Richard Stallman. Pour une culture numérique humaniste.

Par Anne CORDIER et Sophie BOCQUET-TOURNEUR
Source : Wikimédia.

Une vision culturelle du code et du codage

Qu’est-ce qu’un-e informaticien-e ? Qu’est-ce que le code ? Il nous semble que ces questions, qui peuvent paraître extrêmement simples, sous-tendent en réalité une grande complexité. En effet, l’imaginaire lié à l’image de l’informaticien-ne est encore fortement caricatural. L’insertion dans une communauté, la mise à disposition au service du collectif, mais aussi les discours philosophiques et politiques qui encadrent les réalisations de Richard Stallman vont totalement à l’encontre de cet imaginaire de l’informaticien-ne geek asocial-e et purement technicien-ne. Chaque projet informatique est un projet politique, qui a un sens pour la Cité et les modes de circulation des savoirs. Voilà ce que, fondamentalement, nous prouve le parcours de Richard Stallman. Ainsi, engager les publics dans des projets collectifs impliquant des développeurs peut être d’une grande richesse, non pour atteindre une certaine performance technique, mais pour comprendre les méthodes de travail de ces derniers, les règles de coopération, la façon dont une communauté de pratique se fédère pour précisément atteindre un but suprême. Les élèves devraient avoir le choix d’apprendre à programmer, mais la programmation n’est pas le plus important, c’est bien l’implication de tou.te.s dans un projet collaboratif avec des développeurs qui importe pour comprendre l’essence d’un projet libre et le fonctionnement d’une communauté qui suit une éthique. Une telle démarche démythifie le code et le codage, tout en reconnaissant au code la puissance culturelle qu’il porte. Enseigner la figure Stallman, c’est aussi réhabiliter la culture du hack dans ce qu’elle est a de plus noble. A l’origine un hacker était « une personne capable de réaliser un hack c’est-à-dire une prouesse informatique1 ». Le hack est devenu par la suite « synonyme de prouesse et d’ingéniosité », c’était à la fois une culture de la farce et des blagues potaches mais aussi une revendication de liberté comme défi de l’autorité2. Stallman représente cette éthique des hackers détaillée par Steven Levy. Suivant 6 principes fondamentaux, cette éthique rassemble des individus à la fois acteurs du bien commun et fiers d’être contre les membres de l’autorité qui entravent les libertés numériques. Levy pense d’ailleurs que Stallman est “le dernier des Vrais hackers” ; à ses yeux il personnifie le « information wants to be free »3 : la libre circulation de l’information est primordiale et conditionne le progrès social. Il s’agit ainsi de dépasser la vision “hors la loi” du hacker, pour mettre en valeur le modèle éthique, bienveillant et altruiste que prône Richard Stallman.

Au-delà du code, une culture numérique citoyenne

Surtout, définitivement, du côté des professionnels de l’éducation, il s’agit de sortir de cette considération dévastatrice du numérique vu comme une boîte à outils, une valise d’applications et de logiciels venant soutenir nos actions quotidiennes. Au-delà d’une grille de prescriptions et d’objectifs d’opérationnalité, ce sont des apprentissages conceptuels que l’exploitation du numérique suppose et sous-tend. Une culture numérique citoyenne en somme, consacrant « la capacité à se servir de son entendement (…) en étant capable d’utiliser les outils de manière à mieux comprendre un problème, une situation, afin de pouvoir agir de manière consciente »4. Il est essentiel de permettre à nos publics d’accéder à la compréhension pleine et entière de ces outils techniques, et des logiques, à la fois économiques, culturelles et sociales, qui les sous-tendent. C’est pourquoi la seule manipulation d’outils ne suffit pas. Une culture technique est nécessaire pour atteindre, vis-à-vis des outils numériques, un « état de majorité », tel que défini par le philosophe des techniques Gilbert Simondon, dès les années 1950, c’est-à-dire la capacité à détenir des clés de compréhension de la technique, de la relation homme-machine, afin de penser par soi-même pour devenir un citoyen éclairé5. Ainsi, VLC, Firefox, Libre Office… Nos publics, notamment nos jeunes publics, utilisent sans aucun doute le libre, sans le savoir. Mais sans conscience, l’utilisation n’a que peu de valeur. La conscientisation de ces usages, et de leurs significations éminemment politiques, est fondamentale pour développer chez tou-tes une culture numérique faite de connaissances en action mais aussi d’une vision du monde et de son rapport aux autres6.

