Aaron Swartz : sa vie, ses combats

Par Anne CORDIER et Sophie BOCQUET-TOURNEUR

Aaron Swartz, en 2009, au Boston Wikipédia Meetup (Source Wikipédia)

“Il nous a trouvés, il nous a touchés et il nous a montré le chemin qu’il pensait, et nous avec lui, très probablement, être le meilleur. Nous lui devons énormément encore aujourd’hui. Il reste une somme infinie de travail à accomplir. Pour cet écrivain, ce penseur, cet activiste, ce hacker, ce précieux ami, nous le ferons” Lawrence Lessig1

« Aaron est mort. Vagabonds dans ce monde de fous, nous avons perdu un mentor, un aîné plein de sagesse. Hackers défendant le droit, nous sommes un de moins, nous avons perdu l’un des nôtres. Tous ceux qui élèvent, qui soignent, qui sont à l’écoute, qui nourrissent, parents, tous, nous avons perdu un enfant. Pleurons. » Tim Berners-Lee 20132

Un engagé précoce

Eh bien, à vrai dire, j’essaie moi-même de répondre à cette question (comment pourrais-tu te présenter ?) Disons que je suis un adolescent qui aspire à rendre ce monde meilleur (notamment grâce à la loi, à la politique et aux technologies).3


Aaron Swartz est né le 8 novembre 1986. Enfant précoce, il s’intéresse très tôt à l’informatique, et à Internet. Durant son adolescence, il crée une encyclopédie éditée par les internautes (The Info Network), trois ans avant la naissance de Wikipédia. À partir de cette création, Aaron Swartz va travailler sur de multiples projets à sensibilité open source et collaboratifs. En 2000, à 14 ans, Il participe à l’élaboration de la spécification 1.0 du format RSS, format de données utilisé pour la syndication de contenu Web. 

Un an plus tard, il  contribue au développement informatique de la licence Creative Commons créée par Lawrence Lessig. Ce dernier le nomme chercheur au Safra Center for Ethics, où il travaille sur la corruption institutionnelle. Lessig dit de lui4:

Aaron a appris plus de choses que la plupart d’entre nous n’en apprendront jamais et il a élaboré plus de choses que la plupart d’entre nous n’en élaboreront jamais. […] Peu d’entre nous auront jamais une influence, ne serait-ce que vaguement comparable, à celle qu’a eue ce garçon” 

De Wikipédia à Reddit, des convictions mises en oeuvre

Aaron Swartz est un wikipédien actif 5 (son compte totalisait 5000 contributions à sa mort),  il se présente même à l’élection du conseil d’administration de la fondation Wikimédia (sans succès). Sur son blog, Il étudie le fonctionnement de l’encyclopédie collaborative et publie une étude sur ses modes de contribution. Pour lui, Internet est un formidable catalyseur pour la collaboration de masse que nécessite l’encyclopédie collaborative : 

Wikipédia a été créé non par des spécialistes dévoués, mais par des amateurs venus par hasard, et même si nous pouvons déplorer ses défauts, tout le monde s’accorde à dire que ce projet encyclopédique en ligne est une source d’information très utile. Internet est donc le premier média à rendre possible de tels projets collaboratifs de masse.”6

Il est persuadé que ce sont bien les rédacteurs, la communauté constituée, qui constituent le socle fondamental de ce dispositif, et non ses concepteurs :

En réalité, si Wikipédia fonctionne, c’est grâce à sa communauté ; un groupe de personnes qui ont fait de ce projet le leur et qui se sont appliquées à contribuer à sa réussite7

Ces rédacteurs, pour qui Wikipédia est si important, portent ce projet gratuit et collaboratif sur leur temps libre ; ils le protègent. Ils surveillent aussi les actes de malveillance sur les articles, Aaron Swartz avait d’ailleurs écrit à ce propos :

Pourquoi s’acquittent-ils de cette tâche ? Ce n’est pas particulièrement fascinant, ils ne sont pas payés pour le faire, et aucun responsable ne leur donne de directives. S’ils effectuent ce travail, c’est parce que le site a une si grande valeur à leurs yeux qu’ils s’en sentent responsables.8

Aaron Swartz a aussi réfléchi à des solutions pour mettre en place un système de traçabilité des doléances pour les articles, sur le modèle des pages de discussion, suite à des erreurs dans un article. Par la suite, c’est lui qui propose de mettre en place cet encart de précaution adressé au lecteur qui aujourd’hui nous parait à la fois si évident et si crucial pour l’éducation à l’information : “ (En cas de controverse sur un article) un avertissement indiquant que la neutralité de l’article est sujette à controverse pourrait par exemple être placé en haut de la page concernée jusqu’à ce que la plainte soit définitivement classée9. Il était fasciné par  l’auto-construction de la communauté Wikipédia reposant sur une collaboration totale, énonçant par-là l’utopie (incarnée) du web collaborative : « Au lieu d’attribuer des tâches spécifiques à chacun, Wikipédia a laissé aux individus la liberté de travailler sur ce qu’ils voulaient, dès qu’ils en ressentent l’envie. Au lieu de placer un responsable, Wikipédia a laissé les gens régler les problèmes par eux-mêmes10

A 16 ans, Aaron Swartz entre à l’Université de Stanford. Par la suite, il participe à la fondation du site d’actualités Reddit, crée le site Jottit, permettant de créer une page web très simplement. Il sera membre du W3C et du RDF Core Working Group , élabore le langage Markdown, crée Tor2web, projet logiciel qui permet d’accéder aux services cachés de TOR à partir d’un navigateur standard. 

