« La Génération Z, ses rêves et ses questionnements »

Quel(s) regard(s) portent les jeunes dits de la « Génération Z » sur l’information, les médias et le monde qui les entoure ? Comment redessinent-ils les contours de l’intime, du privé, et du public, notamment via les réseaux sociaux ? Comment appréhendent-ils l’injonction à la réactivité et à la connexion permanentes ? Quels profils d’acteurs informationnels dévoilent-ils à travers des pratiques bien plus complexes et originales qu’on ne le dit communément ?

Ce sont ces questions que l’article de Estelle Cotto, journaliste à Le Vif / L’Express, premier hebdomadaire national d’information belge, traite, à partir du spectacle de Salvatore Calcagno. J’ai eu le plaisir de répondre à ces questions.

L’article a été publié ce 16 février 2008. Le voici en version complète :

Le-Vif-2018-GénérationZ

SociaNum : Appel à VOTRE Participation !

Cher-e-s collègues,

Nous revenons vers vous concernant les prochaines séances du séminaire Sociabilités Numériques.
Tout d’abord, nous vous rappelons les dates de nos futurs rendez-vous, qui auront toujours lieu à Rennes 2 : jeudi 12 avril 2018, et jeudi 14 juin 2018.

Ensuite, étant donné la dynamique de notre groupe et l’enthousiasme qui émane lors des échanges, notamment par le fait que nous assumons pleinement une conception « work-in-progress » des travaux présentés, et un caractère collaboratif à ce séminaire, nous avons à cœur de vous impliquer davantage, de façon personnelle, dans l’élaboration de ce séminaire.
Ainsi souhaitons-nous vous solliciter afin de vous proposer de profiter de ce temps d’échanges, à la fois constructifs, bienveillants et informels, pour présenter un travail de recherche récent ou en cours, qui engage la question des sociabilités numériques. Nous pourrions alors entendre lors des prochaines séances 2 d’entre vous, le 12 avril, puis le 14 juin.
La durée de l’intervention serait de 1h, échanges compris.

Si vous êtes intéressé-e par le fait de communiquer un travail de recherche et de soumettre vos réflexions sur ce travail et ses liens avec la problématique des sociabilités numériques à l’ensemble du groupe, nous vous serions reconnaissant-e-s de nous en faire part, d’ici le 20 février 2018, en proposant un petit résumé ainsi qu’un titre. Et en précisant la date du séminaire à laquelle vous souhaitez intervenir.
N’hésitez pas à communiquer cette information à des personnes qui pourraient être intéressées par une participation (soit comme intervenant soit comme public).

En espérant que cette proposition retiendra votre attention, nous nous tenons à votre disposition !

Bien à vous,
Anne, Barbara et Mickaël

anne.cordier@univ-rouen.fr
barbara.fontar@univ-rennes2.fr
mickael.lementec@u-picardie.fr

« De l’histoire de l’internet à la culture de l’information »

À l’occasion de la journée d’étude organisée le 09 février par Le GRCDI en partenariat avec les ESPE de Rouen, Caen, et de Bretagne, plusieurs chercheurs aborderont la thématique de l’évaluation de l’information. Une journée un peu particulière puisqu’il s’agit de rendre hommage à Alexandre Serres, chercheur en Sciences de l’Information et de la Communication, à l’URFIST de Rennes, fondateur et animateur du GRCDI, auteur, entre autres publications, de Dans le labyrinthe : Évaluer l’information sur internet chez C&F Éditions.

Voici le programme de cette journée

9h30 Ouverture de la journée

9h45-11h Vincent LIQUÈTE : « Culture(s) de l’information » + échanges avec la salle

11h15-12h30 Jean-Michel SALAÜN : « Redocumentarisation et évaluation de l’information » + échanges avec la salle

14h-15h15 Hervé LE CROSNIER : «  Histoire  de  l’internet  et  information  scientifique  et technique » + échanges avec la salle

15h30-15h50 Élisabeth SCHNEIDER : « Le filtrage de l’information comme objet scolaire : quelles précautions pour une posture propice aux apprentissages ? »

15h50-16h10 Anne CORDIER : « Du dogme à la pratique : Pour une approche culturelle de l’évaluation de l’information »

16h10-16h30 Échanges avec la salle

16h30-17h Clôture de la journée par Alexandre SERRES

Lieu et Inscriptions

Date : Vendredi 09 Février 2018

Lieu : ESPE Académie de Rouen, Mont-Saint-Aignan, Amphi 250

Inscriptions (gratuites mais obligatoires) : ici 

 

 

Design de la transparence et pratiques informationnelles de jeunes : quelle(s) alliance(s) ?

