Médias en Seine – 12 Octobre 2021

“Habiter un monde commun”. Voilà la thématique du “festival international des médias de demain”, organisé sous l’égide de France Info et Les Echos.

Un programme riche et diversifié pour réfléchir collectivement sur les conditions du vivre-ensemble dans un monde où algorithmes, puissances médiatiques et pouvoirs politiques, s’entrechoquent souvent.
Programme et inscriptions ici : https://event.mediasenseine.com/

Une table ronde sur “Les bons usages du numérique”

Invitée à cette édition du festival “Médias en Seine”, je participerai au siège de la Maison de la Radio (Radio France) à une table-ronde intitulée, par les organisateur-rices (il est bon de le préciser ;-)) , “Addiction, perte d’attention, contenus toxiques… comment inventer un bon usage du numérique”.

Cette table-ronde, animée de 9h 20 à 9h50 par François Saltiel, journaliste-producteur à France Culture (“Le meilleur des mondes”), sera composée de Michael Stora, psychanalyste, Fabienne Dulac, Orange, Serge Barbet, directeur du CLEMI, et moi-même donc.
Le festival se déroule sur plusieurs sites en présentiel, et l’ensemble des interventions est également accessible, en direct, en ligne.

Au plaisir de s’y retrouver !

Le smartphone, cet objet de questionnements … porteur de sens !

À l’occasion du colloque européen Pharmaphone : Sociabilités, affects, réseaux, qui se tiendra les 15 et 16 janvier 2020, à la Villa Tamaris – Seyne-sur-Mer, chercheurs·ses et praticien·es sont invité·es à interroger ensemble cet objet smartphone.

Si la fonction communicationnelle du smartphone est largement considérée, le rôle de cet objet connecté dans l’être-au-monde-informationnel des acteurs·rices l’est beaucoup moins. Comment saisir, sans jugement, le rôle du smarpthone dans l’activité informationnelle juvénile ? Quelle est la place effective de cet objet dans l’écosystème informationnel des jeunes enquêté·es ? Quels enjeux éducatifs recèlent ces usages informationnels du smartphone ?

Voilà ce que je proposerai de voir et discuter lors d’une conférence intitulée Avec mon téléphone, le monde il est à portée de mains !” – Anaïs 18 ans – Analyse compréhensive du portail des pratiques informationnelles juvéniles”.

Un regard compréhensif sur les pratiques informationnelles juvéniles

La recherche dont est issue la réflexion proposée ici est menée en Sciences de l’Information et de la Communication (SIC). À travers une approche anthropocentrée, sociale et compréhensive des pratiques informationnelles d’acteurs·rices, il s’agit de comprendre comment ces dernier·es s’emparent des dispositifs sociotechniques à leur disposition et les intègrent – ou non – dans leur écosystème informationnel personnel. Volonté d’expliquer théoriquement ce qui se produit avec le numérique anthropologiquement comme philosophiquement « façon de combattre la pensée magique, si profondément ancrée quand nous évoquons le numérique »[1].

Le smartphone dans l’écosystème informationnel juvénile

Cette recherche met en lumière la place prépondérante du smarpthone dans l’écosystème informationnel personnel des acteurs·rices, catalyseur d’imaginaires de l’information (exhaustivité, personnalisation) qui influent sur l’appréhension tant pragmatique, émotionnelle et cognitive, de l’information ainsi que sur sa circulation. Nous entendons par écosystème informationnel l’ensemble des ressources matérielles, humaines et symboliques, que l’acteur·rice convoque dans une situation donnée. Chacun·e développe plusieurs répertoires de pratiques et les active en fonction de la lecture qu’il·elle fait de la situation à laquelle il·elle est confronté·e. C’est le choix qui préside à la détermination de l’opérationnalité d’un écosystème informationnel.

Des enjeux éducatifs pour le domaine des cultures de l’information

Les résultats de cette recherche compréhensive et longitudinale de pratiques informationn·es juvéniles soulèvent de nombreux enjeux éducatifs pour le domaine des cultures de l’information. Nous en présenterons trois principaux : les enjeux liés à une connectivité permanente et l’accélération du flux informationnel ; les enjeux liés à un dispositif de traçabilité ; et enfin, les enjeux liés à de nouvelles formes culturelles de l’information.