Multimillionnaire à 19 ans, il n’aspire ni à l’argent, ni à la célébrité. Il veut un monde meilleur. Sur son blog, il exprime son idéalisme et son combat pour un internet libre.  

Un combattant de l’internet libre et du partage du savoir

L’œuvre de Aaron Swartz ne doit pas être limitée à une énumération d’outils ayant permis de libérer le savoir et internet. Ce serait une vision bien restrictive d’une telle personnalité ! Aaron Swartz n’a pas seulement contribué à outiller l’internet libre, il a milité par des actes de résistance pour un internet libre, plaçant l’internaute-citoyen au cœur du système :

Les usagers devraient payer les logiciels dans la mesure de leurs moyens et donner de l’argent aux auteurs d’œuvres qu’ils apprécient même lorsqu’on ne leur demande pas de contribution11

C’est ainsi qu’en 2003, alors qu’il a tout juste 16 ans, il imagine une licence globale, système de partage de fichiers au moyen de la cryptographie, bénéfique aux auteurs comme aux internautes12.
Il défend le téléchargement qu’il considère comme un symbole de la libération de l’information : « Voler est un acte répréhensible. Mais le téléchargement n’est pas du vol. Si je vole à l’étalage un album chez le disquaire du coin, personne d’autre ne peut l’acheter. Mais si je télécharge une chanson, personne n’en est privé, et une autre peut en profiter. À mes yeux, cela ne pose pas de problème éthique13.

Pour asseoir son propos, il prend appui sur des hommes fondateurs comme Jefferson :

« Voici les propos de Jefferson, extraits d’une lettre adressée à Isaac Mc Pherson : “Personne ne peut contester la légitimité du concept de propriété mais il est tout à fait étrange d’insinuer que les idées devraient relever de la propriété […] On peut garder une idée pour soi, mais à partir du moment où on la partage, n’importe qui peut se l’approprier” »14

En utilisant une partie de ses économies, il acquiert “les droits des collections numériques de la Library of Congress, la bibliothèque du Congrès américain, puis organise la publication sur le Web de ces superbes archives. Grâce à lui, des millions de documents sur l’histoire et la culture américaine sont désormais disponibles en ligne, gratuitement”.15


En 2007, lors des rencontres de Sébastopol, Aaron Swartz pose avec Tim O’Reilly et Lawrence Lessig les principes de l’open data : exiger la “publication des données dès leur production et dans leur forme “primaire”, c’est-à-dire telles que les administrations les collectent, sans avoir été modifiées ou agrégées.16
Le terme « Open Government Data » émerge alors.

Aaron Swartz participe aussi  à la création de l’Open Library, projet d’Internet Archive, qui vise à cataloguer tous les livres publiés dans une base de données librement accessible sur Internet.
En juillet 2008, il écrit « Manifeste pour une guérilla en faveur du libre accès ». Ce texte, en libre accès sur internet, capital pour comprendre les espoirs politiques et culturels d’un monde meilleur par un internet libéré, a été traduit par des internautes et décrit sa pensée. Aaron Swartz y prône la libre circulation des savoirs culturels et scientifiques et y dénonce la marchandisation des publications scientifiques, appelant à un mouvement collectif de grande ampleur. En voici quelques extraits : 

« L’information, c’est le pouvoir. Mais comme pour tout pouvoir, il y a ceux qui veulent le garder pour eux. Le patrimoine culturel et scientifique mondial, publié depuis plusieurs siècles dans les livres et les revues, est de plus en plus souvent numérisé puis verrouillé par une poignée d’entreprises privées.” 

Fournir des articles scientifiques aux chercheurs des plus grandes universités des pays riches, mais pas aux enfants des pays du Sud  ? C’est scandaleux et inacceptable.”

« Mais le partage n’est pas immoral, c’est un impératif moral. Seuls ceux qu’aveugle la cupidité refusent une copie à leurs amis. »

À la fin du texte, il lance un mouvement dans la tradition de la désobéissance civile : 

« La justice ne consiste pas à se soumettre à des lois injustes. Il est temps de sortir de l’ombre et, dans la grande tradition de la désobéissance civile, d’affirmer notre opposition à la confiscation criminelle de la culture publique.

Nous avons besoin de récolter l’information où qu’elle soit stockée, d’en faire des copies et de la partager avec le monde. Nous devons nous emparer du domaine public et l’ajouter aux archives. Nous devons acheter des bases de données secrètes et les mettre sur le Web. Nous devons télécharger des revues scientifiques et les poster sur des réseaux de partage de fichiers. Nous devons mener le combat de la guérilla pour le libre accès.