Proposer des usages numériques en conscience

Infatigable défenseur du libre, Richard Stallman développe une vision de l’école dans la droite lignée de ses combats. Il dénonce ainsi avec force l’intrusion des industries numériques dans l’école. Une intrusion engendrant deux injustices majeures : d’une part, la dépendance des élèves à ces industries, d’autre part la soumission à des fonctionnalités malveillantes. À l’heure où les cadrages et programmes institutionnels placent au premier plan des préoccupations la protection des données et plus globalement le cadre éthique et quotidien de l’usage du numérique, le propos de Richard Stallman interpelle sur la contradiction profonde entre une école alertant sur la plateformisation et énonçant des « principes-clés pour protéger les données des élèves », parmi lesquels le fait de « privilégier l’usage des logiciels libres », et des contrats passés pour l’utilisation de logiciels propriétaires non respectueux des données personnelles et au-delà des principes du libre.
« Parce que l’école a une mission sociale – depuis la maternelle jusqu’à l’université et dans la formation continue – de former des citoyens d’une société forte, capable, indépendante, solidaire et libre » STALLMAN, Richard M. (2018). Le libre comme alternative pour l’école contemporaine ? Hermès – La Revue, n°78, p.108.
  Grandes sont ainsi les responsabilités éducatives des médiateurs et médiatrices, quel que soit leur statut. Il faut bien l’avouer : nous sommes toutes et tous pris-es dans des injonctions paradoxales : combien d’entre nous souhaitent développer des compétences critiques, prônons l’émancipation des plateformes, … et utilisent comme supports de ressources pédagogiques et/ou de médiation des formats et produits issus précisément d’un modèle économique non libre ? Dans le monde de l’éducation, l’on se trouve souvent pris entre la volonté de faire preuve d’« innovation pédagogique » en proposant aux élèves des restitutions et modalités reposant sur des objets qui leur sont connus (exemple de productions vidéo sur YouTube ou encore des BookFlix), et qu’ils plébiscitent, et le souci de faire œuvre éducative en respectant les valeurs d’une émancipation citoyenne. Cette tension est tout à fait problématique. En se plaçant au service d’un marché de l’information, l’on renonce à une approche culturelle de l’information et du numérique, et à une éducation critique des individus qui soit à la hauteur des enjeux éducatifs mais aussi et surtout sociétaux qui y sont liés7. Il en va de la responsabilité des enseignant-es et plus largement des éducateur-rices de diffuser aux apprenants des concepts plutôt que de publiciser des entreprises numériques. Combien de fois les élèves ont-ils pour consigne de « Préparer un PowerPoint » ? Ne serait-il pas judicieux d’utiliser le terme générique de « diaporama » plutôt qu’une marque d’un logiciel privateur ? Combien de fois nous demande-t-on d’envoyer un traitement de texte en docx en utilisant une police de caractère propriétaire type Arial ? Par confort, par lassitude, nous suivons ces prescriptions, même si elles vont à l’encontre de nos idées. Il en va de même pour le matériel que nous utilisons en établissent scolaire. Nous subissons les choix et les dotations de matériels des collectivités territoriales sans avoir notre mot à dire. Nous sommes, pour la plupart, équipés d’ordinateurs sous le système d’exploitation Microsoft Windows. Ce même système d’exploitation qui contient trois formes de malveillance selon Stallman8 : « Il a les fonctionnalités pour espionner, il a des menottes numériques et une porte dérobée universelle ; ça veut dire que Microsoft a le pouvoir d’imposer des changements de logiciel par force, à distance. Ça veut dire que n’importe quelle fonctionnalité malveillante qui n’est pas présente dans Windows aujourd’hui pourrait être imposée à distance demain. Windows est donc malvare universel » Nous n’avons pas le choix et nos élèves non plus. Ils sont donc formés sous des logiciels privateurs, soumis à des logiques économiques qui conditionnent leurs pratiques, actuelles et futures. Nous n’avons pas le choix… Vraiment ? En réalité, parfois, quand l’institution n’a pas anticipé les incohérences du logiciel privateur, nous pouvons avoir le choix9. Mais, avouons-le : cela reste rare. Pourtant, cette revendication du choix nous semble impérieuse pour exercer nos libertés, individuelles et collectives, mais aussi tout simplement et fondamentalement notre mission : favoriser l’émancipation, culturelle et critique, de nos publics. Offrons le choix à nos élèves, battons-nous pour leur permettre d’avoir une vision plus exhaustive du paysage numérique, ne les vendons pas aux entreprises numériques sous prétexte que Zoom fonctionne mieux que la solution proposée par le Ministère. N’allons pas vers la facilité, le gain de temps, en vendant les données personnelles de nos élèves ! Soyons patient-es, soyons intransigeant-es pour l’éducation de nos élèves.

