors des colloques, où les avancées des uns et des autres peuvent enfin être discutées, et où les partenariats et collaborations peuvent naître. Devenu récemment professeur documentaliste, je mesure combien le travail en collaboration constante est enrichissant et efficient au quotidien (tant pour les élèves que pour les collègues). Participer à PRÉMICES est une chance que nous a offert Anne. Ce projet nous permet d’expérimenter la recherche à plusieurs, surtout quand l’équipe est constituée de professionnels aux horizons aussi variés que des professionnels de terrain (professeurs documentalistes en charge de la formation continue à l’ESPE ou bien anciens diplômés du Master PRODOC qui exercent en établissement), mais aussi d’enseignants chercheurs en SIC et Littérature, ou bien encore de formateurs investis dans la formation de personnels enseignants et d’éducation (CPE, éducation musicale). Cette hétérogénéité s’est par exemple exprimée lors des riches discussions autour du choix des questions ou de leurs formulations quand nous construisions le questionnaire destinés aux alternants MEEF. D’un point de vue plus personnel, PRÉMICES me permet de travailler de manière plus approfondie les techniques d’entretien semi-directif : le fait de pouvoir mener les entretiens à deux est rassurant et nettement plus constructif quand il s’agit de débriefer (surtout quand on le fait avec Hélène Brière !). La suite, c’est à dire l’analyse des données collectées par les questionnaires et les entretiens promet d’être tout aussi enrichissante, vivement la suite ! »

Oui, comme dit Cyrille, « vivement la suite ! » ! D’ailleurs, l’équipe, réunie ce mercredi 5 juillet, a déjà fixé son planning de travail pour la rentrée et les futures dates de séminaires ! Bref, du brainstorming à gogo en perspective encore et toujours !

Pour l’heure, toute l’équipe est résolue à partir en vacances… avec toujours un peu d’EMI en tête !

Un Projet sur l’EMI à l’ESPE !

2017 commence sous le signe de la recherche collaborative à l’ESPE de Rouen ! Le Projet PREMICES est né en ce mois de janvier, il est donc temps de vous le présenter, et ensuite de vous en donner régulièrement des nouvelles !

capture-decran-2016-11-25-a-17-01-40

Contextualisation

La Loi d’Orientation et de Programmation pour la Refondation de l’École de la République du 08 Juillet 2013 instaure une Éducation aux Médias et à l’Information, laquelle est destinée à « développer les connaissances, les compétences et la culture nécessaires à l’exercice de la citoyenneté dans la société contemporaine de l’information et de la communication ». En lien avec cette EMI, mise en place à partir du cycle 2 et jusqu’au lycée inclus, inscrite dans le « Parcours Citoyen » entré en vigueur à la rentrée 2015 : l’éducation par et au numérique, que tout enseignant, du premier comme du second degré, quelle que soit son appartenance disciplinaire, a en charge.

Questions de recherche

Le projet PREMICES vise à saisir les représentations des jeunes enseignants stagiaires de notre ESPÉ – PE, PLC, PLP, CPE – à propos de cette nouvelle éducation leur incombant (inscription également dans le Référentiel de Compétences Professionnelles de 2013). Quels sont leurs usages informationnels, médiatiques et numériques ? Quelle(s) perception(s) ont-ils de l’EMI au sein de leur enseignement ? Quelle(s) première(s) expérience(s) pédagogique(s) ont-ils développée(s) dans ce domaine en cette première année de FSTG ? Dans quelle mesure les enseignements dispensés à l’ESPÉ dans le domaine du numérique en éducation, notamment, constituent-ils une ressource pour la mise en œuvre dans la classe de l’EMI ?

Une équipe de recherche mixte et interdisciplinaire

Le projet PREMICES est menée par une équipe composée non seulement d’enseignants-chercheurs de l’ESPÉ Rouen spécialistes des littératies au sens large, et particulièrement de la littératie informationnelle et de la littératie numérique, et de formateurs investis dans la formation de personnels enseignants et d’éducation à l’ESPÉ Rouen, mais elle est également riche d’une diversité d’acteurs professionnels : enseignants documentalistes ayant en charge dans l’Académie la dynamique de formation continue (à destination de tous les enseignants), mais aussi professeurs documentalistes de terrain, à la fois anciens étudiants diplômés du Master PRODOC.

Une belle dynamique à l’œuvre, donc, dans un esprit de partage et de respect de la parole et de l’expertise de chacun-e ! Parce que prôner le lien entre « la recherche » et « le terrain », nous sommes nombreux à le faire, mais éprouver concrètement ce lien, en dehors des relations d’enquête lorsque le chercheur « fait du terrain », c’est autre chose ! Et avec PREMICES, c’est chose faite !