Lorsque nous serons assez nombreux de par le monde, nous n’enverrons pas seulement un puissant message d’opposition à la privatisation de la connaissance  : nous ferons en sorte que cette privatisation appartienne au passé. Serez-vous des nôtres  ?


En cohérence avec cet engagement ainsi clamé, en 2008 Aaron Swartz télécharge 2.7 millions de documents de PACER (système gouvernemental qui vend des documents judiciaires du domaine public) et les offre à l’organisation à but non lucratif “Public.Resource.Org”.  Le projet RECAP débute alors, avec la mise en ligne gratuite des documents du domaine public de PACER récupérés par Aaron Swartz. Le logiciel RECAP continue d’alimenter Archive.org, « la mémoire d’Internet ». Les 2,7 millions de pages téléchargées à l’origine par Aaron Swartz ne correspondent qu’à 1% de l’ensemble des documents contenus dans PACER17. Suite à cette action, le ministère proposera la gratuité d’accès.

De l’internet libre au désir d’un monde politique libéré de ses enclosures

Mais l’engagement d’Aaron Swartz ne se cantonne pas au monde numérique. Aaron Swartz a aussi investi, dans la lignée de ses combats pour un internet libre, la politique, affrontant notamment le pouvoir corrupteur de l’argent dans les institutions y compris à buts non lucratifs, les médias, la politique et l’opinion publique.

En 2008, il crée Watchdog.net, une organisation visant à renforcer la transparence gouvernementale en diffusant plus largement les données officielles18. Le site rassemble les données sur les documents électoraux et les financements de campagne et donne à ses utilisateurs des outils pour manipuler et présenter ces données eux-mêmes. Ses propos font écho à des débats tout à fait actuels… :

La transparence peut être une arme puissante mais certainement pas dans un contexte où les individus travaillent en solitaire. Arrêtons de nous lancer la balle en prétendant que notre mission consiste seulement à recueillir des données et que c’est aux citoyens de savoir quel usage en faire. Prenons solennellement la décision de travailler à lutter pour améliorer l’état du monde. J’adorerais voir tous ces êtres humains aux capacités extraordinaires s’atteler à cette tâche.19

À partir de 2009, il s’intéresse aussi à WikiLeaks et aux informations militaires rendues publiques par ce mouvement, “et prend dans les médias la défense de Bradley Manning, cette analyste de l’armée américaine accusé d’avoir transmis des documents secrets à l’équipe de Julian Assange.20

En 2010, Aaron Swartz fonde le collectif “Demand Progress”, une organisation qui fait pression sur le monde politique notamment au moyen de pétitions. Ainsi, il encourage les citoyens à contacter massivement les membres du Congrès pour défendre différentes causes. Le collectif s’implique dans plusieurs campagnes comme le refus de la mise hors-la-loi de WikiLeaks, ou encore le soutien de l’action des lanceurs d’alerte notamment et contre le projet de loi SOPA (Stop online piracy act).

Ce projet de loi SOPA (qui s’intitulait auparavant COICA) vise à lutter contre la violation du droit d’auteur et le piratage des œuvres en mettant en place des dispositifs de blocage pour les contrevenants par les Fournisseurs d’Accès Internet.

Son dernier projet, Deaddrop qui deviendra SecureDrop, permet aux lanceurs d’alerte d’envoyer des documents aux médias sans mettre en péril leur sécurité en utilisant TOR. Cette plateforme est encore utilisée par des médias comme le New Yorker, le Washington Post ou encore le Guardian.

En 2011, depuis le MIT, Aaron Swartz télécharge 4.7 millions de documents scientifiques sur la base JSTOR (système d’archivage en ligne de publications universitaires et scientifiques et bibliothèque numérique payante), soit la quasi-totalité du catalogue. Il n’en fait rien, ne les partage pas. Il est inculpé de 13 chefs d’accusation (dont le vol, la fraude informatique et l’accès illégal à des informations protégées) et menacé de 35 ans d’emprisonnement et d’un million de dollars d’amende. Alors que l’entreprise JSTOR a retiré sa plainte, l’État américain continue sa poursuite. Le MIT ne fait rien.

Après deux ans de procédure très dure (les proches du militant évoqueront un harcèlement intenable), Aaron Swartz se suicide le 11 janvier 2013. Il avait 26 ans.

« Vous allez me manquer »

En août 2013, Aaron Swartz est admis, à titre posthume, au temple de la renommée d’Internet, dans la catégorie des innovateurs.