Œuvrer collectivement pour la démocratie

Sans jamais l’énoncer, Stallman assimile les logiciels à des biens communs : « Il n’a cessé de dénoncer le fait que les restrictions d’usage découlant de l’appropriation privative du code en diminuaient grandement l’utilité sociale »10. Pour Richard Stallman, l’information doit être libre, sans aucune concession à ce principe : « Je crois que toute l’information d’utilité générale devrait être libre. Par « libre », je ne me réfère pas à son prix, mais bien plus à la liberté de copier l’information et de l’adapter aux nécessités propres à chacun »11. N’y voyez vous pas une ressemblance avec la philosophie des communs d’Elinor Ostrom ? Avec son développement, le Free software a alimenté Internet de façon technique avec Apache Mysql par exemple, mais aussi et surtout par sa philosophie. En 2000, le juriste Lawrence Lessig disait : « Le défi qui est devant nous est de trouver des manières pour que les gens se rendent compte de la valeur des biens communs, comme ils se rendent compte de la valeur de la propriété. Le code ouvert est le seul idéalisme ayant assez de force pour que les gens comprennent. Le code ouvert est le seul endroit où ces idéaux vivent. C’est le seul endroit où nous pouvons prouver que plus d’équilibre et d’attention aux biens communs produit des effets positifs […] »12. Car oui, les outils numériques prennent de plus en plus de place dans nos vies, alors ne devons-nous pas être conscient-es de leur fonctionnement ? Ne devons-nous pas montrer que des biens informationnels peuvent être produits sans entreprise financière ? Que partager et collaborer font partie d’un comportement d’humanistes numériques13 oeuvrant pour un monde meilleur ? : « Le free Software a démontré par l’exemple que des biens informationnels complexes pouvaient être produits indépendamment des incitations financières associées à l’utilisation classique des brevets ou du copyright »14 . N’enfermons pas nos publics, notamment les plus jeunes d’entre eux, dans des enclosures logiciels, montrons-leur le pouvoir que confère à chacun-e de nous la liberté de l’information, voilà le message de Richard Stallman ! C’est ainsi que Richard Stallman rend hommage à une autre figure des Communs : Edward Snowden. Le père fondateur du logiciel libre reconnaît dans le lanceur d’alerte un héros. Parce qu’en divulguant les informations, Snowden savait pertinemment les risques qu’il prenait, et ce à quoi il s’exposait. Richard Stallman appelle à un soulèvement collectif “pour maintenir le contrôle démocratique du peuple sur l’État”, qui passe aussi selon lui par une préservation de l’anonymat pour communiquer sur les réseaux. Dans l’esprit des communs, Stallman lutte contre la surveillance institutionnalisée tout autant que contre celle mise en place par des plateformes industrielles : “Ce qu’il faut c’est un mouvement organisé contre la surveillance totale des gens, contre l’accumulation de dossiers massifs sur chacun15. Et de conclure, nous renvoyant à notre responsabilité collective : “Notre futur dépend surtout de nos valeurs. Donc il faut parler des droits de l’homme ; il faut communiquer les valeurs des droits de l’homme. Il ne suffit pas de les valoriser dans son cerveau ; oui il faut le faire, mais il faut aussi parler aux autres de ce sujet pour maintenir la force sociale de la valeur des droits de l’homme.”

À vous de jouer !

La personnalité de Richard Stallman est complexe. Décrié depuis quelques temps par ses prises de paroles et ses prise de positions, il n’en reste pas moins une personnalité forte des communs, qui a œuvré pour le libre. C’est une figure pour penser l’école contemporaine, et plus largement notre rapport au numérique dans un contexte sociétal pris dans des injonctions paradoxales. Nous espérons que la (re-)découverte de Richard Stallman, de ses réflexions et de ses actions, vous donneront envie d’explorer la richesse éducative et philosophique d’une pensée des communs résolument émancipatrice, considérée comme un droit humain fondamental. 