À l’issue de cette recherche, le smartphone peut véritablement être qualifié d’instrument-portail des pratiques informationnelles des acteurs, enrichissant incontestablement l’expérience sociale de ces derniers. Entre fascination pour une « esthétique du surgissement »[2] et conscience d’une captation de l’attention[3], les acteurs·rices observé·es témoignent aussi du rôle de levier pour les explorations informationnelles que revêt le smartphone à travers les applications mobiles et l’évolution des offres médiatiques en général.

Programme détaillé du colloque : ici


[1] Guichard, É. (2019). Les nouveaux maîtres de l’écriture du monde. Équipe Réseaux, Savoirs & Territoires. Consulté 26 novembre 2019, à l’adresse  http://barthes.enssib.fr/articles/Guichard-Nouveaux-maitres-ecriture-du-monde.pdf

[2] Saemmer, A. (2017). Lectures préférentielles du dispositif tablette. In V. Liquète, K. Soumagnac Karel. Les affiliations par et avec le numérique (57-72). Paris : Hermann.

[3] Citton Y. (2008). Esquisse d’une économie politique des affects. In Y. Citton, F. Lordon. Spinoza et les sciences sociales : de la puissance de la multitude à l’économie des affects (45-123). Paris : Éditions Amsterdam.



POSTE PRCE “Culture Numérique et Usages du numérique en éducation”

L’INSPÉ-Université de Rouen Normandie recrute un·e PRCE Temps Complet pour la rentrée 2020.

L’enseignant·e recruté·e intégrera l’équipe pédagogique prenant en charge les formations à l’EMI (éducation aux médias et à l’information) et au numérique comme objet d’enseignement (culture numérique). Il.Elle aura en charge de déployer (et participer à) la formation des enseignant·es des premier et second degrés ainsi que personnels d’éducation aux problématiques liées à l’intégration du numérique dans la classe (posture enseignante, interactions avec les élèves, situations d’enseignement-apprentissage optimales, réflexion sur l’innovation pédagogique), à la prise en charge de l’éducation aux médias et à l’information incluant une éducation au numérique de tous les élèves. Le.La collègue recruté·e doit posséder une solide culture de l’information, des médias et du numérique.

Fiche de poste complète : ici

Les candidatures doivent être déposées avant le 12 décembre 2019. (Cf. Informations sur la fiche de poste + Site Galaxie)

Avis de Soutenance

J’ai le grand plaisir de vous inviter à la soutenance de mon Habilitation à Diriger des Recherches en Sciences de l’Information et de la Communication qui se tiendra le vendredi 06 décembre 2019 à 14h à Pessac (Université Bordeaux Montaigne – Maison de la Recherche – Salle des Thèses – Esplanade des Antilles).

Titre du Volume – Recherche Originale : “Vers une poëtique de l’être-au-monde-informationnel”
Titre du Volume – Parcours de Recherche : “Pour une anthropologie de l’information”.

La soutenance, publique, se déroulera devant un jury composé de :
M. Vincent Liquète, PU en SIC, Université de Bordeaux (Garant)
Mme Joëlle Le Marec, PU en SIC, Université Paris 4 Sorbonne (Rapportrice)
M. Stéphane Chaudiron, PU en SIC, Université de Lille (Rapporteur)
Mme Brigitte Juanals, PU en SIC, Université Aix Marseille (Examinatrice)
Mme Sylvie Grosjean, Professeure en Communication Sociale, Université d’Ottawa (Examinatrice)
M. Olivier Le Deuff, Maître de Conférences HDR en SIC, Université de Bordeaux (Examinateur)
M. Francis Jauréguiberry, PU en Sociologie, Université de Pau et des Pays de l’Adour (Examinateur).

Je serais très honorée et ravie de vous compter parmi nous pour cette soutenance et le pot qui suivra !

Bien amicalement,
Anne Cordier

Parler aux plus jeunes du “numérique” avec exigence et intelligence, c’est possible !