En 2002, il avait rédigé un billet « Bien que je ne sois pas encore mort ! » listant ses dernières volontés :


 » J’aimerais reposer dans un endroit qui ne soit pas trop la mort (sic). Je veux dire par là qu’il serait bien que mon corps puisse avoir accès à de l’oxygène (bien qu’un accès direct ne soit pas forcément idéal, j’en conviens), et qu’on m’évite d’avoir deux mètres de terre sur la tête. Je demande surtout à ce que l’ensemble de mes ordinateurs et disques durs soient rendus publics. Que chacun puisse voir et lire ce que j’ai fait et produit. Il n’y aura rien à retirer ou effacer. Pas de secret, et évidemment pas de frais pour accéder à ces contenus. Je souhaite aussi que les sites dont je me suis occupé soient tenus à jour, que ce travail soit poursuivi et amélioré… Ah oui, je voulais aussi vous dire : vous allez me manquer. « 21


Pourquoi et comment aborder la figure d’Aaron Swartz, et son héritage, pour une éducation citoyenne et engagée du net ? Cliquez ici pour accéder à l’article !

 

  1. Swartz, Aaron, and Lawrence Lessig. Celui Qui Pourrait Changer Le Monde: Aaron Swartz: écrits. Éditions B42, p.11 []
  2. Mediapart []
  3. Swartz, 2017, p. 21 []
  4. Blaise Mao & Louise Hermant “Aaron Swartz,  » Celui Qui Pourrait Changer Le Monde ». » « . Usbek & Rica. 25/04/2017. https://usbeketrica.com/fr/article/aaron-swartz-celui-qui-pourrait-changer-le-monde []
  5. Sa page de wikipédien est encore accessible ici : https://en.wikipedia.org/wiki/User:AaronSw []
  6. Swartz, 2017, p. 39 []
  7. Swartz, 2017, p. 54 []
  8. Swartz, 2017, p. 54 []
  9. Swartz, 2017, p. 59 []
  10. Swartz, 2017, p. 61 []
  11. Swartz, 2017, p. 23 []
  12. https://www.digital.sncf.com/actualites/les-insolites-de-la-tech-aaron-swartz-linformation-cest-le-pouvoir []
  13. Swartz, 2017, p. 19 []
  14. Swartz, 2017, p. 32 []
  15. Tellier, Emmanuel. Aaron Swartz : Sur Les Traces D’une Étoile Filante Du Net.” Télérama, 06/04/2013, https://www.telerama.fr/medias/aaron-swartz-sur-les-traces-d-une-etoile-filante-du-net,95428.php []
  16. Goëta Samuel, « Un air de famille : les trajectoires parallèles de l’open data et du big data », Informations sociales, 2015/5 (n° 191), p. 26-34. DOI : 10.3917/inso.191.0026. URL : https://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2015-5-page-26.htm []
  17. https://information.tv5monde.com/info/l-enfant-d-internet-aaron-swartz-mort-d-avoir-voulu-propager-le-savoir-1990 []
  18. Swartz, 2007, p. 16 []
  19. Swartz, 2017, p. 88 []
  20. Tellier, Emmanuel. Aaron Swartz : Sur Les Traces D’une Étoile Filante Du Net.” Télérama, 06/04/2013, https://www.telerama.fr/medias/aaron-swartz-sur-les-traces-d-une-etoile-filante-du-net,95428.php []
  21. Tellier, Emmanuel, op. cit. []

Aaron Swartz. Un héritage à transmettre : pour une éducation citoyenne et engagée du net

Par Anne CORDIER et Sophie BOCQUET-TOURNEUR

Aaron Swartz – Manifestation contre le SOPA, 2012 (Source Wikipédia)

Aaron Swartz est un personnage atypique dans l’histoire d’Internet par sa jeunesse tout d’abord mais aussi par ses prises de position et ses combats. Après sa mort, les hommages en ligne se sont multipliés. Parmi eux, citons deux propos forts de son avocat David Winberg1 :

Il n’était pas un hacker, mais un bâtisseur

“ (Aaron Swartz symbolise) une vision démocratique, égalitaire et transparente du Web, outil d’émancipation à défendre comme un trésor commun, à protéger contre les tentations et tentatives de privatisation.

Cette vision, ce « trésor commun », il faut les défendre, les préserver, les transmettre. En tant qu’éducateurs·rices, enseignant·es, médiateurs·rices de l’information, nous avons un rôle primordial à jouer en ce sens. Car aborder dans le cadre d’un projet éducatif ou pédagogique la personnalité et l’oeuvre de Aaron Swartz, c’est profondément faire écho à des problématiques qui nous touchent tou-tes, interrogent notre rapport individuel et collectif au web et plus largement au monde. C’est nous rendre chacun-e dépositaire d’un héritage impressionnant et responsable du monde informationnel qui est le nôtre.

Un individu, Notre Histoire commune

Il nous semble que faire connaître Aaron Swartz à nos élèves, étudiant·es et autres publics, c’est véritablement montrer l’importance de cette personnalité dans un ouvrage collectif. Situer le rôle d’Aaron Swartz dans l’histoire du Net et du web, c’est aussi tirer le fil de l’évolution, des usages et des dispositifs qui constituent notre pratique numérique au quotidien. Nous utilisons encore tous les jours, des outils, des logiciels, des sites qui portent l’empreinte de Aaron Swartz : Creative commons, RSS, open data, Wikipédia…

« La vraie question n’est pas de savoir quel effet a eu le travail que l’on a accompli, mais à quoi ressemblerait le monde si on ne l’avait jamais accompli. »2