Pour conclure, nous ne résistons pas à finir cet article en partageant avec vous la réaction de Richard Stallman à la mort de Steve Jobs, une réaction qui nous a beaucoup fait rire, mais qui est aussi d’une grande puissance pour chacun-e de nous, comme l’ensemble de l’œuvre de cette figure des communs.

Steve Jobs, le pionnier qui a rendu cool la notion de prison informatique, est mort. Son invention était destinée à priver les crétins de leur liberté.16
N’hésitez pas à partager avec nous vos réflexions et vos expériences éducatives et/ou pédagogiques autour de la figure de Richard Stallman et/ou issues de la pensée de ce dernier !
Désireux·ses d’approfondir ? La bibliographie comprenant les sources exploitées pour réaliser ce travail autour de Richard Stallman ainsi que des références pouvant être utilisées comme supports lors de vos projets éducatifs/pédagogiques est ici !

 

  1. LEVY, Steven (2013/1984). L’Éthique des hackers [« Hackers: Heroes of the Computer Revolution »], Paris, Globe, 7 mars 2013 (réimpr. 1994) (1re éd. 1984 []
  2. BARDINI, Thierry, PROULX, Serge. La culture du hack en ligne, une rupture avec les normes de la modernité. Les Cahiers du numérique, vol. 3, n°2, 2002, pp. 35-54. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-du-numerique-2002-2-page-35.htm []
  3. Brand, 1984 []
  4. LE DEUFF, Olivier (2009). Penser la conception citoyenne de la culture de l’information. Les Cahiers du Numérique, vol.5, janvier 2009, p.39-49 []
  5. SIMONDON, Gilbert (2001/1958). Du mode d’existence des objets techniques. 4ème édition. Paris : Aubier, 333p []
  6. BALTZ Claude (1998). Une culture pour la société de l’information ? Position théorique, définition, enjeux. Documentaliste-Sciences de l’information, vol.5, n°2, p. 75-82 []
  7. CORDIER, Anne (2018). Les enseignants, des êtres sociaux pris dans des injonctions paradoxales. Hermès-La Revue– Cognition, 178-189. Disponible sur : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01598221/document []
  8. STALLMAN, Richard (2014). Pourquoi le logiciel libre est plus important que jamais. April. Disponible sur : https://www.april.org/pourquoi-le-logiciel-libre-est-il-plus-important-que-jamais-richard-stallman-2014 []
  9. BOCQUET TOURNEUR, Sophie (2014). Un CDI sous Linux : journal d’un passage – Doc pour docs. Disponible sur : https://docpourdocs.fr/spip.php?article548 []
  10. BROCA, Sébastien, CORIAT, Benjamin (2015). Le logiciel libre et les communs. Deux formes de résistance et d’alternative à l’exclusivisme propriétaire. Revue internationale de droit économique, n°3, 2015, p. 265-284. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-internationale-de-droit-economique-2015-3-page-265.htm []
  11. Wikipédia. L’information veut être libre. Disponible : https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=L%27information_veut_%C3%AAtre_libre&oldid=167307864 []
  12. BROCA, CORIA (2015) []
  13. DOUEIHI, Milad (2011/2008). La grande conversion numérique. Suivi de Rêveries d’un promeneur numérique. 2ème édition. Paris : Seuil, 320p. []
  14. BROCA, CORIAT (2015) []
  15. STALLMAN, Richard (2014). Pourquoi le logiciel libre est plus important que jamais. April. Disponible sur : https://www.april.org/pourquoi-le-logiciel-libre-est-il-plus-important-que-jamais-richard-stallman-2014 []
  16. https://fr.wikiquote.org/wiki/Richard_Stallman []

Richard Stallman. Le libre comme droit humain.

Par Anne CORDIER et Sophie BOCQUET-TOURNEUR

Richard Stallman, en 2014, Fête de l’Humanité. Conférence : « Les logiciels libres : les droits humains dans votre ordinateur » (Source Wikipédia)

rms au pays des hackers

Richard Matthew Stallman, rms pour les intimes1, est né le 16 mars 1953 à Manhattan.

