Pour une éducation aux médias et à l’information (de) tous les jours

Ce 18 mars 2024 s’ouvre la 35ème édition de la semaine de la presse et des médias dans l’école. Chaque année, la SPME est un rendez-vous dans bon nombre d’établissements scolaires, de la maternelle au lycée. Il s’agit, durant cette semaine, de « développer le goût pour l’actualité », tout en abordant avec les élèves des notions-clés du travail journalistique, du décryptage de l’information, à travers la mise en visibilité du paysage éditorial médiatique. Si cette manifestation a son importance, elle est naturellement insuffisante pour mener à bien les objectifs éducatifs et pédagogiques énoncés, mais aussi pour couvrir l’empan des besoins et enjeux liés à l’activité informationnelle juvénile. L’observation en contexte des pratiques informationnelles enfantines et adolescentes, tout comme l’analyse des situations d’enseignement-apprentissage vécues dans le monde scolaire mais aussi en famille et dans d’autres espaces de socialisation comme les médiathèques ou les communautés associatives, plaident incontestablement pour une banalisation de l’éducation aux médias et à l’information (EMI), vue comme une pierre angulaire du développement d’une culture générale.

Des pratiques informationnelles quotidiennes

Dès l’enfance, les pratiques informationnelles existent, et participent du développement de ses loisirs et activités : ainsi, Emeline, 10 ans, passionnée de botanique, effectue des recherches en ligne sur les plantes, pendant que Aiden, 7 ans, utilise Youtube pour regarder « des vidéos de dessins pour avoir des techniques et des idées », et ensuite dessiner à son tour. Dès l’enfance aussi, les pratiques informationnelles témoignent d’un enjeu d’intégration sociale fort. Ainsi, Rémy, scolarisé en CM2, raconte l’importance de ses recherches d’information, partagées avec ses frères et son père, sur les faits de jeu du match de son équipe d football préférée, car à la maison on n’a plus les moyens financiers de se rendre au stade : « Quand on en parle à l’école le lundi, c’est comme si j’étais allé à Bollaert ! ».

Cette intrication des pratiques informationnelles avec le développement de sa personnalité et de ses goûts comme avec sa volonté de prendre sa place dans le monde monte en puissance ave l’âge. Les collégiens et les lycéens rencontrés sur le terrain racontent le plaisir de s’informer en sociabilités, de partager leurs découvertes entre pairs, de s’interroger ensemble sur les informations auxquelles ils accèdent. Dans toute leur diversité : non seulement sont évoquées les pratiques informationnelles médiatiques, dites d’actualité, mais aussi les pratiques informationnelles documentaires, extrêmement prégnantes dans la vie enfantine et adolescente. Car concrètement à une vulgate répandue, et affirmée par des études quantitatives aux contours flous et purement déclaratives, les enfants et les adolescents s’informent.

Ils et elles s’informent sur leurs centres d’intérêt, leurs loisirs, mais aussi des sujets de société qui leur tiennent à cœur, à la manière de ces lycéennes qui peuvent discuter longuement autour des violences sexistes et sexuelles sur lesquelles elles effectuent une veille informationnelle rigoureuse par le moyen des réseaux sociaux numériques. Ils et elles s’informent avec un plaisir réel, lors de rituels informationnels qu’ils mettent en place, seuls, avec des pairs ou en famille. Vasco, lycéen de 17 ans, explique combien il aime « confronter « (ses) » informations avec celles de (sa) mère avec la télé. On n’est pas souvent d’accord, mais c’est ça qui est bien, on se parle ! ». Ils et elles s’informent en tirant partie de ressources informationnelles qui échappent souvent au regard des adultes, à l’instar de Hugo Décrypte, fortement plébiscité par les lycéens, ou encore des titres de presse régionale ou nationale, dont ils suivent les publications via les réseaux sociaux numériques. N’oublions pas non plus les créateurs et créatrices de contenu, qui tiennent une place importante dans l’écosystème informationnel des publics juvéniles, notamment pour nourrir leur curiosité envers l’information documentaire (sur la santé, la sexualité, ou encore la physique ou le cinéma). Une grande diversité de pratiques et de ressources, donc, qui rythment le quotidien des enfants et des adolescents.