Du sens politique et social

Il s’agit de dépasser cette vision utilitariste du web, et du numérique en général, qui semble prévaloir dans notre société, résumant très souvent le web et les usages numériques à de l’outillage. Ce que Aaron Swartz tout au long de sa courte vie a porté, c’est précisément une vision politique du numérique, mettant en lien systématiquement les choix opérés et les intentions, les valeurs ainsi que les droits sous-tendus par ces choix. La culture numérique n’est rien sans la connaissance de l’histoire du web, des batailles et débats foncièrement politiques qui ont rythmé, et rythment encore, sa naissance tout comme son évolution. Si Internet est tel qu’il est aujourd’hui , c’est parce que des hommes comme Aaron Swartz ont créé le RSS, les Creative Commons, ont défendu la liberté d’expression et d’information. L’ombre d’Aaron Swartz est partout sur le web, montrons-la ! L’histoire d’Internet ne se cantonne pas à la création et à l’expansion de grandes sociétés du Net. L’histoire d’Internet, ce sont aussi les chemins empruntés par Aaron Swartz et ses innombrables travaux dont on trouve encore (en cherchant bien) les marques : les fichiers qu’il a laissés sur GitHub, ses réflexions et ses prises de position sur son blog, ses messages au RDF Core Working3

Contre la résignation, un pouvoir d’agir effectif !

Mettre en lumière les combats de Aaron Swartz, c’est lutter contre la résignation ambiante, et le défaitisme face au pouvoir des plateformes dominatrices, des enclosures multiples, et doter chacun-e de clés de compréhension pour agir. Les luttes prises en charge par Aaron Swartz sont loin d’être achevée et l’actualité nous montre constamment combien vouloir un internet libre, un partage des savoirs plus égalitaire, a un prix : celui de l’action, individuelle et collective. Quelques mois après sa victoire contre SOPA, Aaron Swartz déclarait : 

«Bien sûr, ils reviendront sous un autre nom, sous un autre prétexte, et peut-être pour causer d’autres genres de dégâts. Ne vous y trompez pas: l’ennemi de la libre connexion est encore là. Le feu qui brûle dans les yeux de ces hommes politiques n’a pas été éteint. Beaucoup de gens, beaucoup de puissants, en veulent à Internet. Et pour être honnête, bien peu ont intérêt à le protéger de tout ça. Même certaines des plus grandes entreprises du Web, à vrai dire, auraient à gagner dans un monde où leurs petits concurrents seraient censurés. On ne peut pas laisser faire ça.»4

Considérant que chaque citoyen·ne devrait se sentir concerné·e par ces luttes, nous avons à coeur d’y sensibiliser nos élèves, nos étudiant·es, nos publics. Parce que le message premier de cet Aaron Swartz qu’on imagine si bien déambuler sur son vélo, c’était celui-là : ne baissons jamais les bras quand on veut emprisonner notre liberté.5

Nous sommes là face à un enjeu collectif, sociétal. Prenons l’exemple de la désinformation, qui fait la Une quasi-quotidienne de nos actualités. À ce sujet encore, le propos de Aaron Swartz nous semble résonner avec force :

Lutter contre le courant de la désinformation est une tâche difficile, mais en travaillant ensemble, des citoyens engagés peuvent faire des progrès incroyables, même lorsqu’ils se dressent contre les intérêts les plus puissants. Notre société possède un niveau de liberté et d’ouverture extraordinaire. C’est à nous qu’il revient de décider si nous voulons utiliser cette liberté pour chercher la vérité, ou si nous préférons continuer à nous satisfaire des platitudes conventionnelles que l’on nous sert. 6

Un héros moderne

Enfin, dans l’entreprise qui est la nôtre de sensibiliser aux communs à travers des personnalités, individuelles et collectives, nous défendons la considération de Aaron Swartz comme héros moderne. De même que dans le domaine de l’informatique, plusieurs chercheuses prônent la nécessaire connaissance de ce que l’on appelle des « rôles modèles » afin de convaincre les femmes à rejoindre ce milieu, nous sommes convaincues que la figure d’Aaron Swartz, sans être pour autant portée aux nues dans une forme de mysticisme déplacé, revêt pleinement les caractères du « rôle modèle » tel que défini par le sociologue Robert King Merton, dans le sens où cette figure nous parait tout à fait inspirante, poussant à réfléchir sur nos pratiques et notre rapport au monde.