En novembre 2017 s’est tenue la Conférence internationale H2PTM, sur le thème « Le design à l’ère du numérique : de l’hypertexte à l’hyper-expérience ». Ce colloque, passionnant, a été l’occasion pour des chercheurs en Sciences de l’Information et de la Communication, en Ergonomie, mais aussi en Psychologie, d’interroger le rôle du design dans les expériences des usagers avec des dispositifs techniques. Varié, le programme du colloque a permis d’aborder ce questionnement sous des angles extrêmement différents : les jeux et univers virtuels ; le web sémantique ; les médias sociaux et pratiques numériques ; l’écriture, les oeuvres et la littérature numériques ; les pratiques collaboratives en ligne ; la visualisation et le traitement de l’information ; ou encore la médiation culturelle et les expériences patrimoniales hyper-médiatiques.*

Du design de la transparence à l’agir informationnel

Pour ma part, j’ai participé à ce colloque en proposant une communication tentant de saisir et expliciter les liens entre le design des artefacts numériques et les pratiques informationnelles développées par les adolescents et jeunes adultes que j’ai pu rencontrés lors de mes investigations de terrain.

Objectivité, transparence, fonctionnalisme : les designs concourent à l’alimentation de ces mythes, qui ne sont évidemment pas sans conséquence sur les pratiques informationnelles des individus (Cordier, Liquète, à paraître). Une approche sociale de l’information, s’intéressant finement à ce que les acteurs font avec/par/de l’information aux prises avec des dispositifs sociotechniques, particulièrement des dispositifs d’accès à l’information en ligne (Simonnot, 2012), me semble tout à fait opportune pour saisir ce que le design de la transparence fait à l’agir informationnel, au rapport de l’individu à l’information – et plus largement au monde. Je cherche plus précisément à atteindre la compréhension des logiques d’action des acteurs, inscrits dans un champ social identifié. Mon approche, combinant pratiques et imaginaires de l’information (Cordier, 2011), accorde également une part non négligeable à l’émotion dans l’activité informationnelle, considérant ce ressenti émotionnel comme facteur, si ce n’est déclencheur parfois, au moins déterminant et fondamental du processus d’appréhension pragmatique et conceptuelle du monde, d’autrui, de l’environnement, et de l’outil/objet informationnel. La dimension des interactions et de la construction de soi par/avec le numérique est fondamentale (Denouël, Granjon, 2011). Or les designs (contenu, interactions, environnements, services,…) établissent avec le chercheur d’information en ligne une littéracie affective, sensible, s’adressant directement à l’émotion de l’usager, à son ressenti affectif alors même qu’il est engagé dans une activité faisant appel à des processus cognitifs et intellectuels rigoureux et complexes (Tricot, 2007).

Pour cette communication, j’ai fait ainsi le choix de mettre en lumière non les stratégies qui président au travail des designers, mais les tactiques et stratégies des acteurs récepteurs de ces designs, qui sont à nos yeux plus précisément engagés dans une co-construction de sens.

  • Comment ce design, fortement pris en compte par les enquêtés dans leurs pratiques informationnelles, apparaît-il au service d’une littéracie affective, entretenant un imaginaire de la désintermédiation et de la transparence ?
  • En quoi le design est-il au cœur d’une dialectique orientation/exploration informationnelle, les pratiques et navigations informationnelles étant certes orientées par les hypermédias – notamment en raison de la « traçabilité automatique » (Merzeau, 2016) à l’œuvre – mais aussi enrichies par les potentialités d’exploration informationnelle que ceux-ci favorisent à travers un système de recommandation que les enquêtés considèrent souvent comme un levier ?
  • Enfin, dans quelles mesures les jeunes chercheurs d’information peuvent-ils à leur tour « faire design », en agissant sur et par le système pour configurer interfaces et image de soi en ligne ?