Des apprentissages dans le parcours biographique

Ces pratiques informationnelles ont besoin de soutien, et les enfants comme les adolescents apparaissent très demandeurs d’accompagnement dans le domaine, conscients notamment de la difficulté à évaluer l’information dans un contexte généralisé de défiance, ou encore à gérer la réception des images violentes en ligne, mais aussi désireux de développer plus encore leurs connaissances informationnelles « pour réussir dans la vie, parce que l’information c’est un tremplin » (Romane, 17 ans).

Les adolescents et les jeunes adultes rencontrés en enquête font part de rituels de familiarisation à l’information et à l’activité informationnelle qu’ils considèrent fondateurs dans leur parcours. C’est le cas de Morgan, qui à 24 ans tire le fil entre une expérience quotidienne de la lecture et de la discussion autour de la presse d’actualité à l’école primaire et son appétence actuelle, à l’âge adulte, pour la presse écrite : « Tu titres « De Mon Quotidien à Mad Movies » (rires). Sérieusement, je suis certain, ça me vient de là, le plaisir de la presse, tu vois, de prendre de l’info dedans, de savoir que je peux la partager, comme on faisait en primaire, quoi ».

D’autres évoquent des apprentissages structurants, lesquels ont pu être observés lors d’un suivi longitudinal de lycéens dans leur entrée dans les études supérieures et dans la vie professionnelle. A 19 ans, Julie « ne remerciera jamais assez (son professeur documentaliste) qui lui a donné les bonnes cartes pour après ! », notamment en la sensibilisant au référencement bibliographique et au travail de sourçage de l’information.

Malheureusement l’étude des parcours biographiques informationnels des élèves sur le long terme, et l’enquête de terrain en milieu scolaire, montrent la difficulté à mettre en place une progression des apprentissages en éducation aux médias et à l’information, et trop ponctuels sont les temps consacrés à l’information dans la classe, à son analyse comme à sa discussion. Or, intégrer des apprentissages informationnels au sein d’un environnement médiatique et documentaire pour le moins complexe, comprendre des concepts essentiels comme l’autorité informationnelle, la source ou encore la ligne éditoriale, développer une culture des sources à même d’enrichir le répertoire de pratiques informationnelles, tout cela demande du temps.

Sortir du traitement évènementiel de l’EMI

Le traitement évènementiel de l’information, auquel se trouvent souvent contraints les acteurs de l’éducation aux médias et à l’information, ne permet absolument pas de relever le défi. Tout d’abord, parce que, nous l’avons vu, ce traitement évènementiel n’est pas à la mesure de la quotidienneté – joyeuse – de la pratique informationnelle dans la vie sociale des enfants et des adolescents, et de tous les enjeux qu’ils ont à affronter chaque jour pour appréhender le flux d’informations et traiter l’information, quel que soit son statut. Ensuite, la prise en charge des problématiques informationnelles et médiatiques ne saurait se limiter à la gestion d’un évènement en général émotionnellement tellement chargé (attentats, guerres) que la prise de distance et la réflexivité critiques nécessaires à la structuration de connaissances n’est pas possible. Enfin, l’étude des trajectoires informationnelles biographiques des acteurs suivis sur le long terme, et les interrelations tissées avec des formations en EMI dont ils ont bénéficié durant leur scolarité, primaire et secondaire, montre à quel point la dimension temporelle est cruciale, favorisant l’intégration de compétences et de connaissances abordées de façon répétée de manière à ce que des transferts soient envisagés et envisageables pour les acteurs, et à ce qu’en situation, dans un nouveau contexte, ils soient en mesure de reconvoquer des ressources, des types d’usages ou de pratiques.