Qu’est-ce qu’un héros en 2013 ? en 2021 ? C’est peut-être quelqu’un comme Aaron Swartz. Quelqu’un qui n’a pour arme que son ordinateur portable, sa maîtrise du code informatique et son obstination. Quelqu’un qui ne cherche pas la notoriété, qui n’est pas intéressé par le profit, “quelqu’un dont la lutte est une passion individuelle qui rejoint un souci collectif et contemporain, par exemple le souci de l’accès libre à l’information (contre le contrôle politique des régimes autoritaires, mais aussi contre les barrières commerciales dans nos démocraties). En tout cas, l’écran, les câbles et l’anonymat n’abolissent pas le courage. »7

Une jeunesse idéaliste et combattive

Bien sûr, la jeunesse de Aaron Swartz constitue également une particularité qui ne peut être passée sous silence. Nous nous rendons bien compte lorsqu’on évoque sa vie avec nos étudiant·es combien l’âge de l’individu les frappe. Parce que parler de Aaron Swartz, ce n’est pas seulement évoquer le pouvoir de l’engagement citoyen, c’est réhabiliter la jeunesse comme force active de proposition et d’action pour changer le monde, en croyant à ses rêves. Sans nul doute, la jeunesse de Aaron Swartz est une force d’identification forte pour nos élèves, étudiant·es et publics, qui y sont tout à fait sensibles. Il ne s’agit pas de jouer sur l’émotion (bien qu’il nous semble qu’il faut aussi cesser de vouloir nier la force affective et émotionnelle de l’apprentissage !), mais bien d’inscrire cette figure parmi toutes celles que nos élèves peuvent convoiter comme des modèles d’engagement, voire de vie. À l’heure où la jeunesse subit toujours de nombreux assauts qui la soupçonnent d’être « manipulée » lorsqu’elle prend la parole et défend des positions, dire à nos élèves l’admiration que suscite une figure comme celle de Aaron Swartz, et notamment en raison de son jeune âge, c’est réhabiliter la jeunesse, c’est lui reconnaître son autonomie, de pensée comme d’action, c’est lui dire notre confiance. C’est aussi lui permettre de saisir de façon prégnante les potentialités que recèle l’espace numérique pour exercer une prise de parole responsable et un pouvoir d’agir au service du collectif. En 2004, Aaron Swartz expliquait bien comment Internet avait été un catalyseur pour l’expression de ses idées malgré son jeune âge :

Mais l’une des grandes réussites d’Internet est la manière dont il m’a aidé à dépasser un grand nombre de ces obstacles, d’abord parce que notre âge n’est pas immédiatement identifiable à chaque fois que nous prenons la parole (ce qui l’est en revanche lorsque quelqu’un vous regarde en train de parler), et aussi parce que les geeks semblent juger les gens en fonction de ce qu’ils font plus que pour ce qu’ils sont.
Ce n’est pas uniquement l’apanage des jeunes, naturellement. Internet a un pouvoir extraordinairement libérateur pour tout le monde, des personnes issues de la communauté noire aux malvoyants.
8

L’expérience confiée par Aaron Swartz sur ses sociabilités en ligne peut tout à fait faire écho à celle de nos publics : «J’ai développé mes relations les plus importantes en ligne», écrivait le jeune hacktiviste à 14 ans, en avril 2001: 

«Aucune d’entre elles n’habite dans la région. Aucune n’a mon âge. Même parmi ceux que je ne compte pas parmi mes “amis”, j’ai rencontré plein de gens en ligne qui ont simplement commenté mon travail ou sont intéressés par ce que je fais. Par le biais d’Internet, j’ai mis au point un réseau social solide—ce que je ne pourrais jamais faire si je devais cantonner le choix de mes amitiés au domaine de l’école.»9

Pour faire découvrir Aaron Swartz à nos publics

Nous ne souhaitons en aucun cas faire œuvre de prescription pédagogique ! Toutefois, nous avons, vous l’aurez compris, à cœur de vous convaincre d’aborder la figure d’Aaron Swartz au gré de projets éducatifs et/ou pédagogiques.

Pour ce faire, des ressources sont à votre disposition (cf. article Aaron Swartz. Bibliographie) et bien sûr peuvent intégrées le fonds du centre de documentation.

  • L’ouvrage The Internet’s Own Boy : The story of Aaron Swartz peut être catalogué et mis à disposition sur le SIGB, comme ici
  • L’ouvrage Celui Qui Pourrait Changer Le Monde : Aaron Swartz: écrits (Swartz, Aaron, Lessig, Lawrence Lessig) publié en 2017 aux Éditions B42, est accessible à des élèves de lycée. Reprenant une partie des textes de Aaron Swartz, il constitue un précieux support pour travailler dans le texte sélectionné la pensée de cette personnalité.
  • Un documentaire court (5 minutes) comme support pédagogique : « Aaron Swartz : hacktiviste des savoirs » – Culture Prime / France Culture

Nous ne pouvons que vous inciter à vous emparer de cette figure pour l’intégrer à vos projets d’éducation au numérique, à l’information et aux médias !

Pourquoi ne pas, comme cet enseignant documentaliste de lycée et sa collègue de Lettres modernes, au sein d’un projet intitulé « Se faire entendre pour faire changer le monde », glisser parmi les figures (au choix) à traiter par les élèves celles de Aaron Swartz ? Ces deux enseignants l’ont fait. Dans la liste comprenant des héros et héroïnes comme Jean Moulin, Rosa Parks, ou encore le Prix Nobel de la Paix 2018 Dr Denis Mukwege, une élève a choisi Aaron Swartz, un autre a choisi Edward Snowden. Ces élèves de 2nde générale effectuent une recherche documentaire sur ces figures, et sont ensuite chargés de réaliser leur portrait à l’oral, en incarnant ces personnages, et en mettant en exergue les valeurs portées par eux. Nous ne pouvons encore à ce jour partager avec vous les restitutions orales de ces élèves, mais nous ne manqueront pas de le faire (merci aux enseignant·es du projet et à ces deux jeunes d’avoir accepté cela d’ailleurs !).