Méthodologie de recherche

Pour développer et soutenir mon propos, je me suis appuyée sur une enquête qualitative menée auprès de 12 jeunes, âgés en 2017 entre 19 et 22 ans (déjà suivis dans des enquêtes précédentes lors de la scolarité au lycée) dont je m’attache à mettre en perspective le parcours biographique informationnel, en lien notamment avec les dispositifs sociotechniques et les espaces informationnels. Le protocole de recherche engagé, favorisant la prise de parole incarnée (Vermersch, 1996) conduit les enquêtés à manipuler l’ensemble des objets informationnels et dispositifs techniques en leur possession, et à expliciter en situation leurs choix, d’applications, de configuration et de navigation. Les designs prennent une grande place dans les discours des chercheurs d’information, ainsi que les relations aux traces et aux données à caractère personnel. J’ai aussi par instants mis en regard ces données très fraîches (investigation menée entre juin 2016 et juin 2017) avec des données un peu plus anciennes recueillies lors d’autres investigations de type qualitatif auprès de jeunes âgés entre 11 et 17 ans (Cordier, 2015).

Lisez le texte complet de cette communication en ligne !

* Les actes du colloque, dirigés par Sylvie Leleu-Merviel, Yves Jeanneret, Imad Saleh et Nasreddine Bouhaï, sont disponibles chez Iste Éditions : ici

Prémices remet le couvert en 2018 !

Voilà un petit moment que nous ne vous avons pas donné de nouvelles du projet Prémices ! Ne croyez surtout pas que nous nous sommes endormis sur nos lauriers ! Simplement, la recherche, la recherche avec un grand R, au service du terrain et de la Cité, et non d’un productivisme injonctif, demande du Temps* ! Du temps pour traiter les données et les analyser finement, du temps pour discuter collectivement ces analyses et les confronter à d’autres études et données sur le sujet, du temps pour projeter en sus de clés de compréhension des pistes d’action concrète !

Ce temps, avec le Projet Prémices, nous avons décidé de nous l’accorder, parce que nous ne souhaitons pas à travers ce projet dessiner un simulacre de recherche, mais bien dérouler et aboutir un projet scientifique, avec rigueur, minutie… et enthousiasme !

Car oui, ce temps nous permet aussi de vivre avec enthousiasme et plaisir ce projet de recherche, de manière résolument collective ! Les séances de 3h (+30 minutes avec le préambule de bienvenue, café, thé et petits gâteaux, afin de nourrir le corps pour alimenter l’esprit !), ces séances de 3h sont extrêmement riches pour chacun-e de nous : découpage par objectifs collectivement fixés lors de la séance précédente, répartition des tâches, travail par ateliers, point collaboratif, discussion collective… Lors des séances Prémices, on varie les modalités… et les plaisirs !

À ce jour, toutes les données quantitatives recueillies auprès de Fonctionnaires Stagiaires de notre Espé (PE, PLC, PLP, CPE) ainsi que celles recueillies auprès de formateurs de notre Espé sont traitées, et analysées par nos soins. Quelle discussion animée cet après-midi pour échanger autour des analyses réalisées ! Choix des mots, lien avec des concepts et théories scientifiques, mais aussi avec des études empiriques, négociation sur les modes d’interprétation des données… tout cela a été passé au peigne fin des Prémicien-ne-s !

Parallèlement, nous avons terminé la transcription de tous les entretiens réalisés en juin dernier (2017) avec des Fonctionnaires Stagiaires volontaires (PE, PLC, PLP, CPE). Notre objectif lors des deux prochains séminaires ? Élaborer collectivement la grille d’analyse des entretiens, puis analyser de manière d’abord “à plat” puis “croisée” les données issues des entretiens. Autant vous dire que nous avons du pain sur la planche ! Et hâte de nous y plonger, tant les transcriptions nous ont déjà donné à voir ou entendre des éléments passionnants !

Nous communiquerons ensuite données et résultats de notre recherche, et diffuserons au maximum, par des biais multiples, ce travail réalisé sur 2 années (janv 2017-déc2018), grâce au soutien de l’ESPÉ Académie de Rouen (qui a permis son prolongement pour une année, c’est Notre cadeau de Noël ^_^).

Le Projet Prémices continue donc, sur les chapeaux de roues en 2018, et nous nous en réjouissons ! Nous vous donnerons des nouvelles de nos avancées, promis ! Pour l’heure, nous vous souhaitons une bonne fin d’année 2017… prenez le temps de la sa-vou-rer 🙂

Merry Christmas Micimackã³ GIF - Find & Share on GIPHY

* Pour aller plus loin sur cette réflexion concernant le Temps de et pour la Recherche, nous ne pouvons que vous conseiller, si vous ne l’avez pas encore lu, le stimulant Manifeste pour un ralentissement des sciences, publié par Isabelle Stengers et Thierry Drumm : http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Une_autre_science_est_possible__-9782707197696.html

SociaNum Saison 2, c’est parti !

