Habilitation à Diriger des Recherches

Mon Habilitation à Diriger des Recherches en Sciences de l’Information et de la Communication a été soutenue publiquement le 06 décembre 2019 à l’Université de Bordeaux (école doctorale Montaigne Humanités), devant un jury composé de : Stéphane Chaudiron (PU en SIC, Université de Lille, Rapporteur), Joëlle Le Marec (PU en SIC, Université de Paris 4 Sorbonne, Rapportrice), Brigitte Juanals (PU en SIC, Université d’Aix Marseille, Examinatrice), Olivier Le Deuff (MCH HDR en SIC, Université de Bordeaux, Examinateur), Sylvie Grosjean (Pr. en Communication Sociale, Université d’Ottawa, Examinatrice) et Francis Jauréguiberry (PU en Sociologie, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Examinateur).

« Pour une anthropologie de l’information » – Parcours de Recherche

Le volume intitulé « Pour une anthropologie de l’information », retrace en 212 pages mon parcours de recherchefortement articulé à un parcours d’enseignante dont les objets scientifiques sont aussi pour partie des objets d’enseignement. Ce retour sur un parcours de recherche ancré dans des dynamiques collectives mais porteur de singularités permet de dresser quelques pistes futures d’implications scientifiques, de projets et d’encadrements. Par un regard anthropologique sur l’information, il s’agit de comprendre le monde social, en immersion sur le terrain, questionnant les interactions entre acteurs et entre acteurs et environnements, analysant les contextes, sociaux, collectifs et intimes dans lesquels s’inscrivent usages et pratiques, en embrassant tout un réseau de significations à comprendre non seulement à l’intérieur d’un espace mais aussi d’un temps donné. Quel rapport au monde et à autrui, au savoir et à la culture, les hommes et les dispositifs sociotechniques qu’ils investissent, de manière imaginaire comme pragmatique, construisent-ils ? Quelles réponses éducatives la société, ses institutions, instances et organisations comme ses acteurs, organisés en collectifs ou non, proposent-ils et/ou éprouvent-ils pour faire face aux enjeux liés à une culture de l’information émancipatrice ?

Une première partie permet de prendre la mesure des objets de recherche pris en charge au cours de ce parcours professionnel, au sein du champ des cultures de l’information, champ qui a la particularité ici d’être à la fois pratiqué au quotidien et investigué selon des dimensions multiples. Une seconde partie précise les enjeux de l’affirmation d’une singularité scientifique alliée à l’engagement dans un dialogue interdisciplinaire, au service du renforcement des sciences de l’information et de la communication tant dans le paysage scientifique que dans la Cité. Une troisième partie dresse quelques pistes-perspectives définissant les contours d’un programme de recherche et d’actions suite à ce travail d’Habilitation.

« Vers une poïétique de l’être-au-monde-informationnel » – Recherche Originale

Le volume, titré « Vers une poïétique de l’être-au-monde-informationnel », fait état, en 658 pages, d’une recherche originale, inscrite dans le champ des cultures de l’information et l’analyse des pratiques informationnelles. Par un processus d’investigation longitudinale d’inspiration composite, dans lequel ont été engagé·es douze acteurs·rices (suivi·es depuis 2012-2013), il s’agit de cerner précisément le processus de création de soi en tant qu’acteur informationnel, tout au long d’un parcours biographique (approche temporaliste) articulé à des logiques collectives et sociales, ainsi qu’à un contexte sociopolitique et technologique qui contribuent à la co-configuration de « trajets anthropologiques »1 et de répertoires de pratiques informationnelles en fonction de situations éprouvées et projetées, et d’espaces informationnels traversés voire habités (écosystème informationnel). La recherche permet de fournir des clés de compréhension et des pistes d’action pour l’étude des cultures de l’information dans toute leur complexité ainsi que les modalités d’éducation à l’information et au numérique, et la conception des médiations des savoirs.