Nous ne résistons pas à partager avec vous le projet « Presse Investigation » mené en classe de 1ère par un enseignant documentaliste en lycée polyvalent, en partenariat avec une enseignante de Sciences Économiques et Sociales. Un magazine (3 numéros par an, projet EMI hebdomadaire) consacré au monde des médias, au sein duquel un article a été consacré à Aaron Swartz. La lecture de cet article devrait vous intéresser ! Vous y noterez à la fois bien sûr la qualité informationnelle de l’écrit communiqué, mais aussi le manifeste intérêt que Pheeby et Lucie, autrices de cet article, portent désormais à Aaron Swartz, leurs mots témoignent de la force d’identification dont nous avons parlé plus haut mais aussi de la sensibilisation, par ce moyen, aux enjeux politiques et sociaux d’une culture numérique. Pour découvrir le numéro « Presse Investigation », et l’article intitulé « Comment le jeune Aaron Swartz a défendu l’internet libre au risque de sa vie », c’est ici !

Aaron Swartz est un personnage attachant, complexe, incroyable, qui nous inspire tous les jours. Nous sommes très sensibles, toutes les deux, à ses combats, à sa philosophie, à son activisme. Nous souhaitions le mettre en lumière pour lui donner la place qu’il mérite dans l’histoire d’Internet, et plus largement encore la culture numérique, de l’information et des médias, pour que son empreinte apparaisse dans les collèges, les lycées et les universités. Nous espérons que cet article vous aura aidé à le découvrir et peut-être à en parler autour de vous, et surtout à vos élèves ! N’hésitez pas à partager avec nous vos expériences éducatives et/ou pédagogiques autour de la figure de Aaron Swartz et des communs !


Désireux·ses d’approfondir ? La bibliographie comprenant les sources exploitées pour réaliser ce travail autour de Aaron Swartz ainsi que des références pouvant être utilisées comme supports lors de vos projets éducatifs/pédagogiques est ici !

  1. Source : Tellier, Emmanuel. “Aaron Swartz : Sur Les Traces D’une Étoile Filante Du Net.” Télérama, 6/04/2013, www.telerama.fr/medias/aaron-swartz-sur-les-traces-d-une-etoile-filante-du-net,95428.php. []
  2. Swartz, Aaron, blog, “Héritage” 2005 []
  3. Un exemple son message d’introduction à ce groupe : https://lists.w3.org/Archives/Public/w3c-rdfcore-wg/2001Apr/0062.html). Tout ceci est encore consultable, pourquoi ne pas le présenter à nos élèves ? []
  4. Peters, Justin. “Aaron Swartz, Les Mystères D’un Idéaliste.” Slate.fr, 4/03/2013, http://www.slate.fr/story/68985/aaron-swartz-suicide []
  5. Denis, Jean-Philippe. « Introduction – Aaron Swartz, au risque de la liberté », M@n@gement, vol. vol. 18, no. 5, 2015, pp. 373-374. https://www.cairn.info/revue-management-2015-5-page-373.htm []
  6. Aaron Swartz, Celui Qui Pourrait Changer Le Monde : Aaron Swartz: écrits. Editions 42, 2017, p. 250 []
  7. De la Porte, Xavier. « Aaron Swartz : un héros contemporain ». France Culture. 10/12/2013. https://www.franceculture.fr/emissions/ce-qui-nous-arrive-sur-la-toile/aaron-swartz-un-heros-contemporain []
  8. Swartz, 2017, p. 26 []
  9. Peters Justin, op. cit. []

Aaron Swartz. Bibliographie

Pour nos articles :

En réalisant des recherches, vous constaterez qu’il y a énormément d’écrits sur Aaron Swartz. Pour rédiger cet article,  nous avons surtout utilisé l’ouvrage qui rassemble certains de ses écrits traduits en français : Celui Qui Pourrait Changer Le Monde: Aaron Swartz: écrits (Editions B42, 2017). 

Nous avons aussi utilisé des articles disponibles sur le web : 

“Aaron Swartz.” Wikipedia, Wikimedia Foundation, 19 Nov. 2020, http://fr.wikipedia.org/wiki/Aaron_Swartz

Berger, Noah. “Aaron Swartz : Un Héros Contemporain.” France Culture, France Culture, 10 Dec. 2013, www.franceculture.fr/emissions/ce-qui-nous-arrive-sur-la-toile/aaron-swartz-un-heros-contemporain

Cardon Dominique, « « L’information veut être libre » : logiciels libres et communs », dans : , Culture numérique. sous la direction de Cardon Dominique. Paris, Presses de Sciences Po, « Hors collection », 2019, p. 111-122. URL : https://www.cairn.info/culture-numerique–9782724623659-page-111.htm                                                  

Dehesdin, Cécile. “Pourquoi Tant D’émotion Après Le Suicide D’Aaron Swartz?” Slate.fr, 15 Jan. 2013, www.slate.fr/story/67217/suicide-aaron-swartz-emotion-martyr-internet-libre.

