Richard Stallman. Pour une culture numérique humaniste.

Par Anne CORDIER et Sophie BOCQUET-TOURNEUR
Source : Wikimédia.

Une vision culturelle du code et du codage

Qu’est-ce qu’un-e informaticien-e ? Qu’est-ce que le code ? Il nous semble que ces questions, qui peuvent paraître extrêmement simples, sous-tendent en réalité une grande complexité. En effet, l’imaginaire lié à l’image de l’informaticien-ne est encore fortement caricatural. L’insertion dans une communauté, la mise à disposition au service du collectif, mais aussi les discours philosophiques et politiques qui encadrent les réalisations de Richard Stallman vont totalement à l’encontre de cet imaginaire de l’informaticien-ne geek asocial-e et purement technicien-ne. Chaque projet informatique est un projet politique, qui a un sens pour la Cité et les modes de circulation des savoirs. Voilà ce que, fondamentalement, nous prouve le parcours de Richard Stallman. Ainsi, engager les publics dans des projets collectifs impliquant des développeurs peut être d’une grande richesse, non pour atteindre une certaine performance technique, mais pour comprendre les méthodes de travail de ces derniers, les règles de coopération, la façon dont une communauté de pratique se fédère pour précisément atteindre un but suprême. Les élèves devraient avoir le choix d’apprendre à programmer, mais la programmation n’est pas le plus important, c’est bien l’implication de tou.te.s dans un projet collaboratif avec des développeurs qui importe pour comprendre l’essence d’un projet libre et le fonctionnement d’une communauté qui suit une éthique. Une telle démarche démythifie le code et le codage, tout en reconnaissant au code la puissance culturelle qu’il porte. Enseigner la figure Stallman, c’est aussi réhabiliter la culture du hack dans ce qu’elle est a de plus noble. A l’origine un hacker était « une personne capable de réaliser un hack c’est-à-dire une prouesse informatique1 ». Le hack est devenu par la suite « synonyme de prouesse et d’ingéniosité », c’était à la fois une culture de la farce et des blagues potaches mais aussi une revendication de liberté comme défi de l’autorité2. Stallman représente cette éthique des hackers détaillée par Steven Levy. Suivant 6 principes fondamentaux, cette éthique rassemble des individus à la fois acteurs du bien commun et fiers d’être contre les membres de l’autorité qui entravent les libertés numériques. Levy pense d’ailleurs que Stallman est “le dernier des Vrais hackers” ; à ses yeux il personnifie le « information wants to be free »3 : la libre circulation de l’information est primordiale et conditionne le progrès social. Il s’agit ainsi de dépasser la vision “hors la loi” du hacker, pour mettre en valeur le modèle éthique, bienveillant et altruiste que prône Richard Stallman.

Au-delà du code, une culture numérique citoyenne

Surtout, définitivement, du côté des professionnels de l’éducation, il s’agit de sortir de cette considération dévastatrice du numérique vu comme une boîte à outils, une valise d’applications et de logiciels venant soutenir nos actions quotidiennes. Au-delà d’une grille de prescriptions et d’objectifs d’opérationnalité, ce sont des apprentissages conceptuels que l’exploitation du numérique suppose et sous-tend. Une culture numérique citoyenne en somme, consacrant « la capacité à se servir de son entendement (…) en étant capable d’utiliser les outils de manière à mieux comprendre un problème, une situation, afin de pouvoir agir de manière consciente »4. Il est essentiel de permettre à nos publics d’accéder à la compréhension pleine et entière de ces outils techniques, et des logiques, à la fois économiques, culturelles et sociales, qui les sous-tendent. C’est pourquoi la seule manipulation d’outils ne suffit pas. Une culture technique est nécessaire pour atteindre, vis-à-vis des outils numériques, un « état de majorité », tel que défini par le philosophe des techniques Gilbert Simondon, dès les années 1950, c’est-à-dire la capacité à détenir des clés de compréhension de la technique, de la relation homme-machine, afin de penser par soi-même pour devenir un citoyen éclairé5. Ainsi, VLC, Firefox, Libre Office… Nos publics, notamment nos jeunes publics, utilisent sans aucun doute le libre, sans le savoir. Mais sans conscience, l’utilisation n’a que peu de valeur. La conscientisation de ces usages, et de leurs significations éminemment politiques, est fondamentale pour développer chez tou-tes une culture numérique faite de connaissances en action mais aussi d’une vision du monde et de son rapport aux autres6.

Proposer des usages numériques en conscience

Infatigable défenseur du libre, Richard Stallman développe une vision de l’école dans la droite lignée de ses combats. Il dénonce ainsi avec force l’intrusion des industries numériques dans l’école. Une intrusion engendrant deux injustices majeures : d’une part, la dépendance des élèves à ces industries, d’autre part la soumission à des fonctionnalités malveillantes. À l’heure où les cadrages et programmes institutionnels placent au premier plan des préoccupations la protection des données et plus globalement le cadre éthique et quotidien de l’usage du numérique, le propos de Richard Stallman interpelle sur la contradiction profonde entre une école alertant sur la plateformisation et énonçant des « principes-clés pour protéger les données des élèves », parmi lesquels le fait de « privilégier l’usage des logiciels libres », et des contrats passés pour l’utilisation de logiciels propriétaires non respectueux des données personnelles et au-delà des principes du libre.
« Parce que l’école a une mission sociale – depuis la maternelle jusqu’à l’université et dans la formation continue – de former des citoyens d’une société forte, capable, indépendante, solidaire et libre » STALLMAN, Richard M. (2018). Le libre comme alternative pour l’école contemporaine ? Hermès – La Revue, n°78, p.108.
  Grandes sont ainsi les responsabilités éducatives des médiateurs et médiatrices, quel que soit leur statut. Il faut bien l’avouer : nous sommes toutes et tous pris-es dans des injonctions paradoxales : combien d’entre nous souhaitent développer des compétences critiques, prônons l’émancipation des plateformes, … et utilisent comme supports de ressources pédagogiques et/ou de médiation des formats et produits issus précisément d’un modèle économique non libre ? Dans le monde de l’éducation, l’on se trouve souvent pris entre la volonté de faire preuve d’« innovation pédagogique » en proposant aux élèves des restitutions et modalités reposant sur des objets qui leur sont connus (exemple de productions vidéo sur YouTube ou encore des BookFlix), et qu’ils plébiscitent, et le souci de faire œuvre éducative en respectant les valeurs d’une émancipation citoyenne. Cette tension est tout à fait problématique. En se plaçant au service d’un marché de l’information, l’on renonce à une approche culturelle de l’information et du numérique, et à une éducation critique des individus qui soit à la hauteur des enjeux éducatifs mais aussi et surtout sociétaux qui y sont liés7. Il en va de la responsabilité des enseignant-es et plus largement des éducateur-rices de diffuser aux apprenants des concepts plutôt que de publiciser des entreprises numériques. Combien de fois les élèves ont-ils pour consigne de « Préparer un PowerPoint » ? Ne serait-il pas judicieux d’utiliser le terme générique de « diaporama » plutôt qu’une marque d’un logiciel privateur ? Combien de fois nous demande-t-on d’envoyer un traitement de texte en docx en utilisant une police de caractère propriétaire type Arial ? Par confort, par lassitude, nous suivons ces prescriptions, même si elles vont à l’encontre de nos idées. Il en va de même pour le matériel que nous utilisons en établissent scolaire. Nous subissons les choix et les dotations de matériels des collectivités territoriales sans avoir notre mot à dire. Nous sommes, pour la plupart, équipés d’ordinateurs sous le système d’exploitation Microsoft Windows. Ce même système d’exploitation qui contient trois formes de malveillance selon Stallman8 : « Il a les fonctionnalités pour espionner, il a des menottes numériques et une porte dérobée universelle ; ça veut dire que Microsoft a le pouvoir d’imposer des changements de logiciel par force, à distance. Ça veut dire que n’importe quelle fonctionnalité malveillante qui n’est pas présente dans Windows aujourd’hui pourrait être imposée à distance demain. Windows est donc malvare universel » Nous n’avons pas le choix et nos élèves non plus. Ils sont donc formés sous des logiciels privateurs, soumis à des logiques économiques qui conditionnent leurs pratiques, actuelles et futures. Nous n’avons pas le choix… Vraiment ? En réalité, parfois, quand l’institution n’a pas anticipé les incohérences du logiciel privateur, nous pouvons avoir le choix9. Mais, avouons-le : cela reste rare. Pourtant, cette revendication du choix nous semble impérieuse pour exercer nos libertés, individuelles et collectives, mais aussi tout simplement et fondamentalement notre mission : favoriser l’émancipation, culturelle et critique, de nos publics. Offrons le choix à nos élèves, battons-nous pour leur permettre d’avoir une vision plus exhaustive du paysage numérique, ne les vendons pas aux entreprises numériques sous prétexte que Zoom fonctionne mieux que la solution proposée par le Ministère. N’allons pas vers la facilité, le gain de temps, en vendant les données personnelles de nos élèves ! Soyons patient-es, soyons intransigeant-es pour l’éducation de nos élèves.

Œuvrer collectivement pour la démocratie

Sans jamais l’énoncer, Stallman assimile les logiciels à des biens communs : « Il n’a cessé de dénoncer le fait que les restrictions d’usage découlant de l’appropriation privative du code en diminuaient grandement l’utilité sociale »10. Pour Richard Stallman, l’information doit être libre, sans aucune concession à ce principe : « Je crois que toute l’information d’utilité générale devrait être libre. Par « libre », je ne me réfère pas à son prix, mais bien plus à la liberté de copier l’information et de l’adapter aux nécessités propres à chacun »11. N’y voyez vous pas une ressemblance avec la philosophie des communs d’Elinor Ostrom ? Avec son développement, le Free software a alimenté Internet de façon technique avec Apache Mysql par exemple, mais aussi et surtout par sa philosophie. En 2000, le juriste Lawrence Lessig disait : « Le défi qui est devant nous est de trouver des manières pour que les gens se rendent compte de la valeur des biens communs, comme ils se rendent compte de la valeur de la propriété. Le code ouvert est le seul idéalisme ayant assez de force pour que les gens comprennent. Le code ouvert est le seul endroit où ces idéaux vivent. C’est le seul endroit où nous pouvons prouver que plus d’équilibre et d’attention aux biens communs produit des effets positifs […] »12. Car oui, les outils numériques prennent de plus en plus de place dans nos vies, alors ne devons-nous pas être conscient-es de leur fonctionnement ? Ne devons-nous pas montrer que des biens informationnels peuvent être produits sans entreprise financière ? Que partager et collaborer font partie d’un comportement d’humanistes numériques13 oeuvrant pour un monde meilleur ? : « Le free Software a démontré par l’exemple que des biens informationnels complexes pouvaient être produits indépendamment des incitations financières associées à l’utilisation classique des brevets ou du copyright »14 . N’enfermons pas nos publics, notamment les plus jeunes d’entre eux, dans des enclosures logiciels, montrons-leur le pouvoir que confère à chacun-e de nous la liberté de l’information, voilà le message de Richard Stallman ! C’est ainsi que Richard Stallman rend hommage à une autre figure des Communs : Edward Snowden. Le père fondateur du logiciel libre reconnaît dans le lanceur d’alerte un héros. Parce qu’en divulguant les informations, Snowden savait pertinemment les risques qu’il prenait, et ce à quoi il s’exposait. Richard Stallman appelle à un soulèvement collectif “pour maintenir le contrôle démocratique du peuple sur l’État”, qui passe aussi selon lui par une préservation de l’anonymat pour communiquer sur les réseaux. Dans l’esprit des communs, Stallman lutte contre la surveillance institutionnalisée tout autant que contre celle mise en place par des plateformes industrielles : “Ce qu’il faut c’est un mouvement organisé contre la surveillance totale des gens, contre l’accumulation de dossiers massifs sur chacun15. Et de conclure, nous renvoyant à notre responsabilité collective : “Notre futur dépend surtout de nos valeurs. Donc il faut parler des droits de l’homme ; il faut communiquer les valeurs des droits de l’homme. Il ne suffit pas de les valoriser dans son cerveau ; oui il faut le faire, mais il faut aussi parler aux autres de ce sujet pour maintenir la force sociale de la valeur des droits de l’homme.”