Aujourd’hui, j’ai envie de partager avec vous un coup de cœur qui a résonné avec force pour moi en cette semaine particulière. Particulière car on a fêté dans toute la France la Science. Et pour cette édition 2019 de la Fête de la Science, j’ai été invitée en Lozère pour parler et échanger, à diverses occasions, avec des collégien·nes, des enseignant·es, mais aussi ledit grand public, autour de la thématique suivante : “Le smartphone : une fenêtre (trop ?) ouverte sur le monde !”. Avant l’échange avec les publics, une pièce de théâtre, découverte sur l’instant. Et c’est là que réside le coup de cœur dont je souhaite vous parler.

Logo Compagnie – Blog Midi Moins Cinq

Une lumière dans les méandres des poncifs

Alors que les organisateurs de manifestations dédiées aux “écrans”, objets connectés et audit numérique en général, rivalisent de titres racoleurs et légitimants, stigmatisant souvent les pratiques juvéniles liées, les auteurs et comédiens de la compagnie Midi Moins Cinq ont sobrement, mais significativement, intitulé leur pièce “Mille 300 Minutes par Cemaine”*.

21 heures par semaine, c’est le temps moyen de consultation du téléphone portable par les Français·es, tous âges confondus. À partir de ce constat chiffré, je craignais les réactions et discussions habituelles, maintes fois entendues et observées à travers des spectacles sur cette thématique : “Quoi ?! Mais voilà, la perte du lien social, elle est là ! Les gens se renferment sur eux-mêmes ! Connectés à des “machins” non identifiés mais incapables de solidarité et de reliance entre eux ! Et alors, évidemment, le pire dans tout ça, c’est la jeune génération ! Addict’ et soumise à ces outils comme si sa vie en dépendait !”…. Oui, tout cela, on connaît, au café du commerce, dans les médias, parfois les salles de profs aussi, les rencontres avec les parents, bref tout cela on connaît, hélas trop bien…

Et tout cela, les comédiens de la compagnie Midi Moins Cinq nous l’épargnent, désireux de proposer autre chose (je serais tentée de dire simplement : quelque chose !) : une réflexion, philosophique et poélitique (je reprends leur joli terme si évocateur), sur le monde, le temps, la relation à autrui et à soi, à sa mémoire et à celle des autres…

 Photo: A.Cordier -oct.2019

Du gâteau yaourt à Tim Ingold

Tout en préparant un gâteau yaourt (oui, oui, vous avez bien lu), les comédiens citent Tim Ingold, Marguerite Duras, font état de la chronologie des moyens de communication et des enjeux politiques et économiques qui ont sous-tendu et sous-tendent encore leur diffusion dans la société. Le tout est fait avec une profonde intelligence et une documentation scientifique à la base du propos développé qui est particulièrement solide. L’on remonte ainsi le fil du temps de la communication, en lien avec les soubresauts politiques d’une société mondialisée. L’on s’interroge sur les profits économiques vertigineux des GAFAM et l’écart gigantesque avec la pauvreté dans laquelle vivent celles et ceux qui assemblent les pièces de ces objets dans des pays qui semblent si lointains. L’on prend aussi la mesure de cette information, de cet accès à la culture, que les objets connectés favorisent… à certaines conditions, dont chacun·e de nous a la responsabilité.

Dans la salle, une centaine de collégien·es (niveaux 5ème-4ème-3ème) absolument silencieuse, dans la communion d’un souvenir d’enfance évoqué par un membre de la salle… et qui cinq minutes plus tard, s’esclaffe devant les mimiques des comédiens. Les collégien·es passent de l’excitation à la stupéfaction, du rire franc au saisissement incertain. Un tourbillon emporte la salle pendant 1h10 de spectacle, alternant temps de pause, d’écoute…du silence (et du gâteau qui cuit, mais c’est une autre histoire… quoique), et frénésie de la parole tous azimuts, sensation du vertige temporel allié à l’accélération permise par les moyens de communication actuels.

Photo A.Cordier – oct.2019

“C’est pas le portable la question, c’est la main qui le porte”

La pièce “Mille 300 Minutes par Cemaine” s’inscrit véritablement dans une démarche pédagogique constructive d’éducation à l’information et aux médias par l’invitation à une mise en perspective historique et politique des moyens de communication, à une réflexion sur ses propres usages de ces objets et la relation au temps et à autrui que l’on met en place dans un contexte de société de l’accélération (Hartmut Rosa).