Denis Jean-Philippe, « Introduction – Aaron Swartz, au risque de la liberté », M@n@gement, 2015/5 (Vol. 18), p. 373-374. DOI : 10.3917/mana.185.0373. URL : https://www.cairn.info/revue-management-2015-5-page-373.htm

Goëta Samuel, « Un air de famille : les trajectoires parallèles de l’open data et du big data », Informations sociales, 2015/5 (n° 191), p. 26-34. DOI : 10.3917/inso.191.0026. URL : https://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2015-5-page-26.htm                                                      

Goëta Samuel, Mabi Clément, « L’open data peut-il (encore) servir les citoyens ? », Mouvements, 2014/3 (n° 79), p. 81-91. DOI : 10.3917/mouv.079.0081. URL : https://www.cairn.info/revue-mouvements-2014-3-page-81.htm                                                      

Hérard, Pascal. “‘L’enfant D’Internet’ : Aaron Swartz, Mort D’avoir Voulu Propager Le Savoir.” TV5MONDE, 25 Sept. 2015, http://information.tv5monde.com/info/l-enfant-d-internet-aaron-swartz-mort-d-avoir-voulu-propager-le-savoir-1990

“Les Insolites De La Tech – Aaron Swartz :  » L’information, C’est Le Pouvoir « .” #DIGITALSNCF, 13 Nov. 2018, www.digital.sncf.com/actualites/les-insolites-de-la-tech-aaron-swartz-linformation-cest-le-pouvoir

Marcandier, Christine. “Aaron Swartz (1986-2013): Information Is Power.” DIACRITIK, 19 Oct. 2019, http://diacritik.com/2019/03/12/aaron-swartz-1986-2013-information-is-power/

Marchal Candice, « Aaron Swartz, Saint Patron de l’Internet Libre », M@n@gement, 2015/5 (Vol. 18), p. 377-379. DOI : 10.3917/mana.185.0377. URL : https://www.cairn.info/revue-management-2015-5-page-377.htm

Martin Julie, « Du médium au média. Les pratiques artistiques documentaires face au net », Ligeia, 2020/2 (N° 181-184), p. 107-121. DOI : 10.3917/lige.181.0107. URL : https://www.cairn.info/revue-ligeia-2020-2-page-107.htm

Peters, Justin. “Aaron Swartz, Les Mystères D’un Idéaliste.” Slate.fr, 4 Mar. 2013, www.slate.fr/story/68985/aaron-swartz-suicide

Sage Ross — Flickr: Boston Wiki Meetup, et al. “Aaron Swartz,  » Celui Qui Pourrait Changer Le Monde « .” Usbek & Rica – Aaron Swartz,  » Celui Qui Pourrait Changer Le Monde « , http://usbeketrica.com/fr/article/aaron-swartz-celui-qui-pourrait-changer-le-monde

Vasseur Flore, « Comment nous avons tué AARON SWARTZ », M@n@gement, 2015/5 (Vol. 18), p. 375-376. DOI : 10.3917/mana.185.0375. URL : https://www.cairn.info/revue-management-2015-5-page-375.htm

Pour aller plus loin

Peu de textes d’Aaron Swartz ont été publiés sur le web. Si vous êtes à l’aise en anglais, son blog (www.aaronsw.com/) est toujours en ligne. Pour découvrir ses écrits traduits en français, vous pouvez vous procurer l’ouvrage publié aux éditions 42 en 2017 Celui Qui Pourrait Changer Le Monde: Aaron Swartz: écrits.
Son texte le plus célèbre est disponible sur Framablog :  “Manifeste De La Guérilla Pour Le Libre Accès, Par Aaron Swartz #Pdftribute.” Framablog, 14 Jan. 2013, http://framablog.org/2013/01/14/manifeste-guerilla-libre-acces-aaron-swartz/

Le documentaire “The Internet’s Own Boy : The Story of Aaron Swaartz” (2014) est un incontournable pour comprendre le personnage et ses combats. Il est disponible sous licence Creative Commons en téléchargement et streaming sur le site Internet Archive https://archive.org/details/TheInternetsOwnBoyTheStoryOfAaronSwartz

Vous pouvez le visionner avec sous-titres en français sur Amara : https://amara.org/fr/videos/5Mo4oAj1bxOb/info/the-internets-own-boy-the-story-of-aaron-swartz/

Le livre de Flore Vasseur “Ce qu’il reste de nos rêves” aux éditions des Equateurs (2019) retrace la vie de Aaron Swartz. L’autrice a mené une enquête auprès de ses proches et des amis, et y livre un récit personnel.

Signalons les nombreuses émissions de France Culture et France Inter qui lui sont dédiées :

Enfin, deux articles, en anglais, de deux personnages incontournables qui ont connu Aaron Swartz :