À vous de jouer !

La personnalité de Richard Stallman est complexe. Décrié depuis quelques temps par ses prises de paroles et ses prise de positions, il n’en reste pas moins une personnalité forte des communs, qui a œuvré pour le libre. C’est une figure pour penser l’école contemporaine, et plus largement notre rapport au numérique dans un contexte sociétal pris dans des injonctions paradoxales. Nous espérons que la (re-)découverte de Richard Stallman, de ses réflexions et de ses actions, vous donneront envie d’explorer la richesse éducative et philosophique d’une pensée des communs résolument émancipatrice, considérée comme un droit humain fondamental. 

Pour conclure, nous ne résistons pas à finir cet article en partageant avec vous la réaction de Richard Stallman à la mort de Steve Jobs, une réaction qui nous a beaucoup fait rire, mais qui est aussi d’une grande puissance pour chacun-e de nous, comme l’ensemble de l’œuvre de cette figure des communs.

Steve Jobs, le pionnier qui a rendu cool la notion de prison informatique, est mort. Son invention était destinée à priver les crétins de leur liberté.16
N’hésitez pas à partager avec nous vos réflexions et vos expériences éducatives et/ou pédagogiques autour de la figure de Richard Stallman et/ou issues de la pensée de ce dernier !
Désireux·ses d’approfondir ? La bibliographie comprenant les sources exploitées pour réaliser ce travail autour de Richard Stallman ainsi que des références pouvant être utilisées comme supports lors de vos projets éducatifs/pédagogiques est ici !

 

  1. LEVY, Steven (2013/1984). L’Éthique des hackers [« Hackers: Heroes of the Computer Revolution »], Paris, Globe, 7 mars 2013 (réimpr. 1994) (1re éd. 1984 []
  2. BARDINI, Thierry, PROULX, Serge. La culture du hack en ligne, une rupture avec les normes de la modernité. Les Cahiers du numérique, vol. 3, n°2, 2002, pp. 35-54. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-du-numerique-2002-2-page-35.htm []
  3. Brand, 1984 []
  4. LE DEUFF, Olivier (2009). Penser la conception citoyenne de la culture de l’information. Les Cahiers du Numérique, vol.5, janvier 2009, p.39-49 []
  5. SIMONDON, Gilbert (2001/1958). Du mode d’existence des objets techniques. 4ème édition. Paris : Aubier, 333p []
  6. BALTZ Claude (1998). Une culture pour la société de l’information ? Position théorique, définition, enjeux. Documentaliste-Sciences de l’information, vol.5, n°2, p. 75-82 []
  7. CORDIER, Anne (2018). Les enseignants, des êtres sociaux pris dans des injonctions paradoxales. Hermès-La Revue– Cognition, 178-189. Disponible sur : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01598221/document []
  8. STALLMAN, Richard (2014). Pourquoi le logiciel libre est plus important que jamais. April. Disponible sur : https://www.april.org/pourquoi-le-logiciel-libre-est-il-plus-important-que-jamais-richard-stallman-2014 []
  9. BOCQUET TOURNEUR, Sophie (2014). Un CDI sous Linux : journal d’un passage – Doc pour docs. Disponible sur : https://docpourdocs.fr/spip.php?article548 []
  10. BROCA, Sébastien, CORIAT, Benjamin (2015). Le logiciel libre et les communs. Deux formes de résistance et d’alternative à l’exclusivisme propriétaire. Revue internationale de droit économique, n°3, 2015, p. 265-284. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-internationale-de-droit-economique-2015-3-page-265.htm []
  11. Wikipédia. L’information veut être libre. Disponible : https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=L%27information_veut_%C3%AAtre_libre&oldid=167307864 []
  12. BROCA, CORIA (2015) []
  13. DOUEIHI, Milad (2011/2008). La grande conversion numérique. Suivi de Rêveries d’un promeneur numérique. 2ème édition. Paris : Seuil, 320p. []
  14. BROCA, CORIAT (2015) []
  15. STALLMAN, Richard (2014). Pourquoi le logiciel libre est plus important que jamais. April. Disponible sur : https://www.april.org/pourquoi-le-logiciel-libre-est-il-plus-important-que-jamais-richard-stallman-2014 []
  16. https://fr.wikiquote.org/wiki/Richard_Stallman []

Richard Stallman. Le libre comme droit humain.

Par Anne CORDIER et Sophie BOCQUET-TOURNEUR

Richard Stallman, en 2014, Fête de l’Humanité. Conférence : « Les logiciels libres : les droits humains dans votre ordinateur » (Source Wikipédia)

rms au pays des hackers

Richard Matthew Stallman, rms pour les intimes1, est né le 16 mars 1953 à Manhattan.

Brillant étudiant en physique et mathématiques à Harvard, Stallman est rapidement recruté par le prestigieux laboratoire d’intelligence artificielle du Massachusetts Institute of Technology, plus connu encore sous le nom de MIT. D’emblée, Stallman apparaît comme une personnalité iconoclaste. Il est immédiatement séduit par l’état d’esprit et la culture libertaire caractéristiques du milieu hacker. Il y déploie ses compétences au service de la programmation et de la fabrication de logiciels.

À la fin des années 1970, l’arrivée du « Personal Computer », autrement dit le micro-ordinateur, modifie en profondeur le marché de l’informatique, et le monde de la recherche informatique : de chercheurs dans un environnement académique, universitaire, où le code informatique est un objet diffusé et partagé le plus librement possible, les informaticiens deviennent des personnes convoitées pour intégrer des logiques d’édition de logiciels et d’entreprises, notamment caractérisées par la mise en place d’enclosures et de mesures de privatisation des découvertes informatiques.

Richard Stallman, révolté, attaché viscéralement à la libre circulation des savoirs et aux échanges favorisés par l’informatique, refuse de participer à cette logique propriétaire. En outre, il raconte qu’un jour, alors qu’il cherche à réparer son imprimante, il réalise qu’il ne peut accéder au code source du logiciel, verrouillé par son fabricant2.

Le GNU, ou la libération du code selon Stallman

« Avec un programme, il n’y a que deux possibilités : ou les utilisateurs ont le contrôle du programme, ou le programme a le contrôle des utilisateurs »3

Fort de cette conviction, il s’agit de créer un système d’exploitation concurrent à Microsoft qui alors connaît une expansion impressionnante avec Unix. En 1983, Richard Stallman crée un nouveau système d’exploitation, le GNU, acronyme récursif de GNU is Not Unix.

Ce système d’exploitation a pour objectif d’être composé uniquement de logiciels libres, c’est-à-dire de logiciels qui pourraient librement être exécutés, copiés, modifiés, redistribués, par tous leurs utilisateurs.

D’emblée, Stallman place la défense du GNU sur le terrain de la philosophie et de la politique, comme en témoigne les termes du Manifeste GNU qui voit le jour en 1985 : «Les programmeurs ne méritent-ils pas une récompense pour leur créativité ? »[…]« Si quelque chose mérite une récompense, c’est bien la contribution à la société, écrivait Stallman. La créativité peut être un apport à la société, mais uniquement dans le cas où cette dernière est libre d’en utiliser le produit. Si des programmeurs méritent d’être récompensés pour la création de programmes novateurs, ils méritent tout autant d’être punis s’ils en limitent l’utilisation. »4.

Richard Stallman démissionne du MIT pour pouvoir se consacrer pleinement à ce projet. En 1985, il crée la Free Software Foundation, qui a pour but de promouvoir le logiciel libre et ce que l’on appellera bientôt la licence GPL.

En 1990, GNU devient le système GNU-Linux, né de l’association avec le noyau Linux développé par Linus Torvalds. Un système bien actif encore aujourd’hui, certain-es d’entre vous sont peut-être équipé-es de systèmes libres relevant des distributions GNU-Linux comme Ubuntu, Debian ou encore Fedora. Cette appellation GNU-Linux est très importante pour Stallman, car elle permet de ne pas oublier le but du projet GNU, à savoir « permettre l’utilisation d’un système entièrement libre et garantir les libertés fondamentales de manière générale »5.

La licence GPL, une marche de plus vers l’alternative

Comment garantir l’exploitation libre par la communautés des développeurs des créations issues du système GNU ?

C’est en créant la licence GPL – General Public Licence – que Richard Stallman résout cette question primordiale : « Pour simplifier, en s’adossant à la puissance juridique du copyright, la GPL maintient de manière irrévocable les logiciels en une forme de propriété commune, que les juristes contemporains nomment désormais digital commons (biens communs numériques). Une fois sous GPL, un logiciel ne peut plus être rendu privateur par personne. Dès que, par ce moyen, un auteur fait don d’un code à la communauté, la liberté qu’il confère aux utilisateurs de ce code est inaliénable. De plus, les versions dérivées doivent être couvertes par la même licence si elles comportent une partie substantielle du code source original. C’est pour cette raison que les détracteurs de la GPL l’ont qualifiée de « virale », suggérant à tort qu’elle se propage d’elle-même à tous les logiciels qu’elle touche »6.

Précisément, quatre principes fondamentaux guident la licence GPL :

  1. La liberté d’exécuter un logiciel, quel que soit l’usage souhaité
  2. La liberté d’accéder au code source du programme pour pouvoir étudier son fonctionnement et l’adapter à ses besoins
  3. La liberté de redistribuer à l’envi des copies du programme
  4. L’obligation de partager avec la communauté les modifications effectuées en mettant à disposition les versions modifiées, évidemment sous licence GPL également.