Brillant étudiant en physique et mathématiques à Harvard, Stallman est rapidement recruté par le prestigieux laboratoire d’intelligence artificielle du Massachusetts Institute of Technology, plus connu encore sous le nom de MIT. D’emblée, Stallman apparaît comme une personnalité iconoclaste. Il est immédiatement séduit par l’état d’esprit et la culture libertaire caractéristiques du milieu hacker. Il y déploie ses compétences au service de la programmation et de la fabrication de logiciels.

À la fin des années 1970, l’arrivée du « Personal Computer », autrement dit le micro-ordinateur, modifie en profondeur le marché de l’informatique, et le monde de la recherche informatique : de chercheurs dans un environnement académique, universitaire, où le code informatique est un objet diffusé et partagé le plus librement possible, les informaticiens deviennent des personnes convoitées pour intégrer des logiques d’édition de logiciels et d’entreprises, notamment caractérisées par la mise en place d’enclosures et de mesures de privatisation des découvertes informatiques.

Richard Stallman, révolté, attaché viscéralement à la libre circulation des savoirs et aux échanges favorisés par l’informatique, refuse de participer à cette logique propriétaire. En outre, il raconte qu’un jour, alors qu’il cherche à réparer son imprimante, il réalise qu’il ne peut accéder au code source du logiciel, verrouillé par son fabricant2.

Le GNU, ou la libération du code selon Stallman

« Avec un programme, il n’y a que deux possibilités : ou les utilisateurs ont le contrôle du programme, ou le programme a le contrôle des utilisateurs »3

Fort de cette conviction, il s’agit de créer un système d’exploitation concurrent à Microsoft qui alors connaît une expansion impressionnante avec Unix. En 1983, Richard Stallman crée un nouveau système d’exploitation, le GNU, acronyme récursif de GNU is Not Unix.

Ce système d’exploitation a pour objectif d’être composé uniquement de logiciels libres, c’est-à-dire de logiciels qui pourraient librement être exécutés, copiés, modifiés, redistribués, par tous leurs utilisateurs.

D’emblée, Stallman place la défense du GNU sur le terrain de la philosophie et de la politique, comme en témoigne les termes du Manifeste GNU qui voit le jour en 1985 : «Les programmeurs ne méritent-ils pas une récompense pour leur créativité ? »[…]« Si quelque chose mérite une récompense, c’est bien la contribution à la société, écrivait Stallman. La créativité peut être un apport à la société, mais uniquement dans le cas où cette dernière est libre d’en utiliser le produit. Si des programmeurs méritent d’être récompensés pour la création de programmes novateurs, ils méritent tout autant d’être punis s’ils en limitent l’utilisation. »4.

Richard Stallman démissionne du MIT pour pouvoir se consacrer pleinement à ce projet. En 1985, il crée la Free Software Foundation, qui a pour but de promouvoir le logiciel libre et ce que l’on appellera bientôt la licence GPL.

En 1990, GNU devient le système GNU-Linux, né de l’association avec le noyau Linux développé par Linus Torvalds. Un système bien actif encore aujourd’hui, certain-es d’entre vous sont peut-être équipé-es de systèmes libres relevant des distributions GNU-Linux comme Ubuntu, Debian ou encore Fedora. Cette appellation GNU-Linux est très importante pour Stallman, car elle permet de ne pas oublier le but du projet GNU, à savoir « permettre l’utilisation d’un système entièrement libre et garantir les libertés fondamentales de manière générale »5.

La licence GPL, une marche de plus vers l’alternative

Comment garantir l’exploitation libre par la communautés des développeurs des créations issues du système GNU ?

C’est en créant la licence GPL – General Public Licence – que Richard Stallman résout cette question primordiale : « Pour simplifier, en s’adossant à la puissance juridique du copyright, la GPL maintient de manière irrévocable les logiciels en une forme de propriété commune, que les juristes contemporains nomment désormais digital commons (biens communs numériques). Une fois sous GPL, un logiciel ne peut plus être rendu privateur par personne. Dès que, par ce moyen, un auteur fait don d’un code à la communauté, la liberté qu’il confère aux utilisateurs de ce code est inaliénable. De plus, les versions dérivées doivent être couvertes par la même licence si elles comportent une partie substantielle du code source original. C’est pour cette raison que les détracteurs de la GPL l’ont qualifiée de « virale », suggérant à tort qu’elle se propage d’elle-même à tous les logiciels qu’elle touche »6.