Devant le succès rencontré par le séminaire « Sociabilités Numériques : des objets, des terrains, des méthodologies » (SociaNum) l’an dernier, et le plaisir que nous avons à l’organiser, nous n’avons pas hésité longtemps : Nous déclarons donc ouverte la Saison 2 de SociaNum !

La prochaine séance du séminaire se tiendra le Jeudi 21 décembre 2017, à l’Université Rennes 2 (Campus Villejean).

Quelques petites nouveautés sur le fonctionnement du séminaire cette année : des sessions thématiques, de façon à structurer encore davantage la réflexion collective, et un temps plus important précisément de cogitation collective organisé en fin de journée (selon des modalités que vous connaîtrez… en venant au séminaire !).

Voici le programme de la séance SociaNum du 21 décembre prochain dont la thématique est : Sociabilités numériques, représentations et usages des dispositifs socio-techniques

9h45 : Accueil autour d’un café

10h15 : Véronique Le Chêne, Doctorante en Sciences de l’Éducation, CREAD, Rennes 2

Les représentations sociales, intentions d’usage et processus d’appropriation des technologies numériques en contexte d’établissements médico-sociaux

Depuis la loi du 11 février 2005 concernant l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, il est admis que la société doit faire des efforts d’adaptation à l’égard de ces personnes et non uniquement l’inverse. Le handicap est donc devenu un enjeu social qui pose des problèmes d’éthique et fait l’objet de politiques publiques. Si la société offre des solutions de compensation, de nombreuses inégalités subsistent et notamment en terme d’accessibilité et d’usage des technologies numériques. Celles-ci se sont banalisées dans notre quotidien et dans notre vie professionnelle sans tenir compte de ces publics fragilisés. Ils sont aujourd’hui confrontés à des inégalités numériques. Selon Fabien Granjon, ces inégalités numériques sont le prolongement d’inégalités sociales (Granjon, 2009). Lors d’une enquête réalisée auprès de 750 personnes accueillies en Établissement et service d’aide par le travail (ESAT), nous avons recueilli des données sur ces inégalités sociales : faible revenu, faible niveau d’étude, rôles sociaux peu valorisants et manque de reconnaissance sociale. De plus, isolées dans des établissements spécialisés cette population est victime de représentations sociales stigmatisantes. L’intégration de ces représentations créée du réel : un déficit d’estime de soi et a une incidence sur les intentions d’usage des technologies numériques ainsi que sur les pratiques lorsqu’elles existent. Dans cette communication nous verrons dans quelle mesure les représentations sociales influencent les intentions d’usage et le processus d’appropriation des technologies numériques en contexte d’établissements médico-sociaux ; les méthodes d’accompagnement favorisent la prise de conscience des apprenants de leurs capacités, renforcent leur estime de soi et contribuent à transformer les représentations négatives qu’ils ont d’eux-mêmes ; et enfin, le développement des pratiques numériques favorise la participation sociale de ces personnes.

14h00 : Yann Guéguen, Doctorant en Sciences de l’Éducation Musicale, CREAD, Rennes 2

Ségrégation socioscolaire vs pratiques audionumériques capacitantes: regard
ethnographique

Notre ethnographie multi-située révèle des pratiques audionumériques musicales de la part d’élèves en situation de ségrégation socioscolaire (Merle, 2012). Or si ces pratiques induisent le développement de compétences multiples liées à ces usages numériques spécifiques (Labarthe, 2012), l’acquisition de ces mêmes compétences ne semble pas influer le parcours scolaire de ces élèves. Ainsi, non reconnues par la forme scripturale scolaire (Lahire, 1993), ces pratiques audionumériques semblent néanmoins dévoiler des indices d’une capacitation dont les indicateurs seront définis en dehors des critères habituels de mélioration scolaire.

15h00 : Discussion collective / Mise en perspective des réflexions issues des communications de la journée

16h00 : Conclusion et Café

Nous espérons vous rencontrer ou vous retrouver à l’occasion de cette séance, qui s’annonce passionnante !