Les auteurs et comédiens évitent des écueils/pièges dans lesquels ont coutume de tomber allègrement certains, notamment les spectacles présentés dans les établissements scolaires sur cette thématique (j’en ai vu plusieurs, ai été amenée à débattre à la suite de plusieurs, je peux donc, de l’intérieur du dispositif en quelque sorte, en témoigner).

Avant tout, ils se situent à une égale distance entre une diabolisation excessive et défiante des objets connectés et des usages juvéniles, et une vision béate de notre société et de la façon dont s’emparent les individus – tout particulièrement les enfants et adolescent·es – de ces objets.

Ensuite, dans la même lignée, ils évitent le démagogisme et l’amoncellement de poncifs pour tenir des propos solides et argumentés, appuyés sur des travaux scientifiques reconnus.

Enfin, et de cela je leur suis infiniment reconnaissante : ils n’ont aucune condescendance à l’égard du jeune public. Enfin des adultes qui ne jouent pas aux “d’jeun’s” en parlant un verlan ridicule des années 1990, mâchouillant un chewing-gum en faisant trainer les consonnes… Enfin, des adultes qui restent à leur place… d’adultes ! Et ce, j’insiste, sans condescendance aucune, considérant l’ensemble des êtres humains dans un tout dont ils sont, chacun·e à leur niveau, responsables.

Photo A.Cordier – oct2019

Olivier Bracco et Marc Sollogoub prennent leur public au sérieux, quel que soit son âge, en lui proposant avec humour et conviction une réflexion exigeante et ambitieuse, qu’une mise en scène pleine de trouvailles vient sublimer. Merci, Messieurs, de respecter ainsi celles et ceux qui, comme vous, comme nous, évoluent dans un monde de vitesse où se sentir vivants nécessite de sans cesse (se) poser la question essentielle de votre spectacle : celle du sens.

 

Compagnie Midi Moins Cinq : le blog / la Page Facebook / Contact mail : lemidimoinscinq@gmail.com

Spectacle “Mille 300 Minutes par Çemaine” / Durée 1h10 / À partir de 12 ans. Toutes les prestations/créations de la Compagnie ici.

* Non, non, pas de fôte ici : En écrivant la pièce ainsi, l’on retrouve l’acronyme de Midi Moins Cinq 😉

Visages de la Silicon Valley

De la Silicon Valley, que connaît-on ?

Des infrastructures rivalisant de magnificence (la cathédrale de verre et d’acier de Apple en est une illustration emblématique) ; des ordinateurs portables et des téléphones mobiles high-tech que l’on s’arrache pour être in et avoir le sentiment de participer à la marche du monde ; des grands noms, icônes de la réussite à l’américaine et de la domination par la technologie (Steve Jobs, Mark Zukerberg, pour ne citer qu’eux) ; des industries tout autant louées que craintes pour leur puissance tant financière qu’idéologique (GoogleFacebookApple…)…

La terre promise technologique qu’est la Silicon Valley est pourtant, lorsqu’on prend la peine de gratter les mythes, une terre bien réelle, caractérisée par des paysages variés… mais aussi par un sous-sol abritant des produits chimiques hautement toxiques, utilisés pour la fabrication du matériel informatique. Cette terre est habitée. Habitée. C’est-à-dire foulée, retournée, touchée, façonnée, bref : vécue. 

Et ce sont justement ces Vies de la Silicon Valley que la photographe Mary Beth Meehan nous raconte, en photos et en mots, dans cet ouvrage inédit Visages de la Silicon Valley. Des vies qui, loin de la luxuriance et du capital risque du mythe d’innovation technologique, sont marquées par la pauvreté et la peine, mais aussi le combat pour un monde meilleur, altruiste et non basé sur des profits qui n’inondent qu’une part restreinte.

Au-delà de la légende, des récits de vies ordinaires

Mary Beth Meehan nous conduit à la rencontre de Cristobal, vétéran de l’armée américaine qui pose dans l’intérieur coloré de l’abri qu’il habite au fond d’une cour. Cristobal, qui agit avec d’autres pour une augmentation des salaires et l’assurance d’une couverture maladie. Nous faisons aussi la connaissance de Imelda, entourée de fleurs dans sa petite caravane, vivant en partie des cadeaux que lui font les gens dont elle nettoie les maisons.

