SociaNum – Saison 3, Top Départ !

Nous avons le plaisir de vous informer du lancement de la Saison 3 du séminaire SociaNum, séminaire interlaboratoire (EA CREAD, UMR ESO, EA CAREF) qui explore les sociabilités numériques à travers des objets, des méthodologies et des terrains multiples !

Lundi 10 Décembre 2018 : Demandez le programme !

La Première séance du séminaire SociaNum se tiendra le Lundi 10 Décembre 2018, à Rennes 2 (Campus Villejean). Voici le programme de cette journée :

9h45 – Accueil autour d’un café

10h15 – Introduction de la Saison 3 de SociaNum par Anne Cordier, Barbara Fontar et Mickaël Le Mentec

10h30 – Virginie Lethiais, MCF en Économie, LEGO, GIS Marsouin, IMT Atlantique – Brest

Impact des réseaux sociaux sur la sociabilité : Le cas de Facebook

Nombre de chercheurs se sont interrogés depuis au moins une trentaine d’années, sur l’impact de la diffusion des technologies sur la sociabilité des individus. Facebook, en raison de sa popularité et des pratiques qu’il engendre, est un cas d’étude particulièrement intéressant. Pour cette communication, nous utilisons les données issues d’une enquête déclarative menée auprès d’un échantillon représentatif de 2000 internautes français utilisateurs de Facebook, afin de mieux comprendre le lien entre l’utilisation du réseau social et la sociabilité. S’il existe un lien positif entre l’intensité d’utilisation de Facebook et la sociabilité, le réseau social est rarement vu comme un moyen de renforcer cette sociabilité. Plus précisément, nous montrons que Facebook contribue plus à augmenter les liens faibles que les liens forts, et que son influence perçue sur la sociabilité est fortement dépendante du contexte social et générationnel : les classes moins dotées culturellement et financièrement perçoivent en effet un impact plus fort du service en ligne sur leur sociabilité.

Pause déjeuner 12h15-14h

14h : Irène Bastard, MCF associée à Telecom Paris Tech

Quand le développement du réseau social confirme une place sociale : L’usage de Facebook par les adolescents de milieu populaire

« Faut-il connaître tous ses amis sur Facebook ? ». Cette question abrupte servait à lancer les entretiens collectifs pour une enquête réalisée auprès d’adolescents sur leurs usages du web et des réseaux sociaux pour s’informer. Le terrain se déroulait en 2013, au lycée Pasteur, lycée professionnel et technique de la banlieue parisienne considéré comme un établissement de zone populaire, avec une population majoritairement issue de l’immigration et souvent en échec scolaire. La méthode de recherche déployait un questionnaire individuel remplit en classe en même temps qu’une discussion collective et une dizaine d’entretiens individuels. La réponse à la question sur les amis est très symptomatique de la tension affective propre à l’adolescence : oui pour « ne pas se faire afficher », non « si ça permet de rencontrer des gens comme moi ». L’analyse de cette enquête montre que l’enchevêtrement de relations hétérogènes, de la famille aux « ex », et la publicisation des interactions associées sur le mur conduisent à un équilibre tenu et incite les adolescents à activer les liens forts plus que les rencontres marginales. De même, les contenus partagés sur Facebook s’homogénéisent pour signifier ses liens aux pairs, la curiosité ne pouvant se déployer qu’adosser à une passion. La plate-forme referme donc les possibilités d’explorations et d’expérimentations nécessaires à l’adolescence pour confirmer une place sociale, à travers les affinités et la convergence des goûts.

15h00 – Discussion collective / Mise en perspective de l’ensemble des réflexions (épistémologiques, méthodologiques et empiriques) issues des contributions de la journée

16h – Conclusion et café

Rejoignez-nous pour des échanges stimulants !