Le logiciel libre en trois mots : Liberté, Égalité, Fraternité

« Un programme non libre soumet son utilisateur au pouvoir de son propriétaire, le privant ainsi de sa liberté. Le logiciel « privateur » ne devrait pas exister. Le mouvement du logiciel libre ambitionne de mettre fin à cette pratique et à ce pouvoir injustes »7

Militant du logiciel libre, Richard Stallman nous invite à concevoir le libre au sein d’une philosophie humaniste, au service de la défense des droits humains. Ainsi, il affirme que le logiciel libre peut se résumer en trois mots : Liberté, Égalité, Fraternité. Une citation d’ailleurs rituelle qu’il utilise à chacune de ses conférences en France, en référence à la devise de la République française. « Liberté, parce que (les programmes libres) respectent la liberté de leurs utilisateurs. Égalité, parce que dans la communauté du logiciel libre, tous les utilisateurs sont égaux, personne n’a du pouvoir sur personne. Fraternité, parce que nous encourageons la coopération entre les utilisateurs »8.

Il décline ensuite les « quatre libertés essentielles » qui définissent selon lui le logiciel libre :

Ces libertés donnent à chaque utilisateur le contrôle du programme. Mais elles ne suffisent pas. Il faut aussi des moyens de contrôle collectif. Il faut donc ajouter :

– « Liberté 0 : la liberté d’exécuter le programme comme l’utilisateur le souhaite, pour n’importe quel objectif. C’est la liberté de base.

– Liberté 1 : la liberté d’étudier le fonctionnement du programme et de l’adapter à ses désirs. La condition préalable est d’accéder au code source.

– Liberté 2 : la liberté de donner ou vendre des copies sans modification.

– Liberté 3 : la liberté d’améliorer le programme et de rendre publiques les améliorations pour que toute la communauté en bénéficie, de donner ou vendre des copies modifiées.

Cela autorise les utilisateurs à travailler ensemble en groupes formels et informels pour adapter les programmes à leurs désirs et à leurs besoins. Tout le monde a le droit de changer les programmes, y compris ceux qui ne savent pas programmer, mais qui peuvent participer aux choix collectifs, en travaillant avec des programmeurs. Si on veut lutter contre des risques majeurs comme l’espionnage, le contrôle collectif est le seul moyen »9. Avec le logiciel libre, c’est une vision alternative, libertaire et décentralisée d’internet qui est proposée à toutes et tous. Au Copyright, Stallman oppose le Copyleft, autrement dit le fait que les versions modifiées d’un logiciel doivent également être libres et à disposition. Stallman s’oppose ainsi aux brevets logiciels et aux dispositifs de verrouillage par DRM.

Un doigt d’honneur aux GAFAM

En 1999, Richard Stallman imagine The Free Universal Encyclopedia and Learning Resource, une encyclopédie universelle, libre, et qui serait actualisée en temps réel par des contributeurs et contributrices du monde entier, lesquel-les s’adonneraient bénévolement à cette tâche à l’inverse de spécialistes rémunérés pour l’accomplir. Lisez donc comment Stallman décrit ce projet : « Pour garantir que le web devienne une encyclopédie libre, ce qui serait sa destinée la plus favorable et la plus naturelle, nous devons faire un effort conscient pour éviter la séquestration délibérée de l’information encyclopédique et pédagogique publiée sur le net. Nous ne pouvons pas empêcher que l’industrie impose des restrictions sur l’information qu’elle rend disponible ; ce que nous pouvons faire, c’est de proposer une alternative »10.

Wikipédia naît en 2001. Si Stallman n’a pas en soi participé à son élaboration, il est incontestablement, tout comme Aaron Swartz, à l’origine de sa pensée : “L’avenir de l’encyclopédie est en grande partie lié à celui du mouvement du libre, et il faut reconnaître à Richard Stallman la paternité réelle ou spirituelle de ce projet.”11

Stallman est de tous les combats pour lutter contre les stratégies propriétaires de captations des savoirs comme des données. Avec les « libristes », il s’est opposé à Hadopi et au TAFTA, mais aussi désormais rejoint le combat pour la protection de la vie privée et des données personnelles.

En septembre 2019, Stallman démissionne du MIT et de la présidence de la FSF après avoir pris la défense de Marvin Minsky, figure marquante du MIT. Ce dernier, décédé en 2016, aurait eu une relation sexuelle avec une jeune femme « alors qu’elle avait 17 ans et M. Minsky 73, à la demande de Ghislaine Maxwell, la proche associée de M. Epstein». Suite à un emballement médiatique, Stallman a été accusé d’avoir « affirmé que les victimes d’Epstein étaient consentantes ». Le 14 septembre 2019, Richard Stallman publie un message d’excuses sur son blog, et sur la liste de diffusion du MIT : « [Les médias] ont totalement déformé mes propos », y écrit-il ; « Ils écrivent que je défends Epstein. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. J’ai écrit qu’il était un violeur en série et que sa place était en prison. […] Je regrette de ne pas avoir pu empêcher cette incompréhension. »12


Richard Stallman, quelle figure, n’est-ce pas ?! Comment aborder cette figure dans le cadre d’une éducation critique au numérique et à l’information ? Cliquez ici pour accéder à l’article !

  1. « Dans les années 1970, l’avènement du bas de casse sur les écrans informatiques représente une vraie conquête et donc à cette époque, les minuscules sont modernes aux yeux des informaticiens » – Source Wikipédia, Richard Stallman. Disponible sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Stallman []
  2. STALLMAN Richard M., WILLIAMS, Sam, MASUTTI, Christophe (2010). Richard Stallman et la révolution du logiciel libre. Une biographie autorisée. Paris : Eyrolles et Framabook. Disponible sur : https://framabook.org/docs/stallman/framabook6_stallman_v1_gnu-fdl.pdf []
  3. STALLMAN, Richard (2012). Logiciels libres et éducation. CRDP Versailles, France. Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=4KDMxzGC2Ag []
  4. STALLMAN Richard M., WILLIAMS, Sam, MASUTTI, Christophe (2010). Richard Stallman et la révolution du logiciel libre. Une biographie autorisée. Paris : Eyrolles et Framabook, p.150. Disponible sur : https://framabook.org/docs/stallman/framabook6_stallman_v1_gnu-fdl.pdf []
  5. Source Wikipédia, Richard Stallman. Disponible sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Stallman []
  6. STALLMAN Richard M., WILLIAMS, Sam, MASUTTI, Christophe (2010). Richard Stallman et la révolution du logiciel libre. Une biographie autorisée. Paris : Eyrolles et Framabook, p.19. Disponible sur : https://framabook.org/docs/stallman/framabook6_stallman_v1_gnu-fdl.pdf []
  7. STALLMAN, Richard (2019). Il faut être prêt à payer le prix de la liberté », entretien avec Richard Stallman. La revue durable, nº 63, automne-hiver 2019, p. 50 []
  8. Écoutez Stallman l’énoncer en français au tout début de cette vidéo savoureuse ! STALLMAN, Richard (2012). Logiciels libres et éducation. CRDP Versailles, France. Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=4KDMxzGC2Ag []
  9. Stallman, R. M., In « Le libre comme alternative pour l’école contemporaine ? » Hermès, La Revue, n°78, p. 104–107. Disponible sur https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2017-2-page-104.htm []
  10. STALLMAN, Richard (…). Encyclopédie universelle et ressources pédagogiques libres. GNU.Org. Disponible sur : https://www.gnu.org/encyclopedia/free-encyclopedia.fr.html []
  11. https://fr.wikiquote.org/wiki/Richard_Stallman []
  12. Richard Stallman, précurseur du logiciel libre, démissionne du MIT et de la Free Software Foundation. Le Monde.fr. Retrieved from https://www.lemonde.fr/pixels/article/2019/09/17/richard-stallman-precurseur-du-logiciel-libre-demissionne-du-mit-et-de-la-free-software-foundation_5511466_4408996.html []

Richard Stallman. Bibliographie.

Richard Stallman à la conférence Libreplanet en 2012 (source Wikimédia)

Vous trouverez ci-dessous les différentes ressources que nous avons consultées pour rédiger ces deux articles sur Richard Stallman. En dernière partie des ressources pour aller plus loin.

Ouvrages

DOUEIHI, Milad (2011/2008). La grande conversion numérique. Suivi de Rêveries d’un promeneur numérique. 2ème édition. Paris : Seuil, 320p.

LEVY, Steven. Hackers : Heroes of the Computer Revolution. New York : Garden C 1984 – Traduit en Français en 2013 sous le titre L’éthique des hackers, chez Globe

SIMONDON, Gilbert (2001/1958). Du mode d’existence des objets techniques. 4ème édition. Paris : Aubier, 333p

STALLMAN Richard M., WILLIAMS, Sam, MASUTTI, Christophe (2010). Richard Stallman et la révolution du logiciel libre. Une biographie autorisée. Paris : Eyrolles et Framabook. Disponible sur : https://framabook.org/docs/stallman/framabook6_stallman_v1_gnu-fdl.pdf

WILLIAMS, Sam (2002). Free as in Freedom: Richard Stallman’s Crusade for Free Software. O’Reilly, First Edition, 240p.

Articles

Wikipédia, Richard Stallman. Disponible sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Stallman

Wikipédia. L’information veut être libre. Disponible :  https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=L%27information_veut_%C3%AAtre_libre&oldid=167307864

BALTZ Claude (1998). Une culture pour la société de l’information ? Position théorique, définition, enjeux. Documentaliste-Sciences de l’information, vol.5, n°2, p. 75-82

BARDINI, Thierry, PROULX, Serge. La culture du hack en ligne, une rupture avec les normes de la modernité. Les Cahiers du numérique, vol. 3, n°2, 2002, pp. 35-54. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-du-numerique-2002-2-page-35.htm

BROCA, Sébastien, CORIAT, Benjamin (2015). Le logiciel libre et les communs. Deux formes de résistance et d’alternative à l’exclusivisme propriétaire. Revue internationale de droit économique, n°3, 2015, p. 265-284. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-internationale-de-droit-economique-2015-3-page-265.htm

CORDIER, Anne (2018). Les enseignants, des êtres sociaux pris dans des injonctions paradoxales. Hermès-La Revue– Cognition, 178-189. Disponible sur : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01598221/document [

LE DEUFF, Olivier (2009). Penser la conception citoyenne de la culture de l’information. Les Cahiers du Numérique, vol.5, janvier 2009, p.39-49

LESSIG, Lawrence, Introduction à « Free Software, Free Society » – Projet GNU – Free Software Foundation. Disponible sur https://www.gnu.org/philosophy/lessig-fsfs-intro.fr.html

PETERS, Justin. “Aaron Swartz, Les Mystères D’un Idéaliste.” Slate.fr, 4/03/2013, http://www.slate.fr/story/68985/aaron-swartz-suicide

STALLMAN Richard M., (2018). Le libre comme alternative pour l’école contemporaine ? Hermès, La Revue, n°78, p. 108. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2017-2-page-104.htm.