Une première partie fait part de mes cheminements théoriques inscrits dans le champ des cultures de l’information mais aussi dans d’autres champs disciplinaires, selon la tradition de la complexité scientifique prônée par Edgar Morin. Des cheminements qui conduisent tout d’abord à circonscrire, conceptuellement, l’être-au-monde-informationnel, entre acception des pratiques informationnelles au prisme du concept de reliance (Morin, 1986, 2004) et compréhension des représentations et imaginaires à l’aune du concept de trajets anthropologiques (Durand, 1992/1960). Le tissage singulier, collectif et social de l’être-au-monde-informationnel retient ensuite l’attention, l’acteur étant aux prises avec des réseaux d’influence dont il convient de distinguer tout au moins dans un premier temps les modes d’influence ; un acteur informationnel dont je défends une « identité fluide » (Singly, 2003) plutôt que « plurielle » (Lahire, 2007). Cet acteur informationnel déploie son action et ses pratiques au sein d’espaces multiples, dont il est dressé une typologie de sens qui nous emmène jusqu’à la notion de milieu informationnel et d’habiter, les deux termes permettant de revisiter la notion de spatialité informationnelle et de différencier un triptyque de l’être-au-monde-informationnel, à savoir milieu-environnement-écosystème informationnels.

Dans une seconde partie, est racontée une Histoire de la Méthode. Il s’agit d’affirmer une conception compréhensive et participative de la recherche, s’illustrant notamment à travers un rapport personnel au terrain, aux enquêtés, mais aussi aux outils méthodologiques. Cette recherche nouvelle menée dans le cadre de ce travail d’Habilitation a été aussi la recherche d’une méthodologie proactive, inspirée par l’approche composite2 et par la volonté de mettre en place une démarche écologique incarnée dépassant l’approche écologique. Le récit de l’investigation au long cours qu’a constitué cette nouvelle recherche met en relief une approche longitudinale des pratiques informationnelles ainsi qu’un protocole multidimensionnel et un regard réflexif sur ce dernier.

Dans une troisième partie, sont partagés des premiers résultats issus de cette recherche encore toute récente, sur l’analyse de pratiques cheminatoires d’acteurs au sein du milieu informationnel. Tout en prenant bien garde de se rappeler que « Le démon de la généralisation (qui s’explique bien sûr par les profits symboliques bien plus grands qu’il procure) constitue un véritable obstacle à la connaissance scientifique du monde social »3.


  1. DURAND, Gilbert (1992/1960). Les structures anthropologiques de l’imaginaire : Introduction à l’archétypologie générale. 11ème édition. Paris : Dunod, 536p. []
  2. LE MAREC, Joëlle (2002a). Ce que le « terrain » fait aux concepts : Vers une théorie des composites. Habilitation à Diriger des Recherches, Université Paris VII, 195p. Disponible sur : http://science.societe.free.fr/documents/pdf/HDR_Le_Marec.pdf []
  3. LAHIRE, Bernard (2007/1998). L’homme pluriel : Les ressorts de l’action. Paris : Hachette Littératures, 392p. []

Pour un plan national pour la culture ouverte, l’éducation ouverte et la santé ouverte

La tribune ci-dessous est diffusée à partir de Framasoft qui a offert l’espace de publication aux trois co-auteurs, qui enjoignent à re-diffuser au maximum ce texte sur tous les moyens de publication possibles. Engagée pour la science ouverte, le dialogue sciences-société, et la libération de l’information, je ne peux qu’apporter ma modeste contribution à cette diffusion, et vous encourager à faire de même. Anne Cordier

La crise sanitaire du coronavirus nous oblige à réévaluer ce qui est fondamental pour nos sociétés. Les personnes essentielles sont bien souvent celles qui sont invisibilisées et même peu valorisées socialement en temps normal. Tous les modes de production sont réorganisés, ainsi que nos formes d’interaction sociale, bouleversées par le confinement.

Dans ce moment de crise, nous redécouvrons de manière aigüe l’importance de l’accès au savoir et à la culture. Et nous constatons, avec encore plus d’évidence, les grandes inégalités qui existent parmi la population dans l’accès à la connaissance. Internet, qui semble parfois ne plus être qu’un outil de distraction et de surveillance de masse, retrouve une fonction de source de connaissance active et vivante. Une mediathèque universelle, où le partage et la création collective du savoir se font dans un même mouvement.