Anne CORDIER (UMR ESO) – Barbara FONTAR (EA CREAD) – Mickaël LE MENTEC (EA CAREF)

PS : Pour venir au séminaire, c’est gratuit ! Mais inscrivez-vous auprès de l’un de nous ! =) anne.cordier@univ-rouen.fr / barbara.fontar@univ-renne2.fr / mickael.le.mentec@u-picardie.fr

 

Un bilan collectif à mi-parcours

Depuis son lancement le 18 janvier 2017, le projet PRÉMICES s’est développé avec force, enthousiasme… et ambition ! En à peine 6 mois, les données recueillies sont nombreuses : un questionnaire à destination des fonctionnaires stagiaires – tous statuts, tous niveaux d’enseignement et toutes disciplines confondus -, un questionnaire à destination des formateurs – tous statuts, tous niveaux d’enseignement et toutes disciplines confondus également – intervenant dans les Parcours MEEF, et enfin des entretiens semi-directifs à caractère compréhensif auprès de fonctionnaires stagiaires volontaires (et là encore, tous statuts, tous niveaux d’enseignement et toutes disciplines confondus). Bref, un projet de recherche mené sur les chapeaux de roues, dans la joie, la bonne humeur, et la rigueur scientifique !

Avant de partir en vacances et de commencer le traitement et l’analyse détaillés de toutes ces données recueillies, nous avons décidé de dresser un petit bilan collectif à mi-parcours de ce projet Prémices. Les Prémicien-ne-s ont donc pris leur plus belle souris pour partager avec vous leurs ressentis vis-à-vis de ce groupe et projet de recherche !

Laurence Ermel, professeure documentaliste :

« Et pour commencer, merci Anne de nous offrir la possibilité de cette expérience forte et constructive, de cette association avec le monde de la recherche.

Si l’on regarde le projet, je dirais que c’est un projet de recherche enthousiasmant mais également efficace car le cadrage temporel et les objectifs sont SMART, efficients car les différentes étapes sont indiquées en temps utile, apprenant grâce à la composition des membres participant(e)s.

La construction du questionnaire à envoyer fut à lui tout seul une aventure extraordinaire. Normalement, je m’entoure de silence pour écrire un document professionnel. Là, ce fut différent. Il s’est construit en couleurs, en direct, dans l’interaction constructive. Ponctuée de tant de rires. Dans la découverte. Puis la discussion collective et immédiate a permis en peu de temps de donner corps au projet.

Quant aux entretiens, là  aussi c’est toute une aventure humaine. Et le fait d’être un groupe de travail permet d’obtenir un matériau de réflexion assez rapidement. »

Perrine Manoury, professeure documentaliste :

« Le projet Prémices est un vrai bonheur, celui de se retrouver le mercredi, avec un groupe de travail ouvert d’esprit, dans une ambiance conviviale mais néanmoins studieuse et efficace ! Chacun apporte sa pierre à l’édifice et le projet semble avancer tout seul, moins lourd à porter que ce que l’on pouvait craindre avant de commencer.

Ce projet apporte un nouvel horizon, et permet de sortir du périmètre parfois étroit de l’établissement scolaire. Les échanges sont très fructueux et le travail en équipe tellement motivant ! On est loin du stéréotype du « rat de bibliothèque » qui travaille à son projet de recherche plongé dans les livres, la poussière et la solitude. L’enthousiasme d’Anne et de chaque participant est communicatif et le groupe fonctionne bien ! »

Karina Gouello, professeure documentaliste :

« Début novembre 2016. Je reçois un mail m’enjoignant de répondre à « une proposition tout à fait malhonnête » 😉 : un projet de recherche en éducation qui interroge les représentations et pratiques pédagogiques de fonctionnaires stagiaires sur l’éducation aux médias et à l’information, l’éducation au et par le numérique.

Tout un programme, bien alléchant. Mais comment, le premier réflexe d’excitation passé, se persuader que l’on peut être à la hauteur, surtout lorsque l’on ne s’est jamais frotté à une telle mission ? C’est sans compter sur le pouvoir de persuasion d’une chercheuse convaincue et passionnée : j’ai nommé Anne Cordier, qui a eu raison de mes doutes !

Et comme j’adore les histoires de rencontre, je me suis laissée convaincre de tenter l’aventure. Oui, une histoire de rencontre : entre des personnalités professionnelles ; entre le « terrain », oú le temps de la réflexion doit faire sa place et le monde de la recherche, où l’on réfléchit comme on respire.