Le séminaire est véritablement conçu comme un espace de discussions, qui prend le temps de travailler un objet scientifique et de réfléchir à la recherche en train de se faire ! Alors, à SociaNum, on accorde du temps ! Du  temps aux intervenants, qui peuvent exposer avec précisions leur réflexion, leurs choix théoriques et méthodologiques, leurs résultats, et leurs questionnements. Du temps aux participants venus écouter, qui peuvent échanger avec les intervenants, poser des questions, évoquer leurs propres travaux et réflexions en lien avec le propos des intervenants. Du temps pour chacun-e au sein de la journée, permettant la constitution d’une communauté, dans une ambiance conviviale et constructive.

Nous espérons vous rencontrer ou vous retrouver à l’occasion de cette nouvelle Saison de SociaNum !

Pour venir aux séances, rien de plus simple : c’est gratuit ! Il vous suffit de vous inscrire auprès de l’un-e de nous =) anne.cordier@univ-rouen.fr / barbara.fontar@univ-renne2.fr / mickael.le.mentec@u-picardie.fr

Alors, vous êtes des nôtres le 10 décembre ?!

Anne CORDIER (UMR ESO), Barbara FONTAR (EA CREAD), Mickaël LE MENTEC (EA CAREF)

SociaNum : Appel à VOTRE Participation !

Cher-e-s collègues,

Nous revenons vers vous concernant les prochaines séances du séminaire Sociabilités Numériques.
Tout d’abord, nous vous rappelons les dates de nos futurs rendez-vous, qui auront toujours lieu à Rennes 2 : jeudi 12 avril 2018, et jeudi 14 juin 2018.

Ensuite, étant donné la dynamique de notre groupe et l’enthousiasme qui émane lors des échanges, notamment par le fait que nous assumons pleinement une conception « work-in-progress » des travaux présentés, et un caractère collaboratif à ce séminaire, nous avons à cœur de vous impliquer davantage, de façon personnelle, dans l’élaboration de ce séminaire.
Ainsi souhaitons-nous vous solliciter afin de vous proposer de profiter de ce temps d’échanges, à la fois constructifs, bienveillants et informels, pour présenter un travail de recherche récent ou en cours, qui engage la question des sociabilités numériques. Nous pourrions alors entendre lors des prochaines séances 2 d’entre vous, le 12 avril, puis le 14 juin.
La durée de l’intervention serait de 1h, échanges compris.

Si vous êtes intéressé-e par le fait de communiquer un travail de recherche et de soumettre vos réflexions sur ce travail et ses liens avec la problématique des sociabilités numériques à l’ensemble du groupe, nous vous serions reconnaissant-e-s de nous en faire part, d’ici le 20 février 2018, en proposant un petit résumé ainsi qu’un titre. Et en précisant la date du séminaire à laquelle vous souhaitez intervenir.
N’hésitez pas à communiquer cette information à des personnes qui pourraient être intéressées par une participation (soit comme intervenant soit comme public).

En espérant que cette proposition retiendra votre attention, nous nous tenons à votre disposition !

Bien à vous,
Anne, Barbara et Mickaël

anne.cordier@univ-rouen.fr
barbara.fontar@univ-rennes2.fr
mickael.lementec@u-picardie.fr

SociaNum Saison 2, c’est parti !

Devant le succès rencontré par le séminaire « Sociabilités Numériques : des objets, des terrains, des méthodologies » (SociaNum) l’an dernier, et le plaisir que nous avons à l’organiser, nous n’avons pas hésité longtemps : Nous déclarons donc ouverte la Saison 2 de SociaNum !

La prochaine séance du séminaire se tiendra le Jeudi 21 décembre 2017, à l’Université Rennes 2 (Campus Villejean).

Quelques petites nouveautés sur le fonctionnement du séminaire cette année : des sessions thématiques, de façon à structurer encore davantage la réflexion collective, et un temps plus important précisément de cogitation collective organisé en fin de journée (selon des modalités que vous connaîtrez… en venant au séminaire !).

