L’éducation aux médias contre les discriminations

Recension à propos de Stéréotypes, discriminations et éducation aux médias, par Laurence Corroy et Sophie Jehel. Paris : L’Harmattan, 2017, 257p.

Dès son avant-propos, l’objectif de l’ouvrage est annoncé, pragmatique : « Construire des projets éducatifs luttant contre la montée des discours discriminatoires ». Le constat d’un monde bouleversé par la mondialisation, la radicalisation de discours politiques, ainsi que l’évolution des droits humains, conduit à conscientiser le rôle du traitement médiatique des faits de société et des populations notamment dites minoritaires. La formation à l’esprit critique, la lutte contre les discours discriminatoires et xénophobes, apparaissent dès lors au cœur d’une éducation aux médias qui concerne toute la société civile, et pas seulement le microcosme scolaire.

Diversité de la recherche, Recherche de la diversité

Pour ce faire, les deux directrices de cette publication, Laurence Corroy et Sophie Jehel, toutes deux chercheuses en Sciences de l’Information et de la Communication, reconnues dans leur champ pour leur contribution engagée aux réflexions sur l’éducation aux médias, ont rassemblé pas moins de 26 contributions.

Elles nous proposent ainsi un ouvrage à plusieurs voix où s’expriment diversité des acteurs et des focales, puisque la parole y est donnée tant à des journalistes, des enseignants, des collectifs associatifs qu’à d’autres universitaires. De cela, on ne peut que se réjouir. Non seulement parce que l’objet est dès lors traité selon une grande variété de dimensions et de points de vue, ce qui constitue une richesse évidente. Mais on se satisfait aussi de cette publication, soutenue par le laboratoire CEMTI-Paris 8 et l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, qui propose dans une perspective horizontale le dialogue entre des mondes trop souvent distingués, tels que celui de la recherche dite universitaire et celui des acteurs de l’éducation dite non formelle. Voilà ici symbolisée la conception d’une recherche pour l’action, attentive aux enjeux d’une société en mouvement, et qui se soucie d’irriguer celle-ci de manière effective.

Déconstruire, Documenter, Dépasser

Concrètement, on pourrait résumer en une formule triptyque la démarche perceptible à travers l’ensemble de ces publications : Déconstruire, Documenter, Dépasser. Parcourons l’ouvrage, de manière volontairement non linéaire et exhaustive, à travers quelques focales, comme autant d’invitations à lire précautionneusement chaque texte.

Déconstruire… et mettre à jour des logiques de production de discours vus à la fois comme relais de diffusion de stéréotypes et de discriminations que comme expression d’un pouvoir de domination. Cela passe par l’analyse des discours, choix des mots et d’énonciation, qui, si ils sont des procédés au cœur de toute activité de communication, apparaissent mis au service d’une essentialisation des identités et d’une forme de propagande outrancière. On pourra ainsi plonger au cœur des stratégies de communication du Bloc Identitaire à destination de la jeunesse dans une étude passionnante menée par Étienne Pingaud, qui révèlent les intrications entre propositions d’activités sportives et culturelles, et mise en place d’un plan de communication rôdé, séduisant pour les jeunes esprits, basé sur une récupération de symboles au service d’une idéologie conservatrice et xénophobe.

Documenter… des pratiques et des modes d’action pour faire des médias des instruments non de soumission mais d’émancipation, à la fois politique et culturelle. C’est notamment ce que permettent le code de déontologie de la Fédération internationale des journalistes, accordant une place à la lutte contre les discriminations dans la déontologie journalistique, ou encore le kit publié par l’association des journalistes LGBT : il s’agit finalement de faire prendre conscience aussi aux producteurs de discours eux-mêmes des procédés de stigmatisation ou d’invisibilisation qui concourent à la production d’information discriminante.