Dans mon imaginaire, ce monde est réservé à une élite, à un cercle de sages que l’on admire en secret. Je ne me suis pas trompée sur le trésor intellectuel que l’on y trouve, à travers les échanges et les confrontations de points de vue entre les différents membres de cette communauté cosmopolite. Je pressentais ce que c’est expérience pouvait offrir à ma soif d’horizons nouveaux et mon besoin de recul professionnel, sans me douter que la rigueur et le sérieux d’un projet de recherche pouvait rimer avec enthousiasme et entrain, dans un joyeux bouillonnement d’idées autour d’un intérêt commun. Que la réalisation d’un questionnaire gagne à s’enrichir d’une réflexion plurielle et croisée. Que l’ère du numérique est une époque  formidable pour la récolte de données. Que le partage et l’échange se prolongeraient au détour d’entretiens (un en particulier !) tellement savoureux professionnellement.

Alors un grand merci à Anne pour les prémices de cette odyssée initiatique et pour l’accès à cette terre inexplorée luxuriante. »

Béatrice Pelletier, professeure documentaliste :

« Cette expérience de recherche me plaît énormément car l’unique projet de recherche vécu pour l’instant est celui mené lors du mémoire de master, or….nous y sommes “seul-e-s”. Ici cette émulation des différents membres est salutaire et propice aux échanges fructueux. La coordination faite par Anne et Ghislain est efficace et se fait dans la bonne humeur, ce qui n’est pas étranger à l’envie de rejoindre tout le monde le mercredi après-midi !! Les petits gâteaux non plus !!…..

Le (seul) entretien fait avec Laurence m’a ramenée aussi aux souvenirs de mémoire et de la connivence qui peut se nouer avec l’enquêté-e ; humainement parlant, c’est fort !!

Donc, tout “bénef” tant sur le plan professionnel que personnel !!

Vive Prémices !! »

Sandrine Metterie, Formatrice ESPE en Éducation Musicale :

« Mon bilan PRÉMICES (ou pourquoi j’ai dit oui à Anne Cordier pour cette folle aventure ?)

Un sujet de recherche passionnant et une équipe motivée…

Anne a su trouver les mots pour me convaincre et surtout me montrer la rigueur nécessaire à l’élaboration d’un tel projet.

C’est donc avec l’envie d’apprendre, de comprendre, de tester, non sans une certaine part d’inquiétude « trouverai-je ma place au milieu de tous ces professeurs documentalistes ? » que je me suis lancée !

L’échange avec les collègues de terrain, les formateurs et les étudiants est vraiment très intéressant car nous n’avons pas tous le même regard sur l’EMI et la confrontation de nos perceptions aussi diverses soient-elles a vraiment enrichi le projet.

Très heureuse d’avoir intégré l’équipe, tant sur le plan humain que professionnel ! »

Isabelle Flutre, professeure documentaliste :

« C’est avec beaucoup de plaisir mais aussi un peu d’appréhension que j’ai accepté d’intégrer ce groupe de recherche sur l’éducation aux médias et à l’information. Ce projet de recherche était une première pour moi. Anne, toujours aussi convaincante et vecteur d’énergie, a su dissiper mes craintes, je l’en remercie.

La réalisation de l’enquête, le brainstorming et la confrontation des idées, furent des instants très riches. Le questionnement collectif oblige à se positionner et à se remettre en question, ce que j’ai trouvé fort utile intellectuellement. Les visions de l’EMI et les analyses des médias et du numérique des enseignants stagiaires, confiées lors d’entretiens avec des membres de l’équipe PRÉMICES, m’ont données l’envie d’aller encore plus loin, d’en savoir plus. Quelle chance de participer à cette belle aventure collective ! »

Hélène Romeuf, Formatrice ESPÉ en Documentation :

« Quand PRÉMICES a commencé, c’était pour moi une bouffée d’air en parallèle des cours de préparation concours à faire et de la préparation d’un concours d’encadrement. Les trois se sont nourris et m’ont beaucoup apporté, tant d’une point de vue intellectuel que d’un point de vue concret.

Ce projet a permis surtout de confronter nos points de vue, nos approches convergentes mais nuancées entre les profs docs de terrain, les CPE, les musiciens. Cette richesse chorale a engendré une enquête de qualité et une dynamique positive bénéfique à tous.