Voici le programme de la séance SociaNum du 21 décembre prochain dont la thématique est : Sociabilités numériques, représentations et usages des dispositifs socio-techniques

9h45 : Accueil autour d’un café

10h15 : Véronique Le Chêne, Doctorante en Sciences de l’Éducation, CREAD, Rennes 2

Les représentations sociales, intentions d’usage et processus d’appropriation des technologies numériques en contexte d’établissements médico-sociaux

Depuis la loi du 11 février 2005 concernant l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, il est admis que la société doit faire des efforts d’adaptation à l’égard de ces personnes et non uniquement l’inverse. Le handicap est donc devenu un enjeu social qui pose des problèmes d’éthique et fait l’objet de politiques publiques. Si la société offre des solutions de compensation, de nombreuses inégalités subsistent et notamment en terme d’accessibilité et d’usage des technologies numériques. Celles-ci se sont banalisées dans notre quotidien et dans notre vie professionnelle sans tenir compte de ces publics fragilisés. Ils sont aujourd’hui confrontés à des inégalités numériques. Selon Fabien Granjon, ces inégalités numériques sont le prolongement d’inégalités sociales (Granjon, 2009). Lors d’une enquête réalisée auprès de 750 personnes accueillies en Établissement et service d’aide par le travail (ESAT), nous avons recueilli des données sur ces inégalités sociales : faible revenu, faible niveau d’étude, rôles sociaux peu valorisants et manque de reconnaissance sociale. De plus, isolées dans des établissements spécialisés cette population est victime de représentations sociales stigmatisantes. L’intégration de ces représentations créée du réel : un déficit d’estime de soi et a une incidence sur les intentions d’usage des technologies numériques ainsi que sur les pratiques lorsqu’elles existent. Dans cette communication nous verrons dans quelle mesure les représentations sociales influencent les intentions d’usage et le processus d’appropriation des technologies numériques en contexte d’établissements médico-sociaux ; les méthodes d’accompagnement favorisent la prise de conscience des apprenants de leurs capacités, renforcent leur estime de soi et contribuent à transformer les représentations négatives qu’ils ont d’eux-mêmes ; et enfin, le développement des pratiques numériques favorise la participation sociale de ces personnes.

14h00 : Yann Guéguen, Doctorant en Sciences de l’Éducation Musicale, CREAD, Rennes 2

Ségrégation socioscolaire vs pratiques audionumériques capacitantes: regard
ethnographique

Notre ethnographie multi-située révèle des pratiques audionumériques musicales de la part d’élèves en situation de ségrégation socioscolaire (Merle, 2012). Or si ces pratiques induisent le développement de compétences multiples liées à ces usages numériques spécifiques (Labarthe, 2012), l’acquisition de ces mêmes compétences ne semble pas influer le parcours scolaire de ces élèves. Ainsi, non reconnues par la forme scripturale scolaire (Lahire, 1993), ces pratiques audionumériques semblent néanmoins dévoiler des indices d’une capacitation dont les indicateurs seront définis en dehors des critères habituels de mélioration scolaire.

15h00 : Discussion collective / Mise en perspective des réflexions issues des communications de la journée

16h00 : Conclusion et Café

Nous espérons vous rencontrer ou vous retrouver à l’occasion de cette séance, qui s’annonce passionnante !

Anne CORDIER (UMR ESO) – Barbara FONTAR (EA CREAD) – Mickaël LE MENTEC (EA CAREF)

PS : Pour venir au séminaire, c’est gratuit ! Mais inscrivez-vous auprès de l’un de nous ! =) anne.cordier@univ-rouen.fr / barbara.fontar@univ-renne2.fr / mickael.le.mentec@u-picardie.fr

 

SociaNum Séance 2 !

Le Jeudi 23 Mars se tiendra la 2ème séance du Séminaire « Sociabilités Numériques : des objets, des terrains, des méthodologies » !