STALLMAN, Richard (2019). Il faut être prêt à payer le prix de la liberté », entretien avec Richard Stallman. La revue durable, nº 63, automne-hiver 2019, p. 50

STALLMAN, Richard. M., In « Le libre comme alternative pour l’école contemporaine ? » Hermès, La Revue, n°78, p. 104–107. Disponible sur https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2017-2-page-104.htm

STALLMAN, Richard (…). Encyclopédie universelle et ressources pédagogiques libres. GNU.Org. Disponible sur : https://www.gnu.org/encyclopedia/free-encyclopedia.fr.html

STALLMAN, Richard (2014). Pourquoi le logiciel libre est plus important que jamais. April. Disponible sur : https://www.april.org/pourquoi-le-logiciel-libre-est-il-plus-important-que-jamais-richard-stallman-2014

Interventions filmées & vidéo

STALLMAN, Richard (2012). Logiciels libres et éducation. CRDP Versailles, France. Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=4KDMxzGC2Ag

STALLMAN, Richard (2014) « Pourquoi le logiciel libre est plus important que jamais » APRIL. Disponible sur https://www.april.org/enregistrement-video-de-la-conference-de-richard-stallman-le-26-janvier-2014-pourquoi-le-logiciel-libre

À l’origine de Wikipédia : le théoricien génial Richard Stallman, Culture Prime, février 2021. Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=nwrWDrX-b4A

Pour aller plus loin

Vous pouvez consulter le site personnel (en anglais) de Richard Stallman : https://stallman.org/ Vous y trouverez ses notes, des fiches sur les logiciels ou applications privateurs….

Sur les projets Wikimédia :

Trois films documentaires :

Le site du projet GNU qui présente des articles sur la philosophie, les licences, l’éducation, les logiciels… https://www.gnu.org/home.fr.html

Le site de la Free Software Foundation (en anglais) https://my.fsf.org/

Aaron Swartz : sa vie, ses combats

Par Anne CORDIER et Sophie BOCQUET-TOURNEUR

Aaron Swartz, en 2009, au Boston Wikipédia Meetup (Source Wikipédia)

“Il nous a trouvés, il nous a touchés et il nous a montré le chemin qu’il pensait, et nous avec lui, très probablement, être le meilleur. Nous lui devons énormément encore aujourd’hui. Il reste une somme infinie de travail à accomplir. Pour cet écrivain, ce penseur, cet activiste, ce hacker, ce précieux ami, nous le ferons” Lawrence Lessig1

« Aaron est mort. Vagabonds dans ce monde de fous, nous avons perdu un mentor, un aîné plein de sagesse. Hackers défendant le droit, nous sommes un de moins, nous avons perdu l’un des nôtres. Tous ceux qui élèvent, qui soignent, qui sont à l’écoute, qui nourrissent, parents, tous, nous avons perdu un enfant. Pleurons. » Tim Berners-Lee 20132

Un engagé précoce

Eh bien, à vrai dire, j’essaie moi-même de répondre à cette question (comment pourrais-tu te présenter ?) Disons que je suis un adolescent qui aspire à rendre ce monde meilleur (notamment grâce à la loi, à la politique et aux technologies).3


Aaron Swartz est né le 8 novembre 1986. Enfant précoce, il s’intéresse très tôt à l’informatique, et à Internet. Durant son adolescence, il crée une encyclopédie éditée par les internautes (The Info Network), trois ans avant la naissance de Wikipédia. À partir de cette création, Aaron Swartz va travailler sur de multiples projets à sensibilité open source et collaboratifs. En 2000, à 14 ans, Il participe à l’élaboration de la spécification 1.0 du format RSS, format de données utilisé pour la syndication de contenu Web. 

Un an plus tard, il  contribue au développement informatique de la licence Creative Commons créée par Lawrence Lessig. Ce dernier le nomme chercheur au Safra Center for Ethics, où il travaille sur la corruption institutionnelle. Lessig dit de lui4:

Aaron a appris plus de choses que la plupart d’entre nous n’en apprendront jamais et il a élaboré plus de choses que la plupart d’entre nous n’en élaboreront jamais. […] Peu d’entre nous auront jamais une influence, ne serait-ce que vaguement comparable, à celle qu’a eue ce garçon” 

De Wikipédia à Reddit, des convictions mises en oeuvre

Aaron Swartz est un wikipédien actif 5 (son compte totalisait 5000 contributions à sa mort),  il se présente même à l’élection du conseil d’administration de la fondation Wikimédia (sans succès). Sur son blog, Il étudie le fonctionnement de l’encyclopédie collaborative et publie une étude sur ses modes de contribution. Pour lui, Internet est un formidable catalyseur pour la collaboration de masse que nécessite l’encyclopédie collaborative : 

Wikipédia a été créé non par des spécialistes dévoués, mais par des amateurs venus par hasard, et même si nous pouvons déplorer ses défauts, tout le monde s’accorde à dire que ce projet encyclopédique en ligne est une source d’information très utile. Internet est donc le premier média à rendre possible de tels projets collaboratifs de masse.”6

Il est persuadé que ce sont bien les rédacteurs, la communauté constituée, qui constituent le socle fondamental de ce dispositif, et non ses concepteurs :

En réalité, si Wikipédia fonctionne, c’est grâce à sa communauté ; un groupe de personnes qui ont fait de ce projet le leur et qui se sont appliquées à contribuer à sa réussite7

Ces rédacteurs, pour qui Wikipédia est si important, portent ce projet gratuit et collaboratif sur leur temps libre ; ils le protègent. Ils surveillent aussi les actes de malveillance sur les articles, Aaron Swartz avait d’ailleurs écrit à ce propos :

Pourquoi s’acquittent-ils de cette tâche ? Ce n’est pas particulièrement fascinant, ils ne sont pas payés pour le faire, et aucun responsable ne leur donne de directives. S’ils effectuent ce travail, c’est parce que le site a une si grande valeur à leurs yeux qu’ils s’en sentent responsables.8

Aaron Swartz a aussi réfléchi à des solutions pour mettre en place un système de traçabilité des doléances pour les articles, sur le modèle des pages de discussion, suite à des erreurs dans un article. Par la suite, c’est lui qui propose de mettre en place cet encart de précaution adressé au lecteur qui aujourd’hui nous parait à la fois si évident et si crucial pour l’éducation à l’information : “ (En cas de controverse sur un article) un avertissement indiquant que la neutralité de l’article est sujette à controverse pourrait par exemple être placé en haut de la page concernée jusqu’à ce que la plainte soit définitivement classée9. Il était fasciné par  l’auto-construction de la communauté Wikipédia reposant sur une collaboration totale, énonçant par-là l’utopie (incarnée) du web collaborative : « Au lieu d’attribuer des tâches spécifiques à chacun, Wikipédia a laissé aux individus la liberté de travailler sur ce qu’ils voulaient, dès qu’ils en ressentent l’envie. Au lieu de placer un responsable, Wikipédia a laissé les gens régler les problèmes par eux-mêmes10

A 16 ans, Aaron Swartz entre à l’Université de Stanford. Par la suite, il participe à la fondation du site d’actualités Reddit, crée le site Jottit, permettant de créer une page web très simplement. Il sera membre du W3C et du RDF Core Working Group , élabore le langage Markdown, crée Tor2web, projet logiciel qui permet d’accéder aux services cachés de TOR à partir d’un navigateur standard. 

Multimillionnaire à 19 ans, il n’aspire ni à l’argent, ni à la célébrité. Il veut un monde meilleur. Sur son blog, il exprime son idéalisme et son combat pour un internet libre.  

Un combattant de l’internet libre et du partage du savoir

L’œuvre de Aaron Swartz ne doit pas être limitée à une énumération d’outils ayant permis de libérer le savoir et internet. Ce serait une vision bien restrictive d’une telle personnalité ! Aaron Swartz n’a pas seulement contribué à outiller l’internet libre, il a milité par des actes de résistance pour un internet libre, plaçant l’internaute-citoyen au cœur du système :

Les usagers devraient payer les logiciels dans la mesure de leurs moyens et donner de l’argent aux auteurs d’œuvres qu’ils apprécient même lorsqu’on ne leur demande pas de contribution11

C’est ainsi qu’en 2003, alors qu’il a tout juste 16 ans, il imagine une licence globale, système de partage de fichiers au moyen de la cryptographie, bénéfique aux auteurs comme aux internautes12.
Il défend le téléchargement qu’il considère comme un symbole de la libération de l’information : « Voler est un acte répréhensible. Mais le téléchargement n’est pas du vol. Si je vole à l’étalage un album chez le disquaire du coin, personne d’autre ne peut l’acheter. Mais si je télécharge une chanson, personne n’en est privé, et une autre peut en profiter. À mes yeux, cela ne pose pas de problème éthique13.

Pour asseoir son propos, il prend appui sur des hommes fondateurs comme Jefferson :

« Voici les propos de Jefferson, extraits d’une lettre adressée à Isaac Mc Pherson : “Personne ne peut contester la légitimité du concept de propriété mais il est tout à fait étrange d’insinuer que les idées devraient relever de la propriété […] On peut garder une idée pour soi, mais à partir du moment où on la partage, n’importe qui peut se l’approprier” »14

En utilisant une partie de ses économies, il acquiert “les droits des collections numériques de la Library of Congress, la bibliothèque du Congrès américain, puis organise la publication sur le Web de ces superbes archives. Grâce à lui, des millions de documents sur l’histoire et la culture américaine sont désormais disponibles en ligne, gratuitement”.15


En 2007, lors des rencontres de Sébastopol, Aaron Swartz pose avec Tim O’Reilly et Lawrence Lessig les principes de l’open data : exiger la “publication des données dès leur production et dans leur forme “primaire”, c’est-à-dire telles que les administrations les collectent, sans avoir été modifiées ou agrégées.16
Le terme « Open Government Data » émerge alors.

Aaron Swartz participe aussi  à la création de l’Open Library, projet d’Internet Archive, qui vise à cataloguer tous les livres publiés dans une base de données librement accessible sur Internet.
En juillet 2008, il écrit « Manifeste pour une guérilla en faveur du libre accès ». Ce texte, en libre accès sur internet, capital pour comprendre les espoirs politiques et culturels d’un monde meilleur par un internet libéré, a été traduit par des internautes et décrit sa pensée. Aaron Swartz y prône la libre circulation des savoirs culturels et scientifiques et y dénonce la marchandisation des publications scientifiques, appelant à un mouvement collectif de grande ampleur. En voici quelques extraits : 

« L’information, c’est le pouvoir. Mais comme pour tout pouvoir, il y a ceux qui veulent le garder pour eux. Le patrimoine culturel et scientifique mondial, publié depuis plusieurs siècles dans les livres et les revues, est de plus en plus souvent numérisé puis verrouillé par une poignée d’entreprises privées.” 

Fournir des articles scientifiques aux chercheurs des plus grandes universités des pays riches, mais pas aux enfants des pays du Sud  ? C’est scandaleux et inacceptable.”

« Mais le partage n’est pas immoral, c’est un impératif moral. Seuls ceux qu’aveugle la cupidité refusent une copie à leurs amis. »

À la fin du texte, il lance un mouvement dans la tradition de la désobéissance civile : 

« La justice ne consiste pas à se soumettre à des lois injustes. Il est temps de sortir de l’ombre et, dans la grande tradition de la désobéissance civile, d’affirmer notre opposition à la confiscation criminelle de la culture publique.

Nous avons besoin de récolter l’information où qu’elle soit stockée, d’en faire des copies et de la partager avec le monde. Nous devons nous emparer du domaine public et l’ajouter aux archives. Nous devons acheter des bases de données secrètes et les mettre sur le Web. Nous devons télécharger des revues scientifiques et les poster sur des réseaux de partage de fichiers. Nous devons mener le combat de la guérilla pour le libre accès.