Cette expérience pourra être un point de départ dans des perspectives d’actions concrètes avec des enseignants du premier degré »

Hélène Brière, professeure documentaliste :

« Alors au départ PRÉMICES je me suis dit que c’était un projet de recherche qui donnait envie. Et même très très envie. D’ailleurs, six mois de labeur collectif plus tard, c’est toujours le cas, voire encore un peu plus. Mais je me suis dit aussi que c’était un projet pour plus tard. Pour le jour où j’aurai besoin de redynamiser mes neurones professionnels qui n’ont, pour le moment, en tant que jeune enseignante, déjà pas le temps de traiter toutes les curiosités, appétences, nouveautés, questions, notions inexplorées… Bon, oui, mais PRÉMICES c’est… MAINTENANT. Alors ? Alors c’est parti ! Et c’est parti parce que PRÉMICES c’est aussi une chance UNIQUE (merci merci merci Anne!) de pouvoir expérimenter une démarche fascinante, faire ce qui est habituellement réservé à d’autres : ceux qui font de la recherche leur oxygène, en passant par l’étape incontournable de la thèse, et qu’il m’a toujours captivé de lire ou d’écouter parler de leurs « terrains ». Et puis sans doute aussi parce que dans tout ça, finalement, il y aura peut-être des réponses aux questions, aux doutes, etc. Et surtout un éclairage sur les représentations, envies et craintes de nos collègues en établissement, afin de mieux pouvoir se positionner en tant que personne ressource pour former à l’EMI. Donc PRÉMICES, au final, c’est un peu comme un cheminement en détour, et ce qui est sympa, c’est justement ne pas trop savoir où on atterrira.

Dans les faits, PRÉMICES, c’est d’abord un sacré groupe. Avec des professionnels de l’éducation d’horizons différents, de personnalités et expériences complémentaires, réunis par le même intérêt et la même énergie. Et ça, même sans se connaître beaucoup, c’est quand même un énorme plus ! L’élaboration collective, en live sur Google doc, des questionnaires à destination des fonctionnaires stagiaires et des formateurs, m’a fait la sensation d’une énorme jeu de puzzle, aussi ludique qu’efficace. On teste, on croise, on assemble, on a la même idée mais dite différemment, on pèse le pour le contre, on démonte, on reformule, on reconstruit… et à la fin, c’est là. Waouh !

Et en même temps, ce groupe, c’est un peu déroutant aussi : comment va-t-on réussir à analyser, à 12, et en grande partie à distance, tout le matériau récolté ?????!!! Comment croiser les analyses, les regards, les intuitions, les compréhensions, tout en structurant l’ensemble d’une même voix ? Comment, aussi, s’approprier des entretiens que l’on n’a pas conduits, pas vécus soi-même… ?

J’ai vécu deux expériences d’initiation à la recherche, avec un premier mémoire de Master 2 en sociolinguistique, puis un deuxième en Master MEEF. J’ai toujours choisi des sujets qui ne laissaient aucun doute sur le choix des outils d’enquête : pas de données quantitatives, spontanément c’est le qualitatif, les réalités subjectives mises en mots qui m’interpellent. Pour PRÉMICES il a fallu me frotter à une autre démarche pour récolter des données, en commençant par l’élaboration d’outils quantitatifs. Et ça demande une certaine acculturation. Difficile pour moi de cerner ce que l’on peut attendre et retirer d’un questionnaire fermé. Les chiffrent me parlent peu, et encore moins lorsqu’il s’agit de cerner des représentations. Les premiers résultats de ce côté ne me convainquent pour l’instant encore qu’à moitié, et en même temps je reste curieuse de savoir ce que nous allons en retirer.

Côté entretiens, c’est la première fois que je les mène avec un autre membre du projet. Et c’est aussi une expérience singulière. A la fois rassurante (cette fois la qualité de notre travail n’engage pas que nous, mais le groupe), confortable (plus facile de rebondir et de ne rien laisser passer d’essentiel), drôle (que de fous rires dans le débriefing !!!!), instructive (comment ça j’ai l’air « impassible » alors que j’ai eu l’impression de sourire tout le temps???!!), et difficile : à chercher l’équilibre pour ne pas être trop suggestif et en même temps ne pas laisser non plus l’interlocuteur s’embourber dans le néant de notions qui ne lui évoquent rien, on finit complètement lessivé après! Enfin, les entretiens ce sont aussi des moments où l’on a confirmation de l’importance de la thématique de recherche choisie (OUF), parce qu’on sent chez les fonctionnaires stagiaires à la fois toutes les lacunes (« l’E.M quoi?! ») et aussi tout le potentiel avec ces futurs collègues au top sur tellement de choses!

