Enseignant·es face à « L’éthique du numérique »

Les 27 et 28 septembre 2018 se tient la Conférence Document Numérique & Société, à Grenoble. La thématique de cette 6ème édition, « Questions d’éthique en contexte numérique », a retenu l’attention des chercheurs du groupe Prémices et du projet E-Risk : il s’agit « d’approfondir les questions concernant l’éthique de l’information et de la communication sous l’angle des logiques d’acteurs, des stratégies et des pratiques informationnelles et communicationnelles » (extrait de l’appel à communication de la Conférence).

Le 28 Septembre 2018 c’est donc une communication à 3 voix qui est proposée, par Anne Cordier, Camille Capelle et Anne Lehmans, au nom des projets Prémices et E-Risk. Un évènement donc, tout particulièrement pour le groupe Prémices, qui réalise ici sa première communication officielle au sein d’une manifestation scientifique d’importance !

« L’éthique du numérique » au sein de l’éducation à l’information : Regards et pratiques d’enseignant·es en début de carrière

À partir des données recueillies dans ces deux projets de recherche collectifs, nous nous demandons quelles conceptions de l’éthique dans l’éducation au numérique sont portées par les enseignant·es en début de carrière, et quelle place ils·elles accordent à cette dimension dans les formations qu’ils mettent en place.

Cadrage conceptuel

L’éthique peut se définir comme le cadre d’action à travers un ensemble de valeurs que les individus se fixent en dehors de normes juridiques ou morales extérieures. Dans une société démocratique où chacun est renvoyé à sa responsabilité de sujet libre et où la technique a ouvert un champ de possibilité immense, elle revêt une importance considérable dans une perspective humaniste. Si l’éducation s’est toujours située, dans la tradition de Condorcet, en dehors de choix religieux et moraux propres aux familles, elle ne peut faire l’économie de la question de l’éthique, tant du côté des enseignant·es soumis·es à des principes déontologiques qu’ils·elles intègrent dans leur formation, que du côté des élèves qui sont sensibilisés à leurs responsabilités individuelles vis-à-vis des autres et du collectif.

L’introduction du numérique à l’école, qui correspond aussi à une intrusion du monde extérieur dans un espace relativement clos, pose de nouvelles et importantes questions, souvent perturbantes, parce qu’à travers le numérique dans ses potentialités informationnelles, l’intégrité, la santé, la liberté, l’autonomie individuelles sont susceptibles d’être menacées. Cette question touche et inquiète particulièrement les enseignant·es. En effet, « l’éthique du numérique »  est une dimension systématiquement mentionnée dans les textes institutionnels de cadrage pour l’éducation aux médias et à l’information (EMI), mise en place à la rentrée 2015 dans les premier et second degrés d’enseignement : il s’agit de favoriser une « citoyenneté numérique », par une compréhension des phénomènes informationnels dans toutes leurs dimensions (MEN, 2015).

Si les discours sociaux mais aussi scientifiques ne manquent pas sur les enjeux liés à une certaine « culture de la traçabilité » (Merzeau, 2016), ou encore la capacité d’agir face aux algorithmes (Cardon, 2015), sans oublier le conditionnement des pratiques de navigation et d’information par les « industries de l’influence » (Le Crosnier, 2015), qu’en est-il de la prise en compte de cette dimension par les enseignant·es quand ils·elles mettent en place des dispositifs d’éducation au numérique ? Quelles perspectives éducatives et pédagogiques offre un espace de questionnement susceptible de développer chez chacun·e un « humanisme numérique » (Doueihi, 2011) basé sur un substrat éthique solide ? Existe-t-il un système de valeurs propre à l’enseignant en régime numérique ?

Méthodologie de recherche

Les chercheur·es et les praticien·nes engagé·es dans les projets de recherche servant d’appui à notre propos se sont attelé·es à saisir les représentations et les pratiques enseignantes en éducation aux médias et à l’information. Le premier projet, Prémices, centré sur les pratiques et représentations de l’EMI chez les enseignant·es stagiaires et leurs formateurs·rices, a permis d’interroger, dans une approche quantitative, 243 enseignant·es stagiaires (PE, PLC, PLP, CPE[1]) et 54 formateurs·rices d’une même ESPÉ, puis, par des entretiens, de recueillir représentations et pratiques pédagogiques de 12 enseignant·es stagiaires. Le second projet, E-Risk, centré sur la perception des risques numériques par les jeunes enseignant·es (stagiaires et jusque 2 ans après l’obtention du concours), a permis de questionner 3132 enseignant·es exerçant dans deux académies, et de faire réagir 12 d’entre eux·elles par le biais d’entretiens semi-directifs.

Aperçu des résultats

Nous considérons l’éducation au numérique dans la perspective plus large d’une culture de l’information, comprenant conjointement un volet de connaissances, une vision du monde mais aussi une façon d’agir pour soi, avec les autres et dans l’organisation (Baltz, 1998, 2015). Cette importance de la culture de l’information paraît d’autant plus actuelle à l’heure où les acteurs ne sont plus seulement confrontés à des systèmes d’information mais bien à des dispositifs d’accès à l’information (DAI) et à une diversité d’usages possibles (Simonnot, 2012).