Face à cette situation exceptionnelle des institutions culturelles ou de recherche, rejointes parfois par des entreprises privées, font le choix d’ouvrir plus largement leurs contenus. On a pu ainsi voir des éditeurs donner un accès direct en ligne à une partie des livres de leur catalogue. En France, plusieurs associations de bibliothèques et d’institutions de recherche ont demandé aux éditeurs scientifiques de libérer l’intégralité des revues qu’ils diffusent pour favoriser au maximum la circulation des savoirs et la recherche. Aux États-Unis, l’ONG Internet Archive a annoncé le lancement d’une National Emergency Library libérée de toutes les limitations habituelles, qui met à disposition pour du prêt numérique 1,4 millions d’ouvrages numérisés.

« Personne ne doit être privé d’accès au savoir en ces temps de crise », entend-on. « Abaissons les barrières au maximum ». L’accès libre et ouvert au savoir, en continu, la collaboration scientifique et sociale qu’il favorise, ne sont plus seulement un enjeu abstrait mais une ardente nécessité et une évidence immédiate, avec des conséquences vitales à la clé.

Il aura fallu attendre cette crise historique pour que cette prise de conscience s’opère de manière aussi large.

Cet épisode aura aussi, hélas, révélé certaines aberrations criantes du système actuel.

Ainsi, le portail FUN a décidé de réouvrir l’accès aux nombreux MOOC (Massive Online Open Courses) qui avaient été fermés après leur période d’activité. Ces MOOC « à la française » n’avaient donc, dès le départ, qu’une simple étiquette d’ouverture et vivent selon le bon vouloir de leurs propriétaires.

Pire encore, le Centre National d’Enseignement à Distance (CNED) s’est opposé à la diffusion de ses contenus en dehors de son propre site au nom de la « propriété intellectuelle ». L’institution nationale a envoyé des courriers de menaces à ceux qui donnaient accès à ses contenus, alors que ses serveurs étaient inaccessibles faute de soutenir l’affluence des visiteurs. Voici donc mise en lumière l’absurdité de ne pas diffuser sous licence libres ces contenus pourtant produit avec de l’argent public.

Quelques semaines avant le développement de cette crise, le syndicat CGT-Culture publiait une tribune… contre la libre diffusion des œuvres numérisées par la Réunion des Musées Nationaux. On voit au contraire à la lumière de cette crise toute l’importance de l’accès libre au patrimoine culturel ! Il faut que notre patrimoine et nos savoirs circulent et ne soient pas sous la dépendance d’un acteur ou d’un autre !

Ces exemples montrent, qu’au minimum, une équation simple devrait être inscrite en dur dans notre droit sans possibilité de dérogation :

Ce qui est financé par l’argent public doit être diffusé en accès libre, immédiat, irréversible, sans barrière technique ou tarifaire et avec une liberté complète de réutilisation.

Cela devrait, déjà, s’appliquer aux données publiques : l’ouverture par défaut est une obligation en France, depuis 2016 et la Loi République Numérique. Cette obligation est hélas largement ignorée par les administrations, qui privent ainsi des moyens nécessaires ceux qui doivent la mettre en œuvre dans les institutions publique.

Mais toutes les productions sont concernées : les logiciels, les contenus, les créations, les ressources pédagogiques, les résultats, données et publications issues de la recherches et plus généralement tout ce que les agents publics produisent dans le cadre de l’accomplissement de leurs missions de service public.

Le domaine de la santé pourrait lui aussi grandement bénéficier de cette démarche d’ouverture. Le manque actuel de respirateurs aurait pu être amoindri si les techniques de fabrications professionnelles et des plans librement réutilisables avaient été diffusés depuis longtemps, et non pas en plein milieu de la crise, par un seul fabricant pour le moment, pour un seul modèle.

