« Grandir Connectés » : En finir avec les idées reçues sur les adolescents et internet

Ils s’appellent Zoé, Mathys, Julie ou encore Loïc. Ce sont des adolescents qui n’ont pas connu « le monde sans Internet ». Pour cette raison, on dit souvent d’eux qu’ils sont des « digital natives » dotés de capacités innées, inscrites même dans leur développement biologique [PDF]. On voit en eux aussi souvent des consommateurs passifs du numérique, aliénés aux logiques économiques déployées sur les réseaux. On va même jusqu’à les considérer comme des « mutants » , étranges êtres d’une sphère lointaine… et pourtant si proche.

Bref, de Zoé, Mathys, Julie et les autres, on dit beaucoup de choses. Mais eux, que disent-ils de leur rapport au numérique, et plus largement à l’information ? Mais eux, que font-ils concrètement avec ces outils d’information et de communication qui sont constitutifs de leur environnement quotidien ? Mais eux, que pensent-ils de cette société de l’information et de la communication dans laquelle ils évoluent ? Mais eux, quels besoins, quelles envies, quelles valeurs expriment-ils, en discours et en actes, à travers leurs pratiques informationnelles et communicationnelles ?

La parole aux adolescents

Pour le savoir, c’est à eux qu’il faut s’adresser, c’est eux qu’il faut observer, c’est avec eux qu’il faut échanger. Plusieurs années d’enquête ont ainsi été consacrées à ces adolescents, compris comme des êtres sociaux, inscrits dans une histoire personnelle, familiale, scolaire, et dans des réseaux de sociabilités.

Ces jeunes de 11 à 17 ans ont laissé voir leurs pratiques informationnelles dans des situations de recherche vécues, individuellement ou collectivement. Ils ont donné de leur temps pour faire entendre leurs voix, leurs histoires spécifiques, leurs relations à l’information, au numérique et à ces réseaux techniques et sociaux qu’ils éprouvent chaque jour. « Grandir connectés » leur donne la parole, et permet de dépasser ces portraits médiatiques d’« adolescents connectés » effectués à l’emporte-pièce, et biaisés par des regards d’adultes légitimants.

Les parcours de chacun de ces adolescents sont faits de rencontres, de points d’achoppement, de moments déclencheurs, de prises de conscience, de retournements de situations… Ils prouvent que les pratiques informationnelles et communicationnelles sont évolutives, profondément dépendantes d’un contexte, à la fois social, culturel et académique. Ils prouvent aussi que ces pratiques sont empreintes d’imaginaires, de l’information, des outils de recherche, des réseaux, et que ces imaginaires doivent être saisis et pris en compte pour un dépassement des visions mythiques du numérique ou des peurs liées à l’activité informationnelle.

Ces parcours observés avec un regard scientifique et racontés par les adolescents rencontrés prouvent aussi que ces derniers tentent d’agencer l’environnement informationnel qui est le leur pour trouver une efficacité dans leurs actions, mais aussi tentent de remédier, avec plus ou moins de bonheur, à des lacunes conscientisées. Car les « digital natives » n’existent pas, et ils souhaitent bien nous le faire savoir. « Grandir connectés » leur en donne l’occasion. Écoutons-les.

Vérités et contre-vérités

Écoutons Anastasia, Geoffrey ou encore Marie, nous dire combien ces discours sociaux relayés à grands renforts de formules médiatiques nuisent à la prise en compte de leurs difficultés et de leurs individualités. Il est frappant, à travers les enquêtes menées au plus près d’eux-mêmes, de constater combien ces discours agacent ces jeunes adolescents, qui se sentent bien mal à l’aise avec ce statut – lourd à assumer – de « digital natives ».

L’étude de l’expertise, et plus précisément encore du sentiment d’expertise que les adolescents développent personnellement mais aussi attribuent à autrui, est riche d’enseignements.

Une « vie numérique » (Reynald, 17 ans)

Bien sûr, Internet occupe une place importante dans l’environnement informationnel et social des adolescents. Mais là encore, laissons Reynald, Soumia ou encore William nous raconter combien le réseau familier et familial s’organise pour entourer les apprentissages non formels de l’adolescent, et permettre une autonomisation graduée des pratiques d’information-communication. Loin des discours regrettant une démission parentale, les propos tenus par les adolescents font état d’expériences partagées, qui comportent des pistes d’actions.