Parmi les principales préoccupations soulevées par les enseignant·es enquêté·es, on trouve la maîtrise des traces personnelles sur les réseaux socio-numériques, la relation entretenue, dès le plus jeune âge, aux données à caractère personnel, les rapports entre pouvoirs et algorithmes ; ainsi que la conscience des logiques sociales et économiques de la circulation des documents et de l’information. L’exercice de « l’esprit critique » face à l’information, la responsabilité individuelle de vérifier l’information avant de la diffuser, est une priorité également mentionnée. On note pourtant un paradoxe fort entre ces questionnements développés par les adultes sur les comportements juvéniles en ligne, et l’absence de prise en charge effective de ces questionnements dans les pratiques pédagogiques.

Nous avons rencontré, au cours de ces projets, des enseignant·es en début de carrière qui ont des difficultés à définir et situer la question de l’éthique dans leur identité professionnelle, et qui formulent notamment des besoins de formation relatifs à l’application d’une éthique dans leur propre gestion de l’information dans les documents réalisés pour la classe avec les élèves. Les entretiens menés avec ces enseignant·es en début de carrière révèlent également des manques dans les connaissances informationnelles qu’il nous semble impérieux de combler dès la formation initiale, et dans une perspective continuée face à l’évolution constante des environnements informationnels.

Bibliographie

BAHU-LEYSER (D.), Une éthique à construire, dans Hermès, La Revue, 1, n° 53, 2009, pp. 161-166.

BALTZ (C.), Une culture pour la société de l’information ? Position théorique, définition, enjeux, dans Documentaliste-Sciences de l’information, n°35, 2, 1998, pp.75-82.

BALTZ (C.), De l’« info-doc » à la « 2ème Cyberculture », dans IHADJADENE (M.), SAEMMER (A.), BALTZ (C.), Culture informationnelle : Vers une propédeutique du numérique. Paris, Hermann, 2015.

BEAUVAIS (M.), Des principes éthiques pour une philosophie de l’accompagnement, dans Savoirs, 3, n° 6, 2004, pp. 99-113.

CAPELLE (C.), CORDIER (A.), LEHMANS (A.), Usages numériques en éducation : L’influence de la perception des risques chez les enseignants, dans Colloque international Usages du numérique en éducation : regards critiques, Lyon (France), 21-23 mars 2018.

CARDON (D.), À quoi rêvent les algorithmes ? Nos vies à l’heure du big data, Paris, Le Seuil, 2015.

CORDIER (A.), Et si on enseignait l’incertitude pour construire une culture de l’information ?, dans Communication & Organisation, n°42, 2012, pp.49-60. Disponible sur : https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00803091/document 

CORDIER (A.), Grandir Connectés : Les adolescents et la recherche d’information. Caen, C & F Éditions, 2015.

CORDIER (A.), LEHMANS (A.), Affiliations numériques et postures enseignantes : vers une redéfinition de la communauté d’apprentissage ?, dans LIQUÈTE (V.), SOUMAGNAC (K.), Les affiliations par et avec le numérique, Paris, Hermann, 2017.

DEWEY (J.), Trois facteurs indépendants en matière de morale (C. Cestre Trad.). dans Bulletin de la société française de philosophie, 30(4), 1930, pp. 118-127.

DOUEIHI (M.), La grande conversion numérique. Suivi de Rêveries d’un promeneur numérique. 2ème édition, Paris, Seuil, 2011.

France, MEN (2015). « L’EMI et la stratégie du numérique ». Eduscol, sur le site Eduscol. Consulté le 20 avril 2018. Disponible sur : http://eduscol.education.fr/cid72525/l-emi-et-la-strategie-du-numerique.html

FUSULIER (B.), Le concept d’ethos, dans Recherches sociologiques et anthropologiques, n°42, 2011, pp. 97-109.

LE CROSNIER (H.), Une introduction aux communs de la connaissance. Caen, C & F Éditions, 2015.

MERZEAU (L.), Il n’y a pas de mémoire sans une pensée de l’oubli, Archimag, n° 296, 2016, pp.42-43.

MORIN (E.), Introduction à la pensée complexe. Paris, ESF, 1990.

PRAIRAT (E.), De la déontologie enseignante. Paris, PUF, 2009.

SALLABERRY (J.-C.), Dynamique des représentations dans la formation. Paris, L’Harmattan, 1996.

SIMONNOT (B.) (2012). L’accès à l’information en ligne : moteurs, dispositifs et médiations. Paris, Hermès-Lavoisier, 2012.

SUTTER (É.), Pour une écologie de l’information. Dans Documentaliste-Sciences de l’information, vol.35, n°2, 1998, pp.83-86.

[1] PE = Professeurs des Écoles, PLC = Professeurs de Lycées et Collèges ; PLP = Professeurs de Lycées Professionnels ; CPE = Conseillers Principaux d’Éducation.