Novel Coronavirus SARS-CoV-2
Image colorisée d’une cellule infectée (en vert) par le SARS-COV-2 (en violet) – CC BY NIAID Integrated Research Facility (IRF), Fort Detrick, Maryland

Ceci n’est pas un fantasme, et nous en avons un exemple immédiat : en 2006, le docteur suisse Didier Pittet est catastrophé par le coût des gels hydro-alcooliques aux formules propriétaires, qui limite leurs diffusions dans les milieux hospitaliers qui en ont le plus besoin. Il développe pour l’Organisation Mondiale de la Santé une formule de gel hydro-alcoolique libre de tout brevet, qui a été associée à un guide de production locale complet pour favoriser sa libre diffusion. Le résultat est qu’aujourd’hui, des dizaines de lieux de production de gel hydro-alcoolique ont pu démarrer en quelques semaines, sans autorisations préalables et sans longues négociations.

Beaucoup des barrières encore imposées à la libre diffusion des contenus publics ont pour origine des modèles économiques aberrants et inefficaces imposés à des institutions publiques, forcées de s’auto-financer en commercialisant des informations et des connaissances qui devraient être librement diffusées.

Beaucoup d’obstacles viennent aussi d’une interprétation maximaliste de la propriété intellectuelle, qui fait l’impasse sur sa raison d’être : favoriser le bien social en offrant un monopole temporaire. Se focaliser sur le moyen – le monopole – en oubliant l’objectif – le bien social – paralyse trop souvent les initiatives pour des motifs purement idéologiques.

La défense des monopoles et le propriétarisme paraissent aujourd’hui bien dérisoires à la lumière de cette crise. Mais il y a un grand risque de retour aux vieilles habitudes de fermeture une fois que nous serons sortis de la phase la plus aigüe et que le confinement sera levé.

Quand l’apogée de cette crise sera passée en France, devrons-nous revenir en arrière et oublier l’importance de l’accès libre et ouvert au savoir ? Aux données de la recherche ? Aux enseignements et aux manuels ? Aux collections numérisées des musées et des bibliothèques ?

Il y a toujours une crise quelque part, toujours une jeune chercheuse au Kazakhstan qui ne peut pas payer pour accéder aux articles nécessaires pour sa thèse, un médecin qui n’a pas accès aux revues sous abonnement, un pays touché par une catastrophe où l’accès aux lieux physiques de diffusion du savoir s’interrompt brusquement.

Si l’accès au savoir sans restriction est essentiel, ici et maintenant, il le sera encore plus demain, quand il nous faudra réactiver l’apprentissage, le soutien aux autres, l’activité humaine et les échanges de biens et services. Il ne s’agit pas seulement de réagir dans l’urgence, mais aussi de préparer l’avenir, car cette crise ne sera pas la dernière qui secouera le monde et nous entrons dans un temps de grandes menaces qui nécessite de pouvoir anticiper au maximum, en mobilisant constamment toutes les connaissances disponibles.

Accepterons-nous alors le rétablissement des paywalls qui sont tombés ? Ou exigerons nous que ce qui a été ouvert ne soit jamais refermé et que l’on systématise la démarche d’ouverture aujourd’hui initiée ?

Photographie Nick Youngson – CC BY SA Alpha Stock Images

Pour avancer concrètement vers une société de l’accès libre au savoir, nous faisons la proposition suivante :

Dans le champ académique, l’État a mis en place depuis 2018 un Plan National Pour la Science Ouverte, qui a déjà commencé à produire des effets concrets pour favoriser le libre accès aux résultats de la recherche.

Nous proposons que la même démarche soit engagée par l’État dans d’autres champs, avec un Plan National pour la Culture Ouverte, un Plan National pour l’Éducation Ouverte, un Plan National pour la Santé Ouverte, portés par le ministère de la Culture, le ministère de l’Education Nationale et le ministère de la Santé.

N’attendons pas de nouvelles crises pour faire de la connaissance un bien commun.