Ces deux exemples, parmi tant d’autres, de portraits d’habitants de la Silicon Valley captés par Mary Beth Meehan, pourraient laisser penser à un étalage voire à une complaisance misérabiliste. Il n’en est rien ! Chacun, chacune, est un-e combattant-e, ne rechignant guère au labeur, illuminant son existence et celle des autres de petites étincelles de joie, développant une conception politique de la Cité dans laquelle il-elle vit, et loin d’adopter une attitude passive face aux injustices vécues prend les armes, les plus belles  : celles de la parole, de l’action concertée et résolument humaniste, tournée vers le bien commun.

Justyna, docteure en sciences de l’ingénieur venue de Pologne, alerte : “Il me semble que nous sommes en train de nous perdre. Si nous aspirons à l’excellence technologique, pourquoi n’avons-nous pas la même exigence en étant bons les uns envers les autres ?”. Son propos nous semble passer symboliquement le relais à Jolea, 14 ans, qui vient de suivre un stage informatique à Stanford, et dont on espère qu’elle verra cette alerte de son aînée muée en une prise de conscience collective. On souhaite de tout cœur que Jolea porte et fasse advenir, avec d’autres, un changement sociétal urgent.

Un projet photographique mais aussi socio-anthropologique 

Visages de la Silicon Valley est un projet qui nous semble relever à la fois de l’entreprise photographique mais aussi du projet sociologique et anthropologique.

Le choix d’une entrée par la capture photographique d’un portrait et/ou d’un instant de vie pour révéler des parcours biographiques et les ancrer dans une problématique élargie de ce qui fait un rapport au monde et aux autres mais aussi de ce qu’un mythe dissimule, est d’une force incroyable. Les portraits qui nous sont offerts ici sont empreints d’humanité, celle que la photographe porte sur ses modèles, tout autant que celle que ces habitant-es dégagent… et nous amènent à penser et à chérir.

Les quelques pages introductives, de la plume de Fred Turner, plantent le décor. Les photographies de Mary Beth Meehan, auxquelles sont adossés de courts récits, comprenant des extraits d’entretiens avec les modèles photographiés, font le reste. L’ensemble livre le résultat d’un travail de recherche à la portée anthropologique mais aussi politique infiniment précieuse. L’artiste a en effet véritablement travaillé en immersion, pendant plusieurs semaines, sur le terrain, pour – selon ses propres termes, issus de l’épilogue de l’ouvrage – “transmettre quelque chose des êtres humains qui vivent là”.

Vous l’aurez compris, Visages de la Silicon Valley n’est pas (uniquement) un “beau livre”. C’est un récit photo-socio-anthropologique (que l’on me pardonne ce néologisme !) puissant, qui invite à la réflexion tout autant qu’à l’évasion.

À l’heure des fêtes de fin d’année où les cadeaux peu inspirés risquent fort de se bousculer encore au pied du sapin, on ne peut que remercier C & F Éditions de nous donner l’occasion d’offrir un cocktail savoureux d’esthétique, d’histoires ordinaires, et de réflexion sociopolitique.

Pour aller plus loin…

Visages de la Silicon Valley, Photographies et Récits par Mary Beth Meehan, C & F Éditions, 2018, 111p. =) https://cfeditions.com/visages/

Découvrir le travail de Mary Beth Meehan =) http://www.marybethmeehan.com/

Aux sources de l’utopie numérique : De la contre-culture à la cyberculture, Steward Brand, un homme d’influence, par Fred Turner, C & F Éditions, 2012, avec une préface de Dominique Cardon, 430p. =) https://cfeditions.com/utopieNumerique/

Numérique à l’École : Des enseignant·es pris·es dans des injonctions paradoxales

“Quand le numérique s’invite à l’école”… Voici l’entrée en matière proposée aux contributeurs·rices du numéro 78 de la revue Hermès, au dossier intitulé “Les élèves, entre cahiers et claviers”. Une thématique qui bien sûr a retenu toute mon attention, et j’ai ainsi eu le plaisir de contribuer à la réflexion collective engagée grâce à ce numéro.