Dépasser… les constats, les analyses, et la dénonciation, pour militer de manière constructive et résolument ouverte en faveur d’une éducation aux médias. C’est exactement ce que reflète le programme e-Engagement Against Violence, présenté de manière réflexive tout à fait intéressante, par Sophie Jehel et Christophe Magis. Le projet s’est traduit par la mise en œuvre dans des classes de séquences pédagogiques visant à sensibiliser les jeunes aux discours discriminatoires. Une éducation aux médias qui vise à la fois à dénaturaliser les médias mais aussi à doter du pouvoir de produire soi-même, favorisant développement de la citoyenneté et dynamisme de la démocratie et de l’interculturalité, comme le précise si bien Laurence Corroy.

Quels lecteurs ?

Par son hétérogénéité, l’ouvrage s’adresse à des lecteurs multiples, tous intéressés bien sûr par la compréhension, et la dénonciation constructive, des discours discriminatoires et du rôle des médias dans la production et diffusion de ces discours.

Les chercheurs et étudiants y trouveront matière à réflexion tant épistémologique que pragmatique. On soulignera le souci, particulièrement appréciable, de chaque auteur scientifique à préciser dans sa contribution le cadre théorique dans lequel il déploie son travail de recherche, ainsi que la méthodologie employée pour conduire l’investigation. Les références sont nombreuses tout en étant précisément exploitées, permettant d’approfondir encore le questionnement et de se constituer une véritable culture sur l’objet appréhendé. Sur le plan théorique, l’on peut ressentir une certaine frustration à la lecture de l’ouvrage. En effet, le choix de qualifier d’emblée l’entrée par les stéréotypes est un parti pris, certes militant et incontestablement compréhensible, mais qui est susceptible de nuire à la saisie des processus implicites voire inconscients de production de discriminations. En ce sens, une explicitation de l’emploi de ce concept, notamment au regard de celui de représentations (sociales et collectives) eut été bienvenue, et sans aucun doute salutaire. La publication s’inscrit, nous semble-t-il, dans la lignée des approches par les médiacultures (Maigret, Macé, 2005), et les liens avec les travaux de chercheurs en Sciences de l’information et de la Communication tels que Maxime Cervulle[1] et Nelly Quemener[2], notamment à travers le rapport pouvoir/culture, apparaissent prégnants pour le familier scientifique de ces objets. Par sa solidité théorique et ses éclairages diversifiés, l’ouvrage intègre tout à fait la littérature scientifique participant au débat sur les rapports sociaux, notamment de genre, de classe et de race, dans l’espace public (Dalibert, Lamy, Quemener, 2016, 2017).

Les enseignants et acteurs de l’éducation non formelle seront tout à fait touchés par cette publication accessible, qui propose une alternance entre articles scientifiques et encadrés favorisant des focalisations sur des actions conduites par des collectifs associatifs ou des exemples de discriminations illustrés par des statistiques récentes. Autant d’éléments qui peuvent être des encouragements à l’intégration de ces problématiques dans les actions d’enseignement et de formation.

 

Pour conclure, on pourrait reprocher l’éclectisme des focales et des points de vue qui confèrent à l’ouvrage un aspect mosaïque. Nous ne le ferons pas. Au contraire, il nous semble que ce foisonnement hétéroclite contribue à mettre en lumière la complexité, tant scientifique, sociale et politique, de cette thématique dont il est urgent de se saisir de manière pragmatique, sans angélisme ni diabolisation excessifs.

 

Références bibliographiques

CERVULLE, Maxime (2013). Dans le blanc des yeux : Diversité, racisme et médias. Paris : Éditions Amsterdam.

DALIBERT, Marion, LAMY, Aurélia, QUEMENER, Nelly (dir.) (2016). Circulation et qualification des discours. Conflictualités dans les espaces publics (1). Études de communication, n°47.

DALIBERT, Marion, LAMY, Aurélia, QUEMENER, Nelly (dir.) (2017). Rapports sociaux et hégémonie. Conflictualités dans les espaces publics (2). Études de communication, n°48.

MAIGRET, Éric, MACÉ, Éric (dir.) (2005). Penser les médiacultures : nouvelles pratiques et nouvelles approches de la représentation du monde. Paris : Armand Colin-INA.