Lorsque nous serons assez nombreux de par le monde, nous n’enverrons pas seulement un puissant message d’opposition à la privatisation de la connaissance  : nous ferons en sorte que cette privatisation appartienne au passé. Serez-vous des nôtres  ?


En cohérence avec cet engagement ainsi clamé, en 2008 Aaron Swartz télécharge 2.7 millions de documents de PACER (système gouvernemental qui vend des documents judiciaires du domaine public) et les offre à l’organisation à but non lucratif “Public.Resource.Org”.  Le projet RECAP débute alors, avec la mise en ligne gratuite des documents du domaine public de PACER récupérés par Aaron Swartz. Le logiciel RECAP continue d’alimenter Archive.org, « la mémoire d’Internet ». Les 2,7 millions de pages téléchargées à l’origine par Aaron Swartz ne correspondent qu’à 1% de l’ensemble des documents contenus dans PACER17. Suite à cette action, le ministère proposera la gratuité d’accès.

De l’internet libre au désir d’un monde politique libéré de ses enclosures

Mais l’engagement d’Aaron Swartz ne se cantonne pas au monde numérique. Aaron Swartz a aussi investi, dans la lignée de ses combats pour un internet libre, la politique, affrontant notamment le pouvoir corrupteur de l’argent dans les institutions y compris à buts non lucratifs, les médias, la politique et l’opinion publique.

En 2008, il crée Watchdog.net, une organisation visant à renforcer la transparence gouvernementale en diffusant plus largement les données officielles18. Le site rassemble les données sur les documents électoraux et les financements de campagne et donne à ses utilisateurs des outils pour manipuler et présenter ces données eux-mêmes. Ses propos font écho à des débats tout à fait actuels… :

La transparence peut être une arme puissante mais certainement pas dans un contexte où les individus travaillent en solitaire. Arrêtons de nous lancer la balle en prétendant que notre mission consiste seulement à recueillir des données et que c’est aux citoyens de savoir quel usage en faire. Prenons solennellement la décision de travailler à lutter pour améliorer l’état du monde. J’adorerais voir tous ces êtres humains aux capacités extraordinaires s’atteler à cette tâche.19

À partir de 2009, il s’intéresse aussi à WikiLeaks et aux informations militaires rendues publiques par ce mouvement, “et prend dans les médias la défense de Bradley Manning, cette analyste de l’armée américaine accusé d’avoir transmis des documents secrets à l’équipe de Julian Assange.20

En 2010, Aaron Swartz fonde le collectif “Demand Progress”, une organisation qui fait pression sur le monde politique notamment au moyen de pétitions. Ainsi, il encourage les citoyens à contacter massivement les membres du Congrès pour défendre différentes causes. Le collectif s’implique dans plusieurs campagnes comme le refus de la mise hors-la-loi de WikiLeaks, ou encore le soutien de l’action des lanceurs d’alerte notamment et contre le projet de loi SOPA (Stop online piracy act).

Ce projet de loi SOPA (qui s’intitulait auparavant COICA) vise à lutter contre la violation du droit d’auteur et le piratage des œuvres en mettant en place des dispositifs de blocage pour les contrevenants par les Fournisseurs d’Accès Internet.

Son dernier projet, Deaddrop qui deviendra SecureDrop, permet aux lanceurs d’alerte d’envoyer des documents aux médias sans mettre en péril leur sécurité en utilisant TOR. Cette plateforme est encore utilisée par des médias comme le New Yorker, le Washington Post ou encore le Guardian.

En 2011, depuis le MIT, Aaron Swartz télécharge 4.7 millions de documents scientifiques sur la base JSTOR (système d’archivage en ligne de publications universitaires et scientifiques et bibliothèque numérique payante), soit la quasi-totalité du catalogue. Il n’en fait rien, ne les partage pas. Il est inculpé de 13 chefs d’accusation (dont le vol, la fraude informatique et l’accès illégal à des informations protégées) et menacé de 35 ans d’emprisonnement et d’un million de dollars d’amende. Alors que l’entreprise JSTOR a retiré sa plainte, l’État américain continue sa poursuite. Le MIT ne fait rien.

Après deux ans de procédure très dure (les proches du militant évoqueront un harcèlement intenable), Aaron Swartz se suicide le 11 janvier 2013. Il avait 26 ans.

« Vous allez me manquer »

En août 2013, Aaron Swartz est admis, à titre posthume, au temple de la renommée d’Internet, dans la catégorie des innovateurs.

En 2002, il avait rédigé un billet « Bien que je ne sois pas encore mort ! » listant ses dernières volontés :


 » J’aimerais reposer dans un endroit qui ne soit pas trop la mort (sic). Je veux dire par là qu’il serait bien que mon corps puisse avoir accès à de l’oxygène (bien qu’un accès direct ne soit pas forcément idéal, j’en conviens), et qu’on m’évite d’avoir deux mètres de terre sur la tête. Je demande surtout à ce que l’ensemble de mes ordinateurs et disques durs soient rendus publics. Que chacun puisse voir et lire ce que j’ai fait et produit. Il n’y aura rien à retirer ou effacer. Pas de secret, et évidemment pas de frais pour accéder à ces contenus. Je souhaite aussi que les sites dont je me suis occupé soient tenus à jour, que ce travail soit poursuivi et amélioré… Ah oui, je voulais aussi vous dire : vous allez me manquer. « 21


Pourquoi et comment aborder la figure d’Aaron Swartz, et son héritage, pour une éducation citoyenne et engagée du net ? Cliquez ici pour accéder à l’article !

 

  1. Swartz, Aaron, and Lawrence Lessig. Celui Qui Pourrait Changer Le Monde: Aaron Swartz: écrits. Éditions B42, p.11 []
  2. Mediapart []
  3. Swartz, 2017, p. 21 []
  4. Blaise Mao & Louise Hermant “Aaron Swartz,  » Celui Qui Pourrait Changer Le Monde ». » « . Usbek & Rica. 25/04/2017. https://usbeketrica.com/fr/article/aaron-swartz-celui-qui-pourrait-changer-le-monde []
  5. Sa page de wikipédien est encore accessible ici : https://en.wikipedia.org/wiki/User:AaronSw []
  6. Swartz, 2017, p. 39 []
  7. Swartz, 2017, p. 54 []
  8. Swartz, 2017, p. 54 []
  9. Swartz, 2017, p. 59 []
  10. Swartz, 2017, p. 61 []
  11. Swartz, 2017, p. 23 []
  12. https://www.digital.sncf.com/actualites/les-insolites-de-la-tech-aaron-swartz-linformation-cest-le-pouvoir []
  13. Swartz, 2017, p. 19 []
  14. Swartz, 2017, p. 32 []
  15. Tellier, Emmanuel. Aaron Swartz : Sur Les Traces D’une Étoile Filante Du Net.” Télérama, 06/04/2013, https://www.telerama.fr/medias/aaron-swartz-sur-les-traces-d-une-etoile-filante-du-net,95428.php []
  16. Goëta Samuel, « Un air de famille : les trajectoires parallèles de l’open data et du big data », Informations sociales, 2015/5 (n° 191), p. 26-34. DOI : 10.3917/inso.191.0026. URL : https://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2015-5-page-26.htm []
  17. https://information.tv5monde.com/info/l-enfant-d-internet-aaron-swartz-mort-d-avoir-voulu-propager-le-savoir-1990 []
  18. Swartz, 2007, p. 16 []
  19. Swartz, 2017, p. 88 []
  20. Tellier, Emmanuel. Aaron Swartz : Sur Les Traces D’une Étoile Filante Du Net.” Télérama, 06/04/2013, https://www.telerama.fr/medias/aaron-swartz-sur-les-traces-d-une-etoile-filante-du-net,95428.php []
  21. Tellier, Emmanuel, op. cit. []

Aaron Swartz. Un héritage à transmettre : pour une éducation citoyenne et engagée du net

Par Anne CORDIER et Sophie BOCQUET-TOURNEUR

Aaron Swartz – Manifestation contre le SOPA, 2012 (Source Wikipédia)

Aaron Swartz est un personnage atypique dans l’histoire d’Internet par sa jeunesse tout d’abord mais aussi par ses prises de position et ses combats. Après sa mort, les hommages en ligne se sont multipliés. Parmi eux, citons deux propos forts de son avocat David Winberg1 :

Il n’était pas un hacker, mais un bâtisseur

“ (Aaron Swartz symbolise) une vision démocratique, égalitaire et transparente du Web, outil d’émancipation à défendre comme un trésor commun, à protéger contre les tentations et tentatives de privatisation.

Cette vision, ce « trésor commun », il faut les défendre, les préserver, les transmettre. En tant qu’éducateurs·rices, enseignant·es, médiateurs·rices de l’information, nous avons un rôle primordial à jouer en ce sens. Car aborder dans le cadre d’un projet éducatif ou pédagogique la personnalité et l’oeuvre de Aaron Swartz, c’est profondément faire écho à des problématiques qui nous touchent tou-tes, interrogent notre rapport individuel et collectif au web et plus largement au monde. C’est nous rendre chacun-e dépositaire d’un héritage impressionnant et responsable du monde informationnel qui est le nôtre.

Un individu, Notre Histoire commune

Il nous semble que faire connaître Aaron Swartz à nos élèves, étudiant·es et autres publics, c’est véritablement montrer l’importance de cette personnalité dans un ouvrage collectif. Situer le rôle d’Aaron Swartz dans l’histoire du Net et du web, c’est aussi tirer le fil de l’évolution, des usages et des dispositifs qui constituent notre pratique numérique au quotidien. Nous utilisons encore tous les jours, des outils, des logiciels, des sites qui portent l’empreinte de Aaron Swartz : Creative commons, RSS, open data, Wikipédia…

« La vraie question n’est pas de savoir quel effet a eu le travail que l’on a accompli, mais à quoi ressemblerait le monde si on ne l’avait jamais accompli. »2

Du sens politique et social

Il s’agit de dépasser cette vision utilitariste du web, et du numérique en général, qui semble prévaloir dans notre société, résumant très souvent le web et les usages numériques à de l’outillage. Ce que Aaron Swartz tout au long de sa courte vie a porté, c’est précisément une vision politique du numérique, mettant en lien systématiquement les choix opérés et les intentions, les valeurs ainsi que les droits sous-tendus par ces choix. La culture numérique n’est rien sans la connaissance de l’histoire du web, des batailles et débats foncièrement politiques qui ont rythmé, et rythment encore, sa naissance tout comme son évolution. Si Internet est tel qu’il est aujourd’hui , c’est parce que des hommes comme Aaron Swartz ont créé le RSS, les Creative Commons, ont défendu la liberté d’expression et d’information. L’ombre d’Aaron Swartz est partout sur le web, montrons-la ! L’histoire d’Internet ne se cantonne pas à la création et à l’expansion de grandes sociétés du Net. L’histoire d’Internet, ce sont aussi les chemins empruntés par Aaron Swartz et ses innombrables travaux dont on trouve encore (en cherchant bien) les marques : les fichiers qu’il a laissés sur GitHub, ses réflexions et ses prises de position sur son blog, ses messages au RDF Core Working3

Contre la résignation, un pouvoir d’agir effectif !

