Parler aux plus jeunes du « numérique » avec exigence et intelligence, c’est possible !

Aujourd’hui, j’ai envie de partager avec vous un coup de cœur qui a résonné avec force pour moi en cette semaine particulière. Particulière car on a fêté dans toute la France la Science. Et pour cette édition 2019 de la Fête de la Science, j’ai été invitée en Lozère pour parler et échanger, à diverses occasions, avec des collégien·nes, des enseignant·es, mais aussi ledit grand public, autour de la thématique suivante : « Le smartphone : une fenêtre (trop ?) ouverte sur le monde ! ». Avant l’échange avec les publics, une pièce de théâtre, découverte sur l’instant. Et c’est là que réside le coup de cœur dont je souhaite vous parler.

Logo Compagnie – Blog Midi Moins Cinq

Une lumière dans les méandres des poncifs

Alors que les organisateurs de manifestations dédiées aux « écrans », objets connectés et audit numérique en général, rivalisent de titres racoleurs et légitimants, stigmatisant souvent les pratiques juvéniles liées, les auteurs et comédiens de la compagnie Midi Moins Cinq ont sobrement, mais significativement, intitulé leur pièce « Mille 300 Minutes par Cemaine »*.

21 heures par semaine, c’est le temps moyen de consultation du téléphone portable par les Français·es, tous âges confondus. À partir de ce constat chiffré, je craignais les réactions et discussions habituelles, maintes fois entendues et observées à travers des spectacles sur cette thématique : « Quoi ?! Mais voilà, la perte du lien social, elle est là ! Les gens se renferment sur eux-mêmes ! Connectés à des « machins » non identifiés mais incapables de solidarité et de reliance entre eux ! Et alors, évidemment, le pire dans tout ça, c’est la jeune génération ! Addict’ et soumise à ces outils comme si sa vie en dépendait ! »…. Oui, tout cela, on connaît, au café du commerce, dans les médias, parfois les salles de profs aussi, les rencontres avec les parents, bref tout cela on connaît, hélas trop bien…

Et tout cela, les comédiens de la compagnie Midi Moins Cinq nous l’épargnent, désireux de proposer autre chose (je serais tentée de dire simplement : quelque chose !) : une réflexion, philosophique et poélitique (je reprends leur joli terme si évocateur), sur le monde, le temps, la relation à autrui et à soi, à sa mémoire et à celle des autres…

 Photo: A.Cordier -oct.2019

Du gâteau yaourt à Tim Ingold

Tout en préparant un gâteau yaourt (oui, oui, vous avez bien lu), les comédiens citent Tim Ingold, Marguerite Duras, font état de la chronologie des moyens de communication et des enjeux politiques et économiques qui ont sous-tendu et sous-tendent encore leur diffusion dans la société. Le tout est fait avec une profonde intelligence et une documentation scientifique à la base du propos développé qui est particulièrement solide. L’on remonte ainsi le fil du temps de la communication, en lien avec les soubresauts politiques d’une société mondialisée. L’on s’interroge sur les profits économiques vertigineux des GAFAM et l’écart gigantesque avec la pauvreté dans laquelle vivent celles et ceux qui assemblent les pièces de ces objets dans des pays qui semblent si lointains. L’on prend aussi la mesure de cette information, de cet accès à la culture, que les objets connectés favorisent… à certaines conditions, dont chacun·e de nous a la responsabilité.

Dans la salle, une centaine de collégien·es (niveaux 5ème-4ème-3ème) absolument silencieuse, dans la communion d’un souvenir d’enfance évoqué par un membre de la salle… et qui cinq minutes plus tard, s’esclaffe devant les mimiques des comédiens. Les collégien·es passent de l’excitation à la stupéfaction, du rire franc au saisissement incertain. Un tourbillon emporte la salle pendant 1h10 de spectacle, alternant temps de pause, d’écoute…du silence (et du gâteau qui cuit, mais c’est une autre histoire… quoique), et frénésie de la parole tous azimuts, sensation du vertige temporel allié à l’accélération permise par les moyens de communication actuels.

Photo A.Cordier – oct.2019

« C’est pas le portable la question, c’est la main qui le porte »

La pièce « Mille 300 Minutes par Cemaine » s’inscrit véritablement dans une démarche pédagogique constructive d’éducation à l’information et aux médias par l’invitation à une mise en perspective historique et politique des moyens de communication, à une réflexion sur ses propres usages de ces objets et la relation au temps et à autrui que l’on met en place dans un contexte de société de l’accélération (Hartmut Rosa).

Les auteurs et comédiens évitent des écueils/pièges dans lesquels ont coutume de tomber allègrement certains, notamment les spectacles présentés dans les établissements scolaires sur cette thématique (j’en ai vu plusieurs, ai été amenée à débattre à la suite de plusieurs, je peux donc, de l’intérieur du dispositif en quelque sorte, en témoigner).

Avant tout, ils se situent à une égale distance entre une diabolisation excessive et défiante des objets connectés et des usages juvéniles, et une vision béate de notre société et de la façon dont s’emparent les individus – tout particulièrement les enfants et adolescent·es – de ces objets.

Ensuite, dans la même lignée, ils évitent le démagogisme et l’amoncellement de poncifs pour tenir des propos solides et argumentés, appuyés sur des travaux scientifiques reconnus.

Enfin, et de cela je leur suis infiniment reconnaissante : ils n’ont aucune condescendance à l’égard du jeune public. Enfin des adultes qui ne jouent pas aux « d’jeun’s » en parlant un verlan ridicule des années 1990, mâchouillant un chewing-gum en faisant trainer les consonnes… Enfin, des adultes qui restent à leur place… d’adultes ! Et ce, j’insiste, sans condescendance aucune, considérant l’ensemble des êtres humains dans un tout dont ils sont, chacun·e à leur niveau, responsables.

Photo A.Cordier – oct2019

Olivier Bracco et Marc Sollogoub prennent leur public au sérieux, quel que soit son âge, en lui proposant avec humour et conviction une réflexion exigeante et ambitieuse, qu’une mise en scène pleine de trouvailles vient sublimer. Merci, Messieurs, de respecter ainsi celles et ceux qui, comme vous, comme nous, évoluent dans un monde de vitesse où se sentir vivants nécessite de sans cesse (se) poser la question essentielle de votre spectacle : celle du sens.

 

Compagnie Midi Moins Cinq : le blog / la Page Facebook / Contact mail : lemidimoinscinq@gmail.com

Spectacle « Mille 300 Minutes par Çemaine » / Durée 1h10 / À partir de 12 ans. Toutes les prestations/créations de la Compagnie ici.

* Non, non, pas de fôte ici : En écrivant la pièce ainsi, l’on retrouve l’acronyme de Midi Moins Cinq 😉