Rechercher l’information

De la même manière, loin des discours prophétisant la fin d’une « ère du savoir » , les observations des pratiques de recherche d’information déployées par les adolescents laissent voir de profonds besoins en matière d’analyse et de traitement de l’information. Les imaginaires de l’information et d’Internet sont très forts, et l’activité informationnelle est parfois particulièrement difficile, voire anxiogène, pour ces jeunes chercheurs d’information.

Un clivage important apparaît entre ceux qui se sentent « au bord de la route » (Armelle, 17 ans), et ceux qui développent un pouvoir d’agir sur et par les réseaux, un clivage qu’il nous faut analyser pour trouver nous-mêmes des clés d’action et d’accompagnement. Les discours et pratiques liés à l’activité informationnelle relevés dans nos travaux nous invitent aussi à considérer autrement ces adolescents, et à saisir leur vision du monde et de la société de l’information, qu’ils entendent bien construire, selon des idéaux déclarés.

Une responsabilité collective

De ces enquêtes, qui ont consisté à observer et interroger des adolescents sur le long terme, ressort plus que jamais une responsabilité collective à laquelle nous n’avons tout simplement pas le droit de nous soustraire. Parents, enseignants, professionnels de l’information, médiateurs au sens large, mais aussi décideurs, nous avons le devoir d’accompagner ces jeunes pour qu’ils deviennent tous des acteurs et des citoyens du numérique.

Grandir Connectés : Les adolescents et la recherche d’information. Caen : C & F Éditions. 303 pages.

SociaNum Séance 2 !

Le Jeudi 23 Mars se tiendra la 2ème séance du Séminaire « Sociabilités Numériques : des objets, des terrains, des méthodologies » !

[Rennes, Campus Villejean, Bâtiment A, 3ème étage, Salle Jacques Léonard]

Voici le programme :

9h45 : Accueil autour d’un café

10h15 – Julie Denouël, MCF en Sciences de l’éducation, CREAD, Rennes 2

Faire, défaire, refaire famille. Rôle des pratiques numériques dans la (dé/re)construction des sociabilités @ home

Cette communication aura pour objectif de s’intéresser à la façon dont les usages sociaux ordinaires des technologies numériques d’information et de communication participent de la transformation des sociabilités au sein des familles. A partir d’une ethnographie des pratiques numériques d’une douzaine de familles bretonnes ayant pour caractéristique de reposer sur des configurations diverses (nucléaire, sans enfant, monoparentale, recomposée, plurigénérationnelle, etc.), nous observerons comment les technologies s’insèrent dans les trajectoires de vie de ces différents foyers, accompagnement l’organisation des liens intra et extrafamilaux, et contribuent à la structuration de leur territoire.

11h15 : Roselyne Le Bourgeois, MCF en Sciences de l’éducation, CAREF, ESPE-Université Picardie Jules Verne, Joël Bisault, PU en Sciences de l’éducation, CAREF, ESPE-Université Picardie Jules Verne, et Maria Buverte, Doctorante en Sciences de l’éducation, CAREF

Enseignants du primaire : étudier un forum pour comprendre les préoccupations des enseignants du premier degré en sciences, histoire et géographie.

À partir d’une analyse de 200 posts déposés sur une plateforme en ligne à destination des enseignants du premier degré, nous proposons de rendre compte des usages du dispositif et de la nature des discussions entre enseignants en sciences et en histoire-géographie.
Une analyse qualitative et didactique de quelques fils de discussion
posera la question des écarts entre prescriptions et pratiques
déclarées.

14h00 – Anne-France Kogan, PU en SIC, PREFics, Rennes 2

Lost in transportation : Visibilité du fret, invisibilité sociale

Les TIC embarquées dans les camions accompagnent les évolutions du secteur du transport routier de marchandises en optimisant l’activité du fret. La pression temporelle du flux et les possibilités de contrôle intégrées dans ces dispositifs ont mis à mal les habitudes de sociabilité des conducteurs routiers. Parallèlement, les usages d’internet et du téléphone portable se sont développés. Pour analyser l’évolution de ces pratiques de communication, nous considérons, en référence à la théorie de la reconnaissance d’Axel Honneth, que la visibilité est au cœur des relations sociales. Ainsi, pour faire face à une organisation productive qui conduit à une raréfaction et une réification du social, la possibilité, via l’usage des objets numériques, de jouer sur différentes sphères (privée, amicale ou professionnelle) en les activant alternativement peut se lire comme la nécessité d’élargir le champ de la reconnaissance.