Pour l’ensemble de ces raisons, c’est d’une éducation aux médias et à l’information du quotidien et au quotidien dont nos enfants et adolescents ont besoin, une éducation à la hauteur de la place qu’a l’activité informationnelle dans la vie des enfants et des adolescents, c’est-à-dire une place quotidienne, profondément incarnée, sensible, joyeuse, et essentielle dans les sociabilités qu’ils mettent en œuvre, que ce soit avec la famille ou avec les pairs.

La Recherche Veille !

Dans le cadre du projet GTNum ELN, les chercheur-ses du groupe, pour enquêté sur les pratiques et compétences numériques des enfants, familles et enseignant-es, ont réalisé une revue de la littérature sur le sujet.

Nous partageons ici les différentes notes de veille réalisées par l’équipe-projet ELN, et vous souhaitons une bonne lecture !

Médias en Seine – 12 Octobre 2021

“Habiter un monde commun”. Voilà la thématique du “festival international des médias de demain”, organisé sous l’égide de France Info et Les Echos.

Un programme riche et diversifié pour réfléchir collectivement sur les conditions du vivre-ensemble dans un monde où algorithmes, puissances médiatiques et pouvoirs politiques, s’entrechoquent souvent.
Programme et inscriptions ici : https://event.mediasenseine.com/

Une table ronde sur “Les bons usages du numérique”

Invitée à cette édition du festival “Médias en Seine”, je participerai au siège de la Maison de la Radio (Radio France) à une table-ronde intitulée, par les organisateur-rices (il est bon de le préciser ;-)) , “Addiction, perte d’attention, contenus toxiques… comment inventer un bon usage du numérique”.

Cette table-ronde, animée de 9h 20 à 9h50 par François Saltiel, journaliste-producteur à France Culture (“Le meilleur des mondes”), sera composée de Michael Stora, psychanalyste, Fabienne Dulac, Orange, Serge Barbet, directeur du CLEMI, et moi-même donc.
Le festival se déroule sur plusieurs sites en présentiel, et l’ensemble des interventions est également accessible, en direct, en ligne.

Au plaisir de s’y retrouver !

Le smartphone, cet objet de questionnements … porteur de sens !

À l’occasion du colloque européen Pharmaphone : Sociabilités, affects, réseaux, qui se tiendra les 15 et 16 janvier 2020, à la Villa Tamaris – Seyne-sur-Mer, chercheurs·ses et praticien·es sont invité·es à interroger ensemble cet objet smartphone.

Si la fonction communicationnelle du smartphone est largement considérée, le rôle de cet objet connecté dans l’être-au-monde-informationnel des acteurs·rices l’est beaucoup moins. Comment saisir, sans jugement, le rôle du smarpthone dans l’activité informationnelle juvénile ? Quelle est la place effective de cet objet dans l’écosystème informationnel des jeunes enquêté·es ? Quels enjeux éducatifs recèlent ces usages informationnels du smartphone ?

Voilà ce que je proposerai de voir et discuter lors d’une conférence intitulée Avec mon téléphone, le monde il est à portée de mains !” – Anaïs 18 ans – Analyse compréhensive du portail des pratiques informationnelles juvéniles”.

Un regard compréhensif sur les pratiques informationnelles juvéniles

La recherche dont est issue la réflexion proposée ici est menée en Sciences de l’Information et de la Communication (SIC). À travers une approche anthropocentrée, sociale et compréhensive des pratiques informationnelles d’acteurs·rices, il s’agit de comprendre comment ces dernier·es s’emparent des dispositifs sociotechniques à leur disposition et les intègrent – ou non – dans leur écosystème informationnel personnel. Volonté d’expliquer théoriquement ce qui se produit avec le numérique anthropologiquement comme philosophiquement « façon de combattre la pensée magique, si profondément ancrée quand nous évoquons le numérique »[1].