Ce texte a été initié par :

  • Lionel Maurel, Directeur Adjoint Scientifique, InSHS-CNRS ;
  • Silvère Mercier, engagé pour la transformation de l’action publique et les communs de capabilités ;
  • Julien Dorra, Cofondateur de Museomix.

Interventions médiatiques (presse écrite, radio, télévision)

2020

Version Femina / « Jeunes et réseaux sociaux : clap de fin ? » – Interview, 09-15 mars 2020.

Ouest France / Tribune – Point de Vue « Les jeunes et les réseaux sociaux : n’importe quoi ! Vraiment ? » – par Anne Cordier, 25 janvier 2020. Disponible sur : https://www.ouest-france.fr/reflexion/point-de-vue/point-de-vue-les-jeunes-et-les-reseaux-sociaux-n-importe-quoi-vraiment-6706669

Télérama / Entretien 4 pages avec Anne Cordier – « Les jeunes sont de plus en plus nombreux à vouloir quitter les réseaux sociaux », Dossier « Avoir 20 ans en 2020 », n°3651, 01 janvier 2020, p.22-25.

2019

20 Minutes / « Pourquoi les ados français désertent-ils autant Facebook ? » – Interview, 28 septembre 2019. Disponible sur : https://www.20minutes.fr/high-tech/2588139-20190826-pourquoi-ados-francais-desertent-autant-facebook   

01 Net / « L’espion qui m’aimait » – Interview, n°906, 10-23 avril 2019, p.30-33.

2018

Psychologies Magazine / « Enfants et ados : Accompagnez-les sur les réseaux sociaux » – Entretien avec Anne Cordier, n°389, septembre 2018.

Sciences Humaines / « Écrans, faire avec ou sans ? » – Interview, n°307, octobre 2018.

Famille et Éducation / Interview pour le magazine de l’APPEL, septembre 2018.

Version Fémina / « Youtubeurs : pourquoi nos ados les adorent » – Interview, 29 mai 2018. Disponible sur : https://www.femina.fr/article/youtubeurs-pourquoi-nos-ados-les-adorent

Vraiment / « WhatsApp, ma tribu et moi » – Entretien, n°1, mars 2018.

Le Vif/L’Express (premier hebdomadaire national d’information belge) / « La génération Z, ses rêves et ses questionnements » – Entretien, 15 février 2018. Disponible sur : https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/3667/files/2018/02/Le-Vif-2018-Ge%CC%81ne%CC%81rationZ.pdf

La Croix / « Les adolescents sont conscients de leur difficulté à détacher » – Entretien, 09 janvier 2018. Disponible sur : https://www.la-croix.com/Debats/Forum-et-debats/adolescents-sont-conscients-leur-difficulte-detacher-2018-01-09-1200904577

2017

Rue 89 /« Espionner son ado en ligne : quand les parents se prennent pour la NSA » – Entretien, 06 septembre 2017. Disponible sur : http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-nos-vies-connectees/20170904.OBS4210/espionner-son-ado-en-ligne-quand-les-parents-se-prennent-pour-la-nsa.html

La Croix / « Comment aider nos enfants à s’informer » – Entretien, 06 décembre 2017.  Disponible sur : https://www.la-croix.com/Journal/Comment-aider-enfants-sinformer-2017-12-06-1100897327

Hashtag – France Culture / « Comment le numérique entre à l’école », 01 septembre 2017. Disponible sur : https://www.franceculture.fr/emissions/hashtag/comment-le-numerique-entre-lecole

Une Histoire Particulière – France Culture  / Documentaire « Virtuel vs Réel : La confusion des genres et des sentiments », réalisé par Alain Lewkowicz, 18 juin 2017 (55 mn). Disponible sur : https://www.franceculture.fr/emissions/une-histoire-particuliere-un-recit-documentaire-en-deux-parties/virtuel-vs-reel-la

Le Mouton Numérique – AFEV (Association de la Fondation Étudiante pour la Ville) / « La bonne innovation à l’école est-elle numérique ? », Débat avec Loys Bonod, La Gaîté Lyrique, Paris, 25 avril 2017. Disponible sur : http://mouton-numerique.org/lecole-a-lepreuve-numerique-retour-lechange-entre-anne-cordier-loys-bonod/  (Débat retransmis en ligne sur France Culture – Espace Conférences)