Précisément, quatre principes fondamentaux guident la licence GPL :

  1. La liberté d’exécuter un logiciel, quel que soit l’usage souhaité
  2. La liberté d’accéder au code source du programme pour pouvoir étudier son fonctionnement et l’adapter à ses besoins
  3. La liberté de redistribuer à l’envi des copies du programme
  4. L’obligation de partager avec la communauté les modifications effectuées en mettant à disposition les versions modifiées, évidemment sous licence GPL également.

Le logiciel libre en trois mots : Liberté, Égalité, Fraternité

« Un programme non libre soumet son utilisateur au pouvoir de son propriétaire, le privant ainsi de sa liberté. Le logiciel « privateur » ne devrait pas exister. Le mouvement du logiciel libre ambitionne de mettre fin à cette pratique et à ce pouvoir injustes »7

Militant du logiciel libre, Richard Stallman nous invite à concevoir le libre au sein d’une philosophie humaniste, au service de la défense des droits humains. Ainsi, il affirme que le logiciel libre peut se résumer en trois mots : Liberté, Égalité, Fraternité. Une citation d’ailleurs rituelle qu’il utilise à chacune de ses conférences en France, en référence à la devise de la République française. « Liberté, parce que (les programmes libres) respectent la liberté de leurs utilisateurs. Égalité, parce que dans la communauté du logiciel libre, tous les utilisateurs sont égaux, personne n’a du pouvoir sur personne. Fraternité, parce que nous encourageons la coopération entre les utilisateurs »8.

Il décline ensuite les « quatre libertés essentielles » qui définissent selon lui le logiciel libre :

Ces libertés donnent à chaque utilisateur le contrôle du programme. Mais elles ne suffisent pas. Il faut aussi des moyens de contrôle collectif. Il faut donc ajouter :

– « Liberté 0 : la liberté d’exécuter le programme comme l’utilisateur le souhaite, pour n’importe quel objectif. C’est la liberté de base.

– Liberté 1 : la liberté d’étudier le fonctionnement du programme et de l’adapter à ses désirs. La condition préalable est d’accéder au code source.

– Liberté 2 : la liberté de donner ou vendre des copies sans modification.

– Liberté 3 : la liberté d’améliorer le programme et de rendre publiques les améliorations pour que toute la communauté en bénéficie, de donner ou vendre des copies modifiées.

Cela autorise les utilisateurs à travailler ensemble en groupes formels et informels pour adapter les programmes à leurs désirs et à leurs besoins. Tout le monde a le droit de changer les programmes, y compris ceux qui ne savent pas programmer, mais qui peuvent participer aux choix collectifs, en travaillant avec des programmeurs. Si on veut lutter contre des risques majeurs comme l’espionnage, le contrôle collectif est le seul moyen »9. Avec le logiciel libre, c’est une vision alternative, libertaire et décentralisée d’internet qui est proposée à toutes et tous. Au Copyright, Stallman oppose le Copyleft, autrement dit le fait que les versions modifiées d’un logiciel doivent également être libres et à disposition. Stallman s’oppose ainsi aux brevets logiciels et aux dispositifs de verrouillage par DRM.

Un doigt d’honneur aux GAFAM

En 1999, Richard Stallman imagine The Free Universal Encyclopedia and Learning Resource, une encyclopédie universelle, libre, et qui serait actualisée en temps réel par des contributeurs et contributrices du monde entier, lesquel-les s’adonneraient bénévolement à cette tâche à l’inverse de spécialistes rémunérés pour l’accomplir. Lisez donc comment Stallman décrit ce projet : « Pour garantir que le web devienne une encyclopédie libre, ce qui serait sa destinée la plus favorable et la plus naturelle, nous devons faire un effort conscient pour éviter la séquestration délibérée de l’information encyclopédique et pédagogique publiée sur le net. Nous ne pouvons pas empêcher que l’industrie impose des restrictions sur l’information qu’elle rend disponible ; ce que nous pouvons faire, c’est de proposer une alternative »10.