Le smartphone dans l’écosystème informationnel juvénile

Cette recherche met en lumière la place prépondérante du smarpthone dans l’écosystème informationnel personnel des acteurs·rices, catalyseur d’imaginaires de l’information (exhaustivité, personnalisation) qui influent sur l’appréhension tant pragmatique, émotionnelle et cognitive, de l’information ainsi que sur sa circulation. Nous entendons par écosystème informationnel l’ensemble des ressources matérielles, humaines et symboliques, que l’acteur·rice convoque dans une situation donnée. Chacun·e développe plusieurs répertoires de pratiques et les active en fonction de la lecture qu’il·elle fait de la situation à laquelle il·elle est confronté·e. C’est le choix qui préside à la détermination de l’opérationnalité d’un écosystème informationnel.

Des enjeux éducatifs pour le domaine des cultures de l’information

Les résultats de cette recherche compréhensive et longitudinale de pratiques informationn·es juvéniles soulèvent de nombreux enjeux éducatifs pour le domaine des cultures de l’information. Nous en présenterons trois principaux : les enjeux liés à une connectivité permanente et l’accélération du flux informationnel ; les enjeux liés à un dispositif de traçabilité ; et enfin, les enjeux liés à de nouvelles formes culturelles de l’information.

À l’issue de cette recherche, le smartphone peut véritablement être qualifié d’instrument-portail des pratiques informationnelles des acteurs, enrichissant incontestablement l’expérience sociale de ces derniers. Entre fascination pour une « esthétique du surgissement »[2] et conscience d’une captation de l’attention[3], les acteurs·rices observé·es témoignent aussi du rôle de levier pour les explorations informationnelles que revêt le smartphone à travers les applications mobiles et l’évolution des offres médiatiques en général.

Programme détaillé du colloque : ici


[1] Guichard, É. (2019). Les nouveaux maîtres de l’écriture du monde. Équipe Réseaux, Savoirs & Territoires. Consulté 26 novembre 2019, à l’adresse  http://barthes.enssib.fr/articles/Guichard-Nouveaux-maitres-ecriture-du-monde.pdf

[2] Saemmer, A. (2017). Lectures préférentielles du dispositif tablette. In V. Liquète, K. Soumagnac Karel. Les affiliations par et avec le numérique (57-72). Paris : Hermann.

[3] Citton Y. (2008). Esquisse d’une économie politique des affects. In Y. Citton, F. Lordon. Spinoza et les sciences sociales : de la puissance de la multitude à l’économie des affects (45-123). Paris : Éditions Amsterdam.



POSTE PRCE “Culture Numérique et Usages du numérique en éducation”

L’INSPÉ-Université de Rouen Normandie recrute un·e PRCE Temps Complet pour la rentrée 2020.

L’enseignant·e recruté·e intégrera l’équipe pédagogique prenant en charge les formations à l’EMI (éducation aux médias et à l’information) et au numérique comme objet d’enseignement (culture numérique). Il.Elle aura en charge de déployer (et participer à) la formation des enseignant·es des premier et second degrés ainsi que personnels d’éducation aux problématiques liées à l’intégration du numérique dans la classe (posture enseignante, interactions avec les élèves, situations d’enseignement-apprentissage optimales, réflexion sur l’innovation pédagogique), à la prise en charge de l’éducation aux médias et à l’information incluant une éducation au numérique de tous les élèves. Le.La collègue recruté·e doit posséder une solide culture de l’information, des médias et du numérique.

Fiche de poste complète : ici

Les candidatures doivent être déposées avant le 12 décembre 2019. (Cf. Informations sur la fiche de poste + Site Galaxie)

Avis de Soutenance

J’ai le grand plaisir de vous inviter à la soutenance de mon Habilitation à Diriger des Recherches en Sciences de l’Information et de la Communication qui se tiendra le vendredi 06 décembre 2019 à 14h à Pessac (Université Bordeaux Montaigne – Maison de la Recherche – Salle des Thèses – Esplanade des Antilles).