QUEMENER, Nelly (2014). Le pouvoir de l’humour : Politiques des représentations dans les médias en France. Paris : Armand Colin.

 

[1] On peut notamment citer le travail de mise en lumière des conceptions blanches de la culture effectué par Maxime Cervulle. À travers le concept de « blanchité », le chercheur interroge « la question blanche », et avec elle dénonce les déclinaisons politiques, sociales, et culturelles, à travers les médias, d’une « hégémonie blanche » (Cervulle, 2013).

[2] La chercheuse interroge notamment la représentation des minorités dans les médias grand public. À travers son ouvrage issu de sa thèse de doctorat, Le pouvoir de l’humour, elle montre combien l’humour est utilisé comme une arme par les catégories minoritaires, et devient un moyen de lutte contre les hégémonies culturelles dominantes (Quemener, 2014).

*** J’adresse tous mes remerciements à Arnaud Alessandrin et Johanna Dagorn, directeurs des Cahiers de la LCD (Lutte Contre les Discriminations), qui ont donné l’autorisation de la diffusion de cette recension, parue dans le Hors-Série n°1 des Cahiers de la LCD en janvier 2018.

« La Génération Z, ses rêves et ses questionnements »

Quel(s) regard(s) portent les jeunes dits de la « Génération Z » sur l’information, les médias et le monde qui les entoure ? Comment redessinent-ils les contours de l’intime, du privé, et du public, notamment via les réseaux sociaux ? Comment appréhendent-ils l’injonction à la réactivité et à la connexion permanentes ? Quels profils d’acteurs informationnels dévoilent-ils à travers des pratiques bien plus complexes et originales qu’on ne le dit communément ?

Ce sont ces questions que l’article de Estelle Cotto, journaliste à Le Vif / L’Express, premier hebdomadaire national d’information belge, traite, à partir du spectacle de Salvatore Calcagno. J’ai eu le plaisir de répondre à ces questions.

L’article a été publié ce 16 février 2008. Le voici en version complète :

Le-Vif-2018-GénérationZ

SociaNum : Appel à VOTRE Participation !

Cher-e-s collègues,

Nous revenons vers vous concernant les prochaines séances du séminaire Sociabilités Numériques.
Tout d’abord, nous vous rappelons les dates de nos futurs rendez-vous, qui auront toujours lieu à Rennes 2 : jeudi 12 avril 2018, et jeudi 14 juin 2018.

Ensuite, étant donné la dynamique de notre groupe et l’enthousiasme qui émane lors des échanges, notamment par le fait que nous assumons pleinement une conception « work-in-progress » des travaux présentés, et un caractère collaboratif à ce séminaire, nous avons à cœur de vous impliquer davantage, de façon personnelle, dans l’élaboration de ce séminaire.
Ainsi souhaitons-nous vous solliciter afin de vous proposer de profiter de ce temps d’échanges, à la fois constructifs, bienveillants et informels, pour présenter un travail de recherche récent ou en cours, qui engage la question des sociabilités numériques. Nous pourrions alors entendre lors des prochaines séances 2 d’entre vous, le 12 avril, puis le 14 juin.
La durée de l’intervention serait de 1h, échanges compris.

Si vous êtes intéressé-e par le fait de communiquer un travail de recherche et de soumettre vos réflexions sur ce travail et ses liens avec la problématique des sociabilités numériques à l’ensemble du groupe, nous vous serions reconnaissant-e-s de nous en faire part, d’ici le 20 février 2018, en proposant un petit résumé ainsi qu’un titre. Et en précisant la date du séminaire à laquelle vous souhaitez intervenir.
N’hésitez pas à communiquer cette information à des personnes qui pourraient être intéressées par une participation (soit comme intervenant soit comme public).

En espérant que cette proposition retiendra votre attention, nous nous tenons à votre disposition !

Bien à vous,
Anne, Barbara et Mickaël

anne.cordier@univ-rouen.fr
barbara.fontar@univ-rennes2.fr
mickael.lementec@u-picardie.fr