15h00 – Discussion collective / Mise en perspective de l’ensemble des réflexions (épistémologiques, méthodologiques et empiriques) issues des contributions de la journée

16h – Conclusion et café

Nous espérons vous rencontrer ou vous retrouver à l’occasion de cette seconde séance, qui s’annonce passionnante ! D’ores et déjà, vous pouvez noter la date du 13 juin pour la 3ème séance de SociaNum !

Rendez-vous le 12 avril 2018 pour SociaNum n°5 !

La prochaine séance du séminaire SociaNum se tiendra Jeudi 12 avril à Rennes 2 (Campus Villejean) !

Voici le programme de la journée :

9h45 – Accueil autour d’un café

10h15 : Irène Bastard, MCF associée à Telecom Paris Tech

Quand le développement du réseau social confirme une place sociale : L’usage de Facebook par les adolescents de milieu populaire

« Faut-il connaître tous ses amis sur Facebook ? ». Cette question abrupte servait à lancer les entretiens collectifs pour une enquête réalisée auprès d’adolescents sur leurs usages du web et des réseaux sociaux pour s’informer. Le terrain se déroulait en 2013, au lycée Pasteur, lycée professionnel et technique de la banlieue parisienne considéré comme un établissement de zone populaire, avec une population majoritairement issue de l’immigration et souvent en échec scolaire. La méthode de recherche déployait un questionnaire individuel remplit en classe en même temps qu’une discussion collective et une dizaine d’entretiens individuels. La réponse à la question sur les amis est très symptomatique de la tension affective propre à l’adolescence : oui pour « ne pas se faire afficher », non « si ça permet de rencontrer des gens comme moi ». L’analyse de cette enquête montre que l’enchevêtrement de relations hétérogènes, de la famille aux « ex », et la publicisation des interactions associées sur le mur conduisent à un équilibre tenu et incite les adolescents à activer les liens forts plus que les rencontres marginales. De même, les contenus partagés sur Facebook s’homogénéisent pour signifier ses liens aux pairs, la curiosité ne pouvant se déployer qu’adosser à une passion. La plate-forme referme donc les possibilités d’explorations et d’expérimentations nécessaires à l’adolescence pour confirmer une place sociale, à travers les affinités et la convergence des goûts.

Pause déjeuner 12h15-14h

14h00 : Virginie Lethiais, MCF en Économie, LEGO, GIS Marsouin, IMT Atlantique – Brest

Impact des réseaux sociaux sur la sociabilité : Le cas de Facebook

Nombre de chercheurs se sont interrogés depuis au moins une trentaine d’années, sur l’impact de la diffusion des technologies sur la sociabilité des individus. Facebook, en raison de sa popularité et des pratiques qu’il engendre, est un cas d’étude particulièrement intéressant.  Pour cette communication, nous utilisons les données issues d’une enquête déclarative menée auprès d’un échantillon représentatif de 2000 internautes français utilisateurs de Facebook, afin de mieux comprendre le lien entre l’utilisation du réseau social et la sociabilité. S’il existe un lien positif entre l’intensité d’utilisation de Facebook et la sociabilité, le réseau social est rarement vu comme un moyen de renforcer cette sociabilité. Plus précisément, nous montrons que Facebook contribue plus à augmenter les liens faibles que les liens forts, et que son influence perçue sur la sociabilité est fortement dépendante du contexte social et générationnel : les classes moins dotées culturellement et financièrement perçoivent en effet un impact plus fort du service en ligne sur leur sociabilité.

15h00 Discussion collective / Mise en perspective de l’ensemble des réflexions (épistémologiques, méthodologiques et empiriques) issues des contributions de la journée

16h – Conclusion et café

Nous espérons vous rencontrer ou vous retrouver à l’occasion de cette séance, qui s’annonce encore une fois très enrichissante !

Anne CORDIER (UMR ESO) – Barbara FONTAR (EA CREAD) – Mickaël LE MENTEC (EA CAREF)

PS : Pour venir au séminaire, c’est gratuit ! Mais inscrivez-vous auprès de l’un de nous ! =) anne.cordier@univ-rouen.fr / barbara.fontar@univ-renne2.fr / mickael.le.mentec@u-picardie.fr