Titre du Volume – Recherche Originale : “Vers une poëtique de l’être-au-monde-informationnel”
Titre du Volume – Parcours de Recherche : “Pour une anthropologie de l’information”.

La soutenance, publique, se déroulera devant un jury composé de :
M. Vincent Liquète, PU en SIC, Université de Bordeaux (Garant)
Mme Joëlle Le Marec, PU en SIC, Université Paris 4 Sorbonne (Rapportrice)
M. Stéphane Chaudiron, PU en SIC, Université de Lille (Rapporteur)
Mme Brigitte Juanals, PU en SIC, Université Aix Marseille (Examinatrice)
Mme Sylvie Grosjean, Professeure en Communication Sociale, Université d’Ottawa (Examinatrice)
M. Olivier Le Deuff, Maître de Conférences HDR en SIC, Université de Bordeaux (Examinateur)
M. Francis Jauréguiberry, PU en Sociologie, Université de Pau et des Pays de l’Adour (Examinateur).

Je serais très honorée et ravie de vous compter parmi nous pour cette soutenance et le pot qui suivra !

Bien amicalement,
Anne Cordier

Parler aux plus jeunes du “numérique” avec exigence et intelligence, c’est possible !

Aujourd’hui, j’ai envie de partager avec vous un coup de cœur qui a résonné avec force pour moi en cette semaine particulière. Particulière car on a fêté dans toute la France la Science. Et pour cette édition 2019 de la Fête de la Science, j’ai été invitée en Lozère pour parler et échanger, à diverses occasions, avec des collégien·nes, des enseignant·es, mais aussi ledit grand public, autour de la thématique suivante : “Le smartphone : une fenêtre (trop ?) ouverte sur le monde !”. Avant l’échange avec les publics, une pièce de théâtre, découverte sur l’instant. Et c’est là que réside le coup de cœur dont je souhaite vous parler.

Logo Compagnie – Blog Midi Moins Cinq

Une lumière dans les méandres des poncifs

Alors que les organisateurs de manifestations dédiées aux “écrans”, objets connectés et audit numérique en général, rivalisent de titres racoleurs et légitimants, stigmatisant souvent les pratiques juvéniles liées, les auteurs et comédiens de la compagnie Midi Moins Cinq ont sobrement, mais significativement, intitulé leur pièce “Mille 300 Minutes par Cemaine”*.

21 heures par semaine, c’est le temps moyen de consultation du téléphone portable par les Français·es, tous âges confondus. À partir de ce constat chiffré, je craignais les réactions et discussions habituelles, maintes fois entendues et observées à travers des spectacles sur cette thématique : “Quoi ?! Mais voilà, la perte du lien social, elle est là ! Les gens se renferment sur eux-mêmes ! Connectés à des “machins” non identifiés mais incapables de solidarité et de reliance entre eux ! Et alors, évidemment, le pire dans tout ça, c’est la jeune génération ! Addict’ et soumise à ces outils comme si sa vie en dépendait !”…. Oui, tout cela, on connaît, au café du commerce, dans les médias, parfois les salles de profs aussi, les rencontres avec les parents, bref tout cela on connaît, hélas trop bien…

Et tout cela, les comédiens de la compagnie Midi Moins Cinq nous l’épargnent, désireux de proposer autre chose (je serais tentée de dire simplement : quelque chose !) : une réflexion, philosophique et poélitique (je reprends leur joli terme si évocateur), sur le monde, le temps, la relation à autrui et à soi, à sa mémoire et à celle des autres…

 Photo: A.Cordier -oct.2019

Du gâteau yaourt à Tim Ingold

Tout en préparant un gâteau yaourt (oui, oui, vous avez bien lu), les comédiens citent Tim Ingold, Marguerite Duras, font état de la chronologie des moyens de communication et des enjeux politiques et économiques qui ont sous-tendu et sous-tendent encore leur diffusion dans la société. Le tout est fait avec une profonde intelligence et une documentation scientifique à la base du propos développé qui est particulièrement solide. L’on remonte ainsi le fil du temps de la communication, en lien avec les soubresauts politiques d’une société mondialisée. L’on s’interroge sur les profits économiques vertigineux des GAFAM et l’écart gigantesque avec la pauvreté dans laquelle vivent celles et ceux qui assemblent les pièces de ces objets dans des pays qui semblent si lointains. L’on prend aussi la mesure de cette information, de cet accès à la culture, que les objets connectés favorisent… à certaines conditions, dont chacun·e de nous a la responsabilité.