[Rennes, Campus Villejean, Bâtiment A, 3ème étage, Salle Jacques Léonard]

Voici le programme :

9h45 : Accueil autour d’un café

10h15 – Julie Denouël, MCF en Sciences de l’éducation, CREAD, Rennes 2

Faire, défaire, refaire famille. Rôle des pratiques numériques dans la (dé/re)construction des sociabilités @ home

Cette communication aura pour objectif de s’intéresser à la façon dont les usages sociaux ordinaires des technologies numériques d’information et de communication participent de la transformation des sociabilités au sein des familles. A partir d’une ethnographie des pratiques numériques d’une douzaine de familles bretonnes ayant pour caractéristique de reposer sur des configurations diverses (nucléaire, sans enfant, monoparentale, recomposée, plurigénérationnelle, etc.), nous observerons comment les technologies s’insèrent dans les trajectoires de vie de ces différents foyers, accompagnement l’organisation des liens intra et extrafamilaux, et contribuent à la structuration de leur territoire.

11h15 : Roselyne Le Bourgeois, MCF en Sciences de l’éducation, CAREF, ESPE-Université Picardie Jules Verne, Joël Bisault, PU en Sciences de l’éducation, CAREF, ESPE-Université Picardie Jules Verne, et Maria Buverte, Doctorante en Sciences de l’éducation, CAREF

Enseignants du primaire : étudier un forum pour comprendre les préoccupations des enseignants du premier degré en sciences, histoire et géographie.

À partir d’une analyse de 200 posts déposés sur une plateforme en ligne à destination des enseignants du premier degré, nous proposons de rendre compte des usages du dispositif et de la nature des discussions entre enseignants en sciences et en histoire-géographie.
Une analyse qualitative et didactique de quelques fils de discussion
posera la question des écarts entre prescriptions et pratiques
déclarées.

14h00 – Anne-France Kogan, PU en SIC, PREFics, Rennes 2

Lost in transportation : Visibilité du fret, invisibilité sociale

Les TIC embarquées dans les camions accompagnent les évolutions du secteur du transport routier de marchandises en optimisant l’activité du fret. La pression temporelle du flux et les possibilités de contrôle intégrées dans ces dispositifs ont mis à mal les habitudes de sociabilité des conducteurs routiers. Parallèlement, les usages d’internet et du téléphone portable se sont développés. Pour analyser l’évolution de ces pratiques de communication, nous considérons, en référence à la théorie de la reconnaissance d’Axel Honneth, que la visibilité est au cœur des relations sociales. Ainsi, pour faire face à une organisation productive qui conduit à une raréfaction et une réification du social, la possibilité, via l’usage des objets numériques, de jouer sur différentes sphères (privée, amicale ou professionnelle) en les activant alternativement peut se lire comme la nécessité d’élargir le champ de la reconnaissance.

15h00 – Discussion collective / Mise en perspective de l’ensemble des réflexions (épistémologiques, méthodologiques et empiriques) issues des contributions de la journée

16h – Conclusion et café

Nous espérons vous rencontrer ou vous retrouver à l’occasion de cette seconde séance, qui s’annonce passionnante ! D’ores et déjà, vous pouvez noter la date du 13 juin pour la 3ème séance de SociaNum !

Rendez-vous le 12 avril 2018 pour SociaNum n°5 !

La prochaine séance du séminaire SociaNum se tiendra Jeudi 12 avril à Rennes 2 (Campus Villejean) !

Voici le programme de la journée :

9h45 – Accueil autour d’un café

10h15 : Irène Bastard, MCF associée à Telecom Paris Tech

Quand le développement du réseau social confirme une place sociale : L’usage de Facebook par les adolescents de milieu populaire

« Faut-il connaître tous ses amis sur Facebook ? ». Cette question abrupte servait à lancer les entretiens collectifs pour une enquête réalisée auprès d’adolescents sur leurs usages du web et des réseaux sociaux pour s’informer. Le terrain se déroulait en 2013, au lycée Pasteur, lycée professionnel et technique de la banlieue parisienne considéré comme un établissement de zone populaire, avec une population majoritairement issue de l’immigration et souvent en échec scolaire. La méthode de recherche déployait un questionnaire individuel remplit en classe en même temps qu’une discussion collective et une dizaine d’entretiens individuels. La réponse à la question sur les amis est très symptomatique de la tension affective propre à l’adolescence : oui pour « ne pas se faire afficher », non « si ça permet de rencontrer des gens comme moi ». L’analyse de cette enquête montre que l’enchevêtrement de relations hétérogènes, de la famille aux « ex », et la publicisation des interactions associées sur le mur conduisent à un équilibre tenu et incite les adolescents à activer les liens forts plus que les rencontres marginales. De même, les contenus partagés sur Facebook s’homogénéisent pour signifier ses liens aux pairs, la curiosité ne pouvant se déployer qu’adosser à une passion. La plate-forme referme donc les possibilités d’explorations et d’expérimentations nécessaires à l’adolescence pour confirmer une place sociale, à travers les affinités et la convergence des goûts.