Mettre en lumière les combats de Aaron Swartz, c’est lutter contre la résignation ambiante, et le défaitisme face au pouvoir des plateformes dominatrices, des enclosures multiples, et doter chacun-e de clés de compréhension pour agir. Les luttes prises en charge par Aaron Swartz sont loin d’être achevée et l’actualité nous montre constamment combien vouloir un internet libre, un partage des savoirs plus égalitaire, a un prix : celui de l’action, individuelle et collective. Quelques mois après sa victoire contre SOPA, Aaron Swartz déclarait : 

«Bien sûr, ils reviendront sous un autre nom, sous un autre prétexte, et peut-être pour causer d’autres genres de dégâts. Ne vous y trompez pas: l’ennemi de la libre connexion est encore là. Le feu qui brûle dans les yeux de ces hommes politiques n’a pas été éteint. Beaucoup de gens, beaucoup de puissants, en veulent à Internet. Et pour être honnête, bien peu ont intérêt à le protéger de tout ça. Même certaines des plus grandes entreprises du Web, à vrai dire, auraient à gagner dans un monde où leurs petits concurrents seraient censurés. On ne peut pas laisser faire ça.»4

Considérant que chaque citoyen·ne devrait se sentir concerné·e par ces luttes, nous avons à coeur d’y sensibiliser nos élèves, nos étudiant·es, nos publics. Parce que le message premier de cet Aaron Swartz qu’on imagine si bien déambuler sur son vélo, c’était celui-là : ne baissons jamais les bras quand on veut emprisonner notre liberté.5

Nous sommes là face à un enjeu collectif, sociétal. Prenons l’exemple de la désinformation, qui fait la Une quasi-quotidienne de nos actualités. À ce sujet encore, le propos de Aaron Swartz nous semble résonner avec force :

Lutter contre le courant de la désinformation est une tâche difficile, mais en travaillant ensemble, des citoyens engagés peuvent faire des progrès incroyables, même lorsqu’ils se dressent contre les intérêts les plus puissants. Notre société possède un niveau de liberté et d’ouverture extraordinaire. C’est à nous qu’il revient de décider si nous voulons utiliser cette liberté pour chercher la vérité, ou si nous préférons continuer à nous satisfaire des platitudes conventionnelles que l’on nous sert. 6

Un héros moderne

Enfin, dans l’entreprise qui est la nôtre de sensibiliser aux communs à travers des personnalités, individuelles et collectives, nous défendons la considération de Aaron Swartz comme héros moderne. De même que dans le domaine de l’informatique, plusieurs chercheuses prônent la nécessaire connaissance de ce que l’on appelle des « rôles modèles » afin de convaincre les femmes à rejoindre ce milieu, nous sommes convaincues que la figure d’Aaron Swartz, sans être pour autant portée aux nues dans une forme de mysticisme déplacé, revêt pleinement les caractères du « rôle modèle » tel que défini par le sociologue Robert King Merton, dans le sens où cette figure nous parait tout à fait inspirante, poussant à réfléchir sur nos pratiques et notre rapport au monde.

Qu’est-ce qu’un héros en 2013 ? en 2021 ? C’est peut-être quelqu’un comme Aaron Swartz. Quelqu’un qui n’a pour arme que son ordinateur portable, sa maîtrise du code informatique et son obstination. Quelqu’un qui ne cherche pas la notoriété, qui n’est pas intéressé par le profit, “quelqu’un dont la lutte est une passion individuelle qui rejoint un souci collectif et contemporain, par exemple le souci de l’accès libre à l’information (contre le contrôle politique des régimes autoritaires, mais aussi contre les barrières commerciales dans nos démocraties). En tout cas, l’écran, les câbles et l’anonymat n’abolissent pas le courage. »7

Une jeunesse idéaliste et combattive

Bien sûr, la jeunesse de Aaron Swartz constitue également une particularité qui ne peut être passée sous silence. Nous nous rendons bien compte lorsqu’on évoque sa vie avec nos étudiant·es combien l’âge de l’individu les frappe. Parce que parler de Aaron Swartz, ce n’est pas seulement évoquer le pouvoir de l’engagement citoyen, c’est réhabiliter la jeunesse comme force active de proposition et d’action pour changer le monde, en croyant à ses rêves. Sans nul doute, la jeunesse de Aaron Swartz est une force d’identification forte pour nos élèves, étudiant·es et publics, qui y sont tout à fait sensibles. Il ne s’agit pas de jouer sur l’émotion (bien qu’il nous semble qu’il faut aussi cesser de vouloir nier la force affective et émotionnelle de l’apprentissage !), mais bien d’inscrire cette figure parmi toutes celles que nos élèves peuvent convoiter comme des modèles d’engagement, voire de vie. À l’heure où la jeunesse subit toujours de nombreux assauts qui la soupçonnent d’être « manipulée » lorsqu’elle prend la parole et défend des positions, dire à nos élèves l’admiration que suscite une figure comme celle de Aaron Swartz, et notamment en raison de son jeune âge, c’est réhabiliter la jeunesse, c’est lui reconnaître son autonomie, de pensée comme d’action, c’est lui dire notre confiance. C’est aussi lui permettre de saisir de façon prégnante les potentialités que recèle l’espace numérique pour exercer une prise de parole responsable et un pouvoir d’agir au service du collectif. En 2004, Aaron Swartz expliquait bien comment Internet avait été un catalyseur pour l’expression de ses idées malgré son jeune âge :

Mais l’une des grandes réussites d’Internet est la manière dont il m’a aidé à dépasser un grand nombre de ces obstacles, d’abord parce que notre âge n’est pas immédiatement identifiable à chaque fois que nous prenons la parole (ce qui l’est en revanche lorsque quelqu’un vous regarde en train de parler), et aussi parce que les geeks semblent juger les gens en fonction de ce qu’ils font plus que pour ce qu’ils sont.
Ce n’est pas uniquement l’apanage des jeunes, naturellement. Internet a un pouvoir extraordinairement libérateur pour tout le monde, des personnes issues de la communauté noire aux malvoyants.
8

L’expérience confiée par Aaron Swartz sur ses sociabilités en ligne peut tout à fait faire écho à celle de nos publics : «J’ai développé mes relations les plus importantes en ligne», écrivait le jeune hacktiviste à 14 ans, en avril 2001: 

«Aucune d’entre elles n’habite dans la région. Aucune n’a mon âge. Même parmi ceux que je ne compte pas parmi mes “amis”, j’ai rencontré plein de gens en ligne qui ont simplement commenté mon travail ou sont intéressés par ce que je fais. Par le biais d’Internet, j’ai mis au point un réseau social solide—ce que je ne pourrais jamais faire si je devais cantonner le choix de mes amitiés au domaine de l’école.»9

Pour faire découvrir Aaron Swartz à nos publics

Nous ne souhaitons en aucun cas faire œuvre de prescription pédagogique ! Toutefois, nous avons, vous l’aurez compris, à cœur de vous convaincre d’aborder la figure d’Aaron Swartz au gré de projets éducatifs et/ou pédagogiques.

Pour ce faire, des ressources sont à votre disposition (cf. article Aaron Swartz. Bibliographie) et bien sûr peuvent intégrées le fonds du centre de documentation.

  • L’ouvrage The Internet’s Own Boy : The story of Aaron Swartz peut être catalogué et mis à disposition sur le SIGB, comme ici
  • L’ouvrage Celui Qui Pourrait Changer Le Monde : Aaron Swartz: écrits (Swartz, Aaron, Lessig, Lawrence Lessig) publié en 2017 aux Éditions B42, est accessible à des élèves de lycée. Reprenant une partie des textes de Aaron Swartz, il constitue un précieux support pour travailler dans le texte sélectionné la pensée de cette personnalité.
  • Un documentaire court (5 minutes) comme support pédagogique : « Aaron Swartz : hacktiviste des savoirs » – Culture Prime / France Culture

Nous ne pouvons que vous inciter à vous emparer de cette figure pour l’intégrer à vos projets d’éducation au numérique, à l’information et aux médias !

Pourquoi ne pas, comme cet enseignant documentaliste de lycée et sa collègue de Lettres modernes, au sein d’un projet intitulé « Se faire entendre pour faire changer le monde », glisser parmi les figures (au choix) à traiter par les élèves celles de Aaron Swartz ? Ces deux enseignants l’ont fait. Dans la liste comprenant des héros et héroïnes comme Jean Moulin, Rosa Parks, ou encore le Prix Nobel de la Paix 2018 Dr Denis Mukwege, une élève a choisi Aaron Swartz, un autre a choisi Edward Snowden. Ces élèves de 2nde générale effectuent une recherche documentaire sur ces figures, et sont ensuite chargés de réaliser leur portrait à l’oral, en incarnant ces personnages, et en mettant en exergue les valeurs portées par eux. Nous ne pouvons encore à ce jour partager avec vous les restitutions orales de ces élèves, mais nous ne manqueront pas de le faire (merci aux enseignant·es du projet et à ces deux jeunes d’avoir accepté cela d’ailleurs !).

Nous ne résistons pas à partager avec vous le projet « Presse Investigation » mené en classe de 1ère par un enseignant documentaliste en lycée polyvalent, en partenariat avec une enseignante de Sciences Économiques et Sociales. Un magazine (3 numéros par an, projet EMI hebdomadaire) consacré au monde des médias, au sein duquel un article a été consacré à Aaron Swartz. La lecture de cet article devrait vous intéresser ! Vous y noterez à la fois bien sûr la qualité informationnelle de l’écrit communiqué, mais aussi le manifeste intérêt que Pheeby et Lucie, autrices de cet article, portent désormais à Aaron Swartz, leurs mots témoignent de la force d’identification dont nous avons parlé plus haut mais aussi de la sensibilisation, par ce moyen, aux enjeux politiques et sociaux d’une culture numérique. Pour découvrir le numéro « Presse Investigation », et l’article intitulé « Comment le jeune Aaron Swartz a défendu l’internet libre au risque de sa vie », c’est ici !

Aaron Swartz est un personnage attachant, complexe, incroyable, qui nous inspire tous les jours. Nous sommes très sensibles, toutes les deux, à ses combats, à sa philosophie, à son activisme. Nous souhaitions le mettre en lumière pour lui donner la place qu’il mérite dans l’histoire d’Internet, et plus largement encore la culture numérique, de l’information et des médias, pour que son empreinte apparaisse dans les collèges, les lycées et les universités. Nous espérons que cet article vous aura aidé à le découvrir et peut-être à en parler autour de vous, et surtout à vos élèves ! N’hésitez pas à partager avec nous vos expériences éducatives et/ou pédagogiques autour de la figure de Aaron Swartz et des communs !


Désireux·ses d’approfondir ? La bibliographie comprenant les sources exploitées pour réaliser ce travail autour de Aaron Swartz ainsi que des références pouvant être utilisées comme supports lors de vos projets éducatifs/pédagogiques est ici !