Les enseignant·es, des êtres sociaux pris dans des injonctions paradoxales

Si technique et société forment un couple indissociable (Moles ; Musso), l’École de fait se trouve aussi interrogée profondément par le fait technique. Les derniers grands textes institutionnels français relatifs à « l’entrée de l’école dans l’ère du numérique » (Loi d’Orientation 2013 ; Plan Ambition Numérique, notamment) dessinent un modèle éducatif/pédagogique à la fois utopique et idéologique, pour reprendre la distinction opératoire de Paul Ricoeur (Ricoeur, 1997), particulièrement articulé autour du lien numérique/innovation.

Sur la base de matériaux divers que j’ai recueillis au cours de nombreuses investigations de terrain en établissement scolaire (entretiens individuels semi-directifs, observations de séances pédagogiques, recueil de documents et supports pédagogiques), j’ai fait le choix pour cette contribution de proposer une centration sur la communauté enseignante confrontée, bon gré mal gré, aux injonctions institutionnelles mais aussi sociétales liées au numérique. Comment les enseignants se situent-ils entre utopies, idéalisations et réalités de l’exercice professionnel ? Dressent-ils à travers leurs discours le portait d’un monde scolaire meilleur par le numérique à l’école ?

Entre utopies et idéologies, des acteurs sur le fil

Les notions d’utopie et d’idéologie paraissent fécondes pour démêler les idéaux et volontés de « bien faire », et la manière dont les enseignants se pensent, et appréhendent leur rapport pédagogique au numérique, au sein d’un système fait d’injonctions et de paradoxes.

Le numérique, une menace pour la communauté de pratique enseignante ?

Au-delà de la réception des discours idéologiques effectifs ou projetés par les acteurs, il convient d’interroger ce que le numérique fait à la communauté de pratique enseignante. On parle ici de communauté de pratique pour désigner l’organisation d’individus négociant des éléments de référence et de langage communs, des actions coordonnées, et œuvrant pour la réalisation d’un projet partagé (Wenger, 2005). Le choix de focaliser mon attention dans cette contribution sur des enquêtés appartenant au même établissement permet d’analyser finement cette question, les uns et les autres faisant référence lors des échanges à leur contexte d’établissement, aux équipes pédagogiques dont ils sont membres, et à leurs collègues du quotidien en général.

L’instrumentalisation du numérique au service du sentiment d’« innover »

« On attend d’un professeur qu’il soit capable de travailler avec le numérique » : par cette affirmation – où l’on remarquera à nouveau la présence du « on » « tiers-absent » analysé par Charaudeau (1992), un professeur d’Histoire exprime le sentiment d’injonction éprouvé par le corps enseignant concernant l’exploitation du numérique dans les pratiques pédagogiques. La maîtrise de la discipline n’apparaît plus suffisante, celle du numérique s’impose conjointement. Au-delà de l’attente institutionnelle soulignée par les acteurs, c’est aussi la volonté de faire correspondre leurs pratiques pédagogiques aux « nouvelles attentes des élèves », pour reprendre l’expression de cette professeure de Lettres, qui anime ces enseignants : « (Les élèves) sont habitués à des outils rapides, efficaces, alors même si on doit pas tomber dans le numérique pour le numérique, ce qui serait démagogique, on se doit de penser nos pratiques pédagogiques autrement ».

Une conclusion

Profondément interrogée par le fait technique, l’institution scolaire dessine à travers des textes institutionnels accompagnés de discours perçus comme injonctifs par les acteurs un modèle éducatif et pédagogique à la fois utopique et idéologique, particulièrement articulé autour du lien numérique/innovation. Cette présente enquête menée auprès d’enseignants du secondaire met en lumière les processus d’appréhension, de réception, mais aussi de négociation des professeurs avec ce système d’intentions. Au cœur du discours des enseignants l’on décèle le souci de répondre à une injonction qui rejoint leurs observations des pratiques juvéniles comme le sentiment que l’école ne peut rester en dehors de l’évolution à l’œuvre.

Toutefois, ce souci est porteur d’un risque majeur : celui de se placer au service d’un marché de l’information et d’un modèle de société qui reposent sur la performativité et l’adaptation à l’outillage technologique du moment. Il est alors à craindre que la formation par le numérique prenne le pas sur la formation au numérique, et une approche culturelle de l’information et du numérique qui seule peut pourtant favoriser une émancipation critique des individus, et être à la hauteur des enjeux éducatifs mais aussi et surtout sociétaux qui y sont liés.

Pour lire l’article dans sa totalité, c’est ici !