56Kast, Podcast sur le numérique – Libération / « Génération connectée : du mythe à la réalité »  – Entretien avec Anne Cordier, 15 mai 2017. Disponible sur : http://www.liberation.fr/futurs/2017/05/15/56kast-107-generation-connectee-du-mythe-a-la-realite_1569642

Nipédu, Podcast sur l’éducation et le numérique / « Grandir Connectés avec Anne Cordier ! », 01er mai 2017. Disponible sur : http://nipcast.com/nipedu-80-grandir-connectes/ 

2016

Le Téléphone Sonne – France Inter / « Le numérique à l’école », 29 novembre 2016. Disponible en ligne : https://www.franceinter.fr/emissions/le-telephone-sonne/le-telephone-sonne-29-novembre-2016

Rue des Écoles – France Culture / « Éducation, quelles fractures numériques ? », 25 septembre 2016. Disponible en ligne : https://www.franceculture.fr/emissions/rue-des-ecoles/education-quelles-fractures-numeriques

Le Nouvel Économiste / « Millenials, la génération sans pareille » – entretien, 25 août 2016. Disponible sur : https://www.lenouveleconomiste.fr/millennials-la-generation-sans-pareille-31774/

TF1 News / « Pourquoi les jeunes dérapent sur Périscope… ou pas » – Entretien, 15 mai 2016. Disponible sur : http://lci.tf1.fr/high-tech/pourquoi-les-jeunes-derapent-sur-periscope-8737606.html 

Le Parisien / « La question qui fâche : Le numérique est-il vraiment utile à l’école ? » – Entretien, 20 septembre 2016. Disponible sur : http://www.leparisien.fr/societe/le-numerique-a-l-ecole-est-il-vraiment-utile-20-09-2016-6134207.php

Rue 89 – « Du virtuel au réel : J’en ai plus que marre d’être loin de toi » – Entretien, 06 octobre 2016. Disponible sur :  http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-nos-vies-connectees/20161006.RUE3981/du-virtuel-au-reel-j-en-ai-plus-que-marre-d-etre-loin-de-toi.html

Coordinations de numéros de revue

2019

CORDIER, Anne (dir.). Quand le document fait société. Communication & Langages, n°199, mars 2019, 146p.

+ Introduction, p.21-35.

2017

PETITJEAN, Anne-Marie, CORDIER, Anne, ALAMARGOT, Denis (dir.). Écriture numérique : Des usages sociaux aux formations. Le Français Aujourd’hui, n°196, mars 2017, 140p.

+ Introduction, p.03-10.

Sommaire disponible sur : https://www.revues.armand-colin.com/lettres-langues/francais-aujourdhui/francais-aujourdhui-ndeg-196-12017

2016

CORDIER, Anne (dir.). Littéracies informationnelles et médiatiques au prisme du genre. Revue de Recherches en Littéracie Médiatique Multimodale, n°4, décembre 2016.

+ Introduction, disponible sur : http://litmedmod.ca/litteracies-informationnelles-et-mediatiques-au-prisme-du-genre

Articles dans des revues qualifiantes HCERES

2020

CORDIER, Anne. Médiatiser la recherche en SIC sur « le numérique en éducation ». Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication, n°20. Disponible en ligne : https://journals.openedition.org/rfsic/9478

2019

CORDIER, Anne. À la recherche du Temps perdu : Recherche sur le temps, temps de la recherche, sur les usages et pratiques numériques dans les processus éducatifs. Éducation & Formation. À paraître.