Pause déjeuner 12h15-14h

14h00 : Virginie Lethiais, MCF en Économie, LEGO, GIS Marsouin, IMT Atlantique – Brest

Impact des réseaux sociaux sur la sociabilité : Le cas de Facebook

Nombre de chercheurs se sont interrogés depuis au moins une trentaine d’années, sur l’impact de la diffusion des technologies sur la sociabilité des individus. Facebook, en raison de sa popularité et des pratiques qu’il engendre, est un cas d’étude particulièrement intéressant.  Pour cette communication, nous utilisons les données issues d’une enquête déclarative menée auprès d’un échantillon représentatif de 2000 internautes français utilisateurs de Facebook, afin de mieux comprendre le lien entre l’utilisation du réseau social et la sociabilité. S’il existe un lien positif entre l’intensité d’utilisation de Facebook et la sociabilité, le réseau social est rarement vu comme un moyen de renforcer cette sociabilité. Plus précisément, nous montrons que Facebook contribue plus à augmenter les liens faibles que les liens forts, et que son influence perçue sur la sociabilité est fortement dépendante du contexte social et générationnel : les classes moins dotées culturellement et financièrement perçoivent en effet un impact plus fort du service en ligne sur leur sociabilité.

15h00 Discussion collective / Mise en perspective de l’ensemble des réflexions (épistémologiques, méthodologiques et empiriques) issues des contributions de la journée

16h – Conclusion et café

Nous espérons vous rencontrer ou vous retrouver à l’occasion de cette séance, qui s’annonce encore une fois très enrichissante !

Anne CORDIER (UMR ESO) – Barbara FONTAR (EA CREAD) – Mickaël LE MENTEC (EA CAREF)

PS : Pour venir au séminaire, c’est gratuit ! Mais inscrivez-vous auprès de l’un de nous ! =) anne.cordier@univ-rouen.fr / barbara.fontar@univ-renne2.fr / mickael.le.mentec@u-picardie.fr

Naissance de SociaNum ! Un séminaire autour des « sociabilités numériques »

Cette année 2017 a vu la naissance de SociaNum, un séminaire sur les « Sociabilités numériques », que j’ai le plaisir de coordonner avec Barbara Fontar (CREAD, Université Rennes 2), et Mickael le Mentec (CAREF, Université de Picardie Jules Verne). Il convient de vous présenter ce séminaire interlaboratoire (UMR ESO, EA CREAD, EA CAREF) sans plus tarder !

Sociabilités numériques : des objets, des terrains, des méthodologies

A l’heure où les débats sont nombreux dans la société sur ce qui favorise ou altère le lien social (Turkle, 2015 ; Jurgenson, 2016), notamment en lien avec les évolutions technologiques, il nous semble pertinent d’interroger la notion de « sociabilités numériques ». Comment ces sociabilités se développent-elles ? Comment s’organisent l’articulation et les (dis)continuités entre les sociabilités primaires (de face à face) et numériques ? En quoi les supports numériques modifient (ou non) les processus de sociabilité ? Dans la mesure où les sociabilités numériques semblent supposer des normes d’usages, de comportements et des valeurs partagées, quel(s) lien(s) entretiennent-elles avec les processus de socialisation ?