Dans la salle, une centaine de collégien·es (niveaux 5ème-4ème-3ème) absolument silencieuse, dans la communion d’un souvenir d’enfance évoqué par un membre de la salle… et qui cinq minutes plus tard, s’esclaffe devant les mimiques des comédiens. Les collégien·es passent de l’excitation à la stupéfaction, du rire franc au saisissement incertain. Un tourbillon emporte la salle pendant 1h10 de spectacle, alternant temps de pause, d’écoute…du silence (et du gâteau qui cuit, mais c’est une autre histoire… quoique), et frénésie de la parole tous azimuts, sensation du vertige temporel allié à l’accélération permise par les moyens de communication actuels.

Photo A.Cordier – oct.2019

“C’est pas le portable la question, c’est la main qui le porte”

La pièce “Mille 300 Minutes par Cemaine” s’inscrit véritablement dans une démarche pédagogique constructive d’éducation à l’information et aux médias par l’invitation à une mise en perspective historique et politique des moyens de communication, à une réflexion sur ses propres usages de ces objets et la relation au temps et à autrui que l’on met en place dans un contexte de société de l’accélération (Hartmut Rosa).

Les auteurs et comédiens évitent des écueils/pièges dans lesquels ont coutume de tomber allègrement certains, notamment les spectacles présentés dans les établissements scolaires sur cette thématique (j’en ai vu plusieurs, ai été amenée à débattre à la suite de plusieurs, je peux donc, de l’intérieur du dispositif en quelque sorte, en témoigner).

Avant tout, ils se situent à une égale distance entre une diabolisation excessive et défiante des objets connectés et des usages juvéniles, et une vision béate de notre société et de la façon dont s’emparent les individus – tout particulièrement les enfants et adolescent·es – de ces objets.

Ensuite, dans la même lignée, ils évitent le démagogisme et l’amoncellement de poncifs pour tenir des propos solides et argumentés, appuyés sur des travaux scientifiques reconnus.

Enfin, et de cela je leur suis infiniment reconnaissante : ils n’ont aucune condescendance à l’égard du jeune public. Enfin des adultes qui ne jouent pas aux “d’jeun’s” en parlant un verlan ridicule des années 1990, mâchouillant un chewing-gum en faisant trainer les consonnes… Enfin, des adultes qui restent à leur place… d’adultes ! Et ce, j’insiste, sans condescendance aucune, considérant l’ensemble des êtres humains dans un tout dont ils sont, chacun·e à leur niveau, responsables.

Photo A.Cordier – oct2019

Olivier Bracco et Marc Sollogoub prennent leur public au sérieux, quel que soit son âge, en lui proposant avec humour et conviction une réflexion exigeante et ambitieuse, qu’une mise en scène pleine de trouvailles vient sublimer. Merci, Messieurs, de respecter ainsi celles et ceux qui, comme vous, comme nous, évoluent dans un monde de vitesse où se sentir vivants nécessite de sans cesse (se) poser la question essentielle de votre spectacle : celle du sens.

 

Compagnie Midi Moins Cinq : le blog / la Page Facebook / Contact mail : lemidimoinscinq@gmail.com

Spectacle “Mille 300 Minutes par Çemaine” / Durée 1h10 / À partir de 12 ans. Toutes les prestations/créations de la Compagnie ici.

* Non, non, pas de fôte ici : En écrivant la pièce ainsi, l’on retrouve l’acronyme de Midi Moins Cinq 😉