2018

CORDIER, Anne. On ne nait pas étudiant·e, on le devient : Acculturations informationnelles étudiantes.Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication, n°15. Disponible en ligne : https://journals.openedition.org/rfsic/5130

CAPELLE, Camille, CORDIER, Anne, LEHMANS, Anne. Usages numériques en éducation : L’influence de la perception des risques par les enseignants. Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication, n°15. Disponible en ligne : https://journals.openedition.org/rfsic/5011

CORDIER, Anne, COLLIN, Simon. Politiques publiques d’intégration du numérique en éducation : France-Québec, regards croisés. Éducation Comparée, n°19, p.159-182. Disponible sur : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01858307/document

CORDIER, Anne. Les enseignants, des êtres sociaux pris dans des injonctions paradoxales. Hermès – La Revue, n°78, p.179-189. Disponible sur : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01598221/document 

2017

CORDIER, Anne, STALDER, Angèle. Modes d’appréhension et de dissémination des cultures de l’information dans l’école : Les conditions de la reliance. Communication & Organisation, n°51, p.67-76.

CORDIER, Anne. Écrire l’information : la translittéracie, un levier pour (ré-)concilier formes sociales et formes scolaires ? Le Français Aujourd’hui, mars 2017, n°196, p.35-45. Disponible sur : https://hal.archives-ouvertes.fr/halshs-01580459  

2015

CORDIER, Anne. Imaginaire(s) de la Jeunesse à l’heure du numérique : Entre discours et pratiques, des imaginaires en tension. Interfaces Numériques, vol.4, n°2, décembre 2015, p.259-283. Disponible sur : https://hal.archives-ouvertes.fr/sic_01580768  

2014

CORDIER, Anne, LIQUÈTE, Vincent. Circulation  sociale  des  discours  utopistes  de  la  performance :  Le  cas  des  systèmes  de recherche d’information.Revue Internationale d’Intelligence Économique, vol.6, septembre 2014, p.75-87.

CORDIER, Anne. La construction du sujet scolaire dans les recherches en Information-Documentation. Recherches en Éducation, n°18, janvier 2014, p.52-63. Disponible sur : https://journals.openedition.org/ree/755?file=1

2013

CORDIER, Anne, SOUMAGNAC, Karel. Le renforcement de l’esprit classificatoire ? Ou le positionnement des professionnels dans la formation aux outils de classification. Hermès – La Revue, n°66, septembre 2013, p.222-229.

CORDIER, Anne. Et si on enseignait l’incertitude pour construire une culture de l’information ? Communication & Organisation, août 2013, n°42, p.49-60. Disponible sur : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/docs/00/80/30/91/PDF/CORDIER_Et_si_on_enseignait_l_incertitude.pdf

2011

CORDIER, Anne. Le chercheur confronté au duo pratique-imaginaire. Études de communication, n°37, décembre 2011, p.177-190. Disponible sur : https://journals.openedition.org/edc/3224

CORDIER, Anne. La recherche d’information sur internet des collégiens : Entre imaginaires, pratiques et prescriptions. Documentaliste-Sciences de l’information, vol.48, n°1, mars 2011, p.62-69. Disponible sur : https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00686336/document

Produits de vulgarisation et de médiation scientifique

2020

Dans la tête de Juliette : Plongée dans le tourbillon numérique. Direction scientifique et écriture des textes à visée didactique, participation au scénario fictionnel sur la base de données de recherche et verbatims d’entretiens avec des adolescent·es. CLEMI/Réseau CANOPÉ, 22 pages. Scénariste : David Frécinaux. Illustratrice : Kim Consigne. Bande-dessinée disponible sur : https://www.clemi.fr/fr/bd_juliette.html

Avec l’équipe du CLEMI, réalisation du Dossier d’accompagnement. Éditorial co-écrit avec Isabelle FÉROC-DUMEZ : https://www.clemi.fr/fr/bd_juliette/edito.html

Dossier d’accompagnement complet disponible sur : https://www.clemi.fr/fr/bd_juliette.html

CORDIER, Anne. Risques numériques : Regard d’une chercheuse. Interview-Vidéo, Pour « Les jeunes et le numérique : Comprendre pour accompagner / De la recherche scientifique à la pratique », Fondation MAIF – Canopé – Université de Bordeaux. Disponible sur : https://www.lesjeunesetlenumerique.fr/

2019

CORDIER, Anne. Ne tremblez pas, ils agissent ! Quand les adolescents prennent des libertés avec les plateformes. Contribution au dossier pédagogique Éduquer aux données en accompagnement au webdocumentaire « Dopamine » (Arte Production), CANOPÉ. Disponible sur : https://www.reseau-canope.fr/la-course-a-lattention/regards-croises/ne-tremblez-pas-ils-agissent.html

CORDIER, Anne. Les digital natives n’existent pas : je les ai rencontrés. Soif ! La Revue Curieuse, Éditions Petit à Petit, p.76-85.