Wikipédia naît en 2001. Si Stallman n’a pas en soi participé à son élaboration, il est incontestablement, tout comme Aaron Swartz, à l’origine de sa pensée : “L’avenir de l’encyclopédie est en grande partie lié à celui du mouvement du libre, et il faut reconnaître à Richard Stallman la paternité réelle ou spirituelle de ce projet.”11

Stallman est de tous les combats pour lutter contre les stratégies propriétaires de captations des savoirs comme des données. Avec les « libristes », il s’est opposé à Hadopi et au TAFTA, mais aussi désormais rejoint le combat pour la protection de la vie privée et des données personnelles.

En septembre 2019, Stallman démissionne du MIT et de la présidence de la FSF après avoir pris la défense de Marvin Minsky, figure marquante du MIT. Ce dernier, décédé en 2016, aurait eu une relation sexuelle avec une jeune femme « alors qu’elle avait 17 ans et M. Minsky 73, à la demande de Ghislaine Maxwell, la proche associée de M. Epstein». Suite à un emballement médiatique, Stallman a été accusé d’avoir « affirmé que les victimes d’Epstein étaient consentantes ». Le 14 septembre 2019, Richard Stallman publie un message d’excuses sur son blog, et sur la liste de diffusion du MIT : « [Les médias] ont totalement déformé mes propos », y écrit-il ; « Ils écrivent que je défends Epstein. Rien ne pourrait être plus éloigné de la vérité. J’ai écrit qu’il était un violeur en série et que sa place était en prison. […] Je regrette de ne pas avoir pu empêcher cette incompréhension. »12


Richard Stallman, quelle figure, n’est-ce pas ?! Comment aborder cette figure dans le cadre d’une éducation critique au numérique et à l’information ? Cliquez ici pour accéder à l’article !

  1. « Dans les années 1970, l’avènement du bas de casse sur les écrans informatiques représente une vraie conquête et donc à cette époque, les minuscules sont modernes aux yeux des informaticiens » – Source Wikipédia, Richard Stallman. Disponible sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Stallman []
  2. STALLMAN Richard M., WILLIAMS, Sam, MASUTTI, Christophe (2010). Richard Stallman et la révolution du logiciel libre. Une biographie autorisée. Paris : Eyrolles et Framabook. Disponible sur : https://framabook.org/docs/stallman/framabook6_stallman_v1_gnu-fdl.pdf []
  3. STALLMAN, Richard (2012). Logiciels libres et éducation. CRDP Versailles, France. Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=4KDMxzGC2Ag []
  4. STALLMAN Richard M., WILLIAMS, Sam, MASUTTI, Christophe (2010). Richard Stallman et la révolution du logiciel libre. Une biographie autorisée. Paris : Eyrolles et Framabook, p.150. Disponible sur : https://framabook.org/docs/stallman/framabook6_stallman_v1_gnu-fdl.pdf []
  5. Source Wikipédia, Richard Stallman. Disponible sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Stallman []
  6. STALLMAN Richard M., WILLIAMS, Sam, MASUTTI, Christophe (2010). Richard Stallman et la révolution du logiciel libre. Une biographie autorisée. Paris : Eyrolles et Framabook, p.19. Disponible sur : https://framabook.org/docs/stallman/framabook6_stallman_v1_gnu-fdl.pdf []
  7. STALLMAN, Richard (2019). Il faut être prêt à payer le prix de la liberté », entretien avec Richard Stallman. La revue durable, nº 63, automne-hiver 2019, p. 50 []
  8. Écoutez Stallman l’énoncer en français au tout début de cette vidéo savoureuse ! STALLMAN, Richard (2012). Logiciels libres et éducation. CRDP Versailles, France. Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=4KDMxzGC2Ag []
  9. Stallman, R. M., In « Le libre comme alternative pour l’école contemporaine ? » Hermès, La Revue, n°78, p. 104–107. Disponible sur https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2017-2-page-104.htm []
  10. STALLMAN, Richard (…). Encyclopédie universelle et ressources pédagogiques libres. GNU.Org. Disponible sur : https://www.gnu.org/encyclopedia/free-encyclopedia.fr.html []
  11. https://fr.wikiquote.org/wiki/Richard_Stallman []
  12. Richard Stallman, précurseur du logiciel libre, démissionne du MIT et de la Free Software Foundation. Le Monde.fr. Retrieved from https://www.lemonde.fr/pixels/article/2019/09/17/richard-stallman-precurseur-du-logiciel-libre-demissionne-du-mit-et-de-la-free-software-foundation_5511466_4408996.html []