  1. Source : Tellier, Emmanuel. “Aaron Swartz : Sur Les Traces D’une Étoile Filante Du Net.” Télérama, 6/04/2013, www.telerama.fr/medias/aaron-swartz-sur-les-traces-d-une-etoile-filante-du-net,95428.php. []
  2. Swartz, Aaron, blog, “Héritage” 2005 []
  3. Un exemple son message d’introduction à ce groupe : https://lists.w3.org/Archives/Public/w3c-rdfcore-wg/2001Apr/0062.html). Tout ceci est encore consultable, pourquoi ne pas le présenter à nos élèves ? []
  4. Peters, Justin. “Aaron Swartz, Les Mystères D’un Idéaliste.” Slate.fr, 4/03/2013, http://www.slate.fr/story/68985/aaron-swartz-suicide []
  5. Denis, Jean-Philippe. « Introduction – Aaron Swartz, au risque de la liberté », M@n@gement, vol. vol. 18, no. 5, 2015, pp. 373-374. https://www.cairn.info/revue-management-2015-5-page-373.htm []
  6. Aaron Swartz, Celui Qui Pourrait Changer Le Monde : Aaron Swartz: écrits. Editions 42, 2017, p. 250 []
  7. De la Porte, Xavier. « Aaron Swartz : un héros contemporain ». France Culture. 10/12/2013. https://www.franceculture.fr/emissions/ce-qui-nous-arrive-sur-la-toile/aaron-swartz-un-heros-contemporain []
  8. Swartz, 2017, p. 26 []
  9. Peters Justin, op. cit. []

Aaron Swartz. Bibliographie

Pour nos articles :

En réalisant des recherches, vous constaterez qu’il y a énormément d’écrits sur Aaron Swartz. Pour rédiger cet article,  nous avons surtout utilisé l’ouvrage qui rassemble certains de ses écrits traduits en français : Celui Qui Pourrait Changer Le Monde: Aaron Swartz: écrits (Editions B42, 2017). 

Nous avons aussi utilisé des articles disponibles sur le web : 

“Aaron Swartz.” Wikipedia, Wikimedia Foundation, 19 Nov. 2020, http://fr.wikipedia.org/wiki/Aaron_Swartz

Berger, Noah. “Aaron Swartz : Un Héros Contemporain.” France Culture, France Culture, 10 Dec. 2013, www.franceculture.fr/emissions/ce-qui-nous-arrive-sur-la-toile/aaron-swartz-un-heros-contemporain

Cardon Dominique, « « L’information veut être libre » : logiciels libres et communs », dans : , Culture numérique. sous la direction de Cardon Dominique. Paris, Presses de Sciences Po, « Hors collection », 2019, p. 111-122. URL : https://www.cairn.info/culture-numerique–9782724623659-page-111.htm                                                  

Dehesdin, Cécile. “Pourquoi Tant D’émotion Après Le Suicide D’Aaron Swartz?” Slate.fr, 15 Jan. 2013, www.slate.fr/story/67217/suicide-aaron-swartz-emotion-martyr-internet-libre.

Denis Jean-Philippe, « Introduction – Aaron Swartz, au risque de la liberté », M@n@gement, 2015/5 (Vol. 18), p. 373-374. DOI : 10.3917/mana.185.0373. URL : https://www.cairn.info/revue-management-2015-5-page-373.htm

Goëta Samuel, « Un air de famille : les trajectoires parallèles de l’open data et du big data », Informations sociales, 2015/5 (n° 191), p. 26-34. DOI : 10.3917/inso.191.0026. URL : https://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2015-5-page-26.htm                                                      

Goëta Samuel, Mabi Clément, « L’open data peut-il (encore) servir les citoyens ? », Mouvements, 2014/3 (n° 79), p. 81-91. DOI : 10.3917/mouv.079.0081. URL : https://www.cairn.info/revue-mouvements-2014-3-page-81.htm                                                      

Hérard, Pascal. “‘L’enfant D’Internet’ : Aaron Swartz, Mort D’avoir Voulu Propager Le Savoir.” TV5MONDE, 25 Sept. 2015, http://information.tv5monde.com/info/l-enfant-d-internet-aaron-swartz-mort-d-avoir-voulu-propager-le-savoir-1990

“Les Insolites De La Tech – Aaron Swartz :  » L’information, C’est Le Pouvoir « .” #DIGITALSNCF, 13 Nov. 2018, www.digital.sncf.com/actualites/les-insolites-de-la-tech-aaron-swartz-linformation-cest-le-pouvoir

Marcandier, Christine. “Aaron Swartz (1986-2013): Information Is Power.” DIACRITIK, 19 Oct. 2019, http://diacritik.com/2019/03/12/aaron-swartz-1986-2013-information-is-power/

Marchal Candice, « Aaron Swartz, Saint Patron de l’Internet Libre », M@n@gement, 2015/5 (Vol. 18), p. 377-379. DOI : 10.3917/mana.185.0377. URL : https://www.cairn.info/revue-management-2015-5-page-377.htm

Martin Julie, « Du médium au média. Les pratiques artistiques documentaires face au net », Ligeia, 2020/2 (N° 181-184), p. 107-121. DOI : 10.3917/lige.181.0107. URL : https://www.cairn.info/revue-ligeia-2020-2-page-107.htm

Peters, Justin. “Aaron Swartz, Les Mystères D’un Idéaliste.” Slate.fr, 4 Mar. 2013, www.slate.fr/story/68985/aaron-swartz-suicide

Sage Ross — Flickr: Boston Wiki Meetup, et al. “Aaron Swartz,  » Celui Qui Pourrait Changer Le Monde « .” Usbek & Rica – Aaron Swartz,  » Celui Qui Pourrait Changer Le Monde « , http://usbeketrica.com/fr/article/aaron-swartz-celui-qui-pourrait-changer-le-monde

Vasseur Flore, « Comment nous avons tué AARON SWARTZ », M@n@gement, 2015/5 (Vol. 18), p. 375-376. DOI : 10.3917/mana.185.0375. URL : https://www.cairn.info/revue-management-2015-5-page-375.htm

Pour aller plus loin

Peu de textes d’Aaron Swartz ont été publiés sur le web. Si vous êtes à l’aise en anglais, son blog (www.aaronsw.com/) est toujours en ligne. Pour découvrir ses écrits traduits en français, vous pouvez vous procurer l’ouvrage publié aux éditions 42 en 2017 Celui Qui Pourrait Changer Le Monde: Aaron Swartz: écrits.
Son texte le plus célèbre est disponible sur Framablog :  “Manifeste De La Guérilla Pour Le Libre Accès, Par Aaron Swartz #Pdftribute.” Framablog, 14 Jan. 2013, http://framablog.org/2013/01/14/manifeste-guerilla-libre-acces-aaron-swartz/

Le documentaire “The Internet’s Own Boy : The Story of Aaron Swaartz” (2014) est un incontournable pour comprendre le personnage et ses combats. Il est disponible sous licence Creative Commons en téléchargement et streaming sur le site Internet Archive https://archive.org/details/TheInternetsOwnBoyTheStoryOfAaronSwartz

Vous pouvez le visionner avec sous-titres en français sur Amara : https://amara.org/fr/videos/5Mo4oAj1bxOb/info/the-internets-own-boy-the-story-of-aaron-swartz/

Le livre de Flore Vasseur “Ce qu’il reste de nos rêves” aux éditions des Equateurs (2019) retrace la vie de Aaron Swartz. L’autrice a mené une enquête auprès de ses proches et des amis, et y livre un récit personnel.

Signalons les nombreuses émissions de France Culture et France Inter qui lui sont dédiées :

Enfin, deux articles, en anglais, de deux personnages incontournables qui ont connu Aaron Swartz :

Des Figures en Commun(s) : Une aventure libre et partagée !

Par Anne CORDIER et Sophie BOCQUET-TOURNEUR (respectivement enseignante-chercheuse en SIC et professeure documentaliste en collège)

Et si les communs devenaient pour les enseignantes et enseignants, médiateurs et médiatrices, éducateurs et éducatrices, une ligne directrice de l’ensemble de leurs actions à destination de leurs publics, afin que ceux-ci deviennent des citoyen·nes véritablement doté·es d’un libre-arbitre, d’un souci du vivre ensemble, et d’une culture de la participation démocratique ?

Voilà notre conviction, portée ici au sein d’une aventure libre et partagée, à deux… et avec vous. Parce qu’accompagner les pratiques informationnelles au prisme de la théorie des communs, c’est cerner les enclosures et les bulles informationnelles qui configurent notre écosystème informationnel personnel. Parce que faire face à la multiplicité des sources d’information dans l’esprit des communs, c’est construire une autorité collective, appuyée sur la controverse, expression d’une confiance dans le collectif et dans le débat. Parce que répandre les biens communs dans la société, c’est libérer l’acte de copie pour mettre en partage les connaissances et en favoriser l’accès de manière effective et égalitaire. Parce qu’inscrire son rapport au monde dans la philosophie des communs, c’est développer un rapport à soi et aux autres fondamentalement placé sous l’aune de l’intérêt partagé, et reposant sur la capacité à collaborer par la négociation et la décentration. Parce qu’habiter un monde régi par les communs, c’est évoluer dans un environnement qui favorise l’encapacitation, en amenant les un·es et les autres à investir des espaces d’action qui deviennent des lieux de co-construction de sens et des savoirs.

« L’information, c’est le pouvoir »

« L’information c’est le pouvoir. Mais comme tout pouvoir, il y a ceux qui veulent le garder pour eux-mêmes. Il est temps de sortir de l’ombre et, dans la grande tradition de la désobéissance civile, de déclarer notre opposition à ce vol privé de la culture publique. (…) En étant suffisamment, dans le monde entier, nous n’enverrons pas simplement un message puissant d’opposition à la privatisation de la connaissance, nous en ferons une chose du passé. Serez-vous des nôtres ? ».

Aaron Swartz – Guerilla Open Access Manifesto

 

En ce temps où l’information et les médias sont constamment l’objet de critiques fortes, parfois entières et injustes, il est une double certitude : si la détention de l’information est source de pouvoir, savoir chercher et trouver l’information valide, fiable et pertinente, l’est tout autant. Morgan, 18 ans, l’exprime parfaitement avec ses mots : « On dit que ceux qui informent, ils ont le pouvoir, c’est vrai. Mais moi je pense aussi que ceux qui savent s’informer, ils ont aussi le pouvoir ».