2018

CORDIER, Anne. Les digital natives n’ont besoin de personne !… Vraiment ? Contribution (nouvelle version) au Guide de la Famille Tout-Écran, CLÉMI-CANOPÉ, 2018. Disponible sur : https://www.clemi.fr/guide-famille/guide-pratique-la-famille-tout-ecran-2.html

2017

« Anne Cordier : les ados et les réseaux sociaux ». Éducavox – Interview par Claude Tran, juillet 2017. (Durée : 1h15). Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=Cn1bBKm2y6w

CORDIER, Anne. Les digital natives n’ont besoin de personne ! … Vraiment ? Contribution au Guide de la Famille Tout-Écran, CLÉMI-CANOPÉ, 2017. Disponible sur : https://www.clemi.fr/fr/guide-famille/guide-pratique-la-famille-tout-ecran-1.html

2016

« Anne Cordier à la JRES-AFEV : Interview ». Éducavox, 05 octobre 2016. Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=clJLAPp9fBg

« Du bon usage des réseaux sociaux – Entretien avec Anne Cordier ». Lettre d’infos de la MAIF, novembre 2016.

« Les digital natives n’existent pas, je les ai rencontrés ! Interview Anne Cordier ». Revue FOEVEN, n°170, Le numérique : enjeu politique, défi éducatif,  septembre 2016.

« Pratiques informationnelles des adolescents : Vérités, contre-vérités, mythes et préjugés – Interview de Anne Cordier ». Revue Animation & Éducation, juillet-octobre 2016.

« Apprendre ensemble à Grandir Connectés : Je suis ton pair… – Interview de Anne Cordier » LudoMag, 16 mars 2016. Disponible sur : https://www.youtube.com/watch?v=XZ4l7Wl4hfw

« Rencontre avec Anne Cordier autour de Grandir Connectés », Librairie Georges, Talence, 03 février 2016.

« Culture numérique, « L’enseignant reste un passeur » – Entretien avec Anne Cordier ». Le Café Pédagogique, 08 janvier 2016. Disponible sur : http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2016/01/08012016Article635878329984545664.aspx

« Conférence-Rencontre avec Anne Cordier autour de Grandir Connectés », Musée National de l’Éducation, Rouen, 07 janvier 2016.

2014

« Chercheuse du Mois ». Savoirs CDI, Entretien-portrait en capsules vidéo. Savoirs CDI, décembre 2014. Disponible sur : http://www.cndp.fr/savoirscdi/actualites/actualites-le-chercheur-du-mois/article/anne-cordier.html

« Plongée au cœur des TPE – Des travaux personnels engagés – Interview de Anne Cordier et Vincent Liquète ». L’École de Demain, UNSA Éducation, 13  novembre 2014. Disponible sur : https://ecolededemain.wordpress.com/2014/11/13/plongee-au-coeur-des-tpe-des-travaux-personnels-engages/

« L’info-documentation permet d’entrer dans le monde social – Entretien avec Anne Cordier ». Revue Enseignement Catholique Actualités, avril 2014.

2012

« La culture de l’information : penser une didactique – Entretien avec Anne Cordier ». Docs Pour Docs, mai 2013. Disponible sur : http://www.docpourdocs.fr/spip.php?article500

CORDIER, Anne. Internet : De l’objet socialement partagé à l’objet d’enseignement-apprentissage. Projet Adjectif. Disponible sur : http://www.adjectif.net/spip/spip.php?article144