La théorie du document de Robert Escarpit ou Des héritages en Information-Documentation :

Les 20 et 21 septembre 2018 se tient à Bordeaux un colloque international, qui a pour but de penser les héritages de la pensée de Robert Escarpit pour les Sciences de l’information et de la communication. Les organisateur de ce colloque supposent que « l’audace et la curiosité de Robert Escarpit,qui lui ont permis de participer à l’institutionnalisation de nouvelles approches de la culture de masse et du document peuvent trouver un écho avec les préoccupations scientifiques actuelles » (Extrait de l’appel à communication du colloque).

De fait, l’organisation de cette manifestation nous a interpelés, et c’est ainsi qu’avec Vincent Liquète et Anne Lehmans, nous avons proposé une communication inscrite spécifiquement dans le champ des cultures de l’information, particulièrement de l’information-documentation et de l’éducation à l’information.

La théorie du document de Robert Escarpit : Filiations et Affiliations pour penser les cultures de l’information

Si l’apport de la théorie générale du document pour le champ des cultures de l’information est incontestable (Le Deuff, 2010), la reconnaissance de sa filiation est peu explicitée dans les discours sur l’éducation à / par l’information telle que mise en œuvre sur le terrain scolaire.

Nos investigations croisées portant sur ce champ des cultures de l’information témoignent toutefois de filiations entre la théorie générale du document élaborée en 1976 par Robert Escarpit, et l’appréhension conceptuelle et pragmatique du document et de l’information en contexte scolaire. Elles mettent en évidence, à travers l’analyse des pratiques professionnelles, l’héritage de la pensée de Robert Escarpit, qui contribue à nourrir le champ des sciences de l’information, selon trois axes identifiables :

  • l’approche communicationnelle du document

En définissant le document comme un anti-évènement, dans sa relation à l’espace et au temps de l’information, Escarpit a fait de la communication la condition même d’existence du document ; l’acte communicationnel sous-tendu par la production d’un document est au coeur de l’Éducation aux Médias et à l’Information rendue obligatoire par la Loi de Refondation de l’école de 2013, qui insiste sur la publication de contenus documentaires par les élèves.

  • le document comme moyen et objet d’apprentissage

Robert Escarpit a milité pour une reconnaissance du document, et notamment de la presse ; cette éducation par le document est centrale dans la formation info-documentaire des élèves, sensibilisés à une « culture de la presse » qu’Escarpit (2002) qualifie de “présence au monde.”

  • les médiations au cœur de l’activité info-documentaire

La médiation est, pour Escarpit, centrale dans les Sciences de l’information ; elle est essentiellement pensée en information-documentation comme un acte d’accompagnement documentaire, s’illustrant essentiellement à travers la gestion d’un espace.

Aujourd’hui, à l’heure où la culture dite numérique tend, dans les discours, à remplacer la culture de l’information (Baltz, 1998), il est essentiel d’éclairer par la pensée de Robert Escarpit les enjeux d’affiliation à cette théorie générale du document pour le champ des cultures de l’information. Nous mettrons à jour trois points successifs :

  • tout d’abord les enjeux de l’éducation au document à l’ère numérique (éditorialisation, notamment) ;
  • ensuite des enjeux pour la conception des médiations des savoirs à l’œuvre, à travers les dispositifs sociotechniques notamment, appelant à lutter contre les fantasmes d’une désintermédiation(Jeanneret, Souchier, 2005) ;
  • enfin affilier les professionnels de l’information en milieu scolaire à la théorie générale du document constitue à nos yeux un enjeu pour l’affirmation d’une professionnalité en inscrivant les savoirs de référence dans une perspective épistémologique explicite (Couzinet, 2008).

Bibliographie

BALTZ, Claude (1998). Une culture pour la société de l’information ? Position théorique, définition, enjeux. Documentaliste-Sciences de l’information, n°35, 2, 1998, p.75-82.

CORDIER, Anne (2019) (dir.). Quand le document fait société. Communication & Langages. Dossier à paraître.

COUZINET, Viviane (2008). De l’usager à l’initié : vers une culture informationnelle partagée. In Éducation à l’information et éducation aux sciences : quelles formes scolaires ?. Actes des Rencontres Toulouse ÉducAgro’08. Toulouse : Cépaduès Éditions, p.169-189.

ESCARPIT, Robert (2012/1976). Théorie générale de l’information et de la communication. Paris : Hachette Université.

ESCARPIT, Robert (2002). La parole est, enfin, donnée à Robert Escarpit, Communication et organisation, HS N°2, mis en ligne le 27 mars 2012, URL : http://journals.openedition.org/communicationorganisation/3028

JEANNERET, Yves (2011/2000). Y a-t-il (vraiment) des technologies de l’information ? Nouvelle édition revue et augmentée. Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, 198p. (Savoirs mieux).

JEANNERET, Yves, SOUCHIER, Emmanuël (2005). L’énonciation éditoriale dans les écrits d’écran. Communication & Langages, vol. 145, p.03-15.

LE DEUFF, Olivier (2010). La culture de l’information et l’héritage documentaire. Documentaliste-Sciences de l’information, n°3, vol.47, p.04-11.

LIQUÈTE, Vincent (dir.) (2010). Médiations. Paris : CNRS Éditions (Les Essentiels d’Hermès).