Aujourd’hui la confusion est importante entre données, informations et connaissances1.  Non, le savoir n’est pas à portée de clic, il est construit socialement. Plus encore, il ne se laisse pas saisir aussi facilement, ce en raison d’une double conjonction, à savoir les déterminations sclérosantes des plateformes et dispositifs techniques d’accès à l’information mais aussi la capacité des individus à identifier la donnée présentée comme une information susceptible d’enrichir ses connaissances… sans oublier la capacité cognitive et intellectuelle à traiter cette information, à la comprendre et à l’intégrer à son système de référence. Tout cela ne se fait pas en un clic, ni même en un claquement de doigts ! De la proposition d’un « équipement de survie de l’internaute en matière de pratiques informationnelles »2 à la revendication d’une « culture de la traçabilité »3, en passant par un plaidoyer pour une prise en compte non légitimante de pratiques d’information et de communication juvéniles4, il s’agit de conjuguer nos efforts et nos énergies, ainsi que nos convictions, pour soutenir l’émancipation de tou-tes. Cela passe, bien sûr, par une éducation à l’information, aux médias, au numérique, digne de ce nom. Digne de ce nom. C’est-à-dire une éducation qui ne soit pas enfermée dans des visions dogmatiques des disciplines scolaires, ni considérée comme un « supplément d’âme » au sein du cursus académique, que l’on ne retrouve pas cantonnée à des négociations honteuses d’heures… voire de quarts d’heure au sein d’une séance pédagogique.

Par-dessus tout, en ces temps où grande est la tentation constatée dans le milieu éducatif et dans la société en général de se soumettre à une culture de la défiance (mises en garde contre les fake news, discours d’alerte sur le travail journalistique, diabolisation à outrance des algorithmes, etc.), nous pensons qu’il est nécessaire de favoriser un engagement serein dans l’activité informationnelle. Car oui s’informer est un plaisir, et ce plaisir n’est pas cantonné à la sphère personnelle des recherches sur son loisir ou son équipe de sport préférée. L’expérience informationnelle procure du plaisir, et nous avons envers les plus jeunes aussi la responsabilité de cultiver ce plaisir, pour leur donner envie de toujours en savoir plus et développer l’appétence pour la connaissance. Les prescriptions d’outils, de méthodes et de comportements ont peu de sens. C’est une éducation aux choix que nous devons à tous les enfants et adolescent·es, dans et hors la classe, afin d’exploiter les objets numériques, et plus largement informationnels et communicationnels, en faisant des choix, en conscience.

« Vous nourrir au banquet de la connaissance et le partager avec le monde »

Ainsi, chacune engagée dans des réflexions propres à propos de l’information, de l’éducation à l’information et au numérique, mais aussi des médiations des savoirs, nous avons éprouvé le désir de nous engager ensemble dans un projet commun. Une aventure libre, à la fois parce qu’elle ne souffre d’aucune contrainte éditoriale ni temporelle et parce qu’elle est placée sous le sceau de l’accès ouvert, et partagée, à la fois à deux… et avec vous, nous l’espérons.

Très concrètement, ce projet est né de deux constats complémentaires : 

  • Le premier, exposé précédemment, est que l’éducation à l’information et au numérique est une éducation aux choix, et non un programme modélisant, favorisant par la réflexivité, la conscientisation, et la connaissance, un pouvoir d’agir, individuel mais aussi collectif ;
  • Le second constat est lié à notre expérience personnelle d’enseignantes, dans le second degré et dans le monde universitaire. À chaque début d’année, l’on demande aux étudiant-es en formation initiale pour devenir enseignant-es quels objets et quelles figures selon eux caractérisent le web. Et chaque année, ce sont les noms des propriétaires des grandes industries, les fameuses GAFAM, qui sont cités spontanément par les étudiant·es. Jamais un·e représentant·e des communs et/ou du libre n’a été cité. Au mieux, Wikipédia, après moultes relances, est citée, mais ses créateurs restent inconnus. 

Chaque année, lorsque nous évoquons, face aux figures emblématiques du web connues par les étudiant·es, des personnalités comme celles de Aaron Swartz, Richard Stallman ou encore le collectif de la Quadrature du Net, nous percevons l’intérêt de nos étudiant·es. L’intérêt pour ces personnalités, ces collectifs constitués, leurs actions… mais aussi pour les valeurs portées et représentées. S’il ne s’agit pas de dresser un panthéon des figures des communs, de considérer ces personnalités comme des héros mythiques des temps modernes, pour autant il nous semble que nourrir la conception du web développée par nos étudiant-es, et futur-es enseignant-es et personnels d’éducation, de la diversité des engagements et de la richesse des acteurs·rices qui l’ont fait et le font encore, est essentiel. Nous savons aussi, tou-tes, combien les adolescent·es sont à la recherche de figures d’autorité et d’identification. Et si, à notre tour, et sans nier l’attractivité bien compréhensible qu’opèrent sur eux certaines figures des grandes plateformes du web, on leur proposait de faire connaissance avec d’autres figures de référence ? Des figures qui oeuvrent, par des actions individuelles et collectives, pour une autre vision du monde, de l’information et de la connaissance. 

Aucune vénération à travers ce projet, même s’il ne nous semble pas problématique de ressentir de l’admiration et/ou de la reconnaissance pour les engagements d’autrui, bien au contraire. À travers ce projet, nous avons le désir de donner à voir ce que le parcours et les combats de certaines figures contemporaines du web, individuelles ou collectives, font à nos propres conceptions, usages et pratiques numériques, mais aussi ce qu’elles recèlent de potentialités de choix pour agir dans la société de l’information et du numérique. Nous assumons pleinement la totale subjectivité qui conduit ce projet, et notamment le choix des figures mises en avant. Nous avons choisi des figures, individuelles et collectives, qui, à nos yeux, sont inspirantes, ce qui en rien n’enlève la complexité voire le caractère problématique de certains parcours ou de certaines actions. Nous ne dressons pas un panthéon fantasmatique de dieux et déesses, non. Nous souhaitons donner de la visibilité à des hommes et des femmes, fait·es de forces et de faiblesses, dont les discours et les actes nous touchent et nous portent pour réfléchir à nos actions pédagogiques, et plus largement nos actions quotidiennes liées à l’exploitation des objets informationnels et numériques. 

Cette démarche s’inscrit dans la volonté de proposer des ancrages pour une éducation à l’information, aux médias et au numérique, qui soit incarnée, porteuse d’espérances et non sous le joug d’un fatalisme dévastateur car déresponsabilisant (“on ne peut rien faire à notre niveau”). 

Lorsque nous échangeons avec des adolescent·es comme avec de futur·es enseignant·es et personnels d’éducation, nous mesurons combien la vision du monde portée par les acteurs·rices du libre et des communs les touche, les concerne… voire les inspire. Cette force d’inspiration est une force pour l’action collective. L’on ne peut déplorer constamment que les individus sont soumis à des plateformes et à leurs politiques coercitives (de navigation, de traçage, de conditionnement informationnel…) sans chercher à soutenir le développement d’une culture de l’information faite de connaissances sur l’histoire socio-politique du web comme sur des notions-phares fondamentales pour la compréhension du monde et son appréhension. Les concepts étudiés dans le cadre de l’éducation à l’information comme au numérique (et par le numérique) sont porteurs d’une philosophie et d’une vision politique du numérique dans la société, et plus largement encore d’un rapport au savoir et au monde. Les réflexions autour du libre en éducation, mais aussi plus largement au sein de toutes les activités quotidiennes liées au numérique en sont le reflet. La résistance aux industries du numérique constitue à plusieurs égards un programme d’émancipation des individus auquel les acteurs de l’éducation ne peuvent être insensibles :

« Parce que l’école a une mission sociale – depuis la maternelle jusqu’à l’université et dans la formation continue – de former des citoyens d’une société forte, capable, indépendante, solidaire et libre »

Richard Stallman – « Le libre comme alternative pour l’école contemporaine ? », Hermès, n°78, 2018, p.106

 

Ainsi, nous vous proposons, au fil de nos envies, de nos échanges… et de certaines dates symboliques (#Teasing #VousNenSaurezPasPlus)*, de (re-)découvrir des figures, individuelles et collectives, qui nous paraissent pouvoir constituer des points d’entrée pour aborder, dans le cadre des programmes et référentiels en vigueur dans l’enseignement primaire et secondaire, des notions, des objets, des évènements. Nous ne visons aucune exhaustivité, tant dans les figures abordées au fil du temps qu’au sein des parcours biographiques reconstitués. Nous avons fait le choix de focaliser sur certains axes en fonction des figures abordées, de manière aussi à témoigner de la diversité des engagements et des modes d’action en faveur d’une conscientisation de notre responsabilité individuelle et collective face à des dérives liberticides.

« Serez-vous des nôtres ? »

Comme le formulait Aaron Swartz, c’est la force d’une union collective qui favorisera véritablement le passage de l’information à la connaissance en action, des idéaux aux pratiques. Une communauté composée d’actrices et d’acteurs qui au quotidien oeuvre pour la libération de l’information et le partage des connaissances, bref pour ce monde en communs.

Une communauté dont les membres peuvent s’engager dès le plus jeune âge, comme Flavien, 17 ans, qui revendique le recours à des logiciels libres parce que « c’est comme pour l’agriculture biologique, c’est sain pour la société » ; Jean-Baptiste, Wikipédien qui anime des ateliers pour conférer du pouvoir d’agir à tout un chacun sur l’enrichissement informationnel du web ; ou Noémie, médiatrice qui promeut au quotidien une culture pour toutes dans un quartier défavorisé au sein d’un lieu reposant sur l’horizontalité des échanges et la circulation sociale de l’expertise.

Il s’agit tou-tes ensemble de faire vivre une Cité émancipatrice, où l’information est libérée, et la connaissance volontiers partagée, soumise à controverses, profondément vivante. Toutefois, notre propos ne souhaite en aucun cas faire oeuvre de prescription injonctive. Les communs ne sont pas un dogme ! C’est un idéal, politique, économique, culturel… et éducatif. D’aucun·es lèveront les yeux au ciel, soupirant devant tant de naïveté et d’optimisme, repousseront d’un revers de la main avec fatalisme ce qu’ils qualifieront dédaigneusement d’utopie. On ne peut pas forcer à rêver, et encore moins à réaliser les rêves. D’autres rêveront, oui : rêveront, à la réalisation de cet idéal, redresseront la tête en se disant « Et pourquoi pas ? », et dans un second temps chercheront des clés pour comprendre et agir, à leur échelle, pour un monde en partage. Vous êtes de ceux-là, n’est-ce pas ?

 

* Allez, on vous donne juste un petit indice pour deviner la première figure qui sera abordée… Nous vous donnons rendez-vous le 11 janvier !


  1. JEANNERET, Yves (2011/2000). Y a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ? Nouvelle édition revue et augmentée. Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, 198p. []
  2. SIMONNOT, Brigitte (2008). Être usager de l’information en ligne nécessite-t-il de nouvelles compétences documentaires ?. In DINET, Jérôme (dir.). Usages, usagers et compétences informationnelles au 21ème siècle. Paris : Hermès Lavoisier, p.21-39. Disponible en ligne : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00497448/document []
  3. MERZEAU, Louise (2016). « Il n’y a pas de mémoire sans une pensée de l’oubli ». Archimag, n°296, juillet-août 2016, p.42-43. Disponible en ligne : http://merzeau.net/wp-content/uploads/2016/07/Archimag-296-ITW_Merzeau.pdf []
  4. BOUBÉE, Nicole, TRICOT, André (2011). L’activité informationnelle juvénile. Paris : Hermès-Lavoisier, 300p. ; CORDIER, Anne (2015). Grandir Connectés : Les adolescents et la recherche d’information. Caen : C & F Éditions, 303p. []