Alors voilà, au final, PRÉMICES ce sera aussi pour moi, je pense, un élément de réponse à une question toujours renouvelée : quel pouvoir de la recherche pour infléchir la réalité du terrain ? Face aux rouages qui semblent parfois grippés de l’administration, aux enjeux de pouvoir dans lesquels l’immobilité de certaines équipes se complaisent, ce projet de recherche arrivera-t-il aux bonnes personnes qui sauront faire bouger les choses, ou tout du moins en auront envie ? Quel impact peut-on en espérer ?

Encore un peu de patience, et sans doute beaucoup de travail d’ici là… »

Ghislain Chasme, Formateur ESPÉ en Documentation :

« L’objet de notre recherche est de saisir les représentations qu’ont les enseignants stagiaires de l’espe de l’académie de Rouen et leurs formateurs de l’Éducation aux Médias et à l’Information. Au-delà de l’intérêt que je porte à cet objet, Il est particulièrement formateur et enrichissant de mener cette recherche au sein d’une équipe autant pluridisciplinaire que pluricatégorielle, dans la mesure où chaque participant a pu y contribuer en fonction de ses particularités, connaissances et compétences. Il est vrai que nous avons bénéficié du confort procuré par l’encadrement aussi sérieux que bienveillant d’Anne Cordier, ce qui a généré une ambiance de travail productive et détendue : protocole de recherche discuté de vive voix, outils de collecte de données élaborés de concert, tout comme la collecte des données, et réflexion sur le matériau collecté… discussion autour d’un café ou thé et autres victuailles assurées par l’espe que je remercie au passage ! Le doctorant que je suis s’est nourri de ce mode de fonctionnement et a tâché d’y apporter son grain de sel. Les communicants que nous sommes se doivent de rester à l’écoute de l’Autre ; il me semble que ce groupe de recherche prouve que c’est possible…

En attendant les résultats de notre recherche, tout cela ouvre d’ores et déjà des perspectives : les possibilités de recherche entre enseignants praticiens et enseignants de l’ESPE existent et c’est à nous de les matérialiser pour les concrétiser. Nos institutions et nous mêmes ne peuvent qu’en bénéficier. Force est d’avouer que j’ai déjà une idée qui germe en moi ! »

Cyrille Delhaye, professeur documentaliste :

« Musicologue, je suis habitué à chercher seul, à vivre mon sujet d’étude comme un compagnon de route qui chante toujours dans un coin de ma tête (l’image du rat de bibliothèque n’est pas fausse, même si en tant que « vingtièmiste » je rencontre souvent des compositeurs bel et bien vivants!) . Finalement les seuls vrais moments de partage avec les autres chercheurs sont vécus lors des colloques, où les avancées des uns et des autres peuvent enfin être discutées, et où les partenariats et collaborations peuvent naître. Devenu récemment professeur documentaliste, je mesure combien le travail en collaboration constante est enrichissant et efficient au quotidien (tant pour les élèves que pour les collègues). Participer à PRÉMICES est une chance que nous a offert Anne. Ce projet nous permet d’expérimenter la recherche à plusieurs, surtout quand l’équipe est constituée de professionnels aux horizons aussi variés que des professionnels de terrain (professeurs documentalistes en charge de la formation continue à l’ESPE ou bien anciens diplômés du Master PRODOC qui exercent en établissement), mais aussi d’enseignants chercheurs en SIC et Littérature, ou bien encore de formateurs investis dans la formation de personnels enseignants et d’éducation (CPE, éducation musicale). Cette hétérogénéité s’est par exemple exprimée lors des riches discussions autour du choix des questions ou de leurs formulations quand nous construisions le questionnaire destinés aux alternants MEEF. D’un point de vue plus personnel, PRÉMICES me permet de travailler de manière plus approfondie les techniques d’entretien semi-directif : le fait de pouvoir mener les entretiens à deux est rassurant et nettement plus constructif quand il s’agit de débriefer (surtout quand on le fait avec Hélène Brière !). La suite, c’est à dire l’analyse des données collectées par les questionnaires et les entretiens promet d’être tout aussi enrichissante, vivement la suite ! »

Oui, comme dit Cyrille, « vivement la suite ! » ! D’ailleurs, l’équipe, réunie ce mercredi 5 juillet, a déjà fixé son planning de travail pour la rentrée et les futures dates de séminaires ! Bref, du brainstorming à gogo en perspective encore et toujours !

Pour l’heure, toute l’équipe est résolue à partir en vacances… avec toujours un peu d’EMI en tête !