Ces premières questions montrent que les sociabilités numériques peuvent être interrogées à travers plusieurs objets, plusieurs terrains, que ce soit à travers les pratiques des individus mais aussi à travers les représentations et imaginaires (plus ou moins critiques ou apologétiques) des technologies qui circulent dans les espaces sociaux et participent des rapports que nous entretenons avec elles dans nos vies et dans l’organisation de nos activités. Ainsi la thématique des « Sociabilités numériques » permet-elle de couvrir un champ assez large de recherche, pouvant être envisagée sous l’angle des temporalités (Domenget, 2014) et âges de la vie (Pasquier, 2005 ; Kredens, Fontar, 2010 ; Barrère, 2011 ; Cordier, 2016), de la dialectique inclusion/exclusion (Havard-Duclos, 2005 ; Le Mentec, 2013), des territoires et espaces de communication (Denouël, Granjon, 2011), du genre (Lignon, 2015), mais aussi, bien sûr, des dispositifs socio-techniques (Denouël, 2010 ; Balleys, 2016 ; Cottier, Burban, 2016). Elle permet aussi de déconstruire des fantasmes liés aux représentations des usages numériques, tout en documentant de manière originale les pratiques effectivement déployées par les individus, en se demandant dans quelle(s) mesure(s) les artefacts numériques modifient ou non les processus de sociabilités selon les acteurs et les contextes étudiés.

Mais qu’entend-on par « sociabilités numériques » ?

Par « sociabilité », on entend l’entretien de liens forts ou faibles, effectuant par la même occasion un lien avec le capital culturel et social de chacun (pas strictement au sens bourdieusien). L’individu compris comme être social appartient à des réseaux d’échanges par lesquels la pratique se nourrit, se ré-agence, s’enrichit. La vie relationnelle des acteurs s’organise ainsi à la faveur et autour des dispositifs info-communicationnels selon des logiques complexes et multiples. On distingue généralement la sociabilité directe ou primaire, qui renvoie aux actes de communication ayant lieu en face à face (Darmon, 2015), et la sociabilité médiatisée, qui désigne les actes de communication ayant lieu par l’intermédiaire d’un dispositif socio-technique. Cette distinction permet de rendre compte de l’existence de formes variées de situations de communication et en facilite leur compréhension, mais son opérationnalité est à discuter lorsque sont prises en considération les pratiques sociales informationnelles et communicationnelles des individus ; ces derniers sont en effet engagés simultanément au gré de l’exploitation de dispositifs info-communicationnels dans des réseaux interpersonnels présentiels ou distanciels.

Objectifs de SociaNum

Dans le cadre de ce séminaire, nous souhaitons questionner les sociabilités numériques sous toutes leurs formes, à partir des travaux issus des recherches en éducation, en sociologie (sociologie des publics, de la culture ou des usages), en sciences de l’information (pratiques info-communicationnelles, analyse des dispositifs socio-techniques, approche sociale de l’information), et de la communication (socio-sémiotique de la communication et des médias), ou à leurs croisées.

Co-porté par trois chercheur-e-s appartenant à des champs disciplinaires différents, le séminaire a pour ambition de fédérer un ensemble de chercheur-e-s intéressé-e-s par la problématique des sociabilités numériques, en lien avec leurs objets de recherche personnels.

Plus précisément, le séminaire SociaNum vise à :

  • dresser un état des lieux des recherches sur le thème, croisées avec des objets multiples, envisagés sur des terrains diversifiés ;
  • favoriser des confrontations épistémologiques et méthodologiques afin d’affiner les approches de cette problématique ;
  • inciter et entretenir un dialogue scientifique pluridisciplinaire autour de cette question.

Organisation du séminaire

Conçu comme un espace de dialogue scientifique, le séminaire SociaNum est destiné aux chercheur-e-s des trois laboratoires qui le portent, mais est également ouvert à d’autres chercheur-e-s et professionnel-le-s. Les formateurs et chercheurs appartenant aux institutions de rattachement et souhaitant se joindre au séminaire seront systématiquement les bienvenus.

Pour venir au séminaire, merci de vous inscrire auprès de Anne Cordier, Barbara Fontar ou Mickael Le Mentec !

NB : Ce texte a été écrit par Cordier Anne, Fontar Barbara, Le Mentec Mickaël.